Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros40L'Amérique Latine sous le regard ...

L'Amérique Latine sous le regard des frères Grandidier, explorateurs scientifiques polyvalents (1857-1859)

Jehanne-Emmanuelle Monnier

Resúmenes

Cet article propose de découvrir le travail de scientifiques français relativement méconnus du milieu du XIXe siècle, les frères Grandidier, qui clôt la période de l'âge d'or de l'exploration européenne en Amérique du Sud, tout en évoquant les grandes figures naturalistes qui les ont précédées au début du siècle, auxquelles ils se réfèrent souvent. Le récit de voyage des Grandidier offre également un témoignage de première main sur la situation politique et sociale des pays latino-américains suite aux indépendances, ainsi que sur les conditions sanitaires du voyage.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1A la fois naturalistes rigoureux, aventuriers et témoins historiques, les deux jeunes frères Grandidier, Ernest et Alfred, souhaitent inscrire leur mission scientifique en Amérique du Sud, au milieu du XIXe siècle, dans la lignée des grandes explorations européennes, et surtout françaises, du début du siècle, revendiquant notamment l'héritage d'Alcide d'Orbigny.

2En effet, si leur père et leur mentor Jules Janssen choisissent le continent américain comme destination pour eux, c'est tout à la fois parce qu' Ernest et Alfred Grandidier sont fascinés par le Nouveau Monde, parce que leur oncle connaît personnellement Alcide d'Orbigny et surtout parce qu'en ce milieu des années 1850 le Comte de Castelnau fait paraître ses 14 volumes de récit de voyage au Pérou et au Brésil, qu'Alcide d'Orbigny lui-même achève la publication de ses travaux sur l'Amérique méridionale et que les prestigieux voyages de Humboldt et Saint-Hilaire restent très ancrés dans les mémoires même s'ils sont plus anciens. Ainsi, au milieu du XIXe siècle, l'Amérique du Sud conserve de son attrait pour les explorateurs français en devenir.

3Si le voyage scientifique des frères Grandidier sert effectivement à réaliser des mesures utiles à la physique du globe et à l'astronomie, son but officiel, il est également l'occasion de constituer de riches collections d'histoire naturelle, d'artefacts ethnologiques et archéologiques, mais aussi d'éprouver physiquement des conditions climatiques extrêmes, l'isolement ou encore la maladie et l'absence de soins médicaux. Enfin ce périple en Amérique du Sud s'effectue au sein de jeunes nations en proie à de nombreux soubresauts politiques et sociaux et plonge malgré eux les deux frères explorateurs au cœur d’événements historiques.

4La mission des deux Grandidier est donc l'occasion en même temps de s'intéresser au travail de terrain des explorateurs, de rappeler le souvenir des grands naturalistes qui servent de modèles aux jeunes voyageurs français, et de dresser un rapide panorama de l'histoire politique mouvementée d'une grande partie de l'Amérique Latine au milieu du XIXe siècle.

5Nous aborderons ces différents aspects (mission scientifique, périls et obstacles du voyage, santé, héritage scientifique et intellectuel etc.) de manière transversale en considérant des espaces géographiques traversés successivement Ernest et Alfred Grandidier : les Andes et l'Amazonie tout d'abord, puis le Cône Sud et enfin le Brésil.

L'expédition scientifique du cœur des Andes à l'Amazonie

6C'est relativement par hasard que les deux jeunes Grandidier s'embarquent pour les Amériques fin 1857, poussés à la fois par leur père, qui souhaite par-là offrir à son cadet Alfred une véritable expérience formatrice qui l'éloignera d'une vie parisienne oisive et peu virile Grandidier (1861 : 6, 237 ; Venayre, 2002 : 62, 66-67), mais aussi par le jeune professeur de sciences physiques d'Alfred, Jules Janssen, qui cherche à profiter de cette opportunité pour lancer sa propre carrière scientifique (Launay, 2008 : 26). Cependant les deux frères ont reçu une éducation scientifique de bon niveau et se passionnent depuis l'enfance pour l'histoire naturelle, ce qui en fait des explorateurs amateurs d'une certaine qualité.

  • 1 Archives Nationales (AN) F17/2972, dossier Janssen-Grandidier.
  • 2 Académie des Sciences (Ac. Sc.), dossier biographique de Jules Janssen.
  • 3 Ac. Sc., Notice sur les travaux scientifiques d'Antoine d'Abbadie, Paris, Gauthier-Villars, 1867, 2 (...)

7Après avoir parcouru des milliers de kilomètres en Amérique du Nord, essentiellement dans un but touristique, célébré le Nouvel An 1858 à Cuba et traversé l'Isthme de Panama où leur mentor Jules Janssen les as rejoints, Ernest et Alfred Grandidier débarquent à Guayaquil, en Équateur, pour commencer leur mission scientifique proprement dite au début de l'année 1858. Envoyés par le Ministère de l'Instruction Publique1 avec une feuille de route rédigée par les académiciens Babinet, Daussy et Duperrey, les frères Grandidier et Jules Janssen doivent réaliser des observations sur le versant occidental de l'Amérique du Sud au sujet de l'équateur magnétique et afin d'étudier l'influence des Andes sur le fil à plomb2. Ce voyage est conçu comme un complément à la mission de même nature qu'avait effectuée Antoine d'Abbadie à Olinda, au Brésil, dix ans auparavant3, et afin de comparer ces résultats à ceux d'Alexander Von Humboldt, dont les deux frères ont lu les publications (Grandidier, 1861 : 18, 88). Cette mission place donc les jeunes gens dans la continuité directe de leurs modèles scientifiques puisque c'est à peu près le même but que poursuivait Alcide d'Orbigny durant ses huit ans dans le Sud du sous-continent (Chambard, 1998 : 233). En complément de cette mission principale, les jeunes voyageurs français doivent également dresser la carte de l'Araucanie, région de l'extrême sud chilien encore jamais cartographiée jusque-là, où la résistance mapuche au gouvernement central demeure importante. Au-delà des aspects scientifiques, la mission des frères Grandidier peut donc potentiellement avoir aussi des implications politiques.

8Les trois voyageurs scientifiques montent à Quito, où ils commencent aussitôt leurs observations magnétiques. Ayant été initiés dans l'enfance à la géologie et à l'histoire naturelle par leur père, les deux frères Grandidier profitent également de ce voyage pour se livrer à des travaux davantage à leur goût : ils effectuent ainsi plusieurs excursions dans cette région volcanique, notamment autour du Mont Chimborazo, et organisent aussi des chasses naturalistes sur la côte pacifique et le long du Rio Daule, afin de rapporter des spécimens de la faune équatorienne (Grandidier, 1861 : 34).

  • 4 Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN) Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs, manuscrit autobi (...)
  • 5 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (AMAE) Correspondance Commerciale et Consulaire (CCC) (...)

9Ces premiers mois de travail scientifique intense, dans des conditions climatiques parfois difficiles, notamment à cause des moustiques qui assaillent les voyageurs sur la côte4, dégradent leur santé. Ernest contracte le paludisme, dont il souffrira régulièrement durant tout le reste de son périple américain (Grandidier, 1861 : 155, 165), tandis que Janssen déclare une hépatite suffisamment sérieuse pour que les trois hommes soient obligés se rendre d'urgence à Lima, au Pérou, pour y consulter un véritable médecin. En effet, les voyageurs français considèrent qu'il n'existe pas d'homme de l'art compétent sur le territoire de l’Équateur à cette époque, même si en dressant plus tard le bilan de la médecine péruvienne, Ernest soulignera également son indigence et appellera à envoyer dans les provinces de véritables hommes de l'art (Grandidier, 1861 : 252). Quoi qu'il en soit, bien leur prend de quitter l’Équateur car, peu après, les ports équatoriens sont fermés par un blocus péruvien, épisode de la guerre que se livrent les deux pays voisins en 1858-18595.

  • 6 MNHN Ms 3270, notes d'Alfred Grandidier sur Jules Janssen.
  • 7 AN F17/2972, rapport d'exploration rédigé le 15 février 1860.

10Quittant un pays au bord de l'émeute, les trois voyageurs débarquent dans un pays où la situation politique et sociale reste tendue depuis le coup de d’État qui a porté le dictateur Castilla à la tête du Pérou, juste quelques mois auparavant (De Mazade, 1860). Même si Ernest raconte que l' « on voyait encore, lors de notre séjour à Arequipa, des traces de la récente guerre civile dans les faubourgs et dans la campagne » (Grandidier, 1861 : 47), Lima au contraire leur offre une relative sécurité. Pendant plusieurs semaines, les frères Grandidier partagent leur temps entre le chevet de Jules Janssen qui frôle la mort à plusieurs reprises6, les plaisirs de la brillante capitale péruvienne qu'Ernest qualifie du surnom évocateur de « nouvelle Capoue » (Grandidier, 1861 : 24), et les excursions minéralogiques dans les régions alentours7. Curieux de tous les sujets, les jeunes Français visitent également les divers hôpitaux de Lima : San Andres, le plus important, Santa Ana, où travaillent des Sœurs de la Charité françaises, la maternité, l'hospice des incurables, et San Barthelemy, l’hôpital des Noirs (Grandidier, 1861 : 39).

  • 8 MNHN Ms 2807.

11Finalement, en juillet, Jules Janssen se rembarque pour la France, emportant avec lui tous les instruments astronomiques encombrants et surtout les résultats des mesures effectuées à l'équateur, qui vont lui permettre de soutenir sa thèse en sciences et de commencer une carrière scientifique de renom. Les frères Grandidier, quant à eux, se dirigent vers Arequipa pour entamer une seconde phase de leur exploration scientifique, des Andes à l'Amazonie. Une longue et périlleuse chevauchée les emmène vers Cuzco, au cours de laquelle ils font la connaissance des Amérindiens quichua, découvrent des ruines inca, se familiarisent avec la faune et la flore andines et réalisent de riches collections minéralogiques8 (Grandidier, 1861 : 51, 75, 77, 78). Ils signalent au passage que la région de Cuzco est régulièrement en proie à des épidémies, qui déciment aussi bien les hommes que le bétail (Grandidier, 1861 : 75, 116).

12Mus par un profond désir d'aventure, les jeunes Français se dirigent ensuite vers le versant amazonien des Andes dans la vallée de l'Urubamba car ils souhaitent descendre le Rio Ucayali et rejoindre par-là l'Amazone. Ils renouvelleraient ainsi l'exploit réalisé dix ans plus tôt par le Comte de Castelnau, mais qui avait, à cette époque, reçu très peu d'écho (Bajon, 1995) et s'inscriraient dans la continuité de l'exploration systématique du bassin versant de l'Amazone entamée depuis qu'Humboldt et Bonpland ont réglé la question de la liaison Orénoque-Amazone en 1800 (Pouyllau, 1994 : 456-457). Les frères Grandidier rencontrent en ce sens un missionnaire qui avait participé à l'expédition Castelnau (Grandidier, 1861 : 105). Mais, forcés de renoncer à leur projet pour des raisons pratiques, les deux frères font néanmoins la connaissance dans la région l'aventurier péruvien Faustino Maldonado. Débutant lui aussi sa carrière d'explorateur, il conseille aux Français de reconnaître plutôt le cours du Madre de Dios, qui leur permettrait de faire réellement avancer la connaissance scientifique en dressant une première carte hydrographique de la région, et surtout en déterminant si ce cours d'eau se dirige plutôt vers le Paraguay ou l'Amazone.

  • 9 AN F17/2972, rapport d'exploration rédigé le 15 février 1860.
  • 10 Finalement, c'est Maldonado lui-même qui entreprend la reconnaissance du Madre de Dios jusqu'au Mad (...)

13Enthousiasmés à l'idée de pénétrer en véritables pionniers dans une région encore inconnue des Occidentaux et motivés par le sentiment de contribuer au développement des jeunes nations sud-américaines s'ils pouvaient découvrir une nouvelle voie de communication entre le Pérou, la Bolivie et le Brésil, les deux frères Grandidier suivent le conseil de Maldonado et organisent en octobre 1858, grâce à leur fortune personnelle, une expédition sur le Madre de Dios9. Malheureusement, une épidémie de variole ne tarde pas à se déclarer dans l'équipe logistique, décimant les porteurs et les piroguiers, après que deux porteurs aient propagé la maladie depuis Cuzco, où elle sévit (Grandidier, 1861 : 166). Les médecins locaux, qui sont aussi devins, ne peuvent rien contre la maladie, même si les Français reconnaissent qu'ils maîtrisent l'usage de quelques plantes médicinales (Grandidier, 1861 : 131). A peine un mois après leur départ, les deux explorateurs français doivent abandonner leur rêve de percer le mystère du Rio Madre de Dios10 et regagnent leur point de départ, profondément déçus une fois encore, mais fatalistes : « La vie des voyages est pleine de ces déceptions amères, auxquelles il faut savoir promptement se résigner sans se laisser abattre » philosophe Ernest Grandidier (Grandidier, 1861 : 172).

  • 11 A cette date, les frontières boliviennes s'étendent encore jusqu'à la mer et Arica fait donc partie (...)

14Les frères se rendent alors à La Paz, puis regagnent la côte à Arica11, tout en collectant en chemin de nombreux artefacts archéologiques, des échantillons minéralogiques et des spécimens animaux et végétaux de la steppe andine. Autour du Lac Titicaca et dans l'ouest de la Bolivie, les jeunes Français traversent plusieurs bourgs et villages à moitié abandonnés à cause de la forte mortalité causée par une épidémie récente, dont ils ne précisent pas la nature. Ils soulignent encore à quel point cette situation est due en particulier à l'absence de médecins qualifiés, laissant le champ libre à tous les « charlatans », une expression récurrente sous leur plume (Grandidier, 1861 : 143, 196, 233). Ernest Grandidier fait l'expérience de ce manque de soins à ses dépens. Tombé de sa monture dans la région du Lac Titicaca il se casse le bras. Il s'adresse à l'homme qui fait office de chirurgien local, qui lui cause une douleur extrême sans remettre son membre en place, mais en empochant le prix de sa consultation. Alors Alfred propose de réduire lui-même la fracture de son frère, avec l'aide du curé, qu'il espère moins ignorant que le reste de la population. Mais l'homme d'église refuse d'aider à la manipulation du membre car il craint la contagion ! (Grandidier, 1861 : 199)

Dans le Cône Sud troublé

  • 12 AMAE Correspondance du Chili, volume 15, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrang (...)
  • 13 AMAE Correspondance du Chili, volume 15, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrang (...)

15Les deux Grandidier mettent ensuite le cap sur le Chili, un pays alors réputé pour sa longue stabilité politique12, chose rare en Amérique du Sud à cette époque. Tout début janvier 1859, Ernest et Alfred débarquent à Copiapo, d'où ils se lancent aussitôt dans un grand circuit de visite de mines d'argent. Cependant, leur exploration est rapidement compromise : en effet, le 5 janvier un coup d’État est organisé par Pedro Leon Gallo dans la région d'Atacama où les deux Français se trouvent justement, tandis que le président du Chili envoie aussitôt des renforts armés et décrète l'état de siège, coupant la région du reste du pays à partir du 14 janvier13. Tout comme Alcide d'Orbigny avait été confronté pendant son exploration à un certain chaos, conséquence des indépendances (Chambard, 1998 : 247), les frères Grandidier se retrouvent piégés pendant un mois dans Copiapo assiégée et en proie à la guerre civile.

  • 14 AMAE Correspondance du Chili, volume 15, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrang (...)

16Profitant d'une accalmie, les jeunes voyageurs fuient en bateau vers Coquimbo, où est stationnée l'armée régulière14, puis plus au Sud encore, à Valparaiso, juste à temps pour échapper à l'attaque des rebelles sur Coquimbo (Cochut, 1859). Mais ils sont rattrapés par la guerre civile à Valparaiso et doivent fuir une nouvelle fois, cette fois-ci en diligence, vers Santiago.

  • 15 MNHN Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs.
  • 16 AMAE Correspondance politique de Buenos-Aires, volume 1, lettre du Consul de France au Ministre des (...)

17Même s'ils retrouvent un peu de calme et de sérénité dans la capitale chilienne, leur séjour chilien coïncide exactement avec les troubles révolutionnaires qui agitent le pays. C'est pourquoi les frères Grandidier doivent renoncer complètement à leur mission scientifique et cartographique dans ce pays. Avec pour compagnon de route le fils du premier président péruvien, ils organisent leur départ du Chili et se lancent une cinquième et dernière fois dans la traversée des Andes, cette fois-ci au début de l'hiver austral, pour atteindre l'Argentine. Un éprouvant trajet à cheval, dans la montagne enneigée jusqu'à Mendoza, puis dans la pampa jusqu'à Rosario, et enfin en bateau sur le Paranà, conduit les frères Grandidier de Santiago du Chili à Buenos-Aires15. Ernest et Alfred Grandidier ne s'attardent pas à effectuer des observations ou collectes naturalistes, à la fois parce qu'ils sont menacés par l'hiver rigoureux et parce que le Général Urquiza multiplie dans la région les appels à marcher sur Buenos-Aires, capitale aux velléités sécessionnistes, faisant planer une constante menace de conflit16.

  • 17 AMAE Correspondance politique de Buenos-Aires, volume 1, lettre du Consul de France au Ministre des (...)

18Dans la capitale argentine, les deux jeunes Français retrouvent provisoirement un peu de stabilité car la guerre civile qui secouait le pays s'est terminée. Cependant, les frères Grandidier n'ont pas le temps de reprendre leurs investigations scientifiques car plusieurs conflits couvent à l'intérieur avec les Amérindiens mais aussi entre la capitale et le pays, ainsi qu'à l'extérieur avec l'Uruguay et avec le Brésil. Comble de la malchance pour les voyageurs français, une épidémie de fièvre jaune et une grave crise économique affectent la région. Tout ceci les pousse à partir très rapidement pour Montevideo, juste à temps avant que n'éclate la guerre entre l'Argentine et l'Uruguay, interrompant toutes les communications entre Buenos-Aires et Montevideo17.

  • 18 AMAE CCC Montevideo, volume 6, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 2 (...)

19Les frères Grandidier manquent de peu Aimé Bonpland, scientifique français qui a accompagné Alexander Von Humboldt lors de son mémorable voyage en Amérique du Sud, et qui s'est installé dans la capitale uruguayenne. Début 1858 il tentait encore de monter une grande expédition naturaliste au Paraguay et dans le Sud du Brésil, maudissant les troubles politiques incessants qui le retardaient (Trystram, 1995 : 230). Mais lorsqu'Ernest et Alfred Grandidier arrivent en Uruguay, fin mai 1859, Bonpland est mort depuis un an exactement, empêchant les jeunes français de rencontrer le dernier représentant de cette génération mythique de voyageurs naturalistes18. S'ils n'ont pas eu l'occasion de faire sa connaissance, les deux frères sont néanmoins soumis aux aléas politiques de la région comme l'avait été Bonpland. En juin des combattants armés sillonnent Montevideo ce qui donne le signal du départ pour Ernest et Alfred Grandidier.

Chez l'empereur du Brésil

20Finalement, c'est seulement en parvenant à Rio de Janeiro, la capitale brésilienne, que les frères Grandidier retrouvent un véritable havre de paix et de sécurité leur permettant à nouveau de se consacrer à leurs travaux scientifiques. En plus de la sérénité, c'est aussi et surtout le soutien du souverain brésilien qui s'avère décisif pour la suite de leur voyage. Dès le lendemain de leur arrivée à Rio de Janeiro, la présence des jeunes Français est mentionnée dans les journaux et ils sont invités au palais impérial.

  • 19 AN F17/2972, rapport d'exploration rédigé le 15 février 1860.

21En effet, l'empereur Pedro II est féru de sciences et souhaite s'entretenir avec les deux naturalistes19. L'entente mutuelle est si bonne, les deux frères étant conquis par le personnage du souverain éclairé (Grandidier, 1861 : 21), tandis que l'empereur jubile de pouvoir converser avec des scientifiques, que les frères Grandidier sont invités à plusieurs reprises par le couple impérial. Outre les sciences, Pedro II et Alfred Grandidier partagent une passion commune pour les nouvelles technologies, en particulier la photographie (De Lago, Bia et Correa, 2005 : 6).

  • 20 Muséum National d'Histoire Naturelle, galerie de paléontologie et d'anatomie comparée, panneaux exp (...)

22Cet épisode de l'amitié entre les explorateurs et un souverain rapproche d'ailleurs le voyage des frères Grandidier de celui de leur modèle, Alcide d'Orbigny. En effet, celui-ci avait été invité par le président bolivien en 1830, curieux de rencontrer un homme de sciences. Une admiration mutuelle entre les deux hommes avait même conduit l'explorateur français à mettre sa mission entre parenthèses pendant trois ans pour rester auprès du Général Santa Cruz20.

  • 21 AMAE Correspondance Politique du Brésil, volume 39, lettres du Consul de France au Ministre des Aff (...)
  • 22 MNHN Ms 2807, Grandidier, Souvenirs. Exilée en France pendant de nombreuses années jusqu'à sa mort, (...)

23Comme ailleurs en Amérique Latine, mais plus certainement encore au Brésil, les frères Grandidier bénéficient également d'une indéniable fascination pour la France à cette époque. Personnellement, Pedro II admire la France de Napoléon III et suit par exemple de près le déroulement du conflit que mène l'empereur français en Italie, dont les batailles de Magenta et Solférino ont lieu au même moment21. Le mariage de la princesse héritière Isabel avec un prince français en 1864 rendra encore plus visible ces liens et cette proximité revendiquée entre les deux pays22. D'ailleurs, en ce qui concerne le Brésil, l'admiration est réciproque puisque, à l'image des frères Grandidier eux-mêmes, de nombreux Français estiment que le Brésil doit sa stabilité et sa prospérité à son régime impérial et à la personnalité de son empereur, contrairement à toutes les républiques environnantes en proie à la guerre civile et aux coups d’État (De Mazade, 1860).

  • 23 MNHN Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs.

24C'est donc avec la bénédiction de l'empereur que les deux voyageurs français se mettent à parcourir le Brésil. Frustrés d'avoir été obligés d'interrompre leur visite des mines chiliennes, les frères Grandidier se rattrapent avec les mines de topaze, d'or et de diamant du Minas Gerais, d'Ouro Preto à Morro Velho et à Diamantina. Ils descendent également le Rio Doce jusqu'à la côte, collectant un grand nombre d'objets d'histoire naturelle et rédigeant certaines des premières observations sur les Botocudos, un peuple encore très peu approché à cette époque23. Remontant vers Salvador de Bahia puis Pernambouc, les deux Français s'embarquent pour Le Havre en novembre 1859, au terme de deux années de voyage scientifique et d’agrément à travers le continent américain.

  • 24 AN F17/2972, Lettre du Ministre de l'Instruction Publique aux frères Grandidier, le 25 mai 1860 ; c (...)
  • 25 Musée du Quai Branly, bases de données TMS Objets et Doc Muséale DT 87-129.
  • 26 MNHN Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs.

25Ils rapportent de ce périple profusion de collections d'histoire naturelle destinées principalement au Muséum National d'Histoire Naturelle, notamment 231 espèces de plantes, des animaux inconnus et près de 900 échantillons de roches24, ainsi qu'une importante collection d'objets ethnographiques, armes, outils et vêtements en particulier, qui trouveront plus tard leur place au musée du Louvre puis au Trocadéro25 (Guimaraes, 1994). Ils rapportent aussi dans leurs bagages des clichés photographiques, des notes sur le passé, le présent et le futur des pays visités. Enfin, les deux frères rapportent aussi des graines qui leur permettent d'acclimater deux espèces de quinoa et plus de soixante espèces de maïs dans le parc du château familial en région parisienne, qui leur vaut la médaille de la Société française d'Acclimatation26 (Grandidier, 1861~ : 213-214).

Conclusion

  • 27 Discours d'Ernest Hébert le 21 mai 1860 devant le Comité des travaux historiques et des sociétés sa (...)
  • 28 AN AJ15-547, Note d'Auguste Duméril sur la collection Grandidier de reptiles d'Amérique du Sud donn (...)

26Explorateurs scientifiques débutants et parfois dilettantes, les deux frères rentrent en France en ayant malgré tout atteint une grande partie des divers objectifs qui leur avaient été confiés : ils ont gagné en maturité selon les souhaits de leur père, ils ont accumulé de nouvelles connaissances et contribué à la renommée de la France comme l'espérait l'administration française mais ils ont également satisfait leur curiosité et leur besoin de relever des défis physiques, qui étaient des buts plus personnels (Grandidier, 1861 : 246). Le caractère éducatif de ce voyage scientifique est particulièrement valorisé27, comme s'il s'agissait d'un rite initiatique pour les jeunes hommes de bonne famille, qu'il s'agirait de populariser comme un nouveau Grand Tour dans lequel la science remplacerait les arts. Les jeunes voyageurs reçoivent d'ailleurs des louanges de savants reconnus, pour la qualité du travail scientifique qu'ils ont fournis dans plusieurs domaines sur l'Amérique du Sud28.

27Malgré ces succès et cette reconnaissance, l'aventure de l'exploration scientifique s'arrête là pour Ernest Grandidier qui, comme il en avait l'intention depuis le début, passe un concours à son retour en France et devient conseiller auprès du Premier ministre Rouher. Cependant, c'est lui qui se charge de rédiger et faire publier son récit de voyage dans les Andes tandis qu'il remet conjointement avec son frère un rapport scientifique au Ministre de l'Instruction.

  • 29 MNHN Ms 3270, article paru dans le Bulletin de la Société d'Acclimatation en 1870. Il est comparé à (...)

28Pour le cadet Alfred, en revanche, ce voyage aux Amériques ne constitue que le prélude d'une longue carrière scientifique qui le mènera en Inde, à Zanzibar et surtout à Madagascar. Remarqué comme un naturaliste sérieux grâce à cette première exploration américaine29, c'est à Madagascar qu'Alfred Grandidier donnera véritablement toute la mesure de sa réputation de voyageur naturaliste infatigable et rigoureux, suivant la voie ouverte par ses modèles en Amérique du Sud.

Inicio de página

Bibliografía

Sources

Académie des Sciences 

Dossier biographique de Jules Janssen.

Notice sur les travaux scientifiques d'Antoine d'Abbadie, 1867, 25 p.

Archives du Ministère des Affaires Étrangères :

Correspondance Commerciale et Consulaire Quito, volume 5.

Correspondance du Chili, volume 15.

Correspondance Politique de Buenos-Aires, volume 1.

Correspondance Commerciale et Consulaire Montevideo, volume 6.

Correspondance Politique du Brésil, volume 39.

Archives Nationales 

F17/2972 dossier Janssen-Grandidier.

AJ15-547, Note d'Auguste Duméril sur la collection Grandidier de reptiles d'Amérique du Sud donnée au Muséum, le 27 mars 1860.

Musée du Quai Branly 

Base de données Doc Muséale DT 87-129.

Base de données TMS Objets.

Muséum National d'Histoire Naturelle :

Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs, manuscrit autobiographique dactylographié, 1917.

Ms 3270, notes d'Alfred Grandidier sur Jules Janssen, coupures de presse.

Galerie de paléontologie et d'anatomie comparée.

Bibliographie

BAJON, Michel, « Une expédition méconnue en Amérique du Sud : la mission Castelnau 1843-1847 », in Laissus (dir.), Les naturalistes français en Amérique du Sud XVI-XIXe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 337-346.

CHAMBARD, Antoine, « Alcide Dessalines d'Orbigny, de l'école de la nature à la pratique des voyages sous la Restauration », in Chambard et Lecoq (dir.), Terres à découvrir, terres à parcourir. Exploration et connaissance du monde (XII-XIXe siècles), Paris, L'Harmattan, 1998, p. 232-257.

COCHUT, André, « Le Chili en 1859 », Revue des Deux Mondes, tome 24, 1859.

DE LAGO, BIA et CORREA, Brésil, les premiers photographes d'un empire sous les tropiques, Paris, Gallimard, 2005.

DE MAZADE, Charles, « Les révolutions et les dictatures de l'Amérique du Sud en 1859 », Revue des Deux Mondes, tome 27, 1860.

GRANDIDIER, Ernest, Voyage dans l'Amérique du Sud, Pérou et Bolivie, Paris, Michel Lévy, 1861.

GUIMARAES, Susanna, Le musée des antiquités américaines du Louvre (1850-1887), une vision du collectionnisme américain au XIXe siècle, Paris, mémoire de maîtrise, 1994.

LAUNAY, Françoise, Un globe-trotter de la physique céleste : l'astronome Jules Janssen, Paris, Vuibert, 2008.

POUYLLAU, Michel, « Une géographie de l'Eldorado », in Découvertes et explorateurs, Actes du colloque international de Bordeaux, 12-14 juin 1992, Paris, L'Harmattan, 1994, p. 451-464.

TRYSTRAM, Florence, « Aimé Bonpland (1773-1858) en Argentine », in Laissus (dir.), Les naturalistes français en Amérique du Sud XVI-XIXèmes siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 228-234.

VENAYRE, Sylvain, La gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne 1850-1940, Paris, Aubier, 2002.

Inicio de página

Notas

1 Archives Nationales (AN) F17/2972, dossier Janssen-Grandidier.

2 Académie des Sciences (Ac. Sc.), dossier biographique de Jules Janssen.

3 Ac. Sc., Notice sur les travaux scientifiques d'Antoine d'Abbadie, Paris, Gauthier-Villars, 1867, 25 p.

4 Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN) Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs, manuscrit autobiographique dactylographié de 1917.

5 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (AMAE) Correspondance Commerciale et Consulaire (CCC) Quito, volume 5, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 2 novembre 1858.

6 MNHN Ms 3270, notes d'Alfred Grandidier sur Jules Janssen.

7 AN F17/2972, rapport d'exploration rédigé le 15 février 1860.

8 MNHN Ms 2807.

9 AN F17/2972, rapport d'exploration rédigé le 15 février 1860.

10 Finalement, c'est Maldonado lui-même qui entreprend la reconnaissance du Madre de Dios jusqu'au Madeira, en 1860, au cours d'une exploration dramatique qui lui côte la vie et le prive d'une gloire méritée. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que le célèbre aventurier et magnat du caoutchouc Fitzgerald ou Fitzcarrald remette en lumière l'exploit de Maldonado et qu'une ville soit baptisée en son honneur.

11 A cette date, les frontières boliviennes s'étendent encore jusqu'à la mer et Arica fait donc partie de la Bolivie.

12 AMAE Correspondance du Chili, volume 15, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 30 janvier 1859.

13 AMAE Correspondance du Chili, volume 15, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 15 janvier 1859.

14 AMAE Correspondance du Chili, volume 15, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 28 février 1859.

15 MNHN Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs.

16 AMAE Correspondance politique de Buenos-Aires, volume 1, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 29 avril 1859.

17 AMAE Correspondance politique de Buenos-Aires, volume 1, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, les 27 mai, 20, 26 et 27 juin 1859.

18 AMAE CCC Montevideo, volume 6, lettre du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, le 28 juin 1858.

19 AN F17/2972, rapport d'exploration rédigé le 15 février 1860.

20 Muséum National d'Histoire Naturelle, galerie de paléontologie et d'anatomie comparée, panneaux explicatifs sur le voyage d'Alcide d'Orbigny en Amérique du Sud.

21 AMAE Correspondance Politique du Brésil, volume 39, lettres du Consul de France au Ministre des Affaires Étrangères, les 9 juillet et 8 août 1859.

22 MNHN Ms 2807, Grandidier, Souvenirs. Exilée en France pendant de nombreuses années jusqu'à sa mort, la Comtesse d'Eu comptera d'ailleurs Alfred Grandidier parmi ses fréquentations.

23 MNHN Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs.

24 AN F17/2972, Lettre du Ministre de l'Instruction Publique aux frères Grandidier, le 25 mai 1860 ; catalogue établi par Alfred Grandidier le 15 février 1860 des 833 échantillons minéralogiques destinés au Muséum.

25 Musée du Quai Branly, bases de données TMS Objets et Doc Muséale DT 87-129.

26 MNHN Ms 2807, Grandidier Alfred, Souvenirs.

27 Discours d'Ernest Hébert le 21 mai 1860 devant le Comité des travaux historiques et des sociétés savantes, cité dans Grandidier, 1861: 274-276.

28 AN AJ15-547, Note d'Auguste Duméril sur la collection Grandidier de reptiles d'Amérique du Sud donnée au Muséum, le 27 mars 1860 ; MNHN Ms 3270, article du Moniteur, le 3 août 1860, article du Journal Général de l'Instruction Publique, le 4 août 1860.

29 MNHN Ms 3270, article paru dans le Bulletin de la Société d'Acclimatation en 1870. Il est comparé à Delalande, envoyé par le Muséum au Brésil en 1816 pour effectuer des collectes de spécimens nouveaux.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jehanne-Emmanuelle Monnier, «L'Amérique Latine sous le regard des frères Grandidier, explorateurs scientifiques polyvalents (1857-1859)»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 40 | 2020, Publicado el 18 diciembre 2020, consultado el 27 enero 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9033; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9033

Inicio de página

Autor

Jehanne-Emmanuelle Monnier

CRESOI, Université de La Réunion
Docteure qualifiée en histoire des sciences et en histoire contemporaine, chercheuse associée au CRESOI, Université de La Réunion.
jehanne-emmanuelle.monnier@univ-reunion.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search