Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros40Promoteurs de réseaux et pratique...

Promoteurs de réseaux et pratiques sanitaires : Médecins français à l’œuvre lors de l’éclosion de fièvre jaune de 1857 à Montevideo

Nancy González Salazar

Resúmenes

A partir d’une étude de cas, celle de la première éclosion de fièvre jaune à Montevideo, cet article met en exergue le rôle joué par un groupe de médecins et pharmaciens français installés en Uruguay dans la gestion du fléau et l’impact de leur intervention lors de cette crise épidémique sur l’ensemble de la société. Par contraste, il dévoile la faiblesse de l’institution régulatrice de la médecine locale et ses rapports complexes avec d’autres acteurs sociétaux (la population, les membres de l’église, etc.), ainsi que l’absence de cohésion parmi les membres de la sphère médicale et le degré de méconnaissance qui existait alors à propos de la fièvre jaune, autant de raisons ayant ralenti la mise en place de mesures de la part de l’institution médicale.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Déjà soulignée par l’historiographie, l’influence de la médecine française sur celle de l’Uruguay a surtout été dépeinte à travers l’étude de praticiens étrangers qui, jouissant de plus ou moins de reconnaissance internationale, se sont installés en Uruguay au cours du 19e siècle ou par le biais de la mise en lumière de l’impact direct ou indirect des découvertes médicales européennes sur l’essor de la médecine locale (Barrán, 1992 ; Mañé Garzón, 1996 ; Mañé Garzón et Pou Ferrari, 2004).

2Consacré à analyser la première épidémie de fièvre jaune qui s’est abattue sur Montevideo en 1857, cet article recoupera ces deux grands axes de recherche. Notre regard sera centré sur la manière dont un groupe de praticiens français, au nombre réduit mais bien organisés, s’est occupé de la gestion du fléau, nous tenterons de mettre en relief l’importance tenue par leur réseau d’entraide dans la mise en place de dispositifs de contrôle de la maladie et de dégager les répercussions de leur intervention sur la sphère médicale uruguayenne.

3Pour atteindre notre objectif, nous avons fait appel exclusivement à des sources primaires constituées de la correspondance entretenue entre les professionnels de santé, la Junta de Higiene Pública, et diverses instances gouvernementales. Les Anales de la Sociedad de Medicina Montevideana ont également été consultés et, enfin, le mémoire du médecin français Adolphe Brunel concernant cette épidémie a été, aussi, amplement mis à contribution.

Vacillation et incrédulité. L’institution médicale et l’éclatement du fléau

  • 1 Archivo General de la Nación (AGN)., Fondo Ministerio de Gobierno (MG), Subfondo Junta de Higiene P (...)
  • 2 Ayant suivi l’éclosion et la marche des maladies en rapport avec le climat et collecté de nombreuse (...)
  • 3 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 11, Carpeta 40, Disponer la cuarentena de buques por nueva epidem (...)
  • 4 Seule société savante de l’époque en Uruguay, la SMM fût, malgré sa courte durée de vie, l’espace d (...)
  • 5 « Actas de las sesiones de la Sociedad de Medicina Montevideana, sesion del dia 18 de octubre de 18 (...)

4Bien que l’arrivée en masse d’Européens pauvres dans la décennie de 1830 a été considérée par les médecins installés en Uruguay comme responsable de la détérioration de la salubrité du port de Montevideo et qu’il donna lieu à l’érection du premier règlement de police sanitaire des ports1, peu de maladies furent endémiques en Uruguay dans la première moitié du 19e siècle. En effet, en dehors des des affections propres au climat tempéré du pays, seules les fièvres éruptives (en particulier scarlatine et variole et, dans une moindre mesure, rougeole) ont frappé le pays périodiquement et de manière épidémique2. Même pendant la période de la Guerra Grande, qu’affronta pendant environ une décennie l’Uruguay à l’Argentine, aucune maladie épidémique ne s’est déclarée au sein des armées, si on fait exception de celles propres à la conjoncture, qui « provenaient du service actif qu’exigeait un blocus rigoureux », parmi lesquelles le scorbut, qui fit de nombreuses victimes (Brunel, 1842 : 49 ; De Moussy, 1855 : 211-222), suivi de la gastro-entérite et de la pneumonie (Arredondo, 1928 : 103-104. mi 110-11). C’est que, bien que les changements de température fussent signalés comme responsables de l’éclosion ou de la recrudescence de plusieurs maladies (Théré, González Salazar, 2020), l’Uruguay était réputé par ses remarquables conditions météorologiques et surtout par son vent du sud-ouest, connu par les nationaux sous le nom du pampero, auquel était attribuée la salubrité ambiante et l’immunité de la population locale vis-à-vis des nombreuses affections qui frappaient les Européens. Sur la base de ces avantages climatiques et face au constat que, malgré les échanges commerciaux permanents entretenus avec Río de Janeiro, où la fièvre jaune régnait de manière endémique, le port de Montevideo n’avait jamais été frappé, s’est forgée la conviction de l’immunité locale vis-à-vis de la fièvre jaune. Quasiment généralisée, cette confiance gagna également les membres de la Junta de Higiene Pública (JHP), institution régulatrice de l’exercice médical et de veille du maintien de la salubrité publique et de la santé de la population, qui peina alors à convenir de la nécessité d’imposer des quarantaines lorsque la fièvre jaune s’intensifiait dans les divers villes brésiliennes3. D’ailleurs, lorsque, quelque temps après, Pierre Vavasseur évoque, au sein de la Sociedad de Medicina Montevideana (SMM)4, l’introduction de la fièvre jaune à Montevideo par des troupes françaises venant du Brésil en 1850, la plupart de ses confrères démentirent cet épisode en soulignant que, si la plupart de ces navires français avaient bien été touchés par le fléau, aussitôt arrivés à la Plata, la maladie cessait, puisque « la latitude de Montevideo rejetait la maladie »5.

  • 6 Surintendant général des quarantaines en Angleterre et président de la haute commission nommée par (...)
  • 7 Il s’agissait de l’ouvrage Observations upon the bulam fever which has of late years prevailed in t (...)
  • 8 Ainsi, le mémoire du brésilien Bentos de Carvalho é Souza publié dans les Anales de la SMM suscita (...)

5L’envergure des enjeux sur la possible apparition de la fièvre jaune dans la région est mise en lumière dès lors que le Président Manuel Oribe chargea Pierre Vavasseur et Augusto Roberts d’examiner le travail de William Pym6 en 1851. Le but de la requête présidentielle était alors de tenter de trouver des réponses à des questions essentielles concernant les modes et possibilités de transmission et de réinfection de la maladie et d’apporter un éclairage sur le rôle joué par l’acclimatation sur l’intensité de la maladie. Vavasseur et Roberts ont enrichi l’analyse de l’œuvre de Pym7 par la traduction et l’examen de plusieurs autres travaux d’auteurs anglais (Vavasser et Roberts, 1854 : 138-144). De plus, la SMM devint le lieu privilégié des échanges et débats sur la fièvre jaune et sa nosologie8. Toutefois, bien que certaines voix médicales se sont rangées du côté de la contagiosité de la fièvre jaune, plus nombreux étaient ceux qui ne parvenaient pas à trancher.

  • 9 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 16, Comunicado de haber cesado la fiebre amarilla, 18 (...)

6Aussi, lorsqu’en 1856, grâce aux communications étroites entretenues avec le représentant consulaire au Brésil, la JHP fût informée de la marche de la fièvre jaune et de son extinction, puis de sa réapparition dans les premiers mois de 18579, le même scénario d’incrédulité s’est reproduit. En effet, faute d’accord parmi ses membres sur les réelles probabilités d’apparition de la fièvre jaune sur le territoire uruguayen, la JHP ne prit aucune mesure de prévention de son irruption.

  • 10 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 53, El ministerio de Gobierno resuelve que la cuarent (...)
  • 11 Organisme créé en 1805 à l’initiative du Gouverneur de Montevideo, Ruiz Huidobro, afin d’éviter l’i (...)
  • 12 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 29, El Superior Gobierno autoriza a la Junta a resolv (...)
  • 13 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 51, El ministerio de Gobierno participa la llegada de (...)
  • 14 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 52, Consulta del presidente de la Junta de Sanidad re (...)
  • 15 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 8, La junta reclama al jefe político la necesidad de (...)

7De plus, soumise à de nombreuses défaillances internes, qui freinaient déjà son fonctionnement par temps d’accalmie, l’institution médicale n’était pas totalement autonome dans la prise de décisions concernant la salubrité publique. En effet, le Ministerio de Gobierno émettait les dispositions concernant le contrôle sanitaire sur le port montevidéen et la gestion des lazarets et décidait, également, de l’emplacement où les navires infectés devaient faire leur quarantaine10. N’obtenant l’autorisation de traiter les questions émanant de la Junta de Sanidad11 à propos des quarantaines qu’à la même période où la fièvre jaune a éclaté en 185712, la JHP n’était pas en mesure d’instaurer une surveillance stricte et systématique des ports. De ce fait, lorsqu’elle apprit, par la voie officielle, l’arrivée des premiers malades de fièvre jaune en provenance de Buenos Ayres13, elle se cantonna à envoyer des communiqués aux divers institutions et acteurs sociétaux impliqués dans la sauvegarde de la salubrité locale. Ainsi, consulté par la Junta de Sanidad, la JHP rappela ses devoirs aux autorités portuaires, renvoya aux médecins le règlement de police sanitaire, en soulignant les articles qui concernaient les mesures à prendre en cas d’épidémies et leur rappelant notamment leur obligation de l’informer du nombre de victimes quotidiennes14, et, enfin, adressa une requête aux autorités politiques pour interdire l’enterrement des cadavres dépourvus de certificat de décès émis par un médecin ou, à défaut, par le maire de quartier15.

8Bien que d’une importance extrême, ces dispositions furent appliquées partiellement et tardivement. En effet, bien qu’elle entretînt des liens étroits avec le gouvernement, les rapports de la JHP avec les autres acteurs sociétaux étaient plutôt sommaires. Certes, la JHP, dont les membres appartenaient également à la SMM, entretenait avec ses sociétaires de celle-ci des liens directs et permanents. Pourtant, à l’intérieur de la SMM, et en dépit des nombreux débats et des travaux qui ont été rédigés et traduits à propos de l’étiologie, de la contagiosité ou encore des moyens qui pourraient permettre de différencier la fièvre jaune d’autres fièvres, pour tenter d’éclaircir cette problématique, ses membres ne parvinrent à trouver un consensus sur la nature véritable de l’affection. Quant au reste de praticiens, qui n’appartenaient pas à la société savante, la JHP n’entretint avec eux que des rapports ponctuels par le biais de missives en vue de les tenir au courant des décrets et changements de loi ou, encore, de leur rappeler leurs devoirs en vue du maintien de la santé de la population. Ainsi, puisque dans son ensemble le corps médical était constitué par des étrangers appartenant à des écoles médicales diverses et que, de ce fait, ils brandissaient des théories parfois contradictoires à propos de la fièvre jaune, la confusion nosologique fût alors perpétuée, ce qui paralysa la mise en place de mesures pour contrer l’épidémie.

Réactions divergentes. La Société Philanthropique, la Junta de Hijiene Pública et la gestion de l’épidémie

  • 16 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 18, Manifiesto publicado por la Junta relativo a la f (...)
  • 17 On estima que, des 15 000 habitants de la ville, un tiers est tombé malade, et un tiers de ces mala (...)
  • 18 AGN, Fondo MG, subfondo JHP Caja 22, Carpeta 18, Manifiesto publicado por la Junta relativo a la fi (...)

9Censée apporter une solution aux crises épidémiques, la JHP entrava elle-même, d’emblée, la gestion du fléau. En effet, persistant à le qualifier de fièvre gastrique grave et considérant que, même si dans des cas extrêmes elle gardait tout de l’aspect de celle qui règne sur les côtes du Brésil, elle ne présentait pas l’ensemble des symptômes constituant la fièvre jaune16, la JHP ne semblait pas prête à faire face à l’épidémie, en dépit de la rapide augmentation du nombre des décès, qui passa de 180 en mars à 514 en avril (Dotta Ostria, 2008 : 261) et du caractère meurtrier qui la caractérisa17. Plus encore, s’obstinant à la nommer plus simplement fièvre ou maladie régnante et semblant se soustraire à la crise sanitaire, la JHP ne proposa que des premiers secours comme l’application de cataplasmes de lin sur le ventre et de l’eau vinaigrée sur le front des victimes. Elle facilita ainsi l’émergence d’un marché thérapeutique improvisé où pharmaciens, médicastres et autres individus sans scrupules offrirent à la population démunie, par le biais de la presse, des traitements tels le camphre ou des eaux préservatives censées contrecarrer la maladie. S’empressant d’avertir la population sur l’inefficacité et la possible dangerosité de cette thérapeutique18, la JHP eu du mal à contrer les multiples dérives occasionnées par sa négligence, car, ne prenant pas des mesures hygiéniques promptes et nécessaires à la situation et au secours des indigents malades, elle resta éloignée du centre de la population (Brunel, 1860 : 16).

  • 19 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 23, Relativo al abuso de la policía en los domicilios (...)
  • 20 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 16, La Junta expone al Ministerio de Gobierno la cond (...)

10Assurant les secours aux plus démunis, l’Hospital de la Caridad, avait incorporé huit Sœurs de la Charité en décembre 1856 en tant que soignantes qui, dès les premiers jours de l’épidémie, ont été rejointes par quatre autres religieuses qui arrivèrent d’Italie en avril pour faciliter leurs tâches, au vu du nombre grandissant de victimes (Fajardo, 1857 : 22-26). Pourtant, face à l’ampleur du fléau, leurs services ne furent pas suffisants, et, au milieu du chaos régnant, d’autres acteurs sociétaux se sont impliqués dans le soin aux victimes, ce qui provoqua des dérives et multiplia les tensions avec la JHP. Ce fût le cas lorsque le transport forcé d’une victime à l’Hospital de la Caridad par des agents de la police, alors que celle-ci était suivie par l’un des membres de la JHP, provoqua l’indignation de l’institution, qui, s’adressant au chef de police, accusa ses subordonnés de contribuer à semer la panique parmi la population19. Également, des prêtres qui se sont prononcés sur la nature de l’affection, allant parfois jusqu’à pronostiquer la mort des familles et des proches des moribonds ou des décédés au lieu de s’en tenir à octroyer les derniers sacrements ou à ordonner l’enterrement immédiat des victimes, furent aussitôt dénoncés par la JHP auprès des autorités gouvernementales20.

11Face à cet état de choses, la naissance de la Société Philanthropique s’avéra indispensable car, créée pour venir en aide gratuitement à la population souffrante et aux victimes de la fièvre jaune dans cette région qui, à peine sortie d’une longue période belliqueuse, connaît encore un état d’anarchie, perpétué par les passions politiques, qui empêchent son développement (Isabelle, 1872 : 16-17), elle vint pallier les défaillances de la JHP.

  • 21 Créée en 1858, la Junta Económico-Administrativa promouvait le progrès de chaque département relati (...)
  • 22 Colección de datos, listas de suscritores, documentos oficiales, etc., relativos a las suscriciones (...)
  • 23 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 48, La Sociedad Filantrópica eleva los nombres de los (...)

12Réunissant des étrangers définitivement installés en Uruguay et qui exerçaient dans diverses branches de la médecine, la Société Philanthropique mit à profit l’appartenance de la plupart de ses membres à la franc-maçonnerie pour demander le soutien des membres des diverses sociétés franc-maçonniques préalablement installées à Montevideo (Fajardo, 1857 : 36). D’ailleurs, elle put compter sur l’empathie des sociétaires étrangers comme le brésilien Alejandro José de Mello Moraes, qui lui envoya une donation matérielle de trousses homéopathiques, traitement qui rivalisait alors avec les meilleurs systèmes de guérison au Brésil (Fajardo, 1857 : 52). De même, la Junta Económico Administrativa (JEA)21 de Montevideo attribua à la Société Philanthropique une somme importante en provenance d’un groupe de notables de Buenos Aires qui, informés sur la situation d’urgence qui se vivait à Montevideo, organisèrent une collecte de fonds pour venir en aide aux victimes de l’épidémie22. Sous ces auspices, la Société Philanthropique pût organiser avec succès les diverses actions qu’elle entreprit. Parmi les mesures les plus importantes, elle publia des annonces dans les journaux offrant des salaires à des gardes-malades et réussit à salarier 140 hommes et 22 femmes pour remplir cette tâche et établir un hôtel pour les convalescents qui fonctionna encore plusieurs mois après l’extinction de l’épidémie (Brunel, 1860 : 16). De plus, lorsque celle-ci gagna très vite en intensité, elle se tourna vers les agents des nations amies, les suppliant d’inviter les médecins de leurs respectives stations à prendre part à la lutte héroïque pour combattre le terrible fléau. Bien que peu nombreux en raison du nombre réduit des navires de guerre sur le port à cette période, trois médecins appartenant aux escadres brésilienne et espagnole et le chirurgien major de la française ont prêté sans hésitation leur secours en visitant les victimes de l’épidémie à tout moment du jour ou de la nuit23. Enfin, plusieurs pharmacies destinées à distribuer les médicaments nécessaires aux plus démunis furent aussi ouvertes (Fajardo, 1857 : 37). Cette initiative de mobilisation collective permit ainsi à la Société Philanthropique de contrer la pénurie de personnel médical et de limiter les nombreux abus dont la population civile était la proie.

Identifier, reconnaître et traiter l’affection. Les actions significatives de la Société Philanthropique

  • 24 Nous avons retracé, dans les grandes lignes, les actions les plus significatives et le parcours de (...)
  • 25 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 18, Manifiesto publicado por la Junta relativo a la f (...)

13Figure clef et pionnier de la Société Philanthropique, Adolphe Brunel24 mit ses connaissances et son savoir-faire sur la pathologie exotique au profit de la lutte contre cette première éclosion de fièvre jaune en Uruguay et fut le premier à déceler la gravité de l’affection. Ayant averti aussitôt ses confrères de la JHP (Brunel, 1860 : 14) et face à leur réticence à croire à son diagnostic, Brunel échangea avec Bisch, qui avait observé la fièvre jaune à Pernambuco six mois auparavant (Brunel, 1860 : 59), et reçu divers rapports des médecins des navires de guerre français qui décrivaient la fièvre jaune présente à Rio de Janeiro en 1850. L’analogie qu’il établit entre les symptômes qu’ils lui décrivirent et ceux qu’il observa à Montevideo (Brunel, 1860 : 36-37) lui permit de corroborer l’exactitude de son diagnostic initial et fut la base de la recherche d’une réponse thérapeutique adéquate, car, en dépit de la méconnaissance scientifique qui subsistait à ce propos il était essentiel, compte tenu du contexte local, de tenter de déjouer l’intervention médicale des tiers. A nouveau, l’expérience des anciens médecins des colonies sera cruciale. Ayant constaté l’inutilité et la dangerosité des saignées, Brunel recommanda la plus grande prudence dans leur application, surtout en début de maladie. A contrario, d’après son expérience aux Antilles anglaises, il préconisa de dégager les voies intestinales, de favoriser parfois la sécrétion rénale et d’arrêter les vomissements noirs, tout en préconisant l’usage de l’huile de croton tiglium appliquée sur la langue, avec lequel le Dr. Bisch obtint aussi des résultats optimaux à Pernambuco(Brunel, 1860 : 61-66). Cette faculté d’offrir un traitement spécifique et ciblé à chaque stade de la maladie, pouvant être adapté selon son évolution, n’aurait pas été possible sans l’expérience ni le suivi attentif et rigoureux de la marche de l’épidémie qui ont, également, permit à Brunel d’affirmer sa contagiosité, à l’opposé de la JHP, qui, malgré l’observation de cas identiques dans différents quartiers, insista sur le fait que son caractère de contagiosité immédiate n’était pas établi25.

14De plus, rangeant la fièvre jaune, en accord avec Boudin, parmi les maladies paludéennes auxquelles appartiennent aussi le choléra, la peste et les fièvres intermittentes (Brunel,1860 : 68), Brunel est sûr que, comme celles-ci, elle est également épidémico-infectieuse et contagieuse (Brunel, 1860 : 46). Aussi, il trouva dans la ville de Montevideo des causes prédisposant à sa reproduction miasmatique progressive (Brunel, 1860 : 69), parmi lesquelles l’insalubrité qui concernait surtout les quartiers défavorisés où s’entassaient les pauvres dans des logements de fortune, localisés dans la Darse Nord (Brunel, 1860 : 18-19), qu’il signale comme le foyer d’infection. En effet, l’emplacement de cette partie de la ville la mettait en contact permanent avec des vents du Nord qui favorisaient, à son avis, la propagation du mal, d’autant plus qu’elle ne jouissait pas du balayage des miasmes offert par les vents purificateurs du Sud et Sud-Ouest. Brunel s’attacha alors à extraire, si possible au premier stade de la maladie, les victimes du milieu pestilentiel où elles vivaient, pour les placer dans des conditions hygiéniques favorables pouvant optimiser son traitement (Brunel, 1860 : 61). Il en voit la preuve dans le fait que, placés en dehors du foyer d’infection, les malades ne communiquaient que rarement la maladie, comme en témoigne le fait qu’aucun des employés de l’Hospital de la Caridad, situé loin du foyer infectieux et mieux disposé que les habitations des pauvres, n’ait été atteint, tandis que les garde-malades employés par la Société Philanthropique qui séjournèrent dans les lieux contaminés ont été atteints en grand nombre (Brunel, 1860 : 31-32).

  • 26 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 49, La junta comunica al Gobierno que la epidemia de (...)
  • 27 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 52, La comisión de salubridad solicita se nombre a lo (...)
  • 28 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 48, Acuerdo de la Comisión de Salubridad respecto al (...)

15Mettant alors l’accent sur le besoin d’assainissement des rues de la capitale, la Société Philanthropique réussit à se faire entendre par la JHP et par la JEA de Montevideo. Ainsi, après avoir annoncé au gouvernement la fin de l’épidémie26, la JHP dressa, à la demande de la Commission de salubrité préalablement mise en place, la liste des maisons à désinfecter et exhorta les praticiens de la ville à s’associer aux inspecteurs des maisons afin d’effectuer cette tâche27. Quant à l’assainissement des habitations ayant hébergé victimes et décédés du fléau, la JHP devait évaluer et désigner celles qui devaient être désinfectées et blanchies, tâche qui devait être accomplie par les propriétaires et locataires28. Impliquant l’ensemble des acteurs sociétaux dans l’amélioration des conditions de salubrité de la ville, la JHP soutint postérieurement des échanges fréquents avec la Commission de Salubrité, ce qui prouve qu’elle lui octroyait de l’importance et se disposait a poursuivre la lutte contre l’insalubrité des logements.

16Enfin, allant au-delà des actions médicales, la Société Philanthropique consacra une partie des dons particuliers et institutionnels pour ouvrir un concours académique consacré à l’étude de la fièvre jaune qui venait de secouer la région. Elle instaura trois prix : le premier, qu’elle décernerait au meilleur mémoire décrivant le système curatif le plus efficace pour guérir le plus grand nombre de cas ou découvrant la prophylaxie de la maladie ; le deuxième, qui serait octroyé à qui pourrait établir les causes ayant déclenché l’épidémie, afin d’y remédier ; enfin, le troisième, qui serait attribué au meilleur mémoire historique qui décrira autant la marche que les diverses formes que l’affection a revêtu et qui contiendra des données statistiques et une comparaison entre les diverses méthodes thérapeutiques employées (Brunel, 1860 : 39-40).

  • 29 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 48, La Sociedad Filantrópica eleva los nombres de los (...)
  • 30 Ibid, Caja 22, Carpeta 55, La junta solicita se expida el título al Dr. De la Escuadra Francesa, 18 (...)

17Les archives consultées ne permettant pas de connaître l’aboutissement de cette initiative, il est vraisemblable qu’aucun médecin n’ait envoyé de mémoire. Toutefois, par cette démarche, la Société Philanthropique tenta d’encourager les médecins sur place à l’étude approfondie de la maladie afin de se prémunir davantage dans le cas d’une possible ré-éclosion et dévoila son intention d’institutionnaliser la maladie. Dans ce même but, elle envoya à la JHP la liste des praticiens étrangers qui ont collaboré dans la gestion de l’épidémie « dans les jours de martyre, de conflit et où ses vies étaient en danger » et demanda que des diplômes de médecins de la République leur soient alloués29. Envoyée au Gouvernement par la JHP, cette demande sembla n’avoir pas eu de suite, car, relancée par la Société Philanthropique, JHP dû renvoyer une lettre au Gouvernement afin de pouvoir délivrer le diplôme au chirurgien majeur de l’escadre française, bien qu’elle ne manquât pas de signaler que ce n’est qu’à ce moment qu’elle apprit que celui-ci s’était aussi consacré à l’assistance aux malades30.

Conclusion

18Cette première épidémie de fièvre jaune qui frappa violemment Montevideo a percé à jour la grande faiblesse des autorités médicales uruguayennes et le manque de cohésion parmi les membres de la sphère médicale et dévoila, également, l’impact de la méconnaissance qui subsistait à cette période sur la pathologie exotique. Toutefois, l’émergence de la Société Philanthropique et le réseau d’entraide qu’elle a mobilisé, en permettant la gestion effective du fléau, vont jeter les fondements de l’organisation sanitaire nationale. En effet, ses actions et son fonctionnement vont susciter, au sein des autorités médicales et gouvernementales, l’organisation et le développement progressif de politiques sanitaires visant à dissiper les causes d’insalubrité de la ville et à écarter celles qui pourraient s’y introduire, afin de mieux la prémunir contre des éventuelles éclosions épidémiques. Aussi, étant donné que la sphère médicale resta chancelante jusqu’au dernier quart du siècle, la société civile et les membres de l’église, émulant la démarche de la Société Philanthropique, ont décidé, lors des épidémies ultérieures, l’organisation de divers dispositifs de proximité inspirés de ceux mis en place par la Société, qu’ils adaptèrent aux conditions matérielles et aux besoins de la ville et de la population.

  • 31 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 8, Carpeta 14, Ofrecimiento para dictar curso de farmacia gratuit (...)

19Quant au mémoire d’Adolphe Brunel, seul témoignage médical de cet évènement, il est, encore de nos jours, d’une valeur inestimable. Non seulement Brunel offrit un regard extérieur sur la situation sanitaire, politique et économique de l’Uruguay de l’époque, mais, dans la continuité des travaux effectués par les chirurgiens de la Marine quelques années auparavant (Théré, González Salazar, 2020), il participa à la construction de l’histoire de la médecine nationale, dont l’éveil et l’organisation compteront sur le savoir-faire de plusieurs membres de la Société Philanthropique tels que Jules Lenoble, philanthrope et pionnier de l’enseignement de la chimie et de la pharmacie dans le pays31.

Inicio de página

Bibliografía

Sources

Archivo General de la Nación (Uruguay) Fondo Ministerio de Gobierno, subfondo Junta de Higiene Pública

- Caja 2, Carpeta 29.

- Caja 8, Carpeta 14

- Caja 11, Carpeta 40.

- Caja 21, carpeta 16.

- Caja 22, Carpetas 8, 16, 18, 23, 29, 48,49, 51, 52, 53, 55.

Archivo Histórico de la Provincia Autónoma de Buenos Aires, Fondo Corporación Municipal, Inventario Patrimonial I 9-½ GOB, Secretaria de Gobierno, Caja 5, 1857 G 5, Informe de la situación en Montevideo.

Bibliographie

ARREDONDO, Horacio, Los apuntes estadísticos del Dr. Andrés Lamas, Montevideo, El siglo ilustrado, 1928.

BARRAN, José Pedro, Medicina y sociedad en el Uruguay del novecientos, Ed. de la Banda Oriental, 1992.

BRUNEL, Adolphe, Observations topographiques, météorologiques et médicales, faites dans le Rio de la Plata pendant le Blocus de Buenos Aires, présentées à l’Académie Royale de Médecine de Paris le 7 décembre 1841, Paris, Desloges, 1842.

__________, Mémoire sur la fièvre jaune qui, en 1857, a décimé la population de Montevideo, Paris, Rignoux, 1860.

Colección de datos, listas de suscritores, documentos oficiales, etc., relativos a las suscriciones hechas en la Ciudad de Buenos Aires, en favor de Montevideo : precedida de una introducción por el Dr. D. Alejandro Magariños Cervantes, Cónsul General de la República Oriental del Uruguay en Buenos-Aires, Buenos Aires, Imp. De El Orden, 1857.

DE MOUSSY, Martin, « Ojeada sobre la constitución médica de Montevideo durante los últimos quince años (1840-1855) », Anales de la Sociedad de Medicina Montevideana, segundo año, tomo 1, n° 1, enero de 1855, Montevideo, p. 211-222.

DOTTA OSTRIA Mario, Caudillos, doctores y masones. Protagonistas en la Gran Comarca rioplatense (1806-1865), Montevideo, Ediciones de la Plaza, 2008.

FAJARDO, Heraclio, Montevideo bajo el azote epidémico, Montevideo, Imprenta Del Sr. Rosete, 1857.

ISABELLE, Arsène, Salvación de las Repúblicas sud-americanas : solución del problema social, Montevideo, Imp. El Siglo, 1872.

MAÑÉ GARZÓN, Fernando, Historia de la ciencia en el Uruguay : Primera mitad del siglo XIX, Universidad de la Republica, 1996.

MAÑÉ GARZÓN, Fernando et POU FERRARI, Ricardo, Juan B., Morelli en la historia de la medicina uruguaya, Montevideo, El Toboso, 2004.

MAÑÉ GARZÓN, Fernando et AYESTARAN, Ángel, El gringo de confianza, Memorias del médico alemán Carl Brendel en el Rio de la Plata, 1867-1892, Montevideo, Moebius Editor, 2010.

POLLERO, Raquel, Cien años de enfermedad y mortalidad en Montevideo, 1760-1860, IX Jornadas de Investigación de la Facultad de Ciencias Sociales, UdelaR, Montevideo, septiembre de 2010, p. 13-15, en linea : <http://www.fcs.edu.uy/archivos/Mesa_4_Pollero.pdf > (consulté le 22/11/2013).

PORTILLO, José, « Historia de la medicina estatal en Uruguay (1724-1930) », Revista Médica Uruguaya, vol. 11, n° 1, 1995, p. 5-18, en linea : <http://www.rmu.org.uy/revista/1995v1/art2.pdf> (consulté le 01/06/2013).

THÉRÉ, Christine et GONZÁLEZ-SALAZAR, Nancy, « Chirurgiens de la Marine française. Figures périphériques de la médecine rioplatense (1838-1852) », Les Cahiers ALHIM, n° 40, 2020;

Inicio de página

Notas

1 Archivo General de la Nación (AGN)., Fondo Ministerio de Gobierno (MG), Subfondo Junta de Higiene Pública (JHP), Caja 2, Carpeta 29, Proyecto de Reglamento General de Policía Sanitaria, 1837/04/27, fojas 167-176.

2 Ayant suivi l’éclosion et la marche des maladies en rapport avec le climat et collecté de nombreuses informations éparses à ce propos dès 1830, Martin de Moussy publia régulièrement dans les Anales de la Sociedad de Medicina Montevideana ses observations sur la constitution médicale de Montevideo et rédigea, enfin, son mémoire « Ojeada sobre la constitución médica de Montevideo durante los últimos quince años (1840–1855) », Anales de la Sociedad de Medicina Montevideana, Segundo año, Tomo 1, número 1, enero de 1855, Montevideo, p. 211-222.

3 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 11, Carpeta 40, Disponer la cuarentena de buques por nueva epidemia de fiebre amarilla en el Brasil, 1851/12/20, fojas 1-4

4 Seule société savante de l’époque en Uruguay, la SMM fût, malgré sa courte durée de vie, l’espace de réunion du corps médical en formation entre 1852 et 1854, et sa revue, les Anales de la Sociedad de Medicina Montevideana, témoigne de l’effervescence qui, en dépit du contexte politique et social du pays, caractérisa la naissante sphère médicale.

5 « Actas de las sesiones de la Sociedad de Medicina Montevideana, sesion del dia 18 de octubre de 1853 », Anales de la Sociedad de Medicina Montevideana 1er año, Tomo 1, n° 3, junio de 1854, p. 78-82.

6 Surintendant général des quarantaines en Angleterre et président de la haute commission nommée par le gouvernement de la Grande-Bretagne pour rechercher l’origine de l’épidémie de fièvre jaune à Gibraltar, William Pym avait pris part aux débats sur la fièvre jeune et soutint fermement sa conviction du caractère contagieux de la maladie, bien que sa position fût décriée par le monde médical de son époque (Chervin, 1830).

7 Il s’agissait de l’ouvrage Observations upon the bulam fever which has of late years prevailed in the West Indies, on the coast of America, at Gibraltar, Cadiz, and other parts of Spain : with a collection of facts proving in to be a highly contagious disease, London, Callow, 1815.

8 Ainsi, le mémoire du brésilien Bentos de Carvalho é Souza publié dans les Anales de la SMM suscita de nombreuses et perpétuelles discussions. En effet, considérant la fièvre jaune comme une maladie favorisée par des causes cosmo-telluriques et affirmant que sa non-contagiosité était presque admise par l’ensemble du monde scientifique international, de Carvalho é Souza fût démenti par d’autres membres de la SMM qui, comme Francisco Vidal et les italiens Ángel Rossi et Bartolomé Odicini, se sont prononcés contre la théorie brandie par de Carvalho e Souza. Soulignant la gravité de son adoption et le danger de se fier aux bonnes conditions hygiéniques et à la latitude comme facteurs pour stopper son entrée dans la région, Vidal et Odicini se sont appuyés sur l’expérience internationale pour mettre l’accent sur l’importance des quarantaines rigoureuses pour empêcher son apparition et l’isolement strict des victimes en cas d’éclosion. Ces multiples dissensions, dépassant le cadre médical, furent développées dans la presse quotidienne, exposant ainsi au grand jour les fortes contradictions qui se perpétuaient dans le temps au sein de la sphère médicale (Carvalho é Souza, 1854 : 33-37 ; Vidal, 1854 : 167-175 ; Odicini, 1854 ; Rossi, 1855 : 241-251).

9 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 16, Comunicado de haber cesado la fiebre amarilla, 1856/10/23, fojas 1-3. Caja 22, Carpeta 6, Transcripción y nota del Ministro y Cónsul General de Rio de Janeiro relativa a la fiebre amarilla, par Joaquín Requena, 1857/03/16, fojas 1-4.

10 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 53, El ministerio de Gobierno resuelve que la cuarentena de observación se efectúe a una legua del puerto para buques procedentes de Rio de Janeiro, par Joaquín Requena, 1857/03/6, fojas 1-3.

11 Organisme créé en 1805 à l’initiative du Gouverneur de Montevideo, Ruiz Huidobro, afin d’éviter l’importation d’épidémies, il était responsable de surveiller les navires arrivés au port et de procéder à leur inspection sanitaire (Portillo, 1995 : 5-18).

12 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 29, El Superior Gobierno autoriza a la Junta a resolver las consultas de la Junta de Sanidad, 1857/03/21, fojas 1-4.

13 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 51, El ministerio de Gobierno participa la llegada del paquete Prince con cuatro enfermos de fiebre amarilla, 1857/03/5, fojas 1-3.

14 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 21, Carpeta 52, Consulta del presidente de la Junta de Sanidad relativo a la cuarentena del paquete Prince 1857/03/6, fojas 1-5 ; caja 21, carpeta 59, transcripción del articulo n° 26 del Reglamento general de sanidad, 1857/03/11, fojas 1-3.

15 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 8, La junta reclama al jefe político la necesidad de exigir los certificados médicos por defunciones, 1857/03/16, fojas 1-3.

16 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 18, Manifiesto publicado por la Junta relativo a la fiebre, 1857/03/20, fojas 1-4.

17 On estima que, des 15 000 habitants de la ville, un tiers est tombé malade, et un tiers de ces malades succombèrent à la maladie (Brunel, 1860 : 15).

18 AGN, Fondo MG, subfondo JHP Caja 22, Carpeta 18, Manifiesto publicado por la Junta relativo a la fiebre, 1857/03/20, fojas 1-4.

19 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 23, Relativo al abuso de la policía en los domicilios de los enfermos, 1857/03/26, fojas 1-7.

20 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 16, La Junta expone al Ministerio de Gobierno la conducta del cura interino del Cordón, 1857/03/15, fojas 1-3.

21 Créée en 1858, la Junta Económico-Administrativa promouvait le progrès de chaque département relativement à la salubrité, la santé de la population et l’hygiène publique (Pollero, 2010 : 8).

22 Colección de datos, listas de suscritores, documentos oficiales, etc., relativos a las suscriciones hechas en la Ciudad de Buenos Aires, en favor de Montevideo : precedida de una introducción por el Dr. D. Alejandro Magariños Cervantes, Cónsul General de la República Oriental del Uruguay en Buenos-Aires, Buenos Aires, Imp. De El Orden, 1857, p. 14.

23 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 48, La Sociedad Filantrópica eleva los nombres de los profesores de estaciones navales que colaboraron durante la epidemia de fiebre, 1857/06/2, fojas 1-4.

24 Nous avons retracé, dans les grandes lignes, les actions les plus significatives et le parcours de Brunel dans la médecine uruguayenne dans Théré, González Salazar, 2020.

25 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 18, Manifiesto publicado por la Junta relativo a la fiebre, 1857/03/20, fojas 1-4.

26 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 49, La junta comunica al Gobierno que la epidemia de fiebre a tocado a su fin, 1857/06/05, fojas 1-5.

27 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 52, La comisión de salubridad solicita se nombre a los facultativos que han de acompañar a los inspectores en la desinfección de las casas, 1857/06/16, fojas 1-3 ; Caja 22, Carpeta 56, Comunicado a los profesores a asociarse con los inspectores de manzanas para la desinfección de las casas, 1857/06/20, fojas 1-4.

28 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 48, Acuerdo de la Comisión de Salubridad respecto al aseo interior y exterior de las habitaciones que han tenido enfermos, 1857/05/28, fojas 1-4.

29 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 22, Carpeta 48, La Sociedad Filantrópica eleva los nombres de los profesores de estaciones navales que colaboraron durante la epidemia de fiebre, 1857/06/2, fojas 1-4.

30 Ibid, Caja 22, Carpeta 55, La junta solicita se expida el título al Dr. De la Escuadra Francesa, 1857/06/16, fojas 1-6.

31 AGN, Fondo MG, Subfondo JHP, Caja 8, Carpeta 14, Ofrecimiento para dictar curso de farmacia gratuito, 1839/08/16, fojas 91-93., Expediente Universidad de Montevideo, Carpeta de Archivo n° 33, 10 de marzo de 1853, Don Julio Lenoble solicita la cátedra de Química.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nancy González Salazar, «Promoteurs de réseaux et pratiques sanitaires : Médecins français à l’œuvre lors de l’éclosion de fièvre jaune de 1857 à Montevideo »Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 40 | 2020, Publicado el 18 diciembre 2020, consultado el 27 enero 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9113; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9113

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search