Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros40Les Chirurgiens de la Marine fran...

Les Chirurgiens de la Marine française : des « acteurs vecteurs » de la circulation des savoirs médicaux entre la France et le Rio de la Plata (1838-1852)

Nancy González Salazar y Christine Théré

Resúmenes

Le parcours effectué par six chirurgiens de la Marine française dans le Rio de la Plata au cours du blocus de Buenos Aires et de la Guerra Grande est le fil conducteur par le biais duquel cet article cherche à mettre en exergue la réalité médicale de la Plata au cours de ces années de lutte politique, telle qu’elle a été appréhendée par des membres d’un corps médical étranger. Les observations de ces chirurgiens, ayant donné lieu à la rédaction de thèses doctorales se situant à mi-chemin entre les topographies médicales et le rapport médical de fin de campagne qu’il était de leur devoir de rendre à la fin de leur séjour, placent la climatologie au cœur de leurs travaux. Mais elles rendent compte, également, des liens tissés entre ces individus et le corps médical local et la société civile, dévoilant ainsi ce qu’étaient les divers échanges médicaux résultant de leur séjour dans la Plata.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Nous évoquerons aussi le rôle et les travaux Adolphe Brunel qui, bien qu’étant déjà médecin, rempli (...)
  • 2 Ces six chirurgiens sont : Joseph-Honoré Bouffier (1821-1898), Adolphe Brunel (1810-1871), Louis-Al (...)

1Cet article est consacré aux chirurgiens de la Marine française qui ont rédigé des travaux portant sur leur séjour dans le Río de la Plata1 durant la première moitié du XIXe siècle. Peu étudiés par l’historiographie, le rôle de ces chirurgiens, au nombre de six2, durant une période charnière pour les deux rives de la Plata et les écrits qu’ils nous ont laissés offrent pourtant une grand richesse d’informations sur le monde médical local, aperçu par des praticiens qui, venus dans la région temporairement, vont dévoiler, à travers leurs expériences et les actions diverses qu’ils ont entreprises sur place, le degré de médicalisation de la société, ainsi que les mœurs et les habitudes de la population. L’examen attentif des nombreux renseignements qu’ils ont consignés nous permettra d’évaluer si la durée transitoire de leurs séjours et la conjoncture locale ont agi comme une entrave à la circulation des savoirs et des pratiques ou si, au contraire, elles ont favorisé l’émergence d’échanges, la mise en place de remaniements ou d’adaptations des savoirs existants ou, encore, l’appropriation in situ des connaissances entre les chirurgiens de la Marine et leurs confrères locaux. Enfin, au-delà de déceler l’impact de leur présence sur la médecine rioplatense, nous tacherons de savoir en quoi ce séjour à pu leur être avantageux.

Fondements de la présence des chirurgiens de la Marine sur les rives de la Plata

2Obéissant au besoin du Royaume d’Espagne de freiner l’expansion portugaise sur ce territoire alors dénommé Banda Oriental et qui avait été quasiment abandonné par les Espagnols, la ville de Montevideo, fondée en 1726 par Mauricio de Zábala (De la Sota, 1965 : 7-15), devint une place forte et fût pourvue d’un gouvernement militaire en 1749. Quoique progressivement peuplée par des contingents de familles envoyées du Royaume d’Espagne, la ville resta pendant plusieurs décennies essentiellement militaire, ainsi que l’atteste l’importance accordée à la santé des troupes qui la protégeaient et qui, en 1768, disposaient de trois hôpitaux à leur intention (Portillo, 1995 : 5-18). Les trois premières décennies du 19e siècle furent très mouvementées pour l’Uruguay qui, convoité par les Anglais, envahi par les Luso-brésiliens entre 1816 et 1825 et annexé au Brésil sous le nom de Provincia Cisplatina Oriental, devint indépendant en 1828. Mais la présence du régime de Juan Manuel de Rosas dans la Confédération argentine voisine allait provoquer l’arrivée de troupes étrangères dans la région de la Plata et ainsi compromettre l’indépendance uruguayenne.

  • 3 Le fédéralisme prônait l’autonomie de chaque province, alors que l’unitarisme souhaitait la mise en (...)
  • 4 Question de la Plata (1837-1845). Extrait de la Revue Nouvelle. Livraison du 15 décembre 1845, Pari (...)
  • 5 Fondé en 1836 par l’ex-président Fructuoso Rivera, le parti Colorado avait une doctrine libérale. P (...)
  • 6 Sur les officiers de santé de la Marine qui nous intéresse, les travaux pionniers de Jacques Léonar (...)

3En effet, se trouvant une première fois à la tête de l’Argentine entre 1829 et 1832, Rosas et son fédéralisme3 acharné sont à l’opposé des intérêts des membres de la haute société de Buenos Aires qui, s’opposant à son mandat, subissent la répression imposée aux sympathisant des unitaires, et vont devoir se réfugier à Montevideo. La communauté française, qui ne jouissait pas des mêmes privilèges que les Anglais sur le sol argentin, se rangea du côté des unitaires et de l’élite locale et s’attira l’hostilité de Rosas. Les abus et les expropriations dont les Français ont alors été victimes se trouvent à l’origine du premier blocus de Buenos Aires que la France imposa à l’Argentine en 1838, dans le but d’obtenir une indemnisation correspondant aux préjudices occasionnés et la promesse que les Français et leurs biens seraient dorénavant respectés4. Le blocus fut l’occasion utilisée par les adhérents uruguayens du Parti Colorado5 et par quelques provinces de la Confédération argentine pour tenter de précipiter la chute du dictateur argentin. Ce dernier, allié avec l’ex-président uruguayen Manuel Oribe, chercha alors à s’emparer du pays pour l’annexer à la Confédération. La levée du blocus en 1840 affaiblit les forces des Argentins unitaires émigrés et des partisans de Rivera qui luttaient contre Rosas (Fabre E, 1879 : 10-11) et qui furent aussitôt repoussés par ce dernier jusqu’à ce que, au début de 1843, Oribe, devenu général en chef de l’Armée de la Confédération argentine, anéantissant complètement les forces uruguayennes, fasse irruption à Montevideo pour entamer le siège de la ville, qui durera neuf ans, et qui marqua le début de la Guerra Grande. Cet évènement clef pour les pays de la Plata engendra l’intervention conjointe de l’Angleterre et de la France dont l’intérêt commun était d’empêcher que les deux ports de la Plata appartiennent à un seul pays, et surtout à l’Argentine dictatoriale. Les deux nations européennes vont faire pression sur Rosas pour éviter l’annexion de l’Uruguay à l’Argentine en imposant un second blocus sur le port de Buenos Aires en 1845. Toutefois, puisque Rosas avait toujours protégé les intérêts des commerçants anglais dans la Confédération, le maintien indéfini du blocus risquait de mettre fin à leurs privilèges. De plus, en raison de la prépondérance de la population française en Uruguay et de son implication dans la cause de Montevideo, les Anglais redoutaient que la France prétende à une occupation définitive de Montevideo, voire même de l’intégralité du pays. Aussi décidèrent-ils de lever le blocus en 1847. Sous la pression britannique, les Français ne restèrent qu’un an de plus et finirent par mettre fin au blocus en 1848 (Barrán, 1990 : 34-38). Cet enchaînement d’événements explique pourquoi, dès 1838, l’Argentine et l’Uruguay vont accueillir des chirurgiens venus avec les diverses escadres françaises impliquées dans le conflit armé. Rappelons que les officiers de santé de la Marine constituaient un corps d’hommes d’action et de pensée, comme le soulignait J. Léonard, « hygiénistes dans l’âme », réputés pour leurs connaissances des pharmacopées exotiques et leur contribution à une « topographie médicale » des mondes lointains6.

Faire l’état des lieux de la pathologie. Objectif premier des chirurgiens de la Marine

Le climat. Son impact sur l’éclosion et le développement des affections

  • 7 Sur les topographies médicales nous renvoyons aux travaux de Marie–Françoise Rofort Les topographie (...)

4A mi-chemin entre le rapport médical de fin de campagne qu’ils devaient adresser au Conseil de santé du port et les topographies médicales, reliant étroitement la constitution et la santé de l’homme à son environnement et faisant de ce dernier un facteur directement responsable de l’apparition des maladies (Reydellet, 1821 : 298-311)7, les écrits des chirurgiens de la Marine abordaient les conditions d’hygiène sur les navires, mentionnaient les diverses escales réalisées, les moyens hospitaliers locaux, recensaient les évènements pathologiques survenus au cours de la navigation (Brisou, 2008 : 507-516), et s’attachaient à déterminer l’influence du climat sur la santé des équipages et de la population locale, tout en soulignant l’état des pathologies et les pratiques médicales susceptibles d’attirer l’attention des praticiens européens (Bouffier, 1857 : VI).

5Trait distinctif du climat rioplatense, les changements brusques et importants de températures qui avaient lieu dans toutes les saisons de l’année furent signalés par l’ensemble des chirurgiens comme la cause première de nombreuses affections, telles que la constitution catarrhale permanente observée à Montevideo (Saurel, 1851 : 86. mi 5, 9320). Ainsi, bien que les symptômes variassent suivant les organes affectés, diverses phlegmasies de poitrine telles que l’angine, le croup, la coqueluche ou encore la pleurésie étaient fréquentes, ainsi que la pneumonie. Cette dernière, dégénérant souvent en phtisie pulmonaire et très commune lors du changement de saison, faisait des ravages surtout parmi les jeunes filles du pays et parmi presque toute la population de couleur à un âge peu avancé. Elle comptait aussi parmi les plus redoutables maladies pour les Européens (Brunel, 1842 : 36-39). Les phtisiques de Montevideo étaient envoyés vers l’intérieur du pays ou à Rio Janeiro à la recherche d’un climat plus favorable. En effet, alors qu’elle décimait la population de Montevideo et de Buenos Aires, la phtisie pulmonaire était presque inconnue dans les campagnes où, depuis leur jeune âge, les habitants étaient exposés au grand air et à une atmosphère très pure, tout en pouvant compter sur de rares changements de température (Maurin, 1853 : 29. 9553). Quant aux phtisiques de l’escadre française, lorsqu’on essaya de les soigner en rade ou à terre, leur état ne s’améliorait pas et il fut décidé de les renvoyer systématiquement en France pour y être soignés (Petit, 1850 : 14).

6La transition subite du chaud au froid était regardée comme la principale cause faisant que la moindre des blessures dégénérait en tétanos primitif ou spontané, lequel attaquait avec intensité les hommes de couleur et les Européens. Il s’avérait toujours mortel chez les nouveau-nés (Brunel, 1842 : 44). Quant au tétanos traumatique, particulièrement funeste aux hommes de guerre, il restait sans remède s’il survenait après des plaies d’armes à feu « avec fracas des os », ou à la suite d’amputations qui avaient été malheureusement trop longtemps différées (Petit, 1850 : 15-16). Si dans la majorité des hôpitaux le tétanos faisait succomber la plupart des blessés, à l’Hôpital de la Légion française, le taux de mortalité était très bas, il n’y fut dénombré que trois morts entre 1844 et 1845. Des mesures spécifiques y avaient été mises en place. Comme le vent froid du Sud et du Sud–Ouest connu sous le nom du pampero semblait responsable du tétanos, les médecins de l’Hôpital de la Légion – situé au centre de la ville et recevant le vent du Nord - fermaient toutes les ouvertures des salles des malades et ils chauffaient celles-ci fortement en interdisant aux patients de sortir tant que ce vent durait (Saurel, 1851 : 76-77).

  • 8 Pourtant, à ce moment, Le Gassendi participait à la dénommée Batalla de la vuelta de Obligado, où d (...)

7Lorsque la chaleur était très forte en journée et que la chute de la température était considérable la nuit et accompagnée d’humidité, les gens étaient saisis par le froid et contractaient des dysenteries. Les marins du blocus qui pouvaient rester à bord des navires et se préservaient correctement du froid ont donné peu de prise à la maladie (Bouffier, 1857 : 28-29), tandis qu’elle sévit avec beaucoup d’intensité parmi les matelots qui furent obligés d’effectuer des déplacements pendant les nuits glaciales. S’accompagnant fréquemment d’une céphalalgie intense et de vives coliques, la dysenterie avait néanmoins d’autres causes connues telles la fatigue, les nombreuses corvées et la mauvaise alimentation des hommes soumis au Blocus (Brunel, 1842 : 50). Les chirurgiens de la Marine avaient l’expérience de ces conditions hygiéniques difficiles rencontrées dans divers points du globe et des maux qu’elles entraînaient. Aussi ceux qui avaient trouvé dans la Plata de meilleures conditions se sont-ils empressés de les signaler et de les caractériser. C’est le cas de Bouffier, dont le séjour rioplatense s’inscrivait dans un long périple incluant l’Océanie. Il affirma que, pendant le mouillage de la corvette Le Gassendi dans le fleuve Paraná, « jamais navire [n’]avait été placé dans des conditions plus heureuses pour être à l’abri du scorbut »8. Il attribua en outre le seul cas de scorbut auquel il dut faire face à « l’atonie du système cérébral qui, empêchant la stimulation des organes digestifs, généra une élaboration incomplète de sucs réparateurs et une digestion incomplète » (Bouffier, 1857 : 2-28). Son témoignage peut surprendre, sachant qu’à la même époque, Montevideo, bloquée du côté de la terre par l’armée de Rosas et du côté de la rade par l’escadrille de Buenos Aires, était le théâtre des plus terribles calamités de la guerre, et que le scorbut faisait périr la plupart des blessés dans les hôpitaux si l’on en croit son confrère Petit (Petit, 1850 : 12-13. 9715).

  • 9 La sarna n’était autre que la gale, mais son étiologie n’ayant été reconnue qu’en 1834, au milieu d (...)

8Lorsqu’il s’agissait des affections endémiques, les chirurgiens de la Marine considéraient les conditions hygiéniques comme un facteur parmi d’autres venant contribuer à leur éclosion. C’est notamment le cas pour la sarna9, qui attaquait exclusivement les caboteurs du pays, les prisonniers et les marins de l’escadre française. Cette maladie fut remarquée pour la première fois par Marius Amic. Il la regarda comme étant le fruit de trois facteurs – l’ingestion permanente des eaux de la rivière, le régime alimentaire essentiellement carné et l’humidité froide constante auxquels ces hommes étaient soumis – chaque facteur à lui seul ne pouvant suffire à son apparition (Amic, 1842 : 24). Bien que le climat soit un facteur tenu pour majeur dans l’apparition et dans la modification de la pathologie, l’incidence du régime et du genre de vie étaient tout autant prises en compte pour appréhender et expliquer le développement de nombreuses affections (Saurel, 1850 : 83. nk 100, 9317). Compte tenu du cosmopolitisme caractéristique de la Plata, les chirurgiens de la Marine allaient pouvoir étudier de près la manière dont cette population très diversifiée était frappée par la maladie.

Inégalités des populations face aux maladies au prisme des mœurs et des origines ethniques

  • 10 L’esclavage avait été aboli en Uruguay en 1830, mais il était encore en Argentine où il fut aboli s (...)

9Anglais, Français, Italiens, Américains des États-Unis, Allemands, esclaves, anciens esclaves et descendants d’esclaves venus d’Afrique10, amérindiens et métis cohabitaient dans la région rioplatense. Ces habitants avaient des mœurs, des niveaux d’instruction et des activités professionnelles fort différentes. Les chirurgiens de la Marine vont observer et chercher à comprendre pourquoi une population soumise aux mêmes influences de température sur un territoire donné n’était pas forcément exposée aux mêmes maladies dans son intégralité (Brunel, 1842 :27, 37). Leurs commentaires comportent parfois une dimension raciale notable.

10Ces observateurs européens ont ainsi regardé le métissage entre les blancs et les indiens, donnant origine aux gauchos, comme étant à l’origine de la population la plus robuste. Habitant la campagne, ces hommes étaient réputés avoir une constitution de fer. Ils étaient néanmoins, remarquait-on, prédisposés aux hernies, du fait qu’ils montaient quotidiennement à cheval et par ailleurs ils exerçaient de manière limitée et uniforme leurs facultés mentales (Brunel, 1842 : 32 ; Bouffier, 185 : 17-18). Quant à leurs femmes – dénommés chinas –, elles semblaient également avantagées, du moins face à certaines affections, comme celles du poumon. A la différence des femmes de la ville, exposées à un air impur, serrant leurs corsets d’une manière excessive et accusées de s’adonner dès l’enfance à l’onanisme, ce qui épuisaient précocement leur constitution et favorisaient l’apparition de la phtisie, les chinas vivaient au contact permanent d’un air pur et buvaient l’eau du fleuve Uruguay, se mariaient de bonne heure et ne craignaient pas d’avoir de nombreux enfants (Maurin, 1853 : 29-30. 9554). Les chirurgiens de la Marine examinent sans conteste la population féminine au prisme des préjugés des médecins naturalistes de leur temps, il n’y a pas lieu de s’en étonner. Si les mœurs des chinas furent unanimement reconnues comme un bon préservatif contre la phtisie, l’usage de l’eau de l’Uruguay fut en revanche à plusieurs reprises signalé comme préjudiciable à la santé des populations. Chargée en salsepareille, sassafras et d’autres végétaux aux vertus sudorifiques et purgatives, mêlée aux eaux vaseuses et impures du Paraná et du Paraguay, sa consommation provoquait chez les marins et les habitants du littoral une irritation gastro-intestinale permanente, dont la sarna n’aurait été qu’une suite et le symptôme (Amic, 1842 : 15-16). De plus, se chargeant, comme les eaux de toutes les rivières après la pluie, d’importantes quantités de substances minérales calcaires, l’eau de l’Uruguay prédisposait, notait-on, à l’apparition du goitre. Ce dernier était endémique, surtout dans les villes aux pieds des cordillères, sur les bords des rivières ou aux environs des marais, et il attaquait en majorité les chinas aux menstrues irrégulières, les gauchos et la population européenne vivant à l’intérieur des terres (Petit, 1850 : 20). A contrario, à Montevideo et Buenos Aires, villes baignées par l’eau salée, où les gens faisaient usage des eaux de pluies plutôt que de celles des puits, en général chargées de particules salines, le goitre était quasiment absent. Aussi, ayant observé que les goitres développés dans la province de Mendoza guérissaient en peu de temps si les malades déménageaient, les médecins conseillaient le changement de localité pour les faire disparaître (Brunel, 1842 : 47-48).

11Les lieux d’habitation ont également retenu l’attention des chirurgiens de la Marine séjournant dans le Rio de la Plata. Ils représentaient de longue date un facteur pris en considération dans les topographies médicales. Aussi les observateurs soulignaient-ils qu’à Montevideo et Buenos Aires, les maisons, construites dans le genre espagnol, étaient vastes et bien aérées ; toutefois, elles semblaient conçues pour se garder de la chaleur mais pas pour se garantir du froid, car, bâties avec du sable de mer, elles étaient humides (Saurel, 1850 : 56-57. 9292), ce qui facilitait l’apparition d’affections dentaires, très fréquentes parmi les Européens, qui, après y avoir séjourné pendant plusieurs années, voyaient leur dentition gâtée (Brunel, 1842 : 40). Également soumis à l’humidité du fait d’habiter dans des cabanes peu abritées des intempéries de l’air, couchant par terre et mal vêtus en toute saison, les gauchos étaient, de leur côté, sujets à la dysenterie (Bouffier, 1857 : 29).

12Enfin, l’on relevait, qu’en dépit du fait qu’elle ne prospérait guère sur les bords de la Plata, la population noire, sous l’influence de la bonté du climat, y était plus active et plus disposée au travail que dans les Antilles. Une telle caractérisation de la population noire, réduite à ses aptitudes au labeur, nous rappelle que l’abolition de l’esclavage était intervenue seulement quelques années plus tôt en Uruguay et qu’il existait encore en Argentine. Quant aux observations dédiées à la population européenne, notons que nos chirurgiens topographes sociaux soulignent les bienfaits du climat rioplatense sur les Espagnols, dont la constitution, loin de s’altérer dans ces contrées, se serait au contraire améliorée. Cette amélioration physique s’accompagnait d’un changement positif de caractère, amélioration morale aux yeux de Brunel, moins due au climat qu’aux fréquents contacts avec les autres Européens (Brunel, 1842 : 28-31). Là comme ailleurs, la perception des populations et de leur état sanitaire par les observateurs européens issus du monde médical revêt une dimension physique et morale indissociable à l’époque.

13Faire le bilan des diverses affections provoquées aussi bien par le climat que par les mœurs amenèrent les chirurgiens de la Marine à découvrir les divers traitements employés sur place pour les soigner et à s’interroger sur leur efficacité. Ce fût pour eux l’occasion de rencontrer et de nouer des liens avec les divers acteurs médicaux présents sur les rives de la Plata.

Dépeindre l’état de la médecine et les conditions sanitaires du territoire

Des moyens thérapeutiques limités, mais une circulation dynamique de savoirs et de pratiques

  • 11 À peine 41 praticiens de l’ensemble des branches médicales en 1840, et 65 en 1847 ont été recensés (...)

14Puisqu’au moment du blocus et de la Guerre, la sphère médicale rioplatense était à peine dans une première phase de son organisation, les chirurgiens de la Marine française sont venus renforcer le maigre corps de praticiens locaux11 pour secourir les membres de l’Armée et la population civile, en fonction de leurs déplacements et des besoins du moment. Ils ont pu ainsi constater que « toute la médecine se réduit à l’administration de purgatifs » (Amic, 1842 : 16. 9493). Les eaux des rivières -dont nous avons évoqué ci-dessus les rapports établis avec certaines maladies -, étaient communément érigées au rang de médicaments par la population. Elle en faisait usage aussi bien pour les maladies chroniques de la poitrine que pour arrêter les calvities naissantes ou encore dans les syphilis invétérées, contre lesquelles elles étaient réputées « sévèrement efficaces ». Cette croyance populaire fut contestée par Saurel, qui ne rappelait qu’aucun fait probant n’était venu démontrer la réalité des vertus thérapeutiques prêtées à ces eaux. Mais ces vertus furent reconnues en revanche par des savants comme Sigaud. Ce dernier attribua en effet aux principes salins et saturés de salsepareille les pouvoirs curatifs des eaux du Río Negro (Saurel, 1851 : 19-20).

15La faible médicalisation du pays est ici un élément déterminant dans les pratiques populaires. Certes il existait déjà plusieurs hôpitaux dans des villes comme Montevideo, mais nombre d’entre eux ne recevaient pas de femmes. La population, surtout celle issue des classes pauvres, répugnait encore à se faire soigner dans ces institutions médicales, par manque de moyens, mais souvent aussi par défiance (Saurel, 1851 : 9). La sous-médicalisation était naturellement, davantage encore, criante dans les terres de l’intérieur. Ainsi à Corrientes, Petit ne rencontra pas un seul médecin, tous étant partis avec l’armée. Il restait un seul et unique pharmacien, installé dans les lieux depuis 25 ans (Petit, 1850 : 20-21). Or ce dernier encourageait l’automédication, et surtout la consultation de guérisseurs. L’arsenal médicamenteux de ces derniers incluait l’urine d’enfant, ainsi qu’un grand nombre de plantes cueillies à des heures et des époques particulières et qui servaient à guérir toutes sortes de maladies. En cas d’échec, le guérisseur arguait qu’un sort jeté au malade avait détruit l’efficacité de ces remèdes (Petit, 1850 : 30-31). Néanmoins ce tableau mérite d’être nuancé. Certains guérisseurs réussissaient parfois là où les médecins locaux n’avaient été d’aucun secours. L’administration du vomitif Le Roy prescrite par des guérisseurs, néfaste dans le traitement de nombreuses maladies, parvenait à rétablir les personnes atteintes de fièvres bilieuses, tandis que les médecins du pays « attachés aux erreurs de la médecine physiologique » et n’y voyant qu’une gastrite aiguë ou une gastro-entérite, saignaient et appliquaient des sangsues et cataplasmes à l’épigastre pendant des semaines, traitement aussi rude qu’inefficace auquel ne survivaient que les individus suffisamment robustes. Quant aux chirurgiens de la Marine confrontés à cette affection, ils firent usage d’un traitement combinant l’ipécacuanha à des laxatifs doux, comme l’eau de Sedlitz, la manne ou l’eau de tamarin, en vogue au Brésil et dans les Antilles, et qui jouissait d’un succès incontestable. Les médecins français installés à Montevideo, à la différence de leurs confrères locaux, recourraient au même type de traitement (Petit, 1850 : 29-31). La population accueillit d’autant plus volontiers ces ordonnances qu’elles présentaient des prescriptions « extraordinaires », s’apparentant en cela à celles des guérisseurs traditionnels. La sorte de vénération pour les médecins européens qui se développe à ce moment-là repose tout autant sur les pouvoirs magiques qu’on leur prête, au même titre que les curanderos, que par la reconnaissance de leur expertise scientifique (Maurin, 1853 : 17-19).

16Concernant la prise en charge des armées et des hommes du blocus, les chirurgiens de la Marine ont pu s’appuyer sur leurs acquis dans d’autres points du globe, comme le fit Bouffier. Ce dernier parvint notamment à soigner des plaies gangreneuses provoquées par les piqûres de moustiques dans la Paraná, dont l’évolution était la même que celles rencontrées auparavant dans les îles Marquises (Bouffier, 1857 : 21. Par ailleurs, les officiers de santé de la Marine ont aussi bénéficié de l’expérience de leurs compatriotes installés de longue date sur place, et qui, après diverses expérimentations, étaient à même d’identifier les traitements les plus efficaces. Louis-Alexandre Petit pût ainsi mettre à profit le savoir-faire de Brunel et Martin, qui avaient guéri natifs et Européens des blessures légères par l’utilisation de saignés et de ventouses scarifiées le long du rachis, par la saturation mercurielle, par le calomel ou par les frictions d’onguent napolitain et les lavements avec une décoction de feuilles de tabac. Ces médecins avaient montré qu’il fallait délaisser l’opium à hautes doses et les antispasmodiques, inefficaces dans le traitement du tétanos traumatique (Petit, 1850 : 16. 9719), qui inquiétait alors grandement dans cette période de conflits où il était assez fréquent.

17Lors des affections peu connues, le tâtonnement fût de mise. Ainsi, croyant traiter la gale, Maurin isola les malades, et les soigna avec la pommade d’Helmeric, sans succès, puis avec de l’onguent citrin, ce qui aggrava la maladie. Mis au courant de sa méprise par un membre de l’équipage qui lui expliqua qu’il s’agissait de la sarna, Maurin consulta le travail de Marius Amic. Celui-ci avait d’abord vainement utilisé de nombreuses préparations pharmaceutiques et des purgatifs, avant de décider de combattre l’affection par des moyens hygiéniques qui apportèrent les résultats escomptés. Des lotions et des bains d’eau de mer, d’après lui, permettaient de hâter la disparition de la sarna (Amic, 1843 : 25-28). En se fondant sur cette expérience, Maurin mit en place un traitement thérapeutique qui associait les bains avec de l’eau de mer, un changement de régime privilégiant le lait, des racines de guimauve ou de graines de lin, la consommation de végétaux frais et d’oseille conservée, ainsi qu’une hygiène poussée, grâce auquel il empêcha la maladie de s’aggraver (Maurin, 1853 : 22-24). Comme son prédécesseur, Maurin observa en outre qu’en s’éloignant du fleuve les malades étaient délivrés comme par enchantement de la sarna.

  • 12 Celle-ci se composait de 5000 membres, dont 2500 Français, 500 Italiens et le même nombre d’Argenti (...)
  • 13 En effet, plusieurs tentatives de sédation à l’éther sulfurique effectuées en 1847 à l’hôpital de l (...)

18Enfin, les chirurgiens de la Marine ont collaboré activement avec les hôpitaux de la Légion française et de La Caridad, qui, avec celui de la Légion italienne, secouraient l’armée de la défense12. Petit et Maurin ont ainsi travaillé à l’hôpital de La Caridad durant leur séjour, ce qui leur a permis d’observer de près les soins prodigués aux blessés et de participer à leur prise en charge auprès des médecins locaux. Brunel, quant à lui, devint l’un des plus remarquables collaborateurs de l’armée de la défense. Devenu chirurgien second à l’Hôpital de la Légion française, il y travailla auprès du premier médecin, Martin de Moussy, et d’autres praticiens français mus par le devoir de prêter leurs services aux compatriotes engagés dans la cause de Montevideo (Lefèvre, 1852 : 55-56 ; Braconnay, 1943 : 54-56). Servant également à l’Hôpital de La Caridad, Brunel y effectua avec succès, en 1848, la première opération sous anesthésie au chloroforme de l’Amérique latine, expérience réussie grâce à la préparation chimique de son compatriote Jules Lenoble. Cet évènement d’une importance majeure dans l’histoire de la médecine sud-américaine dévoile l’active circulation de savoirs et de pratiques qui, en dépit de la conjoncture, avait lieu à cette période sur le sol rioplatense13.

Une salubrité exceptionnelle, permettant l’acclimatation facile des Européens

19L’oscillation forte et régulière des températures, facteur climatique primordial dans l’éclosion et la modification des pathologies de la Plata, était directement liée aux vents de la région qui, comme les eaux des rivières, pouvaient être tantôt nuisibles, tantôt favorables, à la santé des populations, en agissant dans le développement et l’évolution des affections physiques et morales. Jugé particulièrement redoutable, le vent chaud et humide du Nord (Maurin, 1853 : 19) et du Nord–Est, exerçait des influences néfastes aussi bien sur le moral que sur le physique. Il exacerbait et faisait surgir des problèmes névralgiques ou rhumatismaux chez des individus qui ne les avaient jamais ressentis. Il était également réputé altérer le caractère des individus, au point de donner lieu à un plus grand nombre de querelles qui finissaient de manière tragique (Saurel, 1851 : 76). Quant à son action sur les Européens, le vent du Nord et du Nord– Est leur occasionnait un abattement général, une lourdeur dans la tête, rendant pénibles leurs digestions et difficiles leurs activités intellectuelles (Brunel, 1842 : 38). A contrario, le vent du Sud et du Sud– Ouest, connu par la population sous le nom de pampero, en rendant l’air vif et sec et en faisant disparaître l’humidité, était le vent salubre par excellence (Saurel, 1851 : 47). Il contribuait à l’amélioration de nombreuses affections, il semblait même immuniser la population locale à l’égard des fièvres typhiques (Bouffier, 1857 : 20) et favoriser la guérison des blessés au point que ceux qui se trouvaient dans les hôpitaux « prédisaient l’arrivé de ce vent du S.–O. avant qu’il ne soufflât, d’après le bien-être subit qu’ils ressentaient » (Maurin, 1853 : 34).

20Par ailleurs, bien que son influence sur le tétanos soit néfaste, la force et l’impact du pampero procuraient également, tel que l’ont consigné des savants comme Arago et Collot, de nombreux bienfaits pour la salubrité des villes. Arrivant des cordillères chiliennes en traversant les pampas de Buenos Aires et le Río de la Plata, le pampero purgeait l’atmosphère des émanations marécageuses ayant leur source dans l’intérieur du pays et dans le Brésil limitrophe (Petit, 1850 : 11). De plus, son élasticité, sa pureté et sa force « seraient à désirer de tout temps pour chasser l’humidité qui est excessive dans les maisons ». Son « impétuosité », ajoutait Brunel, « permettait à l’atmosphère de rester pure et diaphane » (Brunel, 1842 : 23), et venait ainsi contrebalancer les conséquences des mœurs de la population peu favorables à la préservation d’un air sain. Bouffier affirme qu’il n’a jamais rencontré « une population plus ennemie des mesures hygiéniques, ou plus insouciante à leur égard, que n’est celle de la Plata ». Les habitants jettent des immondices sur la voie publique, en particulier un grand nombre de cadavres issus des abattoirs, mais aussi les corps en putréfaction des animaux de compagnie. Aussi Bouffier ne trouve-t-il d’autre explication à la salubrité rioplatense que l’action du pampero : ce vent aux vertus éprouvées abaisse la température, « l’air devient piquant et sec ; alors les tissus putréfiés se crispent… les liquides s’évaporent forcément, et il ne reste plus, de matières de fermentation, qu’une masse sèche, racornie, et qui sert aux naturels à faire du feu » (Bouffier, 1857 : 19-20). Face à l’infection des sols et des voiries qui choquait à la fois l’odorat et les yeux, le pampero fût considéré comme « le grand balayeur des miasmes répandus sur les ports de Buenos Aires et Montevideo » (Petit, 1850 : 13).

21Unanimes sur la salubrité intrinsèque de la région, les chirurgiens de la Marine ont donc souligné ses avantages pour l’installation des migrants. En effet, l’invariabilité des influences atmosphériques de la Plata déclenchait, d’année en année, les mêmes affections, et qui de plus s’avéraient similaires à celles des climats tempérés. Dans la Plata, bon nombre d’entre elles étaient mêmes avantageusement modifiées dans leur marche par les caractéristiques propres au climat (Saurel, 1850 : 79 ; Maurin, 1853 : 35). Plus encore, après quelques années de séjour dans ces contrées, les Européens originaires des grandes villes étaient régénérés, et leurs enfants nés sur place ne seraient plus porteurs des cachexies dont ils auraient hérité de leurs parents en venant au monde dans des conditions et dans un milieu défavorable. À la différence de ce qui se passait dans les colonies françaises, où de nombreux Européens succombaient faute d’avoir réussi à s’acclimater, dans cette région aucune maladie endémique ne nécessitait un long acclimatement. Ainsi, loin des dangers que représentait l’installation sous d’autres latitudes, « nos compatriotes ont-ils cru y retrouver le beau ciel du midi de la France, en même temps qu’ils y rencontraient un sol vierge, et la possibilité d’arriver promptement par leur travail à une aisance inconnue aux ouvriers de nos villes. » (Petit, 1850 : 38).

  • 14 Tel qu’il le signala dans le frontispice de son ouvrage Observations sur l’eucalyptus globulus (tas (...)
  • 15 Sa participation, avec l’ensemble de médecins français, à la gestion de cette épidémie a été abordé (...)

22Ces avantages climatiques, tellement important pour la médecine néo-hippocratique et maintes fois mis en relief, n’a pas uniquement attiré la population civile : « séduit par la beauté du climat »14, Brunel démissionna du corps de la Marine pour s’établir définitivement en Uruguay, où il deviendra l’une des figures centrales de la sphère médicale. Son engagement dans la lutte contre la fièvre jaune en 185715 lui valut d’être nommé président de la Junta de Higiene Pública, charge qu’il partagea avec ses activités de médecin au sein de l’hôpital de la Charité. Brunel continua de porter un intérêt soutenu aux questions d’acclimatement et publia plusieurs ouvrages où il affirmait que ce dernier était possible en respectant une bonne hygiène de vie, sans risque de maladie ou de mort (Brunel, s.d. : 11), crainte majeure des voyageurs de la période.

Conclusion

  • 16 Ayant gagné en 1871 le Prix de Médecine navale pour son travail La station navale du Brésil et de l (...)

23Coupler une pratique médicale intense et efficace avec l’écriture scientifique fût le trait distinctif des chirurgiens de la Marine française. Cette double activité constitue l’apport majeur de leur séjour rioplatense. Ces chirurgiens français ont indéniablement contribué à colmater la pénurie médicale en prêtant secours à l’ensemble de la population locale. Les travaux qu’ils rédigèrent alors rassemblaient une inestimable quantité de données sur la pathologie, l’hygiène et l’acclimatement dans la Plata, pour lequel il n’existait encore guère de renseignements. Pionniers de la littérature médicale de la région, qui, en raison de la complexité du contexte politique, économique et social et de l’état embryonnaire de la sphère médicale, mit encore quelques décennies à s’amorcer, leurs travaux vont rester pendant très longtemps une référence incontournable pour leurs successeurs dans la station navale du Brésil et de la Plata. François Devoti, Palasne Champeaux ou, encore, Bourel-Roncière y ont puisé de nombreux enseignements dont ils se sont servis dans leur pratique à leur arrivée dans la région, mais aussi pour conduire leurs propres travaux scientifiques16.

24Socle de la mémoire médicale rioplatense, les travaux de ces chirurgiens de la Marine ont donné lieu à des thèses qu’ils ont soutenues à la faculté de médecine de Montpellier. Ce type de séjour rioplatense joua donc un rôle important dans leurs parcours, car, en plus de faire gagner de l’expérience dans le traitement de diverses pathologies – nous pensons ici particulièrement à la sarna – il leur a offert la possibilité d’acquérir le titre de docteur, lequel ouvrait un large éventail de possibilités pour l’avenir. En effet, devenus docteurs, ils pouvaient enseigner, s’insérer dans la pratique civile ou encore, pour ceux désirant rester dans la Marine, accéder au carré des officiers, importante ascension pour des chirurgiens qui étaient soumis à de dures conditions de vie et d’exercice de leur métier au cours de leurs diverses campagnes. Comme le déplore Amic, ils devaient faire face à la pauvreté des moyens pharmaceutiques mis à leur disposition (Amic, 1842 : 25) et au peu de reconnaissance de leur travail. Le témoignage de Petit le confirme, qui ne manque pas de signaler qu’en dépit des pertes humaines occasionnées par leur campagne dans la Plata, le temps de service de l’équipage était compté comme service en temps de paix (Petit, 1850 : 30).

25L’activité de ces chirurgiens mérite donc d’être soulignée, surtout lorsque l’on considère les difficultés inhérentes à leur quotidien au sein de la Marine, notamment la précarité de leurs ressources thérapeutiques. Cette précarité a, toutefois, motivé leurs interactions et les liens qu’ils ont noués, non seulement avec leurs confrères locaux, mais aussi avec la population et les guérisseurs. Ces interactions ont facilité les nombreux échanges de connaissances et de savoir-faire, bien qu’ils aient dû constamment les ajuster en fonction des besoins et de l’endroit où ils se trouvaient.

  • 17 « Actas de la Sociedad de medicina montevideana », sesión del dia 25 de julio de 1854, presidencia (...)

26Enfin, bien qu’une fois rentrés en France et après avoir soutenu leur thèse, nous ayons perdu leur trace pour la plupart, nous savons qu’au moins Saurel, une fois devenue docteur quitte la Marine et conserva des liens durables avec la sphère médicale uruguayenne. Il envoya sa thèse à la Sociedad de medicina montevideana, dont il devint membre associé en 1854. devenu directeur de la Revue thérapeutique du Midi et membre actif de plusieurs sociétés savantes françaises ainsi que de l’Académie royale de médecine et de chirurgie de Madrid (Hahn, 1879 : 96-97), Il entama avec la société savante rioplatense un échange régulier de journaux scientifiques17, accomplissant ainsi un rôle de trait d’union que Brunel, resté en Uruguay, perpétua également en jouant habilement de ses contacts avec le monde médical international pour instaurer une circulation réciproque de connaissances médicales de part et d’autre de l’Atlantique. Brunel adressait en effet le fruit de ses recherches en Uruguay aux sociétés savantes françaises intéressées par les découvertes réalisées sous d’autres climats (Brunel, 1872). Par ailleurs, grâce à sa correspondance assidue avec des confrères de diverses nationalités, il recevait des informations essentielles sur les innovations les plus récentes – même si la lecture de la presse spécialisée internationale lui en apportait déjà un bon écho– pour ensuite les mettre en pratique dans sa terre d’adoption.

Inicio de página

Bibliografía

Sources

Anales de la Sociedad de Medicina montevideana, Primer año, Tomo 1, n° 6, noviembre de 1854, Montevideo.

Archivo General de la Nación (Uruguay), Fondo Ministerio de Gobierno, subfondo Junta de Higiene Pública, caja 19, carpeta 20.

Courrier de la Plata, n° 31, año 1, 22 de julio de 1847.

AMIC, Marius, Notes sur une maladie de la peau, endémique dans les provinces du Rio de la Plata, Thèse présentée et soutenue à la faculté de médecine de Montpellier le 30 mars 1842, Montpellier, Veuve Ricard, 1842.

BOUFFIER, Joseph-Honoré, Relation médico-chirurgicale de la campagne de la corvette à vapeur Le Gassendi pendant les années 1845, 1846, 1847, 1849, 1850 dans la Plata et l’Océanie, Thèse présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Montpellier le 30 mars 1857, Montpellier, Boehm, 1857.

BRUNEL, Adolphe, Observations topographiques, météorologiques et médicales faites dans le Rio de la Plata pendant le Blocus de Buenos-Ayres : présentées à l’Académie royale de médecine de Paris le 7 décembre 1841, Paris, Desloges, 1842.

__________, Observations sur l’eucalyptus globulus (tasmanian Blue Gum), J.B. Baillière, Paris, 1872.

__________, Artículos sobre medicina e higiene, facsimile trouvé à la Biblioteca Nacional de Buenos Aires, sans information d’édition.

DEZEIMERIS, « Gale », in Adelon, Béclard, Bérard (et al.), Dictionnaire de médecine ou répertoire des sciences médicales, considérées sous le rapport théorique et pratique, 2e édition, Tome 13, FÉB-GAN, Paris, Béchet Jeune, 1836, p. 535-584.

HAHN, L., « Saurel (Louis-Jules) », in Amédée Dechambre(dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, série 3, Tome 7, SAR – SCL, Paris, G. Masson, P. Asselin, 1879, p. 96-97.

MAURIN, François, Souvenirs de la climatologie et de la constitution médicale de l’Uruguay, de 1845 à 1849, Jean Martel Ainé, Imprimeur de la Faculté de Médecine, Montpellier, 1853.

PETIT, Louis-Alexandre, Considérations médicales sur la campagne de la frégate Erigone dans la rivière de la Plata (Amérique du Sud), de 1845 à 1850, Thèse présentée et soutenue à la faculté de médecine de Montpellier le 28 janvier 1850, Montpellier, J. Martel Ainé, Imprimeur de la Faculté de Médecine, 1850.

SAUREL, Louis-Jules, Essai d’une climatologie médicale de Monte-Video et de la République Orientale de l’Uruguay (Amérique du Sud), Thèse présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Montpellier le 25 février 1851, Montpellier, Imprimerie de Ricard Frères, 1851.

FABRE, Eugène, Les anglo-français dans la Plata sous la dictature de Rosas (1835-1852), Paris, Berger-Levrault et Cie., 1879.

LEFÈVRE, Joseph., La Légion française, première année du siège de Montevideo. Extraits des souvenirs d’un volontaire, Montevideo, Imprimerie du Patriote français, 1852.

Question de la Plata (1837-1845). Extrait de la Revue Nouvelle. Livraison du 15 décembre 1845, Paris, Impr. Plon frères, 1846.

REYDELLET, Alexandre, « Topographie (médicale) », in Adelon, Alibert, Barbier, Bayle, Dictionnaire des sciences médicales, vol. 55., TET-TRIC, Paris, C. L. F. Panckoucke, 1821, p. 298-311.

Bibliographie

AGUIRRE, Andrés, FÉRNANDEZ, Luciana y GARCÍA, Yesica (2014), « La batalla de Vuelta de Obligado, su contexto histórico y las fuentes : una mirada desde los documentos escritos para un estudio interdisciplinario », Cuadernos de Antropología, n° 12, julio-diciembre, 209-224, PROARHEP, Universidad Nacional de Luján, <http://ppct.caicyt.gov.ar/index.php/cuan/article/view/5181>, consulté le 13 mars 2015.

BRISOU, Bernard, « Trois cents ans de médecine navale. Du grand siècle à nos jours », Médecine et armées, 2008, vol. 35, n° 5, p. 507-516.

BARRÁN, José Pedro, Apogeo y crisis del Uruguay pastoril y caudillesco, 1839-1875, Coll. « Historia uruguaya », tomo 4, Montevideo, Ediciones de la Banda Oriental, 1990.

BRACONNAY, Claudio María, La Legión Francesa en la defensa de Montevideo, Montevideo, Claudio García & Cia. Editores, 1943.

DE LA SOTA, Juan, Historia del Territorio Oriental del Uruguay, Tomo II, Montevideo, Ministerio de Instrucción Pública y Previsión Social, 1965.

Fredj, Claire, Médecins en campagne, médecine des lointains : le service de santé des armées en campagne dans les expéditions lointaines du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), 2 vol. , Paris, EHESS, 2006.

LEONARD, Jacques, Les officiers de santé de la Marine française de 1814 à 1835, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1967.

HALPERIN DONGHI, Tulio, Historia Argentina. De la revolución de independencia a la confederación rosista, Buenos Aires, Paidós, 1993.

PERDICOYIANNI-PALEOLOGOU, Helen, « The officier de santé in 19th-century France : A PA prototype », Journal of the American Academy of Physician Assistants, vol. 30, september 2017, Issyue 9, p. 1-3, <DOI : 10.1097/01.JAA.0000522140.98940.ad>, consulté le 20 février 2020.

PIVEL DEVOTO, Juan E., Historia de los partidos políticos en el Uruguay, Montevideo, Topografía Atlántida, 1942.

ROSA, José María, Historia argentina, Tomo IV : Unitarios y federales (1826-1841), Buenos Aires, Editorial Oriente S.A., 1972.

Inicio de página

Notas

1 Nous évoquerons aussi le rôle et les travaux Adolphe Brunel qui, bien qu’étant déjà médecin, remplit la fonction de chirurgien-majeur de la corvette la Perle au moment du premier blocus de Buenos Aires.

2 Ces six chirurgiens sont : Joseph-Honoré Bouffier (1821-1898), Adolphe Brunel (1810-1871), Louis-Alexandre Petit (1815-1896), Louis-Jules Saurel (1825-1860), François et Maurin Marius Amic, dont nous n’avons pas pu nous procurer leurs dates de naissance et de mort exactes.

3 Le fédéralisme prônait l’autonomie de chaque province, alors que l’unitarisme souhaitait la mise en place d’un gouvernement central fort. En tant que fédéraliste, Rosas signa dans son premier mandat le Pacto Federal, resté en place jusqu’en 1853, et grâce auquel chaque province garda son indépendance. Buenos Aires, conservant la gestion des affaires étrangères, vit augmenter sa suprématie vis-à-vis des provinces de l’intérieur, surtout dans le domaine économique, grâce aux recettes qu’elle tirait du port et de la douane (Rosa, 1972).

4 Question de la Plata (1837-1845). Extrait de la Revue Nouvelle. Livraison du 15 décembre 1845, Paris, Impr. Plon frères, 1846, p. 6-7.

5 Fondé en 1836 par l’ex-président Fructuoso Rivera, le parti Colorado avait une doctrine libérale. Proche de la population et sympathisant avec les unitaires de la Confédération et les idéologies européennes, il lutta pour le droit des Uruguayens à se gouverner sans interférence externe. A contrario, le parti Blanco fondé par Manuel Oribe, affichant une idéologie conservatrice, visait à organiser le pays d’une manière traditionnelle, en continuité avec le régime colonial, raison pour laquelle ses partisans furent connus comme « les défenseurs des lois » (Pivel Devoto, 1942).

6 Sur les officiers de santé de la Marine qui nous intéresse, les travaux pionniers de Jacques Léonard (1967) restent une source essentielle. Voir aussi Fredj, 2006 et Perdicoyianni-Paleologou, 2017.

7 Sur les topographies médicales nous renvoyons aux travaux de Marie–Françoise Rofort Les topographies médicales. Une géographie des maladies et de la santé aux 18e et 19e siècles, Université de Paris VII, 1987, (2 Vol) et Hugues Moussy, Les Topographies médicales françaises des années 1770 aux années 1880 : essai d’interprétation d’un genre médical, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2003.

8 Pourtant, à ce moment, Le Gassendi participait à la dénommée Batalla de la vuelta de Obligado, où des escadres franco-anglaises tentèrent d’établir des relations commerciales avec les provinces argentines de Santa-fé, Entre-Ríos et Corrientes en dédaignant l’autorité de Rosas, chargé des relations extérieures de la Confédération argentine (Aguirre, Fernández et García, 2014: 209-224).

9 La sarna n’était autre que la gale, mais son étiologie n’ayant été reconnue qu’en 1834, au milieu de nombreuses controverses, des doutes persistaient encore à son propos au moment du séjour des chirurgiens de la Marine dans la Plata (Dezeimeris, 1836 : 535-584).

10 L’esclavage avait été aboli en Uruguay en 1830, mais il était encore en Argentine où il fut aboli seulement en 1853.

11 À peine 41 praticiens de l’ensemble des branches médicales en 1840, et 65 en 1847 ont été recensés par la Junta de Higiene Pública. Archivo General de la Nación, Fondo Ministerio de Gobierno, Subfondo Junta de Higiene Pública, caja 19, carpeta 20, Relación de los profesores habilitados para ejercer sus profesiones, 1840/02/26, fojas 145-147.

12 Celle-ci se composait de 5000 membres, dont 2500 Français, 500 Italiens et le même nombre d’Argentins, épaulés de 1400 noirs affranchis et d’à peine 800 Uruguayens (Barrán, 1990: 27).

13 En effet, plusieurs tentatives de sédation à l’éther sulfurique effectuées en 1847 à l’hôpital de la Légion française avaient échoué. Puis, Brunel réussit l’anesthésie sous chloroforme, qui venait à peine de faire ses preuves en Angleterre, quelques mois auparavant. Hélas, en dehors des quelques renseignements parus dans le Courrier de la Plata (n°31, año 1, 22 de julio, 1847), dont nous avons tiré ces informations, nous n’avons pas pu nous procurer davantage d’informations à ce propos, y compris dans la presse spécialisée rioplatense.

14 Tel qu’il le signala dans le frontispice de son ouvrage Observations sur l’eucalyptus globulus (tasmanian Blue Gum), Paris, 1872.

15 Sa participation, avec l’ensemble de médecins français, à la gestion de cette épidémie a été abordée dans notre article « Promoteurs de réseaux et pratiques sanitaires : Médecins français à l’œuvre lors de l’éclosion de fièvre jaune de 1857 à Montevideo », dans le même numéro.

16 Ayant gagné en 1871 le Prix de Médecine navale pour son travail La station navale du Brésil et de la Plata, Bourel-Roncière, lorsqu’il se réfère au climat de la Plata, tire des informations sur ses effets sur les Européens du travail de Brunel La higiene de Montevideo et renvoie au travail de Saurel en ce qui concerne les données thermométriques, qu’il avait suffisamment approfondies.

17 « Actas de la Sociedad de medicina montevideana », sesión del dia 25 de julio de 1854, presidencia del Sr. Vavasseur », Anales de la Sociedad de Medicina montevideana, Primer año, Tomo 1, número 6, noviembre de 1854, Montevideo, p. 182-189.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nancy González Salazar y Christine Théré, «Les Chirurgiens de la Marine française : des « acteurs vecteurs » de la circulation des savoirs médicaux entre la France et le Rio de la Plata (1838-1852)»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 40 | 2020, Publicado el 26 enero 2021, consultado el 27 enero 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9068; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9068

Inicio de página

Autores

Nancy González Salazar

EHESS-ALHIM
Nancy González-Salazar est Docteure en Histoire et civilisations par l’EHESS (Paris) qualifiée en Histoire et épistémologie des sciences et en Histoire contemporaine ; associée au groupe de recherche ALHIM et membre de la Canadien Society for the History of Medecine

Artículos del mismo autor

Christine Théré

INED (France)
Christine Théré est Directrice de recherche à l’Ined (Institut national d’études démographiques)

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search