Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros41Les résistances féminines dans le...Néomuralisme et militantisme fémi...

Les résistances féminines dans les arts : des territoires éphémères

Néomuralisme et militantisme féministe dans l’Argentine du XXIe siècle

Caroline Prévost

Resúmenes

L’émergence du mouvement Ni una menos en 2015 marque le début d’un nouvel élan féministe en Argentine et, plus largement, dans l’ensemble du sous-continent latino-américain. Dès lors, une jeune génération féminine d’artistes-activistes s’empare des espaces publics afin d’en faire des forums d’expression, de participation et de délibération citoyens. Parmi les performances, les graffiti et les pochoirs, une production murale particulièrement prolifère habille différentes villes du pays, y compris celles de la périphérie. Lieu de réunion et de revendication, les espaces urbains se colorent, projetant un renouveau politique en faveur de l’émancipation féminine. Néanmoins, le travail de ces femmes muralistes demeure en marge du champ culturel académique et ne peut compter sur un véritable soutien des autorités publiques. C’est pourquoi nous nous attacherons à démontrer, dans cet article, en quoi l’esthétique murale féministe qu’elles déploient contribue, depuis des espaces régionaux, à l’enrichissement d’un activisme artistique (inter)national.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Le manifeste du muralisme mexicain est publié en 1924 dans la revue El Machete. En 1933, l’exil de (...)
  • 2 Valeria Barassa, AMMURA, la Agrupación de Mujeres Muralistas de Argentina, 20 septembre 2018, <http (...)
  • 3 Agrupación de Mujeres Muralistas Argentinas.
  • 4 Certaines muralistes, comme la mexicaine Aurora Reyes ou la guatémaltèque Rina Lazo, sont aujourd’h (...)
  • 5 Par ce choix terminologique, revendiqué par certains artistes, nous partons du postulat que le mura (...)

1Depuis 2015, les villes argentines, qu’il s’agisse de Buenos Aires ou de provinces périphériques, se révèlent être le théâtre d’une quatrième vague féministe latino-américaine (Larrondo et Ponce Lara, 2019: 15). Lieux de manifestations, de revendications mais aussi d’interventions, elles hébergent en leurs seins d’innombrables expressions artistiques militantes (performances, graffiti, pochoirs), parmi lesquelles la production d’œuvres murales occupe un lieu significatif. Une nouvelle génération d’artistes-activistes, héritière d’une tradition initialement portée par les Mexicains dans les années 19201, s’est ainsi munie de ses pinceaux et de ses bombes aérosols afin d’encourager l’ouverture d’un débat féministe et citoyen à même les espaces urbains. S’il est vrai que les problématiques liées à l’égalité des genres constituent désormais un enjeu politique auquel les dirigeants prêtent une oreille attentive, le travail de ces femmes muralistes n’en demeure pas moins invisibilisé par les institutions officielles. Une étude2, menée par le groupe AMMurA3 en 2018, a notamment démontré que 90% des fresques qui habillèrent les murs de Buenos Aires cette année-là, dans le cadre d’initiatives municipales, avaient été peintes par des hommes. À l’instar de la génération féminine du premier muralisme latino-américain qui subsiste à ce jour en marge du champ culturel académique4, les ouvrages d’archives iconographiques contemporains ne semblent guère mettre davantage en lumière le travail des artistes actuelles. L’atlas de Lee Bofkin (2015), dont le sixième chapitre est consacré aux compositions murales portègnes, ne mentionne par exemple aucun nom féminin argentin. Malgré ce manque de soutien étatique et la censure régulière d’œuvres, la production croissante de fresques féministes et la création de multiples collectifs révèlent la capacité des muralistes à s’organiser en réseaux à travers le pays. C’est pourquoi, en nous appuyant sur un corpus de fresques collectées grâce à l’aide des artistes avec qui nous avons pu, en outre, mené des entretiens, nous interrogerons le néomuralisme5 en tant que projecteur d’un nouvel imaginaire politique dans des espaces publics locaux. Cet axe liminaire soulèvera une série de problématiques : les muralistes parviennent-elles, à leur échelle, à concurrencer les discours des pouvoirs officiels qui structurent la morphogenèse urbaine (Lamizet, 2002). Dans quelle mesure leur activisme artistique local contribue-t-il à l’enrichissement d’un débat féministe (inter)national ? Et de ce fait, en quoi participent-elles à l’écriture d’une mémoire visuelle du féminisme contemporain ? Dans le but d’apporter des réponses à ces interrogations, nous retracerons, en premier lieu, le contexte politique au sein duquel ce muralisme féministe émerge depuis 2015. A posteriori, nous explorerons les caractéristiques d’un « féminisme artistique » argentin à travers le prisme de l’esthétique murale (Giunta, 2019: 263). Enfin, nous interrogerons la portée de la participation locale des muralistes dans la construction d’un renouveau politique.

Ni una menos : un activisme féministe contemporain

2À travers leurs compositions, les muralistes cherchent à s’émanciper d’une esthétique patriarcale qui les sous-représente, se plaçant sous l’égide des artistes militantes des années 1970. María Luisa Bemberg, cinéaste engagée du siècle dernier, contribua entre autres, à travers ses actions politiques – elle cofonda l’Union Féministe Argentine (UFA) – et ses productions artistiques, à la déconstruction d’un idéal féminin qui était alors mis au service de la société de consommation. Ses deux courts-métrages, El mundo de la mujer (1972) et Juguetes (1978), dénonçaient notamment, à travers un langage filmique novateur et chargé d’ironie, l’instrumentalisation du corps des femmes par la publicité et l’industrie de la mode. À la même époque, la mexicaine Mónica Mayer explorait l’art de la performance conceptuelle, tout en menant une réflexion autour de la condition sociale des femmes. Ce féminisme artistique ne se limita pas aux frontières du continent mais s’inséra bel et bien dans une mouvance internationale d’activisme, comme en témoigne l’émergence de collectifs internationaux à l’image de Femmes/Art, coordonné par la française Françoise Eliet dès 1976, ou des Guerillas Girls new-yorkaises fondées en 1985, dont l’objectif commun était de dénoncer le manque de représentation féminine dans les espaces muséaux. La dictature militaire (1976-1983), qui réprimait toute pensée « subversive », mit cependant fin aux productions engagées en Argentine avant qu’un véritable regain de militantisme féministe ne s’opère en 2015, avec l’arrivée du mouvement Ni una menos.

  • 6 Pionnière quant à la dénonciation des violences de genre dans son pays, Susana Chávez est assassiné (...)
  • 7 Selon les données du Registre National des Fémicides de la Justice Argentine de la Cour Suprême de (...)

3Inspiré d’un vers poétique – « Ni una mujer menos, ni una muerta más » – composé par la militante mexicaine Susana Chávez6 en 1995, l’expression Ni una menos fit son apparition dans l’espace public le 26 mars, à l’occasion d’un marathon organisé en hommage à Daiana García, dont le corps dénudé avait été retrouvé inerte quelques jours auparavant dans la ville de Lomas de Zamora. Deux mois plus tard, le 10 mai, les Argentines clamèrent de nouveau le slogan féministe dans les rues du pays suite au décès de Chiara Páez, une jeune fille de 14 ans, supposément assassinée par son compagnon alors qu’elle était enceinte. Mais ce fut le 3 juin 2015 que le mouvement acquit une résonance internationale lorsqu’il réunit les femmes argentines mais aussi espagnoles, uruguayennes, chiliennes et péruviennes dans différentes zones urbaines pour protester contre la hausse des fémicides qui avaient alors atteint, en six mois, le nombre de 98 victimes7 dans le cas de Buenos Aires. Ni una menos devint, par conséquent, l’emblème linguistique des militantes qui l’intégrèrent dans leurs chants féministes et l’inscrivirent sur leurs pancartes, leurs banderoles et leurs affiches. Après avoir gagné l’espace urbain, c’est dans le monde des arts du spectacle que le militantisme féministe argentin prit de l’ampleur en 2017. L’actrice Thelma Fardín s’érigea en porte-parole de nombreuses victimes lorsqu’elle accusa publiquement l'un de ses collègues, Juan Darthés, d’agression sexuelle. Sa voix fut rapidement relayée grâce à la portée des réseaux sociaux sur lesquels le hashtag #miracomonosponemos se propagea, à la suite de quoi de nombreuses artistes se mirent à dénoncer leurs bourreaux. Le 8 mars de cette même année, les citoyennes argentines cessèrent leur activité professionnelle, participant massivement à la Journée internationale des femmes, instituée par l'O.N.U. depuis 1975.

  • 8 Notons que le débat en faveur de l’avortement est bien plus ancien puisque la première campagne nat (...)
  • 9 Interruption Volontaire de Grossesse.
  • 10 Unicef Argentina, Semana de la Prevención del embarazo no intencional en la adolescencia: por un en (...)
  • 11 Selon une étude de l’Équipe latinoaméricaine de la justice et du genre, du Centre des études de l’É (...)

4C'est donc dans un contexte de libération de la parole qu'une série de fresques contestataires surgit dans différentes villes du pays. L’année 2018, marquée par un débat national autour de la légalisation de l’avortement8, coïncide notamment avec une production d’œuvres féministes particulièrement prolifère. Rappelons que le 9 août, après 17 heures de débat, le Sénat rejeta avec 38 voix le projet de loi en faveur de l’IVG9, présenté par la Chambre des députés et autorisant l’avortement jusqu’à la 14e semaine de gestation. Bien qu’à l’issue de ce vote les militantes n’aient pas obtenu le droit tant escompté, nombreuses sont celles qui identifient cette date comme un évènement historiquement majeur pour l’Argentine. Ce fut, en effet, la première fois qu’un tel projet de loi parvenait à être débattu au sein du Sénat, grâce à l’approbation préalable du Congrès qui, depuis 2007, avait récusé l’ensemble des propositions formulées. Le rejet de cette loi, sous la présidence de Mauricio Macri (2015-2019), divisa profondément la société entre les pro-IVG et les citoyens plus conservateurs. À cette époque, l'avortement était illégal et sa pratique exposait la femme enceinte ainsi que son chirurgien à une peine d’emprisonnement de 4 ans, excepté en cas de viol et de grossesse à risque, comme l’indiquait l’article 86 du Code Pénal. Précisons qu’en Argentine, 70%10 des grossesses adolescentes ne sont pas désirées, contraignant de nombreuses jeunes femmes à recourir à un avortement clandestin, pratiqué dans des conditions sanitaires déplorables. Les soins postopératoires ne sont généralement pas prodigués, entraînant des séquelles graves, parfois même des infections mortelles. Entre 1983 et 2019, on comptabilise 3030 décès11 dus à des interventions illégales. Somme toute, le 31 décembre 2020, l’IV. fit l’objet d’un nouveau débat au Sénat, comme s’y était engagé Alberto Fernández en 2019 lors de sa campagne électorale, et la loi est approuvée avec une majorité de 38 voix en sa faveur.

À la recherche d’une esthétique murale du féminisme

  • 12 Valeria Barassa, AMMURA, la Agrupación de Mujeres Muralistas de Argentina, op.cit.

5Les fresques qui colorent le pays se comptent par milliers, faisant du néomuralisme un phénomène d’ampleur en Argentine. Néanmoins, force est de constater que la production est majoritairement masculine. Sur 117 fresques peintes en 2018 à Buenos Aires, 9812 ont été réalisées par des hommes. Cette donnée illustre, d’une part, l’invisibilisation des femmes sur la scène muraliste nationale mais aussi les difficultés qu’elles rencontrent pour s’y professionnaliser. Les hommes obtiennent généralement davantage de contrats municipaux ; la pratique urbaine étant, dans l’imaginaire collectif, associée à un exercice physique risqué auquel seul le muraliste aventurier et vigoureux serait capable de s’adonner. Quelques exemples démontrent ces disparités : en 2017, Julián Crigna, lauréat du Concours National de Peinture Murale du Bicentenaire, réalisa une œuvre longitudinale de 6 mètres au cœur de Tucumán ; en 2020, Lucas Sepúlveda peignit une fresque éphémère à destination de la Chambre des Députés de San Juan tandis que Kike York accepta une commande de Francisco Winnik, intendant de La Escondida. Malgré cela, les femmes muralistes investissent les espaces publics locaux, tentant de déconstruire la patriarcalisation de l’Art héritée des siècles derniers. En s’emparant des murs des villes, c’est, par ailleurs, un ensemble de canons académiques qu’elles remettent en question. Elles s’éloignent des musées et des galeries, repensant les lieux de circulation et d’exposition des œuvres d’art. Elles participent, en outre, à la « défamiliarisation » (Balasinski et Mathieu, 2006: 196) de leurs quartiers afin que les passants-spectateurs puissent les explorer de manière créative. En stimulant les facultés perceptives et cognitives de ces derniers, elles aspirent enfin à modifier leur conception mentale du monde social, les invitant à se réapproprier leur capacité d’intervention citoyenne.

  • 13 Plumas Atómicas, Pañuelo verde: ¿cuál es el origen del símbolo de la lucha feminista pro aborto?, 4 (...)

6La muraliste Mariel Rosales contribue à cette « révolution féministe » tant espérée à travers certaines de ses œuvres. Prenons, par exemple, celle qu’elle peignit dans la ville de Mar del Plata (figure 1) en 2018 et qui s’avère être particulièrement représentative de l’esthétique féministe argentine. La composition se caractérise par l’omniprésence du champ chromatique vert, couleur de l’emblématique foulard que portent les manifestantes et sur lequel est généralement imprimé le slogan « Educación sexual para decidir, anticonceptivos para no abortar, aborto legal para no morir ». Si les activistes n’ont jamais donné de signification précise et uniforme quant au choix de cette couleur, il semblerait qu’elle symbolise « la vida, la salud y la esperanza13 ». C’est en 2003, à l’occasion de la 18e Rencontre des Femmes à Rosario, qu’elles débutent la production de foulards, s’inscrivant dans le sillage du militantisme des Mères de la Place de Mai qui portaient un pañuelo blanc lors de leurs marches pour exiger le retour de leurs enfants disparus pendant la dernière dictature militaire.

Figure 1. © Mariel Rosales, Sans titre, Casa de la Mujer, Mar del Plata, 2018.

  • 14 Nombreuses sont les muralistes latino-américaines qui associent leur engagement féministe à une pen (...)
  • 15 Il s’agit d’une expression largement utilisée par les journalistes afin de dénommer les manifestati (...)
  • 16 Entretien personnel réalisé avec la muraliste le 13 novembre 2020.

7Le vert se manifeste, ici, à travers la chevelure, mi-animale, mi-végétale du personnage féminin. Cette représentation physique en fait un être mythique qui semble puiser son énergie vitale du colibri qu’il protège entre ses mains et qui, par ailleurs, est associé, dans les codex aztèques, à la puissance du dieu de la guerre Huitzilopochtli. La structure pyramidale, accompagnée de la monumentalité de l’œuvre, qui contraint le spectateur à lever le regard, accentue le caractère combatif de cette femme. Il n’est pas rare que Mariel Rosales explore les liens qui se tissent entre peinture et nature14. Dans cette fresque, nous remarquons que la chevelure de lierre du personnage n’est qu’un prolongement de la végétation sauvage qui envahit le mur de la Casa de la Mujer. Art et environnement urbain s’entremêlent et dialoguent, nous rappelant que « L'œuvre est insertion dans le tissu du monde concret, confrontation avec les conditions matérielles » (Paul Ardenne, 2002 : 12). La rue se révèle être l’atelier de l’artiste dans lequel chacune des composantes conditionne la création. La femme semble ainsi surgir d’une terre fertile, s’apprêtant à répandre la « marée verte15 » féministe au sein de l’espace public. Soulignons également la charge politique du lieu. La Casa de la Mujer est le siège de la Direction des Politiques de Genre au sein duquel sont assurées des permanences quotidiennes dans le cadre du programme de « Prévention et d’Assistance aux Violences de Genre ». C’est pourquoi la muraliste explique: «Cuando veía cada mujer entrar a la Casa de la Mujer con la cabeza gacha, los hombros caídos y la mirada perdida, la voz quebrada y débil y avergonzada, decidí hacer otro tipo de imagen que inspire valor, seguridad, energía y unión16 ».

  • 17 Cette fresque fut réalisée dans le cadre de la rencontre Junio Arde Rojo qui rendit hommage aux deu (...)

8Dans les fresques féministes, nous observons, par ailleurs, l’importance du texte qui permet généralement de guider la lecture et de préciser certains signifiés iconiques. Les muralistes revendiquent, en ce sens, leurs filiations avec de nombreuses pratiques de lettrage apparues dans les années 1960, comme le graffiti étasunien, les pintadas latino-américaines ou le pixação brésilien. Roland Barthes (1964) considère les inscriptions picturales comme des messages linguistiques qui entretiendraient une relation complémentaire avec l’image : tandis que l’écriture stimule le cognitif, les figures éveillent la sensibilité du spectateur. Dans la composition17 (figure 2) du collectif Mediasombra Mural, dont font partie Paola Cristiano, Victoria Abella, Lena Casati et María Eugenia Villalba, le slogan Aborto que sea ley se marie parfaitement aux motifs picturaux, devenant lui-même un élément figuratif de l’œuvre. Au niveau de l’arrière-plan supérieur, qui correspond au Palais National du Congrès de la Nation argentine, les colonnes de l’édifice se substituent en effet à l’architecture textuelle des lettres qui font l’objet d’un traitement stylistique à travers une recherche de la symétrie et une exploration de la perspective.

Figure 2. © Mediasombra Mural, Legal, seguro y gratuito, Gare Darío Santillán y Maximiliano Kosteki (station Roca), Aellaneda, 2018, 5 m².

9Certaines muralistes contribuent, quant à elles, à l’édificatio d’une esthétique féministe à travers des compositions beaucoup plus métaphoriques. C’est le cas e Luciana Muñoz, alias Imán, qui s’éloigne des représentations normalisées par l’ordre social patriarcal en proposant une interprétation cosmique de la lutte féministe dans une de ses fresques peinte dans la ville de Santa María (figure 3).

Figure 3. © Imán, Empoderarse, Santa María, 2020.

10La créature féline qui occupe la surface murale nous rappelle la forme de certains masques en jade de l’époque zapotèque. Elle est ici entourée des quatre éléments, à savoir la terre et l’air, sur la partie gauche de la fresque, puis l’eau et le feu, sur la partie latérale droite. Il semblerait qu’il s’agisse d’un jaguar, animal puissant et belliqueux. Son feulement, comparé au bruit du tonnerre, est également annonciateur de précipitations et assurerait, de ce fait, la fertilité terrestre. C’est donc la représentation d’une Pachamama ancestrale qu’Imán nous propose dans cette œuvre ; une terre libre et féconde dans laquelle les femmes pourront puiser leurs forces. Le titre de la fresque ne laisse nul doute quant à l’interprétation féministe que nous pouvons en faire. Le verbe « empoderarse » fait écho à l’empowerment, un terme anglophone auquel ont régulièrement recours les militantes contemporaines et qu’Andrea Giunta définit comme un :

 proceso por el cual las mujeres adquieren confianza para actuar y transformar las situaciones de desigualdad en las que viven. En el campo del arte, esto se produce a partir de la toma de conciencia de las estructuras de poder que excluyen a las mujeres y al reconocimiento de los lugares comunes que desautorizan su obra. Dicha conciencia permite articular acciones en pos de una representación igualitaria. (Giunta, 2019: 261)

11L’empowerment est intrinsèquement lié à une prise de conscience collective des inégalités existantes entre les femmes et les hommes. En prenant possession d’un espace public local et en encourageant l’éveil citoyen en faveur de l’émancipation féminine, Imán prend donc part à un activisme contemporain bien plus large.

Résistances périphériques et gouvernances répressives

Figure 4. © Imán, Ninakerus, Leonardo Vargas, Revolución mundial, Santa Fe, 2018.

2002: 181) nomme ce type de collaboration « autrisme », se référant à un art participatif « où l’intersubjectivité se révèle mécanisme de création ». Néanmoins, l’espace public est aussi un lieu de conflits, de divergences d’opinions et de lutte des idées. Ce rapport bilatéral n’est donc pas nécessairement consensuel. La fresque intitulée Revolución mundial18 et réalisée par Imán en 2018 – accompagné de Ninakerus et de Leonardo Vargas – illustre notamment cette réalité puisque qu’elle fit l’objet de censure (figure 4
  • 19 Trabajadorxs Muralistas Organizadxs.
  • 20 Issue du langage urbain, une muraleada désigne un évènement artistique qui réunit plusieurs muralis (...)

12L’inscription « Aborto legal seguro », que nous observons sur le foulard de la protagoniste, fut notamment effacée par des individus, quelques jours seulement après l'achèvement de l’œuvre, mettant en exergue la scission sociale générée par la présentation du projet de loi en faveur de l’avortement. Cet acte contestataire n’est pas un cas isolé. Plus récemment, en novembre 2020, le collectif TRAMO19, qui organisait une muraleada20 dans la ville de La Plata afin de relancer le débat sur l’IVG, fut réprimé par la police locale qui les empêcha de peindre leur fresque à deux reprises. Bien qu’il parvînt, au bout de plusieurs heures, à finaliser le processus de création, la composition murale fut vandalisée par des graffeurs quelques jours plus tard. Ces interventions répressives sont d’autant plus récurrentes que l’intendant de La Plata, Julio Garro, présentait à la même époque, pour la seconde fois depuis 2018, son projet de « Code de Cohabitation Citoyenne » dont l’article 206 remet expressément en question la liberté d’expression des muralistes.

13La fresque précédemment évoquée s'articule autour de trois personnages féminins dont le traitement plastique rappelle celui des dessins animés. Les formes rondes, la simplification des détails et les contours qui délimitent les figures en sont notamment des procédés iconiques caractéristiques. Le choix esthétique d'Imán confère à la fresque un véritable pouvoir émotionnel qui ne peut laisser indifférent le spectateur. Rappelons que, dans l’espace public, l'individu n'est pas conditionné à recevoir ni à interpréter des œuvres artistiques. La physionomie des sociétés contemporaines l’invite davantage à consommer, de manière passive, un ensemble de codes et de signes néolibéraux que Daniel Buren définit comme des « parasites visuels » (Buren, 1998: 70).

14Le défi des muralistes est donc de concevoir une esthétique capable de retenir l’attention et d’attiser la curiosité du passant dont la collaboration est primordiale. Pour ce faire, Imán a également recours à la perspective chromatique. Les tons chauds, tels que le rose et l'orange, occupent le premier plan de l’œuvre tandis que les couleurs froides sont plus éloignées, guidant le regard du spectateur vers un arrière-plan bleu. Cette répartition des couleurs permet d’augmenter la profondeur du champ de la composition et ainsi mettre en valeur le personnage féminin principal qui porte, sur son foulard, le message qui confère à la fresque son signifié féministe. Enfin, le slogan « Revolución mundial », qui occupe la partie gauche de la composition, est une référence footballistique qui révèle, une nouvelle fois, la charge sémantique de l’espace-temps donné, à savoir Rosario, ville natale du joueur Lionel Messi, en 2018, en pleine Coupe du Monde. Les muralistes incitent les supporters, qui surent fédérer une communauté internationale à l’occasion d’un évènement sportif, à mobiliser cette même énergie dans le but de soutenir les femmes argentines qui manifestaient alors pour obtenir la légalisation de l’avortement. Cet appel aurait, par ailleurs, pu être celui lancé par les mouvements révolutionnaires des années 1970, faisant écho à la tradition militante de gauche dans laquelle s’inscrivent les muralistes contemporaines. Pensons, entre autres, au numéro 4 de la revue montonera Estrella Federal publié en avril 1978 et qui avait pour titre « A ganar el mundial », l’adversaire étant, dans cette locution humoristique, la junte militaire au pouvoir.

15En 2017, Imán peignit une fresque (figure 5), aux côtés de Flor García, dans le cadre d’une rencontre de muralistes, soutenue par la Direction de la Culture ainsi que l’Association des Artistes Plastiques de Carlos Paz.

Figure 5. © Imán, Fortaleza Andrea Castana, Carlos Paz, 2017.

  • 21 En Argentine, en 2019, la Cour Suprême recense 252 fémicides. Corte Suprema de Justicia de la Nació (...)

16Cet appui institutionnel n’empêcha pas la construction d’un muret en brique de la part de la municipalité, six mois plus tard, laissant l’œuvre partiellement voilée. La composition nous donnait à voir le portrait d’une femme qui, cette fois-ci, n'est pas anonyme. Le spectateur local est en mesure de l’identifier puisqu’il s’inspire d’une photographie qui circula dans la presse en mars 2015. Il s’agit d’Andrea Castana, alors âgée de 37 ans, dont le corps présentant les traces d’un viol fut retrouvé dans le Cerro de la Cruz. Bien que l’enquête demeure irrésolue, il est indéniable que le muralisme érige ici un lieu de protestation et de mémoire. En concevant une fresque dans la ville de résidence d’Andrea, Imán organise ce qu’Elizabeth Jelin nomme une « mémoire territorialisée » (Jelin et Langland, 2003). Par le biais d’un langage artistique contemporain, elle parvient à sonder l’indicible, à savoir une réalité tragique, tout en lui donnant un sens politique. Au-delà de l’hommage qui est rendu à la victime, c’est l’ensemble des passants-spectateurs qu’elle tente de sensibiliser dans un pays où les fémicides ne cessent de se multiplier21.

  • 22 Marielle Franco fut membre du Conseil municipal de Rio de Janeiro en tant que représentante du Part (...)
  • 23 L’intericonicité consiste à insérer, dans une création B, un élément ou la totalité d’une œuvre A.

17Le collectif Mediasombra Mural s’inscrit dans une démarche similaire en représentant, à maintes reprises, la militante, politique22 et sociologue Marielle Francisco da Silva, assassinée le 14 mars 2018 à Rio de Janeiro (Brésil). La composition Marielle Franco Presente (figure 6), qui correspond davantage à une production éphémère puisqu’elle fut réalisée à la craie pour accompagner une exposition temporaire du MultiEspacio Cultural de San Martín, élabore un discours plastique original en ayant recours à l’intericonicité23.

Figure 6 (à gauche). © Mediasombra Mural, Rosalía Fornasier, Marielle Franco Presente, San Martín, Avellaneda, 2018, 9 m².

Figure 7 (à droite). © Mediasombra Mural, Las rosas de la resistencia, Casa cultural Marielle Franco, Maschwitz, 2020, 24 m².

  • 24 La locution « Evita presente » envahit notamment l’espace public en 1971 lorsque sa dépouille, disp (...)
  • 25 Voir, par exemple, la couverture du numéro 14 de la revue Evita Montonera publié en octobre 1976 qu (...)

18La figure fantasmagorique, qui initialement illumine l’emblématique Guernica de Pablo Picasso à l’aide de sa lampe à huile, met désormais en lumière la brésilienne Marielle Franco. L’usage du clair-obscur, accompagné d’une perspective cavalière, guide notre regard vers cette protagoniste combative et engagée dans la lutte contre les discriminations de genre, LGBT+ et raciales. Le personnage picassien pourrait donc, comme dans l’œuvre hyperopérale, être porteur de justice en éclairant, de sa lampe, un cas de fémicide impuni. Relevons, en outre, l’héritage esthétique du militantisme des années 1960-1970 : le poing levé n'est pas sans rappeler le traitement des mains des travailleurs dans les fresques de Ricardo Carpani et le regard vers l’horizon, le corps en mouvement, la bouche entrouverte et le slogan « Marielle Presente24 » présentent des similitudes avec l’iconographie péroniste, en particulier le traitement plastique d’Eva Perón25 dont le portrait incarnait un symbole d’émancipation pour les femmes de l’époque.

Conclusions

19Il va sans dire que les femmes muralistes contribuent au développement d’un mouvement émancipateur qui gagne non seulement l’Argentine du XXIe siècle mais aussi l’ensemble du sous-continent latino-américain. Si l’effervescence des mobilisations féministes émane généralement de Buenos Aires, où siègent les principales autorités politiques, les artistes s’organisent aussi dans les zones périphériques, donnant à voir des réalités locales qui ne sont pas nécessairement relayées à l’échelle nationale.

20Malgré la densité du pays et la quantité d’interventions urbaines, la récurrence d’un certain nombre de codes iconiques nous amène à identifier la circulation transrégionale d’une esthétique contemporaine du « féminisme artistique » (Giunta, 2019 : 263). Bien que chaque muraliste fasse montre d’une identité stylistique singulière, une homogénéité plastique, chromatique et symbolique se dégage parmi les fresques sélectionnées, s’inscrivant graduellement dans un imaginaire culturel collectif. C’est pourquoi nous pouvons dire que ces compositions murales concourent à l’édification d’une mémoire visuelle du militantisme féministe dont l’enjeu futur sera d’assurer sa transmission intergénérationnelle. La pratique murale étant factuellement éphémère et peu sujette à la protection patrimoniale, il nous faudra en effet observer son évolution dans le temps.

21Mentionnons, pour terminer, que si le muralisme féminin n’est pas nécessairement féministe, la réciproque est également vraie. Certains artistes, tels que Julián Roura, Martín Zinclair et Lucas Quinto, ont notamment soutenu les militantes à travers quelques compositions engagées. Aussi, nombreux sont ceux qui s’accordent à exiger un néomuralisme inclusif, à l’image du Colectivo Carpani qui, dans son manifeste de 2020, déclare « adscribimos a […] las políticas inclusivas, de recuperación de derechos e identidad de género. »

Inicio de página

Bibliografía

Abarca sanchís, Francisco Javier, El postgraffiti, su escenario y sus raíces: graffiti, punk, skate y contrapublicidad, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, 2010, 633 p.

Antonio Acacio, Juan, « La violencia de género como problema público. Las movilizaciones por “Ni una menos” en la Argentina », Questión, La Plata, Instituto de Investigaciones en Comunicación (Universidad Nacional de La Plata), 2016, vol. 1, n° 51, p. 170-187.

Ardenne, Paul, Un art contextuel. Création artistique en milieu urbain, en situation d’intervention, de participation, Paris, Flammarion, 2002, 256 p.

Balasinski, Justyne, Mathieu, Lilian, Art et contestation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 233 p.

Barthes, Roland, « Rhétorique de l’image », Communications, Paris, Persée, 1964, n° 4, p. 40-51.

Buren, Daniel, À force de descendre dans la rue, l’art peut-il enfin y monter?, Paris, Sens et Tonka, 1998, 92 p.

Bute Sánchez de Hoyos, Eduardo, El movimiento Espartaco: vanguardia, arte y política, Sevilla, Facultad de Geografía e Historia, 2013, 598 p.

Capasso, Verónica, Muralismo en la ciudad de La Plata: La experiencia del colectivo de arte Sienvolando, un análisis de la activación de una esfera pública de oposición, La Plata, Universidad Nacional de La Plata, 2010, 88 p.

Castro, Luis Carlos, « La acción colectiva feminista, ¿de la lucha de clases a la lucha de géneros? Aportes para la comprensión práctica de los movimientos sociales: el caso “Ni Una Menos” », Ciencia Política, Bogotá, Departamento de Ciencia Política (Universidad Nacional de Colombia), 2018, vol. 13, n° 26, p. 19-61.

Dabène, Olivier, Street Art and Democracy in Latin America, Londres, Palgrave Macmillan, 2019, 261 p.

Giunta, Andrea, Feminismo y arte latinoamericano: Historias de artistas que emanciparon el cuerpo, Mexico, Siglo XXI Editores, 2019, 296 p.

__________, Poscrisis. Arte argentino después de 2001, Buenos Aires, Siglo XXI Editores Argentina, 2009, 272 p.

Ichaso, Inés, « “Regarde dans quel état nous nous mettons!” Luttes contre les violences sexuelles et renouveau du féminisme en Argentine », Mouvements, Paris, La Découverte, n° 99, 2019, p. 22-30.

Jelin, Elizabeth, Langland, Victoria, Monumentos, memoriales y marcas territoriales, Madrid, Siglo XXI de España Editores, 2003, 219 p.

Lamizet, Bernard, Le sens de la ville, Paris, L’Harmattan, 2002, 242 p.

Larrondo, Marina, Ponce Lara, Camila (coord.), Activismos feministas jóvenes. Emergencias, actrices y luchas en América Latina, Buenos Aires, Clacso, 2019, 201 p.

Longoni, Ana, Vanguardia y revolución. Ideas y prácticas artístico-políticas en Argentina de los 60-70, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, 2005, 457 p.

López, Matías David, Cambio de piel. Intervenciones culturales, acción colectiva y politicidad emergente en el espacio público de La Plata, La Plata, Universidad Nacional de La Plata, 2017, 317 p.

Miguel, María Petrona, Tsuji, Teresa, « ¡Ni una menos ! Cuando la ciudadanía clama por detener la violencia de género », Hologramática, Lomas de Zamora, Facultad de Ciencias Sociales (Universidad Nacional de Lomas de Zamora), 2016, vol.1, n° 25, p.59-76.

Moira, Cristiá, Imaginaire péroniste: esthétique d’un discours politique 1966-1976, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 274 p.

Pereyra, Carmen, « Muralismo y arte público-estatal en la Ciudad de Buenos Aires », Intervenciones estético-políticas en el arte público latinoamericano, Teresa Espantoso Rodríguez, Carolina Vanegas Carrasco, Ana María Torres Arroyo (coord.), Buenos Aires, Editorial de la Facultas de Filosofía y Letras, 2017, p. 467-482.

Rosa, María Laura, « El despertar de la conciencia. Impacto de las teorías feministas sobre las artistas de Buenos Aires durante las décadas del 70 y 80 », Artelogie, Paris, Équipe fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures, 2013, n°5. Disponible en ligne : < http://cral.in2p3.fr/artelogie/spip.php?article247>.

Inicio de página

Notas

1 Le manifeste du muralisme mexicain est publié en 1924 dans la revue El Machete. En 1933, l’exil de David Álfaro Siqueiros à Buenos Aires contribue à l’essor d’un muralisme argentin dont le point culminant s’observe en 1959 avec le Grupo Espartaco. Le mouvement s’étend ensuite à de nombreux pays du sous-continent, notamment en 1968 au Chili avec la Brigade Ramona Parra.

2 Valeria Barassa, AMMURA, la Agrupación de Mujeres Muralistas de Argentina, 20 septembre 2018, <https://muralesbuenosaires.com.ar/2018/09/20/ammura-la-agrupacion-de-mujeres-muralistas-de-argentina/>

3 Agrupación de Mujeres Muralistas Argentinas.

4 Certaines muralistes, comme la mexicaine Aurora Reyes ou la guatémaltèque Rina Lazo, sont aujourd’hui réhabilitées par les chercheurs.

5 Par ce choix terminologique, revendiqué par certains artistes, nous partons du postulat que le muralisme actuel s’inscrit dans une tradition continentale d’art engagé tout en intégrant des modalités de l’Art contemporain (avant-gardes, graffiti, Street Art).

6 Pionnière quant à la dénonciation des violences de genre dans son pays, Susana Chávez est assassinée en 2011 par un groupe de trois individus dans sa ville natale de Ciudad Juárez.

7 Selon les données du Registre National des Fémicides de la Justice Argentine de la Cour Suprême de Justice de la Nation.

8 Notons que le débat en faveur de l’avortement est bien plus ancien puisque la première campagne nationale fut lancée en 1992, conjointement à celle sur la contraception.

9 Interruption Volontaire de Grossesse.

10 Unicef Argentina, Semana de la Prevención del embarazo no intencional en la adolescencia: por un encuentro seguro y placentero, <https://www.unicef.org/argentina/comunicados-prensa/puedodecidir2020>, 21 septembre 2020.

11 Selon une étude de l’Équipe latinoaméricaine de la justice et du genre, du Centre des études de l’État et de la Société de Buenos Aires et du Réseau d’accès à l’avortement sans danger, réalisée en 2018.

12 Valeria Barassa, AMMURA, la Agrupación de Mujeres Muralistas de Argentina, op.cit.

13 Plumas Atómicas, Pañuelo verde: ¿cuál es el origen del símbolo de la lucha feminista pro aborto?, 4 mars 2019, <https://www.youtube.com/watch?v=atpO4Awjnh0>.

14 Nombreuses sont les muralistes latino-américaines qui associent leur engagement féministe à une pensée écologiste, s’affiliant au mouvement émergent de l’écoféminisme.

15 Il s’agit d’une expression largement utilisée par les journalistes afin de dénommer les manifestations féministes d’ampleur.

16 Entretien personnel réalisé avec la muraliste le 13 novembre 2020.

17 Cette fresque fut réalisée dans le cadre de la rencontre Junio Arde Rojo qui rendit hommage aux deux piqueteros, Darío Santillán et Maximiliano Kosteki, tués par balles en 2002 par deux policiers de la Province de Buenos Aires.

18 Imán, Ninakerus, Leonardo Vargas, Revolución mundial, Santa Fe, 2018, 12 juin 2018, <https://www.instagram.com/p/Bj5_KwDBHAy/>

19 Trabajadorxs Muralistas Organizadxs.

20 Issue du langage urbain, une muraleada désigne un évènement artistique qui réunit plusieurs muralistes dans l’espace public autour d’une même cause politique.

21 En Argentine, en 2019, la Cour Suprême recense 252 fémicides. Corte Suprema de Justicia de la Nación, Registro Nacional de Femicidios de la Justicia Argentina, 2019, <https://www.csjn.gov.ar/omrecopilacion/omfemicidio/homefemicidio.html>.

22 Marielle Franco fut membre du Conseil municipal de Rio de Janeiro en tant que représentante du Parti Socialisme et Liberté (PSOL).

23 L’intericonicité consiste à insérer, dans une création B, un élément ou la totalité d’une œuvre A.

24 La locution « Evita presente » envahit notamment l’espace public en 1971 lorsque sa dépouille, disparue 16 ans plus tôt, est restituée au Général Perón.

25 Voir, par exemple, la couverture du numéro 14 de la revue Evita Montonera publié en octobre 1976 qui rappelle le portrait de la figure 7.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 1. © Mariel Rosales, Sans titre, Casa de la Mujer, Mar del Plata, 2018.
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 100k
Leyenda Figure 2. © Mediasombra Mural, Legal, seguro y gratuito, Gare Darío Santillán y Maximiliano Kosteki (station Roca), Aellaneda, 2018, 5 m².
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 248k
Leyenda Figure 3. © Imán, Empoderarse, Santa María, 2020.
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-3.png
Ficheros image/png, 1,1M
Leyenda Figure 4. © Imán, Ninakerus, Leonardo Vargas, Revolución mundial, Santa Fe, 2018.
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-4.png
Ficheros image/png, 759k
Leyenda Figure 5. © Imán, Fortaleza Andrea Castana, Carlos Paz, 2017.
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-5.jpg
Ficheros image/jpeg, 104k
Leyenda Figure 6 (à gauche). © Mediasombra Mural, Rosalía Fornasier, Marielle Franco Presente, San Martín, Avellaneda, 2018, 9 m².
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-6.jpg
Ficheros image/jpeg, 320k
Leyenda Figure 7 (à droite). © Mediasombra Mural, Las rosas de la resistencia, Casa cultural Marielle Franco, Maschwitz, 2020, 24 m².
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9480/img-7.jpg
Ficheros image/jpeg, 107k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Caroline Prévost, «Néomuralisme et militantisme féministe dans l’Argentine du XXIe siècle »Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 41 | 2021, Publicado el 06 julio 2021, consultado el 23 julio 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9480; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9480

Inicio de página

Autor

Caroline Prévost

Université Bordeaux Montaigne (France)
Caroline Prévost est doctorante en Études Hispaniques au sein de l’École doctorale Montaigne Humanités. Elle est rattachée au laboratoire Ameriber et chargée de cours au département d’études ibériques et ibéro-américaine de l’Université Bordeaux Montaigne. E-mail : caroline.prevost@u-bordeaux-montaigne.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search