Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros41Les résistances rurales : agro-in...Discours, agro-industrie et le si...

Les résistances rurales : agro-industrie et modèles alternatifs

Discours, agro-industrie et le silenciement des femmes dans la production de café au Brésil

Mónica Graciela Zoppi-Fontana y Sheilla Maria Resende

Resúmenes

Cet article présente une recherche sur le silenciement produit par l’agro-industrie sur les productrices de café dans la région sud de l’État de Minas Gerais, au Brésil. Partant de l’hypothèse que les silences produits par le discours institutionnel de l’agro-industrie pourraient être décrits, on a développé l’analyse d’un corpus hétérogène comprenant le discours de l’agro-industrie et le discours des femmes caféicultrices. L’approche théorique adoptée est l’Analyse du Discours, suivant notamment les travaux de Michel Pêcheux (1975 ; 1990) et Eni Orlandi (2000), dont on prend des catégories théorico-analytiques suivantes : silence, silenciement, forme-sujet, mémoire. La description des opérations syntaxiques et sémantiques opérant dans les processus de nomination montre l’actualisation d’une mémoire patriarcale sur la pratique agricole, qui met en silence, à la fois, le rôle des femmes dans la chaîne de production du café et la tradition de l’agriculture familiale et dans ses modes de production.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Le Brésil représente un tiers de la production mondiale de café, étant le plus grand producteur depuis plus de 150 ans (Embrapa, 2020). Au Brésil, les États de Minas Gerais, de Espírito Santo, de São Paulo, de Bahia et de Paraná (Conab, 2018) -listés par ordre d’importance- sont les producteurs majeurs. Avec 54,4% de la production de café de l’État, la région sud du Minas Gerais, à son tour, est la plus importante dans ce scénario.

  • 1 Café des Montagnes.

2La principale caractéristique topographique de la culture du café dans le sud du Minas Gerais est la culture du grain sur un terrain accidenté à une altitude moyenne de 850 mètres (Emater, 2020). La topographie de la région, d’une part, offre des conditions édaphoclimatiques idéales pour l’implantation et le développement de la culture et, d’autre part, freine sa mécanisation. Cette caractéristique géomorphologique, associée à la rentabilité saisonnière de l’activité, a fourni des conditions favorables pour la pratique de la caféiculture, principalement par l’agriculture familiale. Ce scénario configure la production de café du Minas Gerais, qui est connu comme le Café das Montanhas1 (Pedini, 2013).

3Compte tenu de l’importance de la pratique de l’activité pour la région, la présence d’institutions directement liées à la caféiculture, ou mieux, à la soi-disant « agro-industrie du café », est remarquable : on y trouve des établissements d’enseignement et de recherche, en particulier la Société d’assistance technique et de vulgarisation rurale de l’État du Minas Gerais (Empresa de Assistência Técnica e Extensão Rural do Estado de Minas Gerais – EMATER) et l’Université Fédérale de Lavras (UFLA), les coopératives et les exportateurs, qui s’occupent de l’achat et de la vente des sacs de café. Ajoutons à cette liste la Coopérative Régionale de Producteurs de Guaxupé Ltda. (Cooperativa Regional de Produtores de Guaxupé Ltda – COOXUPÉ), qui remplit à la fois les deux fonctions institutionnelles : associer les familles productrices de café pour acheter le produit et l’exporter.

4Au sein de la caféiculture au sud de Minas, les femmes ont un rôle fondamental dans la gestion des cultures, qui est organisée par les modes de production de l’agriculture familiale. Cependant, il manque historiquement à ces femmes une place légitime d’énonciation par rapport à leur participation à l’activité, ce qui peut se vérifier par l’absence de leurs voix, de leurs récits et de leur discours dans la circulation discursive d’énoncés de l’agro-industrie du café. Cette « non-place » énonciative des femmes dans la caféiculture fait l’objet d’analyse de cet article.

5L’hypothèse qui guide cet article est que les silences produits par le discours institutionnel de l’agro-industrie, qui affectent les processus de subjectivation des femmes, pourraient être décrits. Les analyses se déroulent sur un corpus composé par deux volets : un premier volet, le discours agro-industriel, et un deuxième volet, la parole des femmes caféicultrices. À partir de ce corpus hétérogène nous essayons de montrer les contradictions à l’intérieur des processus discursifs qui signifient la place énonciative et les pratiques des femmes caféicultrices dans la chaîne de production du café au sud de Minas Gerais. Le cadre théorique qui soutient cette recherche est l’Analyse du Discours, suivant notamment les travaux de Michel Pêcheux (1990) et Eni Orlandi (2000), dont on prend des catégories théorico-analytiques suivantes : silence, silenciement, forme-sujet, mémoire, présentées dans la section suivante.

Quelques repères théoriques

Silence, silenciement

6L’analyse de l’absence de la voix féminine dans les discours hégémoniques de la chaîne de production du café, voire, dans les discours de l’agro-industrie du café, est le but de cet article. Pour développer cette analyse, nous prenons la notion de silence, catégorie théorico-analytique proposée au Brésil par Eni Orlandi (Orlandi, 2000). Le silence est compris comme la condition pour le mouvement des sens, offrant l’espace symbolique pour que les mots puissent signifier autrement. Il faut signaler le déplacement produit par l’auteure dans le champ des études linguistiques, lorsqu’elle définit le silence comme constitutif du langage. Le silence n’est pas le néant ou le vide du langage ; au contraire, il constitue le sens, il est son seuil. Elle propose de réordonner les questions que nous nous posons sur le sens en partant du silence comme « fondateur, celui qui existe dans les mots, qui signifient le non-dit et qui donne espace au recul signifiant produisant les conditions pour signifier » (Orlandi, 2000 : 39). Être en silence est une façon d'être dans le sens. Selon l’auteure, il n’est possible de le comprendre qu’en considérant son historicité, c’est-à-dire, les processus historiques de sa production. Pour comprendre ce que le silence est dans le discours, selon Orlandi : « Il est impossible de comprendre le silence sans considérer l'historicité du texte, les processus de construction des effets de sens. Il n'est observable que par ses effets (rhétoriques, politiques) et par les très nombreux modes de construction de la signification » (Orlandi, 2000 : 43).

7Faire travailler le sens dans son historicité, c’est prendre une position matérialiste sur la langue. Sur la base matérielle de la langue se jouent les contradictions des processus discursifs, qui signifient les rapports de forces entre les sujets, l’État et les idéologies dans un espace-temps donné. Silencer et dire sont des mouvements immanents à ces contradictions. Toujours en accord avec Orlandi : « Travailler sur le silence, c'est donc quitter l'univers du segmentable et renoncer à toutes les analyses qui partent de la matérialité des formes pour basculer du côté des disciplines interprétatives » (Orlandi, 2000 : 43). En ce qui concerne notre objet d’analyse-les femmes et la production alimentaire- il reste à savoir ce qui est silencé quand les discours institutionnels disent, quelles sont les opérations discursives pour « mettre en silence » la voix et les récits des femmes dans la caféiculture. Dire « une » chose pour ne pas laisser dire « d’autres ». Voici la dimension politique du processus de silenciement (Orlandi, 2000: 43).

8Eni Orlandi (2000), en défendant le statut constitutif du silence par rapport au langage, et en adoptant la notion d'interdiscours, proposée par Michel Pêcheux (1975), développe un appareil théorique et méthodologique qui permet de faire travailler la contradiction au sein des processus de signification. De telles procédures mettent en relation ce qui est dit dans l’énoncé, avec ce qui n’y est pas dit et avec un déjà dit historique qui se déplace, se resignifie, mais en laissant des traces de ce qui détermine le sens et le sujet au cours de l'histoire. Ainsi, selon Branca-Rosoff dans son compte rendu de l’ouvrage d'E. Orlandi :

le silence en relation avec l'interdiscours désigne le fait que derrière les paroles qu'un sujet assume comme siennes, l'analyste peut reconstruire les paroles déjà dites par d'autres, qui fondent son discours dans la mesure où tout discours prend appui sur d'autres discours, même lorsqu'il ne les évoque pas explicitement. (Branca-Rosoff, 1996)

Sujet, forme-sujet, sens

9En reprenant la proposition de Michel Pêcheux (1975), nous comprenons la notion de sujet du discours comme un effet-sujet constitué dans et par des pratiques sociales historiquement déterminées. Ainsi, il s’agit d’analyser les pratiques discursives qui configurent une position énonciative pour être occupée par les individus, les constituant ainsi en sujets de leur discours par rapport à une formation discursive, qui établit ce qui peut et doit être dit à partir d’une position donnée dans une conjoncture déterminée (Henry, Haroche, Pêcheux, 1971). À la suite d’Althusser, Pêcheux appelle forme-sujet du discours, cette position historiquement déterminée par les pratiques discursives à partir desquelles le sujet est constitué comme responsable de son énonciation. Selon Althusser, tout individu ne peut être agent d’une pratique que s’il revêt la forme-sujet. « La forme-sujet est donc la forme d’existence historique de tout individu, agent des pratiques sociales » (Pêcheux, 1975: 148). De cette façon, sens et sujet sont produits dans l’histoire et donc lorsqu'on décrit les pratiques discursives par rapport à l’idéologie, on accède par l'analyse au « caractère matériel du sens ».

Interdiscours et mémoire discursive

10Pour l’analyse du discours la condition essentielle de la production et l’interprétation d’une séquence dans sa matérialité linguistique-textuelle réside, selon Pêcheux, « dans l’existence d’un corps socio-historique de traces discursives constituant l’espace de mémoire de la séquence. Le terme d’interdiscours caractérise ce corps de traces comme matérialité discursive, extérieure et antérieure à l’existence d’une séquence donnée » (Pêcheux, 1990: 289). Il s’agit, donc, du statut social de la mémoire, entendue comme un ensemble complexe, préexistant et extérieur à l’organisme humain, « constituée par des séries de tissus d’indices lisibles, constituant un corps socio-historique de traces » (Pêcheux, 1990: 286). Nous partons de l’idée, que nous partagions avec Jean-Jacques Courtine (1994: 10), que le langage est le tissu de la mémoire, c’est-à-dire sa modalité d’existence historique essentielle, et par conséquent nous pouvons décrire les opérations discursives qui organisent le rappel, la répétition, les différentes formes de rémissions et de reprises, mais aussi l’effacement et l’oubli des espaces de mémoire qui constituent une régularisation discursive.

Le discours de l’agro-industrie

  • 2 Selon la loi brésilienne no. 11 428, à partir de 2006, le petit producteur rural est celui qui poss (...)

11L’importance des femmes pour la caféiculture de la région sud du Minas Gerais a été soulignée d’emblée, principalement dans l’agriculture familiale. Dans ce scénario, ce sont de petites productrices de café2 qui possèdent ou partagent la propriété de terres rurales, et sur qui pèse, car elles sont femmes, la division sexuelle du travail rural et domestique.

12Dans cette section, le fonctionnement des différents silenciements produits sur ces femmes sera décrit, à partir d’une analyse des discours qui les produisent, en l’occurrence, du discours agro-industriel, représenté ici par l’une des institutions qui composent la chaîne de production de café dans le sud du Minas Gerais : la Cooperativa Regional de Produtores de Guaxupé Ltda. (COOXUPÉ). Ces silenciements pratiqués institutionnellement par le discours de l’agro-industrie auraient des effets sur les processus de subjectivation/identification des caféicultrices.

  • 3 Folha rural, Cooperativa Regional de Cafeicultores em Guaxupé, Vila Santa Bárbara: <https://www.coo (...)
  • 4 Selon la Companhia Nacional de Abastecimento (CONAB), lors de la récolte de café de 2018, 61,7 mill (...)

13Nous prenons comme corpus pour l’analyse le journal Folha Rural, une publication mensuelle à laquelle la COOXUPÉ est abonnée et dont les éditions sont disponibles en version imprimée au siège de la coopérative, ainsi que dans ses succursales, et numérique, sur le site internet de l’institution3. Douze éditions du journal Folha Rural furent analysées, de mars 2018 à février 2019, une période qui comprend la production, la négociation, l’achat et la vente de la plus grande récolte de café produite au Brésil jusqu’à ce jour4. La description des processus de silenciement pratiqués sur les femmes sera faite à partir des extraits de ce corpus, considérés représentatifs des fonctionnements que nous cherchons à élucider.

14Voici les extraits mentionnés (dorénavant « Ex »). Ce sont des témoignages, formulés en discours direct, représentatifs de « la parole » des associé(e)s de la COOXUPÉ concernant l’événement La Foire du Cerrado (3ª Feira do Cerrado), dont la coopérative est l’un des sponsors et organisateurs. Cette foire est un événement pour l’exposition et la négociation de l’achat et la vente de machines et d’autres technologies pour la culture du café. Il s’agit de l’un des nombreux événements de cette nature réalisés par les institutions qui font partie de la chaîne de production du café. L’exposition d’équipements, de machines et de produits destinés à la culture du café est généralement orientée vers la production de café à grande échelle, c’est-à-dire vers des propriétés disposant de ressources de différents ordres (financiers, spatiaux, organisationnels) permettant des processus de mécanisation.

  • 5 “Entrei para a cooperativa há apenas quatro meses por influência do meu pai que já é cooperado. É a (...)

E1: J’ai rejoint la coopérative il y a seulement quatre mois sous l’influence de mon père, qui en est déjà membre. C’est la deuxième fois que je viens à la foire pour voir quelques produits et pour faire des simulations du prix de machines5. (Márcio Rocha Romano, membre de la coopérative d’Araguari, accompagné de Josiane, Antony et Giovana).

  • 6 “Sou cooperada desde 1998, adorei estar na Feira do Cerrado, eu e minhas filhas aproveitamos o Espa (...)

E2: Je suis membre de la coopérative depuis 1998, j’ai adoré être à la Foire du Cerrado, mes filles et moi avons profité de l’espace Beauté pour voir les produits de maquillage, pendant que mon mari faisait le tour des étals. Il a décidé d’acheter une machine6. (Sirlei Maria Silva, membre de la coopérative de Rio Paranaíba, accompagnée de ses filles Lívia et Luiza et de son mari Nivaldo)

  • 7 “Gosto de vir à Feira do Cerrado principalmente para conversar com outros produtores de café, troca (...)

E3: J’aime venir à la Foire du Cerrado principalement pour discuter avec les autres producteurs, pour échanger des idées sur le marché, car je pense que cet événement est important pour rassembler les caféiculteurs. De plus, j’en ai profité pour découvrir les nouvelles technologies des machines7. (Pieter Cardoso Michels, membre de la coopérative de Monte Carmelo).

15En gras, se trouvent les traces linguistiques laissées dans les séquences par les processus de silenciement que nous cherchons à montrer. Deux opérations sémantiques principales ont lieu pour mettre en œuvre ces processus:

161- L’effet de l’indétermination x détermination sémantique au sein du SYNTAGME NOMINAL (SN) via l’ARTICLE DEFINI (Art.Def.) présent dans l’un des SYNTAGMES PRÉPOSITIONNELS. Et, surtout, une spécification de la relation familiale, dans le cas des femmes, qui n’apparaît pas dans le cas des hommes. Nous soulignons la présence d’une régularité discursive dans la construction du SN, qui est distribuée de façon diverse selon à quels sujets (hommes ou femmes) sont attribués les discours rapportés marqués entre guillemets. Ce SN est composé d’un NOM PROPRE-noyau suivi d’un ou deux ADJECTIF (ADJ) + SYNTAGME PRÉPOSITIONNEL (SP). Le premier ADJ1 + SP après le nom propre désigne un locatif en explicitant la ville d’origine du/de la membre de la coopérative » (E1: coopérativisé d’Araguari ; E2: membre de la coopérative de Rio Paranaíba ; E3: membre de la coopérative de Monte Carmelo). Le deuxième ADJ2 + SP à son tour, désigne à travers la préposition DE, qui sont les compagnons du/de membre de la coopérative (E1 : accompagné de DE + Ø Josiane, Ø Antony et Ø Giovana; E2: accompagnée DE+LES filles Lívia et Luíza et DE+LE mari Nivaldo; E3: Ø). Or, ces emboîtements syntaxiques fonctionnent sémantiquement sur les effets de la détermination de l’interdiscours, qui travaille comme espace de mémoire : c’est par la mémoire patriarcale que les effets de liaison entre un nom propre masculin et un SP déterminé par un article défini sont naturalisés. En effet, la présence de l’Art. Def. dans le SP introduit la mention à la relation familiale des accompagnants par rapport au locuteur dont le témoignage est rapporté, ce qui se produit dans le cas des femmes auxquelles ce témoignage est attribué, et non dans le cas des hommes. De cette façon, les femmes sont représentées par rapport à une mémoire discursive dans laquelle leur rôle social se limite à l’espace domestique/familial : rôle de mère, d’épouse. Quant aux hommes, au contraire, leur place et leur présence sont si légitimées par les discours institutionnels de la chaîne de production du café qu’ils peuvent être cités dans le journal sans aucune mention à leurs accompagnants (E3: Pieter Cardoso Michels, ADJ1+SP, Ø).

172- L’ancrage déictique dans la première personne du discours suivi du prédicat, dont l’effet est de réitérer les rôles socio-historiquement attribués aux femmes et aux hommes. Étant donné qu’il s’agit de témoignages, les marques déictiques à la première personne sont attendues, mais les prédicats attribués dans les séquences à ces « je » permettent d’observer les traces d’une mémoire patriarcale hégémonique dans l’agro-industrie. Dans les discours rapportés des hommes, les verbes à la première personne renvoient à des actions liées à la production de café (et aux affaires de la coopérative) :

E1 : Je me suis associé à la coopérative ; je viens à l’exposition [objet de l’entretien] pour voir les nouveaux produits et pour faire des simulations du prix de machines ;

E3 : J’aime venir à la Foire du Cerrado […] pour discuter avec les autres producteurs, échanger des idées sur le marché […]. J’en ai profité pour découvrir les nouvelles technologies des machines.

18Par opposition, dans les discours rapportés des femmes, les prédicats attribués à travers les verbes renvoient à l’espace familial, domestique, de soins, de beauté : il s’agit de la place de la femme délimitée par une mémoire patriarcale déjà stabilisée.

E2: Je suis associée [à la COOXUPÉ] depuis 1998, j’ai adoré être à la Foire du Cerrado, moi et mes filles avons profité de l'Espace de beauté, on regardait les produits de maquillage, pendant que mon mari faisait le tour des étals. Il a décidé d’acheter une machine.

19L’analyse des extraits montre qu’il y a une opposition claire entre l’espace du domestique/familial et l’espace de l’entreprise/du marché, ce qui se matérialise dans les séquences par l’opposition des produits qui attirent l’attention des interviewé(e)s lors de l’événement organisé par la COOXUPÉ : machines et technologies par opposition aux produits de maquillage. En outre, nous soulignons le fait que selon le journal les hommes déclarent être allés à la foire avec un but, contrairement aux femmes, qui disent qu’elles « profitent » simplement du temps pendant que leurs maris s’occupent de leurs affaires.

20De cette façon nous démontrons le rôle du journal comme support institutionnel qui intervient dans les rapports sociaux en tant qu’espace de régularisation de la mémoire discursive. Le journal, par moyen du discours rapporté, simule de donner la parole aux femmes pour mieux les mettre en silence. Une mémoire patriarcale ainsi institutionnalisée qui finit par légitimer et perpétuer des rôles : la femme restreinte à l’espace domestique/familial et l’homme comme protagoniste de l’activité caféière.

Le silenciement de l’agriculture familiale, la non-place des femmes

21L’imbrication entre agriculture et économie a toujours fonctionné d’une manière particulière au Brésil. Les grandes extensions de terres « à explorer » associées au « mythe de la fertilité » des sols, ainsi que l’imbrication entre les discours sur l’agriculture et ceux sur l’économie, ont aisément servi de point d’ancrage au fonctionnement du discours de l’agro-industrie, dont le but est « l’efficacité maximale des territoires ». La rationalisation industrielle de la production alimentaire et des pratiques sociales qui l’accompagnent (Montlibert, 2020), met en silence les sujets-ruraux conçus hors de cette « logique » et s'impose dans le rapport sujet-territoire, ce qui peut être observé dans les séquences : je viens à l’exposition pour voir les nouveaux produits et pour faire des simulations du prix de machines ; J’aime venir à la Foire du Cerrado […] pour discuter avec les autres producteurs, échanger des idées sur le marché […] mon mari faisait le tour des étals. Il a décidé d’acheter une machine. Lors de ces événements, il y a donc peu ou pas de place pour les petites exploitations qui cultivent le café dans le cadre d’un système agricole familial.

22Le journal Folha Rural fait donc un suivi qui naturalise la production de café comme l’un des segments de l’agro-industrie. En effet, en représentant le rôle de l’homme membre de la coopérative comme celui qui a un but précis en visitant la Foire, et la femme membre de la coopérative comme celle qui accompagne le mari et s’intéresse à l’espace beauté pendant que le mari « prend soin des affaires », le journal projette l’homme comme le protagoniste de l’agro-industrie. Ce faisant, ce média institutionnel silence non seulement le rôle des femmes dans cet espace, mais aussi d’autres modes de production de café (ceux utilisés dans de petites propriétés sans ressources pour utiliser des machines) et leurs sujets (les petits exploitants agricoles et les agricultrices et agriculteurs travaillant pour des propriétaires de terres).

La voix des femmes

  • 8 L’autorisation pour l’utilisation et la divulgation des données des personnes recueillies lors de c (...)
  • 9 Coopérative située dans la commune de Nova Resende, Minas Gerais, qui compte actuellement 181 membr (...)

23Nous analysons ici l’autre volet du corpus8, qui est composé de 21 témoignages de productrices de café du sud du Minas Gerais. Le matériel a été collecté entre novembre 2019 et juin 2020, lors des rencontres de formation et d'éducation rurale organisées par COOPERVITAE9 ou à l'initiative des particuliers impliqués en quelque sorte dans la production de café. Les femmes ont été invitées par les chercheures à enregistrer des vidéos de 2 à 5 minutes dans lesquelles elles ont pu raconter leur expérience dans la culture du café. On leur a demandé d'organiser leurs déclarations en fonction des mots-clés suivants : « café », « école », « plaisirs », « difficultés ». Les vidéos ont été enregistrées en fichier audiovisuel numérique. Toutes les participantes sont de petites productrices, qui possèdent des terres d'une superficie allant jusqu'à cinquante hectares ou qui les partagent avec la famille. Le café produit par ces femmes est vendu à des coopératives, notamment à la COOXUPÉ et à la COOPERVITAE, en plus d'être destiné à la consommation de la famille.

24Les extraits ci-dessous sont représentatifs dans la mesure où ils permettent de mettre en opposition le discours de l'agro-industrie et le discours des femmes caféicultrices.

  • 10 « terreiro » : mot qui désigne des étendues de séchage. Dans le Minas Gerais, ce mot renvoie surtou (...)
  • 11 « [...] meu nome é Aline, eu tenho trinta e um anos, sou mãe da Heloísa e do Erik, sou casada já há (...)

E4 : […] je m'appelle Aline, j'ai trente et un ans, je suis la maman d'Heloísa et d'Erik. Je suis mariée depuis 13 ans et j'ai arrêté mes études quand j’avais 15 ans [...]. J'aide beaucoup ici, dans les champs, sur les étendues de séchage10 des cerises de café, dans tout le processus de séchage, et pendant toute l’année dans le contrôle des coûts. Et j'aime beaucoup. [...], et je suis fière de dire que moi et mon mari sommes des producteurs de café11. (Aline Baquião, caféicultrice de Nova Resende, Minas Gerais, Brésil)

  • 12 « [...] eu sou a Lúcia, esposa do Adão. Eu nasci da cidade de Divino. E casei, e hoje tô na luta, n (...)

E5 : Je m'appelle Rosana, je suis de Nova Resende, je suis mariée, j'ai quarante et un ans. Je suis mariée depuis vingt et un ans et je suis la maman de trois enfants. Je suis productrice de café, je travaille dans le café depuis que je suis petite [...]. J'ai toujours travaillé dans les champs. Et j’ai toujours travaillé avec mon mari, dans les champs de café. Je fais tout ce qui doit être fait dans la production de café. Tailler, désherber, nettoyer le terrain, fertiliser les sols, arracher les mauvaises herbes, en fait je fais tout. Et pour la récolte, je travaille aussi, je travaille sur les étendues de séchage, je fais tout le travail dans les champs jusqu'à la récolte du café, donc je travaille toute l'année12. (Rosana, caféicultrice de Nova Resende, Minas Gerais, Brésil)

  • 13 « Meu nome é Mariselma Samagui, sou casada há vinte e sete anos com o Nilton, eu tenho três filhos (...)

E6 : Je m'appelle Mariselma Samagui, je suis mariée depuis vingt-sept ans à Nilton, j'ai trois enfants : André, Priscila et Bianca. […] Chaque année, on recherche de nouvelles formes de production pour rajouter de la valeur à notre produit. Ainsi, d’ailleurs pour les étendues de séchage, nous avons des machines de séchage, des étendues de béton, nous avons également le tissage suspendu. Et l'alternative que nous, enfin que j’ai trouvé pour rajouter de la valeur au produit, qui est le grain de café, était de créer notre marque de café, le Café Renovo13. (Mariselma Samagui, caféicultrice, Divino, Minas Gerais, Brésil)

25Une première régularité discursive que l'on peut observer dans les extraits concerne la présence d’un discours de savoir-faire à travers la désignation des processus appliqués à la caféiculture, ce qui constitue le sujet du discours. En E4, l'une des contradictions que l'on peut constater et qui pointe vers le fonctionnement de ce discours est que le sujet qui énonce dit « aider » à la production du café, cependant il sait nommer les étapes de cette production (J'aide beaucoup ici, sur les étendues de séchage, lors du séchage du café, dans le processus de séchage, et pendant toute l’année dans le contrôle des coûts). En E5, « toujours travaillant avec le mari », le sujet s'énonce comme quelqu'un qui fait « tout ce qui doit être fait dans la production de café », énumérant ensuite tout le processus : tailler, désherber, nettoyer le terrain, fertiliser, arracher les mauvaises herbes). En E6, quant à lui, il apporte le savoir-faire sous forme de discours du spécialiste du marché. Le sujet qui énonce parle de nouvelles formes de production, de produit (par opposition à « café », à partir d’une désignation qui renvoie déjà au marché), de types d’étendues (en béton, suspendue), de création de marque (le Café Renovo).

26L'autre régularité discursive repérable dans les extraits est une alternance entre les pronoms « nous », « on » et « je ». En E4, « je » est le sujet syntagmatique de l'énoncé, qui porte le prédicat « travailler » auquel s’ajoute la mention au « mari » en tant que complément circonstanciel : comme un compagnon (« j’ai toujours travaillé avec mon mari »). En E6, cette alternance apparaît même sous forme de rectification : « l'alternative que nous, que j’ai trouvé [pour rajouter de la valeur au produit] ». Ces mouvements énonciatifs mettent en évidence le rôle des femmes dans la production de café. Pleinement identifiées en tant que productrices de café, ces femmes reprennent un discours technique sur la caféiculture et se constituent dans l'énonciation à travers la mise en scène du JE en tant que sujet d’un savoir-faire sur la culture du café.

27Enfin, les contradictions repérables dans les extraits présentés sont constitutives de la place des femmes dans la production de café au Brésil : c'est au sein de la famille que la femme caféicultrice s’identifie comme productrice du café, étant donné que le mode de production dans lequel elle est inscrite est issu de l'agriculture familiale et non de l'agro-industrie. La famille est l'unité de production où se trouvent ces femmes. Cette structure familiale est, en effet, patriarcale, et marquée par des rapports de force dont l'hégémonie appartient aux hommes, cependant les témoignages montrent un espace possible d'identification dans la production du café pour ces femmes : comme petites caféicultrices au sein de la structure familiale.

Conclusion

28Dans ce travail, nous avons réalisé une description du fonctionnement des silenciements subis par les femmes caféicultrices de la région sud du Minas Gerais, au Brésil. Le défi de l’analyste du discours est précisément celui de proposer une description qui ne soit pas tenue aux effets produits par les discours hégémoniques, mais bien aux mécanismes qui jouent pour la production de ces effets.

29À partir d’une description des processus syntaxico-sémantiques qui configurent le discours institutionnel de l’agro-industrie, représenté ici par la Folha Rural, nous avons pu examiner les silenciements qui recouvrent l’agriculture familiale et ses sujets. Le silenciement est imposé particulièrement sur la parole des femmes dans la caféiculture, grâce à la mise en scène d’une mémoire patriarcale de la culture de la terre qui efface l’importance de leur rôle dans la production du café. Il n’y a pas de place pour les femmes dans cette mémoire institutionnellement et médiatiquement perpétuée, vu qu’elle se répète et se perpétue.

30En revanche, nous avons montré dans le discours des femmes un processus de constitution d’une place énonciative et d’un espace d’identification qui se déploie même au sein de l'agriculture familiale. Dans cet espace énonciatif, une identification pleine des femmes comme productrices de café a été réaffirmée dans le discours, dévoilant la contradiction entre, d'une part, le silenciement produit sur elles par le discours institutionnel de l'agro-industrie et, d'autre part, leur travail et l'importance de ce labeur dans la chaîne de production du café au sud du Minas Gerais, ce qui a été mis en discours par les récits des femmes elles-mêmes.

31C’est justement à travers les contradictions, et leur remise en question, les pratiques continues de résistance, que ces femmes ont conquis leur place et ont fait entendre leur voix, en particulier dans le secteur de la caféiculture, ici au sud du Minas Gerais.

Inicio de página

Bibliografía

BRANCA-ROSOFF, Sonia, « Eni Pulcinelli-Orlandi, Les formes du silence. Dans le mouvement du sens », Langage et société, n° 77, 1996, p. 101-105. Disponible en ligne : < https://www.persee.fr/doc/lsoc_0181-4095_1996_num_77_1_2754>

BRASIL, Conab- Companhia Nacional de Abastecimento, <https://www.conab.gov.br/ultimas-noticias/2626-producao-do-cafe-em-2018-e-recorde-e-supera-61-milhoes-de-sacas>, 18 décembre 2018.

__________, Embrapa Café, <https://www.embrapa.br/cafe>, 28 décembre 2020.

COOXUPÉ, Folha Rural, <https://www.cooxupe.com.br/folharural/>, 1 novembre 2020.

COURTINE, Jean-Jacques, « Le tissu de la mémoire : quelques perspectives de travail historique dans les sciences du langage », Langages, 28ᵉ année, n°114, 1994, p. 5-12

EMATER, Geoportal do café de Minas, <http://portaldocafedeminas.emater.mg.gov.br/>, 17 décembre 2020.

HENRY, Paul, HAROCHE, Claudine et PÊCHEUX, Michel, « La sémantique et la coupure saussurienne : langue, langage, discours », Langages, n. 24, 1971, p. 93-106.

MALDIDIER, Denise, L’inquiétude du discours : textes de Michel Pêcheux choisis et présentés par Denise Maldidier, Paris, Édition des Cendres, 1990, 332 p.

MONTLIBERT, Christian de, « Agro-business, multinationales, mondialisation libérale, COVID-19 : Le néolibéralisme amplifie la crise », Éclairages indociles, Paris, Fondation Copernic, 2020, 104 p.

ORLANDI, Eni Pulcinelli, Les formes du silence : Dans le mouvement du sens, Paris, Édition des Cendres, 2000, 152 p.

PÊCHEUX, Michel, Les vérités de la Palice, Paris, François Maspero, 1975, 280 p.

__________, « Papel da memória », Papel da memória, Campinas, Pontes, 1999, 64 p.

PEDINI, Sérgio, Café nas montanhas: cafeicultura sustentável no Sul de Minas Gerais, Machado, Letra e Imagem, 2013, 100 p.

Inicio de página

Notas

1 Café des Montagnes.

2 Selon la loi brésilienne no. 11 428, à partir de 2006, le petit producteur rural est celui qui possède des terres rurales de 50 hectares maximum, exploitées principalement par la famille, avec la participation éventuelle de tiers.

3 Folha rural, Cooperativa Regional de Cafeicultores em Guaxupé, Vila Santa Bárbara: <https://www.cooxupe.com.br/folharural/>

4 Selon la Companhia Nacional de Abastecimento (CONAB), lors de la récolte de café de 2018, 61,7 millions de sacs de café ont été récoltés, ce qui signifie une croissance de 37% par rapport à la récolte de l'année précédente, dépassant d'environ 10 millions de sacs la meilleure performance de cette activité enregistrée à ce jour, en 2016.

5 “Entrei para a cooperativa há apenas quatro meses por influência do meu pai que já é cooperado. É a segunda vez que venho à feira para ver alguns produtos e fazer um orçamento de máquinas de benefícios.”

6 “Sou cooperada desde 1998, adorei estar na Feira do Cerrado, eu e minhas filhas aproveitamos o Espaço Beleza, vendo os produtos de maquiagem, enquanto meu marido visitou os estandes. Ele veio decidido a comprar uma máquina.”

7 “Gosto de vir à Feira do Cerrado principalmente para conversar com outros produtores de café, trocar ideias sobre o mercado, pois acho importante esse evento para unir a classe. Além disso, aproveitei para conhecer as novas tecnologias dos maquinários.”

8 L’autorisation pour l’utilisation et la divulgation des données des personnes recueillies lors de cette recherche, ainsi que les remerciements à ceux qui en font partie est bien enregistrée par le Comité brésilien d’Éthique aux Recherches sous le processus n. 15570619.9.0000.8142. Ce corpus a pu être collecté grâce à trois personnes qui travaillent avec ces femmes : Aline Baquião, caféicultrice, Helga de Andrade, éducatrice rurale, et Viviane dos Santos, caféicultrice.

9 Coopérative située dans la commune de Nova Resende, Minas Gerais, qui compte actuellement 181 membres associés et qui permet aux familles de producteurs de vendre leur café en dehors de la COOXUPÉ, celle-ci étant située à Guaxupé, à 49 kilomètres de Nova Resende.

10 « terreiro » : mot qui désigne des étendues de séchage. Dans le Minas Gerais, ce mot renvoie surtout aux étendues de séchage soit en terre battue soit en béton.

11 « [...] meu nome é Aline, eu tenho trinta e um anos, sou mãe da Heloísa e do Erik, sou casada já há 13 anos e parei de estudar aos 15 anos [...] Eu ajudo muito aqui, na roça, no terreiro, na secagem, no processo de secagem, e durante o ano no controle de custo. E eu gosto muito. [...], e eu tenho orgulho em falar que eu e meu esposo somos produtores de café. »

12 « [...] eu sou a Lúcia, esposa do Adão. Eu nasci da cidade de Divino. E casei, e hoje tô na luta, né. Comecei com dezessete anos, hoje tenho cinquenta e cinco. [...] Quand/nós sempre trabalhou de empregado, hoje nós mora em cima da terra que nós trabalhou de empregado e graças a Deus temos muito que agradecer. »

13 « Meu nome é Mariselma Samagui, sou casada há vinte e sete anos com o Nilton, eu tenho três filhos : o André, a Priscila e a Bianca. [...] A cada ano a gente vem buscando novas formas de pós-colheita pra agregar valor pro nosso produto. Então nós além de terreiros, caixas de café rotativo, terreiro de cimento, nós temos também o terreiro suspenso. E a alternativa que nós, que eu consegui pra agregar valor pro produto, que é o grão de café, foi criar a nossa marca de café, eu tenho o Café Renovo. »

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Mónica Graciela Zoppi-Fontana y Sheilla Maria Resende, «Discours, agro-industrie et le silenciement des femmes dans la production de café au Brésil»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 41 | 2021, Publicado el 06 julio 2021, consultado el 23 julio 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9645; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9645

Inicio de página

Autores

Mónica Graciela Zoppi-Fontana

Universidade Estadual de Campinas (Brésil)
Professeure au Département de Linguistique, Instituto de Estudos da Linguagem, Universidade Estadual de Campinas (IEL, UNICAMP), Brésil. Chercheure associée au Laboratório de Estudos Urbanos (LABEURB, NUDECRI / UNICAMP) et au Laboratoire PLEIADE-Université de Paris 13.
Ce travail a été réalisé avec le soutien financier du CNPq-Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico- Brésil, processus n. 307842/2017-7 et de la CAPES-Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior – Brésil, processus n. 88887.4674871/2019-00.monzoppi@unicamp.br

Sheilla Maria Resende

Universidade Estadual de Campinas (Brésil)/Université de Picardie Jules Verne (France)
Doctorante en cotutelle à l’Universidade Estadual de Campinas (UNICAMP), Brésil, et à l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), France. Master en Linguistique (UNICAMP). Licenciée en Lettres – Portugais et Anglais (Universidade Federal de Lavras – UFLA). Agronome (Universidade Federal de Lavras – UFLA).
sheillaresende@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search