Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros41Les résistances rurales : agro-in...Voies périphériques comme centre ...

Les résistances rurales : agro-industrie et modèles alternatifs

Voies périphériques comme centre de l’utopie. Le travail de la terre comme élément nodal de l’émancipation des femmes dans le Mexique rural

Céline Chenot

Resúmenes

Au Mexique comme en Europe, les adjectifs “religieux” ou “catholique” ont peu souvent qualifié le féminisme. La signification de cette terminologie pose problème non seulement pour certaines féministes qui ne reconnaissent pas la religion comme un vecteur émancipateur, mais aussi pour la hiérarchie catholique qui accuse les détournements qu’elles font des principes religieux (Aquin, 1998), ainsi que pour certaines théologiennes qui l’assimilent à un mouvement qui ne saurait répondre aux problématiques des femmes opprimées (Tamez, 1998). Longtemps invisibilisé.e.s, de nombreux.ses religieux.ses, notamment catholiques, participent pourtant activement à l’entreprise émancipatrice des femmes et à la création de nouveaux centres, au cœur de la périphérie. Cet article aura pour ambition d’analyser la terre en tant qu’élément nodal des conceptions des luttes écoféministes menées par deux organisations catholiques périphériques.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

Introduction 

1En 2019, j’ai fait la rencontre de la co-fondatrice du Marché Solidaire Flor de Luna et de l'École Benita Daniela, qui milite depuis Guadalajara pour les femmes et défend les droits humains et environnementaux. À Bachajón, je me suis entretenue avec plusieurs femmes qui ont un rôle au sein de la Mission Bachajón. Tous ces espaces ont été construits depuis la “périphérie” et articulés pour renforcer le leadership des femmes tout en renouvelant les préceptes religieux qui autrefois contraignaient leurs modes de vie. Bien qu’appartenant à des espaces différenciés, ces deux initiatives partagent un point commun : elles font de la terre un matériau central dans le “grand mouvement de rééquilibrage” entre les sexes (Héritier, 2002) qui a pour contexte une féminisation du monde rural au Mexique.

  • 1 Le féminisme catholique est conçu ici comme un mouvement de femmes qui questionne les concepts stru (...)
  • 2 De nombreuses théologiennes féministes latino-américaines ont critiqué la théologie de la libératio (...)

2À partir d’une vingtaine d’entretiens, d’un travail ethnographique mené au cours des mois de mars et d’avril 2019 et des outils théoriques de la sociologie des mouvements sociaux, de la sociologie des féminismes et de la sociologie des religions, je proposerai une analyse de la réappropriation de la terre au Mexique. J’en ferai un élément nodal du militantisme féministe catholique1 dans le processus d'autonomisation (empoderamiento) des femmes de la périphérie, afin de compléter les analyses des luttes, souvent étudiées pour leurs dimensions révolutionnaire et neutre2. Santana Echeagaray et al., (2006) décrivent, en reprenant à leur compte les propos de Magdalena Léon (1997), ce processus qui implique d'abord « que le sujet se convertisse en un agent actif [non passif] comme résultat d’une action qui variait en fonction de chaque situation concrète ».

3Nous prendrons le terme de “périphérie”, non dans une acception seulement relative et négative qui la comprend comme la simple opposée du “centre” urbain, mais dans une acception positive, autrement dit comme un espace en soi, construit selon ses problématiques propres, entre la matérialisation stable de certains éléments et le réceptacle d’un « scénario instable et dynamique qui accompagne les changements dans la vie quotidienne » (De la Torre, 2004). Or, le milieu rural est un espace dont les caractéristiques sociales peuvent se comprendre comme les produits du mode propre de travail qu’il met en œuvre – en l’occurrence, le travail de la terre. Si la terre permet de cultiver, de vendre, d'élever des animaux, de générer des profits économiques, elle est aussi un espace symbolique et mémoriel qui a souvent participé à la consolidation des communautés et de leur empoderamiento. Sa récupération, qui réactualise le processus de « synthèse dialectique » entre tradition et modernité qui se produit dans la théologie de la libération (Löwy, 1998), est un enjeu dont se sont saisies les féministes catholiques.

4Ainsi, à partir de l’étude des cas de l’école Benita Galeana – abordé en première partie – et de la Mission Bachajón – traitée dans une deuxième partie –, nous essayerons de comprendre le lien entre autonomie des femmes rurales, travail de la terre et construction d’un réseau – dans la mesure où “autonomie” s’entend au sens, non pas d’une indépendance par rapport à la terre mais au contraire d’une mainmise recouvrée, de la part des femmes, sur la totalité des fruits de leur travail.

Les femmes jKanan lum k’inal3 de la Mission Bachajón

  • 3 En espagnol cuidadores de la Tierra, signifie en français, ceux qui défendent et prennent soin de l (...)
  • 4 La Compañía de Jesús, en français Compagnie de Jésus fut fondée en 1534 par Saint Ignacio de Loyola (...)
  • 5 Pour une description plus complète de la mission et de Samuel Ruiz Garcia, voir Cubells Aguilar (20 (...)

5La mission jésuite de Bachajón, située dans l’actuelle municipalité de Chilón, est née en 1958, lorsque l’évêque du diocèse de Saint Cristóbal de las Casas (Chiapas), Lucio Torreblanca, invite la Compagnie de Jésus4 à créer une mission à Bachajón (Cubells Aguilar, 2016). Intégrée par une équipe plurielle et interculturelle, la mission cherche, depuis cette date, à renforcer l’autonomie des communautés vivant dans les municipalités de Chilón, Salto de Agua, Sitalá, Pantelhón, Ocosingo et une partie de Yajalón5.

  • 6 Ce terme est une traduction personnelle de proceso de género systématisé au sein de la Mission Bach (...)

6Si la mission fut largement marquée par la figure de l’évêque Samuel Ruiz García, elle fut également impactée par les religieuses de la congrégation du Divin Pasteur qui ont longtemps accompagné les femmes des catéchistes. D’abord tournée autour d’ateliers de couture, de cuisine et d’alphabétisation, leur initiative devient récurrente. En 1974 elles créent la première coopérative de femmes qui leur permet de vendre leurs créations et d’échanger leurs techniques de travail. Ces liens de confiance aboutirent, à la demande des femmes, à la création d’un espace spécifique à la conscientisation de leur situation et de leurs droits (Martínez-Loera, 2011 ; Alvarez Moreno, 2019). En 1993, la coopérative se déploie et plusieurs coordinatrices sont nommées dans les différents domaines de la mission. Comme le note l’une des coordinatrices du Processus de genre6 nommée en 1993, grâce à ces ateliers :

Il y a eu un changement. Au début, les femmes avaient aussi du mal à parler parce qu’elles n’avaient pas l'habitude. Maintenant elles parlent et participent. Aujourd'hui, 300 femmes sont intégrées dans le groupe, ou plus parce qu'il y en a des nouvelles. Avant, il n’y en avait que quelques-unes. On les voyait moins. Je ne sais pas si c'est la tradition, mais quand une fille naît, on lui dit qu’elle ne peut pas sortir. […] Mais maintenant, Dieu merci, les choses changent. Elles sortent. 

  • 7 Bien que sa naissance paraisse tardive, le projet trouve ses prémisses dans d’autres projets menés (...)
  • 8 L’incorporation des femmes dans le travail religieux masculin peut être considérée comme un mécanis (...)

7Ce Processus de genre a encouragé les femmes à participer aux quatre autres projets développés par la Mission Bachajón (santé, réconciliation entre communautés, renforcement de la culture et travail de la terre). Le dernier d’entre eux, les jKanan lum k’inal obtiennent ce statut officiellement7 en 2004 au sein de la mission (Crispin & Ruiz, 2010 ; Alvarez, 2019), après deux ans de consolidation menée par le Frère Chema Magaña s.j. et la Sœur Trini Cruz López D.P. (Alvarez Moreno, 2019). La volonté d’y inclure des femmes s’est manifestée par la présence de plusieurs actrices du Processus de genre à la réunion constitutive de 20068. En prenant en compte les questions de genre dans la défense du territoire, la mission entend renforcer l’organisation sociale des communautés, en encourageant notamment les femmes qui le souhaitent à devenir des sujets actifs dans leur processus d’empoderamiento à travers le rôle de cuidadora de la tierra.

  • 9 Le jugement sur la légitimité ou l’illégitimité de cette alternative, dépend de la représentation q (...)

8Cette inclusion représente pour certaines femmes une alternative légitime à leur exclusion de certains espaces au cours de l’histoire9. Nous en citerons deux. Premièrement, parce que « l'agriculture est socialement construite comme une activité masculine sans tenir compte du travail que les femmes accomplissent » (León, 2011). Or, comme le note Léon, « la terre [permet] de renforcer et d'accroître le pouvoir de négociation intra et extra-ménager et l'empoderamiento des femmes » (León, 2011), notamment parce que le travail de la terre requiert beaucoup de connaissances (sur les types de sols, leur résistance à la sécheresse et au vent, les périodes de fertilité, etc.) (Álvarez Moreno, 2019).

  • 10 Cette éviction des femmes des rassemblements publics peut être comprise comme une conséquence de la (...)

9Deuxièmement, comme le décrit l’une des coordinatrices du Processus qui concerne les femmes, ces dernières ont longtemps été écartées des rassemblements publics10 :

Nous avons commencé à former des groupes de femmes et avons donné un atelier sur les droits des femmes parce qu'elles ont le droit de participer, d'apprendre, de sortir, de se mobiliser, de faire des pétitions. Nous avons progressivement encouragé les femmes, bien qu'au début nous ayons trouvé cela difficile car elles n'ont pas l'habitude de participer. Ils (les hommes de la communauté) disaient que, comme ce sont des femmes, elles ne savent pas quoi dire, comme elles ne savent pas lire, elles n'ont pas les mots.

  • 11 Cette dynamique de la prise de pouvoir publique des femmes s’est exprimée au Chiapas dès le début d (...)

10L’encouragement à la participation est l’occasion de donner aux femmes les moyens d’être des sujets de l’action politique au même titre que les hommes11. Cette action leur demande de porter leur voix lors des réunions collectives. Ces changements amènent la possibilité pour ces femmes de se revaloriser et pour occuper et exercer une place dans le couple et en public. Dans son travail, Alvarez Moreno (2019) nous explique bien qu’au moment où le groupe assume officiellement son rôle au sein de la communauté, il s’agit d’un engagement politique important pour ses membres :

11C’est le moment de reconnaître et d'assumer une identité chargée de significations liées à leurs origines et à l'héritage. Maintenir une attitude d'apprentissage permanent et d'innovation, de nouvelles stratégies pour soigner et régénérer la terre, promouvoir des modes de production et de gestion des engrais plus naturels et performants, élargir le réseau des soignants, partager les connaissances dans les communautés et récupérer les anciennes connaissances ne sont pas des tâches d'un ou deux ans mais doivent être assumées comme un mode de vie et une mission de vie.

  • 12 Depuis 2012, la Mission Bachajón commence également à exploiter les caisses d'épargne. En 2019, il (...)

12Pour le groupe, protéger la terre constitue une grande responsabilité. Dans les conceptions tseltales du monde, elle revient à protéger la vie en général, le cosmos. Les femmes des communautés réunies autour du diocèse de Saint Cristobal se sont saisies de l’initiative des autorités morales catholiques pour systématiser des formations en matière d’écologie au début des années 2000. Ainsi, depuis plus de vingt ans, ces femmes organisent des formations autour du « travail des animaux de basse-cour, des semis de cultures et du lombricompost organique »12 et construisent le fondement de leur continuité dans les cosmovisions tseltales ancestrales (Iribe Ramírez et al., 2018).

Nos grands-parents savaient que les êtres humains font partie de la nature, que nous ne sommes pas supérieurs à elle et que nous sommes plutôt dans un réseau de relations. […] Lorsque nous respectons et nous remercions la Terre Mère avec nos offrandes prières, nous reconnaissons les flux de l’énergie et la vie qui passent par nos milpas, de cette façon, nous allons semer des valeurs et nous garantissons notre avenir.

13En récupérant un statut officiel de protectrice de la terre, la cuidadora réanime ses héritages. Ce cheminement s’apparente à l’écoféminisme spirituel avancé par Delmy Tania Cruz Hernández dans son travail de thèse : un écoféminisme qui valorise les savoirs des cultures traditionnelles pour construire des alternatives au développement occidental. Ici, la tradition devient une ressource symbolique pour la légitimation pérenne des initiatives engagées dans le sens d’un respect de soi, de l’autre et du monde.

Processus de sanación par la récupération des savoirs ancestraux 

Le projet holistique de la Escuela para Defensoras en Derechos Humanos y Ambientales Benita Galeana

  • 13 Le mercadito, en français « petit marché », est inauguré aux alentours de la fête de San Juan, qui (...)
  • 14 Ces municipalités sont les suivantes : Ciudad Guzmán, Tuxpan, Tapalpa, Atemajac de Brizuela, Chiqui (...)

14Le 24 juin 2015, à 1 500 km au nord de Bachajón, à Guadalajara, capitale de l’État de Jalisco, fut inauguré le Marché alternatif solidaire Flor de Luna13. Á la fois espace éducatif et projet d’économie solidaire, le marché résulte de l’union de plusieurs groupes et de collectifs de l’État de Jalisco, mise en œuvre par sept féministes expérimentées dans l’accompagnement des femmes paysannes. Le projet se divise en deux volets. D’un côté, l'école Benita Galeana pour les défenseurs des droits de l'homme et de l'environnement, qui lui est liée, est une école écoféministe qui, depuis trente ans, vise à éduquer et sensibiliser les femmes des milieux ruraux aux connaissances et aux différents outils agroécologiques. D’un autre côté, le marché Flor de Luna est un espace commercial qui propose, entre autres, les aliments cultivés sans pesticide provenant de dix-sept municipalités de l’État de Jalisco14. En soutenant l’activité des femmes paysannes de la région, le marché promeut dans le même temps une agriculture respectueuse de l’environnement, et ce au sein même de la capitale.

15Leur projet ne se contente pas d’impulser l’autonomie financière des femmes paysannes, il la structure et l’accompagne depuis les prémisses de la culture des parcelles. Cet accompagnement leur permet de perpétuer leurs activités et de créer les conditions pour développer leur autonomie.

16En outre, les étapes de la culture de la terre constituent une mosaïque d’éléments qui se répondent et prennent sens ensemble. À ce titre, le programme de l’école est composé de quatre axes thématiques : le corps, le travail, la terre et le territoire. Comme en témoigne l’expérience de l’une des fondatrices de l’école, le travail de la terre engage dans le même temps tous les éléments discutés dans les ateliers :

J'ai accompagné ces femmes, mais en réalité, avec elles, je suis venue ici en guérissant aussi. […] Nous avions une parcelle de terre, nous l'avons nettoyée, et maintenant elle s'appelle « le jardin de l'espoir communautaire » et j'ai réalisé que lorsque nous partagions cette terre, elles partageaient leurs maladies, leur pauvreté, parce que presque tout ce qu'elles ont vécu, c’est comme si je le partageais avec elles. Et je pense que comme elles, j'ai été guérie. […] cette forme alternative sur laquelle nous avons commencé à travailler, la partie agroécologique, la partie de leurs droits, les écotechnologies, et bien, cela a donné un peu de lumière à leur vie.

17Ici, le travail de la terre a un effet curateur. La récupération matérielle et technique de la terre est pourvoyeuse de vie non seulement matérielle, mais également spirituelle. Elle participe à la construction du territoire. La distinction qui est faite par l’école entre terre et territoire est parlante. La première désigne un espace géographique auquel les femmes n’ont jamais eu un accès légitime. La seconde indique un espace sur lequel se construisent la culture et l’identité. Si les deux axes sont distingués, ils n’en sont pas moins les deux faces d’une même page, qui se construisent parfois même sur un même espace.

La récupération des savoirs ancestraux

  • 15 Ecidea est un projet d’éducation primaire communautaire impulsé par des communautés tzeltales dans (...)

18Le projet d’une école n’a rien d’anodin. Dans le Chiapas, la reconquête des terres passe également par l’éducation des plus jeunes, essentielle pour la transmission des savoirs paysans et pour la survie des cultures indigènes qui ont fleuri sur les territoires chiapanèques. On peut citer le Programme d’éducation communautaire indigène pour le développement autonome Ecidea15 ou l’Union d’enseignant.e.s de la nouvelle éducation pour le Mexique (UNEM) (Nigh et Bertely, 2018). La Mission Bachajón a elle-même un objectif éducatif pour ses membres :

Un travail pour retrouver les connaissances ancestrales et adopter de nouvelles pratiques de production plus harmonieuses avec le soin de la vie. À partir de cette prise de conscience et forts de leur cosmovision, les Cuidadores reconnaissent la nature vivante de la planète, et sa maternité originelle de vie, qui de manière mythique relie tous les êtres avec le cosmos, et par conséquent ressentent de la compassion pour leur souffrance et les positionnent dans leur défense.

19Ainsi, le travail des cuidadores et cuidadoras de Bachajón, décrit par L. Alvarez Moreno (2019) fait écho aux objectifs de l’école écoféministe Benita Galeana : « Disons que nous voulons sauver toutes les connaissances traditionnelles. Tous nos savoirs traditionnels en matière de construction avec la terre, […] les écotechnologies pour la gestion de l'eau, comme les toilettes sèches. »

  • 16 Le concept de sanación désigne un processus curatif holistique, qui engage non seulement le corps, (...)

20La réappropriation du territoire, et donc de la culture et des identités qui s’y déploient, passe, comme l’avons constaté par la réactivation et la relégitimation des croyances ancestrales, qui codifiaient déjà les techniques de plantation. Cette recherche de nouvelles pratiques donne jour à une nouvelle identité féminine qui s’exerce dans la réappropriation matérielle et symbolique. La sanación16est vécue comme un processus holistique d’empoderamiento qui s’opère par une expérience intersubjective de réappropriation matérielle, corporelle, sociale, politique et symbolique de la terre.

Circulation des utopies et rêves écoféministes éveillés17

  • 17 Dans Religion sans rédemption, Luis Martínez Andrade (2015) reprend la distinction établie par Erns (...)

21L’école pour les defensoras est née d’un long processus de travail avec de nombreuses femmes rurales du pays. Elle est, avec le marché Flor de Luna, la concrétisation du « rêve » de l’une de ses fondatrices. Le projet et sa mise en place résonnent eux aussi avec plusieurs organisations chiapanèques, de par la trajectoire de plusieurs des fondatrices de l’école. En effet, la fondatrice que nous avons pu interroger a elle-même accompagné le processus développé avec les femmes brodeuses de la Mission Bachajón. Comme cette dernière me l’expliquait dans notre entretien, « le sud de Jalisco et le Chiapas ont construit des liens forts, notamment pour former, dans les années 1990, un mouvement de la santé » auquel la directrice a pu participer. L’école Benita Galeana coïncide de manière plus générale avec un bon nombre d’organisations ou de mouvements de la région comme Otros mundos (autres mondes). Parmi les sources d’inspiration de la fondatrice de l’école Benita Galeana, on retrouve aussi l’expérience zapatiste : « Pour nous, l’exemple des zapatistes, parce que nous l’avons pensé ainsi, nous l’avons vu ainsi, est une forme pour se diriger vers cette utopie. »

22Si la dimension utopique est apparue de nombreuses fois lors de notre entretien, c’est qu’elle fut essentielle dans la mise en place du projet. Cependant, l’ancrage territorial de ces deux projets leur donne un visage qui leur est propre, adapté aux problématiques que présente la configuration particulière des femmes de la périphérie de l’État de Jalisco. Tout d’abord, l’utopie de l’empoderamiento des femmes paysannes et la défense de l’environnement se sont réalisées dans l’échange. Pour atteindre ses objectifs, l’école, itinérante, se déplace entre les différentes municipalités de la région de Jalisco. À son tour, le marché Flor de Luna, dans lequel sont acheminés les produits cultivés par les defensoras, a formé son propre réseau, la Red de Defensoras, inséré dans une toile plus large qui « renforce la consommation locale, l’économie des femmes et de leurs familles, réduit l’empreinte écologique et se dirige vers la souveraineté alimentaire » (Diaz, Garcia & Torres, 2020).

23L’école Benita Galeana est située au centre-ville de la capitale Guadalajara, animée par une multiplicité de mouvements féministes. C’est, entre autres, dans cette pluralité de réseaux que le marché Flor de Luna et l’école se sont formé une trajectoire spécifique. Ainsi, on retrouve deux projets qui, bien que liés historiquement au Chiapas, se recomposent. Ainsi, pour la directrice, la théologie de la libération, qui, dans le cas de la Mission Bachajón est encore très vivace, n’a constitué qu’une étape de sa trajectoire. C’est en s’éloignant de ce courant de pensée et en s’appropriant des clés théoriques du féminisme qu’elle décrit avoir pu réellement « s’épanouir ». Par ailleurs, comme nous avons pu le voir, dans le cas de l’école, le travail sur le corps est formalisé, de même que l’usage du terme d’écoféminisme est clair. Pour nous, ces différences peuvent être expliquées en partie par les voies tissées entre les « centres » et les « périphéries ».

Conclusion 

24Cet article se présente comme une contribution aux analyses sociologiques et anthropologiques des voies périphériques d’organisations féministes. Les différents réseaux auxquels appartiennent ces deux processus contribuent à nuancer les notions mêmes de centre et de périphérie et ce sur plusieurs points. Il convient de noter que si ces catégories demeurent pertinentes pour penser l’espace social, c’est que centre et périphérie continuent, dans une certaine mesure, d’entretenir entre elles les relations qui avaient été historiquement instaurées par les colons. Cependant, cette configuration colonialiste des relations entre centre et périphérie est modifiée par des modèles alternatifs au modèle colonialiste, dont ceux que nous avons essayé de décrire dans cet article. Ainsi, la périphérie devient elle-même le foyer de contre-modèles, qui proposent des alternatives à la modernité en s’inspirant notamment des pensées ancestrales, d’où la convergence de la pensée tseltale et de la théologie écoféministe.

25Nous avons cherché à mettre en lumière la manière dont les luttes féministes catholiques développent un écoféminisme spirituel (Cruz Hernandez, 2020) au Mexique en revalorisant les savoirs des cultures traditionnelles pour construire des alternatives au développement occidental. Ainsi, en récupérant l’élément cosmologique de la terre, ces luttes ont réactualisé le couple écologie et libération décrit par le sociologue mexicain L. Martínez Andrade en lui ajoutant une composante féministe. Dans le cas de la mission comme de l’école, il faut souligner le rôle primordial des femmes catholiques, qui donnent vie à ces organisations émancipatrices. Comme le souligne L. Martínez Andrade (2015), « la religion abrite, elle aussi, les étincelles de l’espoir ». Néanmoins, comme le souligne l’anthropologue M. Olivera pour CODIMUJ, dans le cas de la Mission Bachajón, l’agenda reste encadré et initié en partie par les hommes. Le marché Flor de Luna, lui, bien qu’inspiré directement de la Mission Bachajón, présente l’exemple d’une initiative catholique écoféministe hors du cadre institutionnel religieux. Dans ces deux cas, il serait nécessaire d’éclairer ces différents processus à la lumière des différentes composantes du concept d’empoderamiento.

Inicio de página

Bibliografía

Althaus-Reid, Marcella, « From Liberation Theology to Indecent Theology : The Trouble with Normality in Theology » in Ivan Petrella (ed.), Latin American Liberation Theology : The Next Generation, Maryknoll, NY, Orbis Books, 2005, p. 20-38.

ANGLADE, Anouk, Zapatisme, Quand la lutte des femmes devient internationale, <https://blogs.mediapart.fr/anouk-anglade/blog/180318/zapatisme-quand-la-lutte-des-femmes-devient-internationale>, consulté le 18 mars 2018.

CONAPO, índice de marginación por localidad, 2010 <http://www.conapo.gob.mx/work/models/CONAPO/indices_margina/2010/documentoprincipal/Capitulo03.pdf>, consulté le 13 août 2012.

CRISPÍN BERNARDO, María Luisa & RUIZ MUÑOZ, María Mercedes, Huellas de un Caminar, México, Universidad Iberoamericana, 2010, 328 p.

CRUZ HERNANDEZ, Delmy Tania. Nosotras como mujeres que somos : entre desposesión, insubordinación y la defensa de los cuerpos-territorios, San Cristóbal de las Casas, CIESAS, 2020, 265 p.

CUBELLS AGUILAR, Dolores. La justicia del corazón O'tan. Armonía y derechos indígenas desde la sabiduría tzeltal en Chiapas. Descolonizando los derechos humanos, tejiendo interculturalidad, Valencia, Universitat de València, 2016, 500 p.

DE LA TORRE, Renée, SAFA, Patricia & ACEVES, Jorge, « Fragmentos urbanos de una misma ciudad : Guadalajara », Espiral. Estudios sobre Estado y Sociedad (X Aniversario), Guadalajara, Universidad de Guadalajara, 2004.

DIAZ, Carmen, GARCIA, Carmen & TORRES, Ximena, « Flor de Luna : Mujeres por una agricultura para la vida » en Cultivar la vida en movimiento : experiencias de economía feminista en Latinoamérica, Sao Paulo, SOF Sempreviva Organização Feminista, 2020, 128 p.

HERITIER, Françoise, Masculin-Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002, 448 p.

IRIBE RAMÍREZ, Yvette et al., Cuidadores de la Madre Tierra, University of Washington Information School, One Equal Heart Foundation, CEDIAC Seattle, 2018, 81 p.

KEIM, Wiebke, « Pour un modèle centre-périphérie dans les sciences sociales. Aspects problématiques des relations internationales en sciences sociales » ; Revue d'anthropologie des connaissances, Marne-la-Vallée, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, 2010.

LEÓN, Magdalena, « La desigualdad de género en la propiedad de la tierra en América Latina » dans Du grain à moudre : Genre, développement rural et alimentation, Genève, Graduate Institute Publications, 2011.

LERNA RODRIGUEZ, Enriqueta, « La Pastoral de la Madre Tierra en Chiapas. Panorámica de la lucha persistente de un credo político-religioso », Revista Iberoamericana de Teología, México, Universidad Iberoamericana, 2015.
LÖWY, Michael, La guerre des dieux. Religion et politique en Amérique latine, Paris, Edition du Félin, 1998, 224 p.

MARTINEZ ANDRADE, Luis, Religion sans rédemption. Contradictions sociales et rêves éveillés en Amérique latine, Paris, Van Dieren, 2015, 203 p.

__________, Écologie et Libération. Critique de la modernité dans la théologie de la libération, Paris, Van Dieren, 2016, 279 p.

MARTINEZ ANDRADE, Luis et al., ChiChitlalhuiliztli, racialización y cacería humana. Ensayos sobre necropolíticas en América Latina, Temuco (Chili), Universidad de la Frontera, 2020, 241 p.

MARTINEZ-LOERA, Ruth, Mayas y tseltales, una identidad tejida en la vida, Tlaquepaque (Jalisco), ITESO, 2011, 370 p.

MASSON, Sabine, « Mexique  : pluralité des féminismes », Nouvelles Questions Féministes, Lausanne, Editions Antipodes, 2009, p. 144-149.

MILLAN, Margara, « De la périphérie vers le centre : origines et héritages des féminismes latino-américains » ; Revue Tiers Monde, Paris, Editions de la Sorbonne, 2012, pp. 37-52.

MORALES BERMUDEZ, Jesús, El Congreso Indígena de Chiapas : Un Testimonio, Tuxtla Gutiérrez, UNICACH, 2018, 89 p.

MORENO ALVAREZ, Lorena Jeanne, Jcanan nantic lum k’inal / cuidadores y cuidadoras de la madre tierra : un proyecto epistémico y político de educación agroecológica para el lekil kuxlejal, Ciudad de México, Universidad Iberoamericana, 2019, 331 p.

NIGH, Ronald & BERTELY, María, « Conocimiento y educación indígena en Chiapas, México : un método intercultural » en Diálogos sobre educación. Temas actuales en investigación. Educativa, Guadalajara, Universidad de Guadalajara, 2018.

PILAR AQUINO, María & TAMEZ, Elsa, Teología Feminista latinoamericana, Quito, Abya-Yala, 1998, 111 p.

PLEYERS, Geoffrey, Movimientos sociales en el siglo XXI, Buenos Aires, Ciudad Autónoma de Buenos Aires, CLACSO, 2018, 230 p.

RECONDO, David, « Le Mexique, un émergeant dans l'ombre de la superpuissance » ; L'enjeu mondial : Les pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 117-128.

SANTANA ECHEAGARAY, María Eugenia, KAUFFER MICHEL, Edith, ZAPATA MARTELO, Emma, « El empoderamiento de las mujeres desde una lectura feminista de la Biblia : el caso de la CODIMUJ en Chiapas », Convergencia, Universidad Autónoma del Estado de México, 2006, p. 69-106.

WALLERSTEIN, Immanuel, The Modern World-System, New York, Academic Books, 1974, 436 p.

Inicio de página

Notas

1 Le féminisme catholique est conçu ici comme un mouvement de femmes qui questionne les concepts structurant la pensée chrétienne et remet en cause la hiérarchie et ses rapports de pouvoir légitimant depuis des centaines d’années l’oppression contre elles. En cela, la théologie féministe latino-américaine, qui fournit les arguments pour développer un féminisme catholique, invite à interpréter le divin depuis une perspective féministe pour le comprendre (Pilar Aquino, M., & Tamez, E., 1998).

2 De nombreuses théologiennes féministes latino-américaines ont critiqué la théologie de la libération comme une théorie qui a souvent omis l’identité sexuelle des pauvres et invisibilisé les rapports sociaux de sexe au sein de ces communautés et de la communauté des théologiens. À ce sujet, consulter les écrits de Marcella Althaus Reid (2005).

3 En espagnol cuidadores de la Tierra, signifie en français, ceux qui défendent et prennent soin de la Terre.

4 La Compañía de Jesús, en français Compagnie de Jésus fut fondée en 1534 par Saint Ignacio de Loyola. Ses membres sont jésuites.

5 Pour une description plus complète de la mission et de Samuel Ruiz Garcia, voir Cubells Aguilar (2016).

6 Ce terme est une traduction personnelle de proceso de género systématisé au sein de la Mission Bachajón par Claudia Gómez Demeza et María A. Méndez López tel qu’il est décrit dans Crispìn & Ruiz (2010). Ce processus désigne la systématisation d’une série de réunions au cours desquelles une équipe de conseillers travaille en étroite collaboration avec des groupes de femmes – le jMuk'ubtesej O'tanil (Animadoras ou Engrandecedoras del Corazón), les Principalas (accompagnatrices des diacres) et les Jucawaletik (coordinatrices, épouses des catéchistes) – à l'élaboration d'une stratégie d'égalité des sexes dans les communautés Tseltal. Ce processus est différent de celui qui concerne les jKanan lum k’inal, cependant, on peut dire que ce dernier participe à la mise en application des principes d’égalité entre hommes et femmes prônés par le Processus de genre.

7 Bien que sa naissance paraisse tardive, le projet trouve ses prémisses dans d’autres projets menés depuis les années 1970 (Crispín Bernardo & Ruiz Muñoz, 2010). Le groupe de travail de la terre a des origines multiples. L’une d’entre elles peut être attribuée aux répercussions environnementales des politiques libérales menées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale qui généralisèrent l’usage de produits chimiques pour les cultures (Alvarez Moreno, 2019).

8 L’incorporation des femmes dans le travail religieux masculin peut être considérée comme un mécanisme de participation des femmes dans une sphère dans laquelle l’initiative est à l’homme (Crispìn & Ruiz, 2010). À ce titre, Mercedes Olivera critiquait plus généralement le fait que l’agenda de la Coordinadora Diocesana de Mujeres (CODIMUJ) – réseau intégré par la Mission Bachajón et plus particulièrement par le Processus de genre – soient toujours à l’initiative de l’Église (Cruz Hernandez, 2020). Sur ce point, l’avis de Mercedes Olivera peut être nuancé par certaines études de terrain (Santana Echeagaray et al., 2006), qui constatent l’acquisition de l’empoderamiento de la part des groupes de femmes participantes aux ateliers. Ces dernières soulèvent cependant que certains résultats « ne sont pas visibles à court ou moyen terme, de sorte que les processus de changement dans les sociétés autochtones, surtout s'ils sont censés être "de l'intérieur" et non imposés "de l'extérieur", prennent beaucoup de temps ». Il semble cependant complexe de déterminer les provenances de certains effets d’émancipation. Il faut rappeler que, tout comme la branche des Cuidadores de la Tierra, le Processus de genre est une systématisation d’un mouvement qui le précède et dont les origines et leurs effets mériteraient une attention particulière.

9 Le jugement sur la légitimité ou l’illégitimité de cette alternative, dépend de la représentation que se font les individus de la pensée tseltale, fondée sur le principe de complémentarité et de soutien réciproque de l’homme et de la femme. Les femmes tseltales auront ainsi un jugement sur le programme, qui sera différent de celui des femmes qui encadrent le Processus de genre, de celui des hommes qui traditionnellement donnent leur aval pour ce genre d’initiative, ou, a fortiori, de celui des Européens. Le caractère colonial systémique de la domination des peuples originaires au Mexique se fonde en effet sur l’idée européenne d’une subordination de la femme à l’homme, idée qui elle-même tend à faire porter un jugement idéalisé sur le programme. Symétriquement, une idéalisation de la pensée tesltale risque de relativiser à divers degrés la pertinence du programme – que cette relativisation prenne la forme d’un simple jugement de pis-aller, ou qu’elle aille jusqu’à s’exprimer par un refus catégorique d’y adhérer.

10 Cette éviction des femmes des rassemblements publics peut être comprise comme une conséquence de la domination coloniale, les rassemblements publics font généralement partie des processus d’institutionnalisation de la politique, à l’intérieur des systèmes institutionnalisés de domination.

11 Cette dynamique de la prise de pouvoir publique des femmes s’est exprimée au Chiapas dès le début des années 1990, notamment au travers de l’action des Zapatistes, et tend aujourd’hui à s’amplifier et se consolider.

12 Depuis 2012, la Mission Bachajón commence également à exploiter les caisses d'épargne. En 2019, il y a 18 groupes de femmes dans les caisses d'épargne (ce qui représentait environ 300 femmes qui travaillent).

13 Le mercadito, en français « petit marché », est inauguré aux alentours de la fête de San Juan, qui célèbre la fertilité et le début de la vie au Mexique.

14 Ces municipalités sont les suivantes : Ciudad Guzmán, Tuxpan, Tapalpa, Atemajac de Brizuela, Chiquilistlán, Atoyac, San Gabriel, Mazamitla, Zapopan, San Martín de las Flores, San Cristóbal Zapotitlán, Zapotiltic, El Salto, Tequila, Tepatitlán y Tlajomulco.

15 Ecidea est un projet d’éducation primaire communautaire impulsé par des communautés tzeltales dans la région de Los Altos de Chiapas (Comboni Salinas, 2009 : 26- 34).

16 Le concept de sanación désigne un processus curatif holistique, qui engage non seulement le corps, mais également l’esprit des personnes concernées.

17 Dans Religion sans rédemption, Luis Martínez Andrade (2015) reprend la distinction établie par Ernst Bloch entre « utopie abstraite » et « utopie concrète », laquelle lui inspire la notion de « rêves éveillés ». Nous rapprochons chaque projet développé dans cet article de la seconde forme d’utopie, terreau des mouvements de résistance en Amérique latine.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Céline Chenot, «Voies périphériques comme centre de l’utopie. Le travail de la terre comme élément nodal de l’émancipation des femmes dans le Mexique rural »Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 41 | 2021, Publicado el 06 julio 2021, consultado el 23 julio 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9725; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9725

Inicio de página

Autor

Céline Chenot

École des Hautes Études en Sciences Sociales
Titulaire d’un Master 2 en Sociologie Générale délivré par l’EHESS en octobre 2020. Sujets de recherche : la rencontre des féminismes et des catholicismes au Mexique. chenot.celine.cc@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search