Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros41Une difficile conquête de l'espac...L’expérience des Tribunaux de Con...

Une difficile conquête de l'espace public/politique

L’expérience des Tribunaux de Conscience contre les Violences Sexuelles au Guatemala : Vers une Récupération de la Justice par les Femmes Autochtones

Laura Cahier

Resúmenes

Au Guatemala, la signature des Accords de Paix en 1996 devait permettre la reconnaissance et la réparation des violations des droits humains commises durant les 36 années de guerre civile et, à terme, la (re)construction de la Paix. Néanmoins, les espoirs de justice transitionnelle ont été évincés par la continuité des violences, notamment à l’encontre des femmes mayas, garífunas et xinkas. Face à l’incurie de la justice étatique et à une impunité structurelle, des stratégies alternatives de recherche de justice ont été développées par les militantes autochtones et féministes. En 2010 et 2019, deux Tribunaux de Conscience contre les violences sexuelles ont ainsi été organisés à Ciudad de Guatemala. À partir d’une enquête ethnographique menée lors du second Tribunal de Conscience, cet article interroge le recours à la justice symbolique par les femmes autochtones et la place de ces tribunaux d’opinion dans la lutte pour la visibilité et contre l’impunité. L’auteure démontre que ces Tribunaux de Conscience constituent des espaces de solidarité et de créativité politique permettant une reconnaissance publique des souffrances liées aux violences, tout en (re)pensant la justice au-delà de l’État. Cet article examine alors le recours à ces Tribunaux de Conscience comme une stratégie émancipatrice des femmes autochtones pour défendre leurs droits, investir l’espace public de façon critique, et participer au combat pour la justice dans le pays.

Inicio de página

Texto completo

L’auteure souhaite remercier les évaluatrices de cet article pour leurs remarques constructives ainsi que les coordinatrices du dossier. Elle tient également à adresser des remerciements particuliers à Albane Geslin et Stephen Holmes pour leurs commentaires riches et stimulants.

Introduction : "¿Qué queremos las mujeres ? ¡Justicia!"

  • 1 L’Université de San Carlos (Universidad de San Carlos de Guatemala) est la plus grande et ancienne (...)
  • 2 Traduction personnelle : « Que voulons-nous, nous les femmes ? La justice ! Que voulons-nous, nous (...)

1Alors que les derniers rayons de soleil désertent les rues de la capitale guatémaltèque, les Juges de Conscience s’apprêtent à rendre publique leur décision. Après deux jours d’un procès symbolique particulièrement intense et médiatisé, les quelques quatre cents personnes assises dans l’ancien Auditorium de l’Université de San Carlos1 se lèvent une dernière fois, ensemble. Certaines se prennent la main, d’autres brandissent des fleurs vers le ciel. Toutes scandent à l’unisson, « ¿Qué queremos las mujeres ? ¡Justicia! ¿Qué queremos las mujeres? ¡Justicia! 2» En cette fin d’après-midi du 26 juin 2019, après avoir écouté cinq témoignages de femmes victimes de violences sexuelles et neuf expertises de médecins, psychologues, sociologues et anthropologues, le second Tribunal de Conscience sur les crimes de violences sexuelles commis dans le passé et le présent (Tribunal de Conciencia: la violencia sexual en el pasado y en el presente es un crimen) s’apprête à rompre le silence et l’impunité en rendant un jugement symbolique et consultatif.

2Entre larmes et applaudissements, Rosalina Tuyuc Velásquez – militante maya kaqchikel, ancienne députée du Congrès de la République, et présidente de la Coordination Nationale des Veuves du Guatemala (CONAVIGUA) – donne la lecture du jugement final. Bien que dénué de force juridiquement contraignante, ce verdict déclare l’État guatémaltèque responsable du continuum de violences sexuelles à l’encontre des femmes dans le pays. Les Juges de Conscience dénoncent plus particulièrement la continuité des violences sexuelles à l’encontre des « femmes pauvres, rurales et autochtones comme le résultat des injustices qui structurent le système » et jugent ainsi « nécessaire d’éradiquer les structures sociales patriarcales, machistes, et racistes. » (Aura Cumes lors du Tribunal de Conscience. Traduction personnelle, notes de terrain, Ciudad de Guatemala, juin 2019).

  • 3 La Commission pour la Clarification Historique (Comisión para el Esclarecimiento Histórico, CEH) a (...)

3En effet, la persistance des violences à l’encontre des femmes mayas, garífunas et xinkas s’inscrit dans un processus pérenne de marginalisation des Peuples autochtones au Guatemala, dont les conséquences sont exacerbées pour les femmes (Crosby & Lykes, 2011 : 460-461). Après trente-six années de guerre civile3, la signature des Accords de Paix en décembre 1996 prévoyait l’instauration de mécanismes politiques et juridiques de justice transitionnelle. Ces derniers devaient faire valoir le droit à la vérité, à la réparation et à la justice pour toutes les victimes de violations des droits humains, notamment les femmes autochtones (Méndez & Alvarado, 2018 : 30). Les espoirs de justice transitionnelle se sont cependant estompés face au constat d’une violence systémique continue et d’une impunité structurelle, laissant le plus souvent les « victimes » dans l’ombre et le silence (Patterson-Markowitz et al., 2012 : 84).

4En réponse aux défaillances des mécanismes judiciaires nationaux, l’organisation de Tribunaux de Conscience contre les violences sexuelles a permis aux survivantes, dont les femmes autochtones, d’ouvrir des espaces périphériques de recherche de justice. Ces instances d’un genre singulier comptent parmi les quelques deux cents tribunaux d’opinion recensés à ce jour dans divers pays du monde, dont l’objectif serait d’articuler « la revendication des peuples à s’emparer du droit pour faire œuvre de justice, lorsque les institutions officielles manquent à ce devoir » (Montavon, 2019 : 123). La juriste Camille Montavon note que ces dispositifs « […] réunissent en leur sein une assemblée délibérative composée de spécialistes issus d’horizons divers qui, sur la base des preuves qui lui sont présentées, détermine si un État, des individus ou une multinationale ont commis des violations du droit international ou de tout autre corps normatif » (Montavon, 2019 : 123-124). Incarnant « la résolution de désétatiser la justice et de la faire advenir ‘par la volonté du peuple’ » (Codaccioni, 2015 : 18), ces nouveaux outils de justice transitionnelle ont pour objectif de dénoncer des actes considérés comme répréhensibles par le recours à la théâtralisation et au mimétisme judiciaire.

5Le caractère non étatique de ces tribunaux d’opinion les expose toutefois à de nombreuses critiques relatives à leur (il)légitimité ainsi qu’à leur (im)partialité (Codaccioni, 2015 : 18-19). Cependant, se limiter à de telles critiques ne permet pas d’apprécier les avantages, le sens et la portée de ces mécanismes alternatifs de justice. En filigrane, c’est bien une interrogation relative au monopole de l’État sur la justice qui s’esquisse. Si l’État détient seul la compétence judiciaire, l’idée de justice ne recouvre-t-elle pas des réalités plurielles et des aspirations polymorphes ? Dès lors, existerait-il des mécanismes complémentaires, dont les tribunaux d’opinion, pour penser la justice au-delà de l’État (Carpentier, 2017) ? Cette question se pose avec une acuité particulière compte tenu des carences de l’État guatémaltèque en matière judiciaire (Musalo & Bookey, 2013 : 271).

  • 4 Vidéo de terrain sur le second Tribunal de Conscience. Laura Cahier, « PhD observations #2 - Mayan (...)

6À partir d’enquêtes ethnographiques menées lors d’une session d’un Tribunal de Conscience organisé à Ciudad de Guatemala en 20194, j’interroge le recours à la justice symbolique par les femmes autochtones comme un vecteur de lutte contre l’impunité et d’avancement du processus de justice transitionnelle au Guatemala. Les Tribunaux de Conscience constituent notamment des espaces de créativité politique permettant une reconnaissance publique, ritualisée et médiatisée des souffrances liées aux violences, tout en (re)pensant la justice au-delà de l’État. Ainsi, je propose d’explorer comment, à travers ces Tribunaux de Conscience, les femmes autochtones s’organisent pour défendre leurs droits, investissent l’espace public de façon critique, et articulent des stratégies réformatrices pour faire avancer la justice transitionnelle et, in fine, sociale dans le pays.

Indicibles, invisibles et impunies : violences sexuelles et dénis de justice au Guatemala

  • 5 Durant ce second Tribunal de Conscience, six personnalités reconnues pour leur engagement politique (...)

7« Nous sommes alarmées par les taux élevés de violences sexuelles contre les femmes, […] le racisme structurel, historique et idéologique, l’oppression fondée sur le sexe, et le manque de justice », ont insisté les Juges de ce second Tribunal de Conscience, lors de la lecture de leur jugement5. Elles fondent ce constat sur l’expertise de l’anthropologue Aura Cumes qui, la veille, avait souligné l’existence d’un continuum historique de violences sexuelles à l’encontre des femmes autochtones, depuis l’époque coloniale jusqu’au présent. Notamment, durant les trente-six années de guerre civile (1960-1996), la violence sexuelle a constitué une « pratique généralisée et systématique », utilisée par les agents de l’État dans le cadre de leur stratégie contre-insurrectionnelle (CEH, 1999 : III, 13). Le rapport de la Commission pour la Clarification Historique a d’ailleurs établi que 89% des victimes de violences sexuelles (viols, mutilations génitales, esclavage sexuel) étaient des femmes autochtones. Irma Alicia Velásquez Nimatuj, experte convoquée durant le premier Tribunal de Conscience en 2010, a démontré que ces violences avaient pour objectif la destruction d’un groupe social – les autochtones – stigmatisé comme « ennemi de l’État », reflétant ainsi une stratégie génocidaire (Consorcio Actoras de Cambio, 2006 ; González, 2014 ; Mendia-Azkue & Guzmán-Orellana, 2012 : 119-145).

8En dépit de la signature des Accords de Paix en décembre 1996, les violences sexuelles n’ont pas diminué dans le pays. Dans le hall de l’Université de San Carlos, les différents panneaux peints à la main par les collectifs militants qui ont organisé ce second Tribunal de Conscience témoignent de leur ampleur : « Toutes les trente minutes, une femme est violée » ; « 29 plaintes pour viol déposées par jour. » L’existence d’un tel « vortex de la violence » (Carey & Torres, 2010) est confirmée par toutes les enquêtes sur le sujet (Sanford, 2008, 2019 ; Stephen, 2019). Concernant les femmes autochtones, ces violences ne peuvent être séparées du racisme structurant l’ensemble des relations sociales, politiques, et économiques dans le pays (Casaús-Arzú, 2019). Durant sa présentation aux Juges de Conscience, l’anthropologue Aura Cumes a notamment démontré que « le sexe, la race, l’ethnicité et la classe fonctionnent de manière interconnectée et interdépendante dans la manière dont les violences sexuelles affectent la vie des femmes autochtones. » (Aura Cumes lors du Tribunal de Conscience. Traduction personnelle, notes de terrain, Ciudad de Guatemala, juin 2019).

9L’indicibilité et l’invisibilité des violences sexuelles sont nourries par des taux d’impunité avoisinant les 97% à 99% (Musalo & Bookey, 2013 : 271). La judiciarisation des cas de violences sexuelles perpétrés durant le conflit armé et dans le présent est limitée tant par la stigmatisation et la honte qui peuvent exister, que par des problématiques concrètes d’accès à la justice pour les victimes (Bellino, 2010 : 6 ; Méndez & Alvarado, 2018 : 18). Pour qualifier la situation guatémaltèque, l’anthropologue Victoria Sanford mobilise le concept de « féminicide » qu’elle distingue du « fémicide », dans la lignée des travaux de Marcela Lagarde (Lagarde, 2006). Tandis que le « fémicide » désigne le meurtre d’une femme basé sur un motif de haine et de discrimination, le concept de « féminicide » souligne les dimensions politiques et structurelles de la violence contre les femmes, tant elle est tolérée, voire impunie, par l’État. En somme, le « féminicide » n’implique pas seulement l’agresseur, mais également les (in)activités de l’État qui normalisent la misogynie, naturalisent la violence à l’encontre des femmes et favorisent l’impunité (Sanford, 2019 : 62-65). À ce titre, si le Guatemala est sorti de la logique génocidaire qui avait prévalu durant la guerre civile, la violence à l’encontre des femmes prend aujourd’hui la forme d’un « féminicide ».

Les Tribunaux de Conscience : rompre le silence des violences sexuelles

10Face à l’incurie et l’iniquité de la justice étatique, les femmes autochtones, les associations de défense des droits humains et certaines ONG ont développé des stratégies alternatives de recherche de justice (Crosby & Lykes, 2011 : 458 ; Stewart, 2008 : 239). Ainsi, les deux Tribunaux de Conscience contre les violences sexuelles organisés en 2010 et 2019 constituent une « initiative novatrice » de la part de la société civile, visant à « rendre publiques les demandes de reconnaissance et de réparation des femmes autochtones survivantes de violence » (Crosby & Lykes, 2011 : 458). L’organisation de ces Tribunaux de Conscience a notamment permis aux victimes de violence, dont les femmes autochtones, de dépasser le monopole de l’État sur la reconnaissance, la réparation, et la justice. Cette initiative relève de ce qui est plus communément appelé la « justice populaire » et reflète la volonté de désétatiser le processus de justice afin de dégager une « contre-justice » (Codaccioni, 2015 : 18).

11L’organisation des Tribunaux de Conscience en 2010 puis 2019 s’insère dans un ensemble d’actions de résistance plus large, visant à affirmer l’agentivité des femmes autochtones. Ces Tribunaux de Conscience ont ainsi été organisés en complément d’actions psychosociales menées conjointement par l’Équipe d’Études Communautaires et d’Action Psychosociale (Equipo de Estudios comunitarios y Acción Psicosocial, ECAP), l’Union Nationale des Femmes Guatémaltèques (Unión Nacional de Mujeres Guatemaltecas, UNAMG), et l’organisation Femmes Transformant le Monde (Mujeres Transformando el Mundo, MTM), réunies au sein de l’Alliance pour Rompre le Silence et l’Impunité (Alianza Rompiendo el Silencio y la Impunidad). Ces actions poursuivent le triple objectif de contribuer à la reconnaissance et à la visibilité des souffrances liées aux violences sexuelles, de reconstruire la mémoire historique du conflit armé, et de soutenir les survivantes, notamment lorsqu’elles souhaitent entreprendre des démarches judiciaires à l’échelle nationale ou internationale (Méndez & Alvarado, 2018 : 84).

12Dans cette lignée, les 4 et 5 mars 2010, le premier Tribunal de Conscience visait à faire la lumière sur les crimes de violences sexuelles subis par les femmes autochtones durant le conflit armé, afin de lutter contre une interprétation partielle des faits et l’absence de reconnaissance de ces dernières en tant que sujets historiques (Mendia-Azkue & Guzmán-Orellana, 2012 : 15). En somme, il a permis l’émergence d’une pluralité de vérités, plus complexes et étendues que la seule vérité judiciaire. Le second Tribunal de Conscience de 2019 diffère cependant du premier par le renforcement de ses compétences ratione temporis et ratione materiae. L’élargissement de ses compétences temporelles (violences dans le passé et le présent) et matérielles (viols, violences sexuelles, harcèlement sexuel, violences contre les jeunes filles, les femmes enceintes, et les femmes transgenres) reflète une volonté de rendre visibles la complexité et l’étendue du continuum précédemment décrit, tout en actant la création d’alliances entre différents mouvements pour les droits des femmes.

  • 6 Durant la session du Tribunal de Conscience, les témoignages des victimes sont anonymes tout comme (...)

13Ainsi, ces Tribunaux de Conscience permettent l’émergence d’espaces alternatifs où se nouent des liens de solidarité entre femmes qui, malgré une expérience différenciée de la violence, souhaitent prendre la parole pour dire leur « histoire de résistance et leur combat […] face à la violence et aux difficultés de la vie quotidienne » (Crosby & Lykes, 2011 : 476). Ces alliances stratégiques ne doivent cependant pas conduire à une homogénéisation des différentes expériences vécues. Au contraire, les cinq témoignages présentés aux Juges de Conscience durant le second Tribunal témoignent de leur caractère polymorphe. Au cours des auditions avec les Juges de Conscience, les témoignages anonymes relatent une expérience commune de la violence, néanmoins matérialisée dans des situations spécifiques et configurations diverses. Les identités des auteurs comme la forme des violences sexuelles infligées aux victimes diffèrent – tantôt commises par un proche, un professeur d’université, un inconnu, ou encore un dirigeant de l’Église6.

14Plus généralement, le processus de prise de parole suggère de multiples questionnements quant à la manière de considérer la pluralité de ces expériences, sans les déshumaniser, ni les homogénéiser. Considérant la nature intrinsèquement relationnelle des Tribunaux de Conscience, Alison Crosby et Brinton Lykes notent les enjeux propres à cette prise de parole par les survivantes mayas :

  • 7 Traduction personnelle : « Cela soulève des questions sur la manière de rendre visibles les expérie (...)

It brings up questions of how to make visible but not reify or essentialize indigenous women’s experiences of violence; how to hear and respond to ‘the pain of others’ with a politics of accountability, not consumption; how to listen to the voices women have, rather than ‘giving voice,’ despite unequal relations of power; and how to affirm indigenous meaning making, rather than impose feminist discourse7. (Crosby & Lykes, 2011 : 476)

15Au-delà des alliances locales entre militantes et organisations pour les droits des femmes, ces Tribunaux de Conscience permettent également de porter le combat pour la justice au sein des sphères internationales de défense des droits humains. Au cours de ces procès symboliques, la présence de fonctionnaires des Nations Unies, signalés par leur gilet bleu brodé des sigles onusiens, et de diplomates des ambassades suisse, allemande, norvégienne et suédoise, témoigne d’une forme d’internationalisation des revendications. Via ces Tribunaux de Conscience, les femmes victimes de violences sexuelles deviennent ainsi actrices du processus de justice transitionnelle, lui-même soutenu par de nombreux acteurs internationaux – États étrangers, Nations Unies, Organisation des États Américains – depuis les années 1990.

16Plus largement, les Tribunaux de Conscience ont pour objectif de sensibiliser l’opinion publique guatémaltèque quant à la problématique des violences. La médiatisation intense de ces événements permet de toucher un public élargi avec, à terme, l’ambition de transformer les normes sociales qui normalisent ces violences (Crosby & Lykes, 2011 : 467). Elle passe notamment par l’utilisation des réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter), en plus de s’appuyer sur des médias plus traditionnels, à l’instar de certaines radios (Federación Guatemalteca de Escuelas Radiofónicas, FGER) ou de la presse locale et nationale (El Periódico, Prensa Comunitaria).

Entre mimétisme de la justice pénale internationale et revitalisation de la cosmovision maya : une condamnation symbolique et politique de l’État guatémaltèque

17Les Tribunaux de Conscience contre les violences sexuelles organisés au Guatemala reposent sur un usage stratégique et performatif des normes et procédures de la justice pénale internationale, afin de mettre publiquement en cause l’État pour manquements à ses obligations nationales et internationales en matière de droits humains.

  • 8 Ce tribunal d’opinion est aussi connu sous le nom de Tribunal Russell ou Tribunal Russell-Sartre.

18Cet usage stratégique du droit pénal international et ce mimétisme judiciaire ne sont pas inédits (Carpentier, 2017 ; Codaccioni, 2015 ; Montavon, 2019). Dès 1966, le premier Tribunal international des crimes de guerre8 organisé par Bertrand Russell et Jean-Paul Sartre avait pour ambition d’examiner la responsabilité des États-Unis pour des violations du droit international commises dans le contexte de la guerre du Viêt Nam (Carpentier, 2017 : 821). Dans la lignée du Tribunal Russell-Sartre, la fondation du Tribunal Permanent des Peuples (Permanent Peoples’ Tribunal) à Bologne en 1979 a permis l’adoption de plus de quarante-sept jugements symboliques, dont l’un a d’ailleurs concerné le Guatemala (PPT, 2015). Les Tribunaux de Conscience sur les violences sexuelles au Guatemala s’inspirent également du Tribunal international des femmes sur les crimes de guerre et l’esclavage sexuel de l’Armée japonaise, organisé à Tokyo en décembre 2000 (Crosby & Lykes, 2011 : 464). Tandis que ces crimes avaient été ignorés lors du procès de Tokyo de 1946, le Tribunal d’opinion de Tokyo a permis de condamner symboliquement la mise en esclavage sexuel de milliers de femmes asiatiques pour « réconforter » les soldats japonais avant et pendant la Seconde Guerre mondiale (Lévy, 2014 ; Montavon, 2019). Ces tribunaux symboliques ont ainsi pour objectif de rendre visibles les violations du droit international des droits humains, tout en rappelant aux États leurs obligations internationales en la matière. À ce titre, ils illustrent non seulement une forme d’émancipation des individus et communautés vis-à-vis de leur propre État, mais également l’existence d’une conscience juridique globalement partagée au sujet des crimes les plus graves (Cançado Trindade, 2006 : 33).

Illustration 1 : Laura Cahier. Les juges du Tribunal de Conscience rendent leur décision, photographie, Ciudad de Guatemala, 26 juin 2019

Illustration 1 : Laura Cahier. Les juges du Tribunal de Conscience rendent leur décision, photographie, Ciudad de Guatemala, 26 juin 2019

19Un mimétisme performatif est observé entre les Tribunaux de Conscience et les grands procès pénaux internationaux, avec une reproduction formelle, presque théâtrale, du déroulé et des marqueurs de la justice pénale. Derrière un rideau blanc ne laissant apparaître que leurs ombres dessinées par la lumière d’un projecteur, les victimes – sous le sceau de l’anonymat – racontent longuement leurs histoires. Dans ce processus douloureux de narration publique d’expériences violentes, les victimes sont accompagnées par des psychologues et guides spirituelles assises à leurs côtés. Le réconfort et le soutien que ces dernières apportent aux survivantes transparaissent par les jeux d’ombre. Une fois le silence rompu, les neuf experts convoqués apportent des éléments factuels et analytiques afin que les Juges de Conscience puissent statuer sur la responsabilité, ou non, de l’État guatémaltèque (Illustration 2). Après que les Procureures ont récapitulé les chefs d’accusation, les Juges de Conscience rendent leur jugement consultatif. Elles condamnent symboliquement l’État pour violations du droit international des droits de l’homme, notamment le droit à une vie sans violence :

Por todas estas consideraciones, el Tribunal de Conciencia expone:

  • 9 Extrait de la Décision du Tribunal de Conscience des 25 et 26 juin 2019, traduction personnelle, di (...)

Su enérgica condena al Estado de Guatemala por el incumplimiento de sus funciones en garantizar el pleno goce de los derechos humanos de las mujeres, en especial el derecho a una vida libre de violencia9.

20Sur le plan normatif, une telle condamnation de l’État guatémaltèque par les Juges de Conscience se fonde sur la jurisprudence développée par les tribunaux pénaux internationaux depuis les années 1990, en lien avec les violences sexuelles durant les conflits armés et en temps de paix. Afin d’asseoir la légitimité de leur verdict, les Juges du Tribunal de Conscience font notamment référence aux Statuts et décisions du Tribunal Pénal International pour l’Ex-Yougoslavie, du Tribunal Pénal International pour le Rwanda et de la Cour Pénale Internationale, ayant qualifié les violences sexuelles comme constitutives de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. En se calquant sur les normes et procédures de la justice pénale internationale, ces Tribunaux de Conscience visent ainsi à tenir l’État responsable de manquements graves et systémiques au droit international des droits humains, tout en cherchant à prévenir les futures violations (Sikkink, 2011 : 28). Cet usage stratégique du droit international n’est pas dénué d’effets politiques, puisque les normes internationales invoquées sont supposées être juridiquement contraignantes pour l’État guatémaltèque.

Illustration 2 : Les neuf expertises présentées devant le Tribunal de Conscience organisé les 25 et 26 juin 2019

Illustration 2 : Les neuf expertises présentées devant le Tribunal de Conscience organisé les 25 et 26 juin 2019

Source : élaboration propre à partir des notes de terrain.

21À la différence du formalisme bureaucratique de la justice pénale internationale, les Tribunaux de Conscience permettent également une revitalisation de la cosmovision maya, au travers de pratiques et usages qui lui sont propres. Lors de la cérémonie d’ouverture du second Tribunal de Conscience, plusieurs femmes mayas tracent au sol un cercle cérémoniel composé de fleurs et de bougies. Autour de ce cercle, dans les fumées dégagées par la consumation d’encens, les femmes qui le souhaitent se prennent la main, ferment les yeux, et écoutent une commémoration conduite en langue K’iche’. Cette performance, à la fois spirituelle mais également politique, invite à la reconnaissance des cultures, pratiques et traditions autochtones dans la recherche de la justice. Morna Macleod souligne :

  • 10 Traduction personnelle : « [l]a mise en scène de cérémonies mayas dans des espaces publics est une (...)

[t]he staging of Maya ceremonies in public spaces is an intentional, recent strategy to create awareness of cultural and political indigeneity and embodied presence in a context of historical exclusion and structural racism10. (Macleod, 2017 : 256)

  • 11 Traduction personnelle: « the extraction of ideas and practices from the universal sphere of intern (...)

22En somme, les Tribunaux de Conscience illustrent ce que l’anthropologue Sally Engle Merry appelle le processus de « vernacularisation » des droits humains (Engle Merry, 2006), c’est-à-dire « l’extraction d’idées et de pratiques de la sphère universelle des organisations internationales, et leur traduction en idées et pratiques qui résonnent avec les valeurs et manières de faire au niveau local »11 (Engle Merry & Levitt, 2017 : 2013). Les femmes autochtones se réapproprient donc les normes et procédures de la justice internationale en les interprétant selon leurs propres sensibilités, cosmovisions, et épistémès. De cette manière, elles articulent une forme de justice représentative de leur positionnalité sociale comme femmes et autochtones (Sierra, 2013 : 242).

De la sanación à la judiciarisation : réparations, mémoire(s) et justice transitionnelle

23Dans un contexte national où leur parole est souvent ignorée et minorée, le processus de justice transitionnelle a également laissé peu de place aux voix et expériences des femmes autochtones (Crosby & Lykes, 2011 : 461-462). D’ailleurs, si les ONG internationales se sont saisies de la question de la reconstruction de la paix face à l’incurie de l’État, cela a eu pour effet paradoxal de « dé-saisir » certaines populations, déjà marginalisées, de ce processus (Vanthuyne, 2014 : 116). Dès lors, ces Tribunaux de Conscience deviennent des espaces dans lesquels les femmes autochtones « parlent pour elles-mêmes » afin de se réapproprier une justice symbolique, voire judiciaire.

24En premier lieu, l’ouverture de tels espaces permet aux femmes autochtones de prendre part à un processus multidimensionnel de sanación (guérison), de réappropriation de leur histoire et de valorisation de leur(s) mémoire(s). Déconstruisant les représentations sociales et les récits de la guerre civile qui les décrivent uniquement comme « victimes », ces procès symboliques leur permettent de retrouver, collectivement, « un chemin de confiance, d’accompagnement, de recherche de la guérison et de soutien mutuel visant à obtenir la justice » (Mendia-Azkue & Guzmán-Orellana, 2012 : 5). Emma Molina Theissen, l’une des Juges de Conscience, décrit ainsi la dimension profondément relationnelle d’une recherche de justice qui passe par l’écoute, la confiance et la non-culpabilisation :

Nous sommes la première source de justice : écouter, croire, ne pas blâmer et soutenir les victimes de violences sexuelles est l’autre justice, celle qui est indispensable à la réparation et la guérison. (Traduction personnelle, notes de terrain, Ciudad de Guatemala, 26 juin 2019)

25En revanche, il est possible de s’interroger sur la portée judiciaire des Tribunaux de Conscience. En effet, le verdict symbolique rendu par les Juges de Conscience n’est empreint d’aucune force juridique stricto sensu – en d’autres termes, aucune condamnation effective pour ceux qui ont commis des crimes de violence sexuelle ne peut en résulter. Pis encore, la justice symbolique pourrait paradoxalement renforcer l’impunité et le désengagement de l’État, par la substitution d’une condamnation symbolique à une condamnation pénale. L’absence de fonctionnaires de l’État guatémaltèque durant les sessions du Tribunal de Conscience tout comme l’absence d’une reconnaissance officielle des verdicts prononcés par les Juges de Conscience illustrent cette ambivalence.

26Cette critique de la justice symbolique doit cependant être nuancée par le constat empirique d’une relation de complémentarité entre les stratégies extra-judiciaires et judiciaires de recherche de justice par les femmes autochtones. Loin d’être incompatibles ou exclusives, ces « actions alternatives de réparation », impulsées par des mouvements de femmes et des organisations communautaires, ont pu ouvrir la porte à la judiciarisation de certains cas de violences sexuelles dans le cadre de procès pénaux (Mendez & Alvarado, 2018 : 32-35). Cette complémentarité est d’ailleurs reflétée dans la conclusion du jugement du second Tribunal de Conscience :

Nous sommes reconnaissantes des voix qui se sont soulevées, au cours des deux derniers jours, et des courageux témoignages devant ce Tribunal. Nous sommes sûres qu’elles inspireront nombre d’autres femmes à briser le silence et à demander justice pour les violences sexuelles qu’elles ont subies. (Traduction personnelle, notes de terrain, Ciudad de Guatemala, juin 2019).

  • 12 Par exemple, le travail d’écriture et de publication du livre Tejidos que lleva el alma: Memoria de (...)

27Le Tribunal de Conscience organisé en 2010 a notamment permis la judiciarisation du cas de quinze femmes mayas q’eqchi’ survivantes de violences sexuelles commises par des agents de l’État durant le conflit armé à Sepur Zarco, une petite communauté rurale de la vallée du Polochic au nord-est du pays. La récolte d’informations et de témoignages, ainsi que l’accompagnement psychosocial conduits lors du premier Tribunal de Conscience ont d’ailleurs contribué à faciliter le travail d’instruction du Ministère Public (Mendez & Alvarado, 2018 : 35)12. Entamée au sein du premier Tribunal de Conscience en 2010, cette quête de justice a débouché sur un procès historique devant le Tribunal Suprême du Guatemala en 2016. Après une vingtaine d’audiences, le 7 mars 2016, deux anciens militaires ont été condamnés pour crimes contre l’humanité (violences sexuelles, esclavage sexuel et domestique, disparition forcée de leurs maris, assassinat et traitement cruel de l’une des femmes et de ses deux filles) et dix-huit mesures de réparation pour onze survivantes ainsi que leurs communautés ont été octroyées (ASF, 2016). Celles que les militantes communautaires et féministes surnomment désormais, avec affection et admiration, les Abuelas de Sepur Zarco incarnent les espoirs portés par la lutte contre l’impunité. De tels succès judiciaires sont autant d’incitations à la sanction des crimes de violences sexuelles, dans un contexte où la stigmatisation sociale, l’accès lacunaire à la justice, et les coûts importants du recours aux institutions pénales tendent à freiner ces entreprises.

28Le 26 juin 2019, en milieu d’après-midi, en plein déroulé du Tribunal de Conscience, un groupe de femmes mayas achí effectue une visite inattendue dans la salle d’audience. Ces dernières sortent tout juste du Palais de Justice, où elles viennent de faire appel de la récente décision de la juge Claudette Domínguez de libérer six anciens patrouilleurs d’autodéfense civile (PAC) accusés de crime contre l’humanité pour les violences sexuelles commises contre trente-cinq d’entre elles entre 1981 et 1985. À leur entrée dans l’auditorium, les femmes achí sont reçues par les Abuelas de Sapur Zarco qui leur offrent des fleurs en guise de reconnaissance et les encouragent à continuer leur lutte judiciaire. De nouveau, la salle se lève et scande ¡Justicia!, ¡Justicia!, ¡Justicia!.

Réflexions finales : résistances, subalternité, et Justice

29La participation des femmes autochtones à ces espaces de justice symbolique reflète leur implication grandissante dans la société guatémaltèque (Macleod, 2008). Au travers des Tribunaux de Conscience, elles se sont progressivement constituées en ce que Nancy Fraser nomme des « contre-publics subalternes » (Fraser, 2011), permettant ainsi l’expression de leurs expériences spécifiques et la reconnaissance de leur agentivité dans la sphère publique (Mohanty, 2003 : 106). Lorsque les Juges de Conscience invitent publiquement l’État guatémaltèque à mettre en place des politiques publiques pour lutter contre les violences multiples, à adopter un prisme intersectionnel en droit pénal, ou à instaurer des programmes éducatifs sur les violences sexuelles, il s’agit bien d’une stratégie visant à porter leurs revendications sur la scène politique, à articuler des propositions réformatrices et à peser sur le processus de justice transitionnelle, dans un pays encore déchiré par la violence.

30En définitive, si les Tribunaux de Conscience sont une « arme des dominé.e.s » (Macleod, 2017 : 258), ils permettent aux femmes autochtones de dépasser une justice étatique qui demeure défaillante. Derrière ces stratégies émancipatrices, se dessinent donc de nouvelles façons, ancrées dans la pratique et le discours des femmes autochtones, de définir la justice transitionnelle et, plus généralement, sociale au Guatemala. Au-delà de la dénonciation de l’impunité, elles participent d’une forme de « décolonisation épistémologique et politique » de la justice (Vanthuyne, 2014 : 142). La mobilisation de « pratiques et attitudes locales et culturelles pour faire face à l’héritage des atrocités et à la continuité de la violence » (Viaene, 2010 : 290) leur permet aussi de revitaliser les cosmovisions autochtones, tout en les intégrant dans le processus de justice transitionnelle.

Inicio de página

Bibliografía

Avocats Sans Frontières (ASF), « Le procès Sepur Zarco : un cas emblématique pour la justice des femmes autochtones victimes de violences durant le conflit armé interne », 2016. Disponible en ligne < https://www.asfcanada.ca/uploads/publications/uploaded_rapport-sepur-zarco-asf-lowres-1-pdf-113.pdf>

BELLINO, Michelle, « Feminicide and Silence in ‘Postwar’ Guatemala », Women’s Policy Journal of Harvard, Vol. 7, 2010, p. 5-10.

CANÇADO TRINDADE, Antônio Augusto, « Responsabilidad, Perdón y Justicia como Manifestaciones de la Conciencia Jurídica Universal », Estudios Socio-Jurídicos, Vol. 8, n°1, Janvier-Juin 2006, p. 15-38.

CAREY, David Jr. & TORRES, Gabriela, « Precursors to Femicide: Guatemalan Women in a Vortex of Violence », Latin American Research Review, Vol. 45, n°3, 2010, p. 142-164.

CARPENTIER, Franck, « Du tribunal Russel-Sartre au tribunal Monsanto : une justice fictionnelle pour penser le droit au-delà des État », Revue Française de Droit Constitutionnel, Vol. 112, n°4, 2017, p. 821-844.

CASAÚS-ARZÚ, Marta Elena, Racismo, genocidio y memoria, Guatemala, F&G Editores, 2019, 272 p.

CODACCIONI, Vanessa, « Justice Populaire et mimétisme judiciaire. Les maoïstes dans et hors la Cour de sûreté de l’État », Droit et Société, Vol. 89, n°1, 2015, p. 17-33.

Comisión para el Esclarcimiento Histórico (CEH), Memoria de silencio, Ciudad de Guatemala, CEH, Vols. 1-12, 1999.

Consorcio Actoras de Cambio, Rompiendo el silencio: Justicia para las mujeres víctimas de violencia sexual durante el conflicto armado en Guatemala, Ciudad de Guatemala, F&G Editores, 2006, 171 p.

CROSBY, Alison & LYKES, Brinton, « Mayan Women Survivors Speak: The Gendered Relations of Truth Telling in Postwar Guatemala », International Journal of Transitional Justice, Vol. 5, 2011, p. 456-476.

ENGLE MERRY, Sally & LEVITT, Peggy, « The Vernacularization of Women’s Human Rights », in Stephen Hopgood, Jack Snyder, Leslie Vinjamur (eds.), Human Rights Futures, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, p. 213-260.

ENGLE MERRY, Sally, Human Rights and Gender Violence: Translating International Law into Local Justice, Chicago & Londres, University of Chicago Press, 2006, 269 p.

Equipo de Estudios Comunitarios y Acción Psicosocial (ECAP) et Unión Nacional de Mujeres Guatemaltecas (UNAMG), Tejidos que lleva el alma: Memoria de las mujeres mayas sobrevivientes de violación sexual durante el conflicto armado, Ciudad de Guatemala, ECAP, UNAMG & F&G Editores, 2ème ed., 2011, 449 p.

FRASER, Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte, [2005] 2011, 178 p.

GONZÁLEZ, Ana Isabel, « Violencias de género constitutiva de crímenes de lesa humanidad y genocidio. El caso de Guatemala », Aletheia, Vol. 5, n°5, 2014.

LAGARDE, Marcela, « Del Femicidio al Feminicidio », Desde el Jardín de Freud, No. 6, 2006, p. 216-225.

LÉVY, Christine, « Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000. Une réponse féministe au révisionnisme ? », Clio, Vol. 39, 2014.

MACLEOD, Morna, « Ethical Tribunals: Maya Incursions into Symbolic Social Justice », in Helen Gilbert, J.D. Phillipson & Michelle H. Raheja (eds.), In the Balance: Indigeneity, Performance, Globalization, Liverpool, Liverpool University Press, 2017, p. 255-272.

__________, « Voces diversas, opresiones y resistencias múltiples: las luchas de mujeres mayas en Guatemala », in Rosalva Aída Hernández-Castillo (ed.), Etnografías e Historias de Resistencia. Mujeres Indígenas, Procesos Organizativos y Nuevas Identidades Políticas, Mexico, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS), 2008, p. 127-179.

MÉNDEZ, Luz & ALVARADO, Maya, Mujeres, Justicia y Resarcimiento: Violencia Sexual en el Conflicto Armado, Ciudad de Guatemala, UNAMG, 2018, 102 p.

MENDIA-AZKUE, Irantzu & GUZMÁN-ORELLANA, Gloria (eds.), Ni olvido, ni silencio: Tribunal de Conciencia contra la violencia sexual hacia las mujeres durante el conflicto armado en Guatemala, Bilbao, Universidad del País Vasco, 2012, 169 p.

MOHANTY, Chandra Talpade, Feminism Without Borders: Decolonizing Theory, Practicing Solidarity, Durham & Londres, Duke University Press, 2003, 312 p.

MONTAVON, Camille, « Le Tribunal d’opinion de Tokyo pour les femmes de réconfort (2000) : du silence à la (re)connaissance », Revue Interdisciplinaire d’Études Juridiques, 2019, Vol. 82, n°1, p. 121-143.

MUSALO, Karen & BOOKEY, Blaine, « Crimes Without Punishment: An Update on Violence Against Women and Impunity in Guatemala », Hastings Race & Poverty Law Journal, Vol. 10, 2013, p. 265-292.

PARISI, Laura & CORNTASSEL, Jeff, « In Pursuit of Self-Determination: Indigenous Women’s Challenges to Traditional Diplomatic Spaces », Canadian Foreign Policy, Vol. 13, 2007, p. 81-98.

PATTERSON-MARKOWITZ, Rebecca et al., « ‘Subjects of Change’: Feminist Geopolitics and Gendered Truth-Telling in Guatemala », Journal of International Women’s Studies, Vol. 13, n°4, Septembre 2012, p. 82-99.

Permanent Peoples’ Tribunal, disponible en ligne <http://permanentpeoplestribunal.org/?lang=es>, 2015.

SANDOVAL, Clara, « Transitional Justice and Social Change », International Journal on Human Rights, Vol. 20, 2014, p. 181-189.

SANFORD, Victoria, « From Genocide to Feminicide: Impunity and Human Rights in Twenty-First Century Guatemala », Journal of Human Rights, Vol. 7, 2008, p. 104-122.

__________, Guatemala: del Genocidio al Femicidio, Guatemala, F&G Editores, 3ème ed., 2019, 89 p.

SIEDER, Rachel (ed.), Demanding Justice and Security: Indigenous Women and Legal Pluralities in Latin America, New Jersey, Rutgers University Press, 2017, 298 p.

SIEDER, Rachel & McNEISH, John Andrew (ed.), Gender Justice and Legal Pluralities: Latin American and African Perspectives, New York, Routledge, 2013, 248 p.

SIERRA, María Teresa, « Redefiniendo los espacios de género desde la diversidad cultural : las mujeres indígenas frente a la justicia y los derechos en México y América Latina », in Juliana Ströbele-Gregor & Dörte Wollrad (eds.), Espacions de Género: ADLAF Congreso Anual 2012, Buenos Aires, Nueva Sociedad, 2013, p. 239-255.

SIKKINK, Kathryn, The Justice Cascade: How Human Rights Prosecutions are Changing World Politics, New York, W.W. Norton & Company, Inc., 2011, 342 p.

STEPHEN, Lynn, « Fleeing rural violence: Mam women seeking gendered justice in Guatemala and the U.S. », The Journal of Peasant Studies, Vol. 46, n°2, 2019, p. 229-257.

STEWART, Julie, « A Measure of Justice: The Rabinal Human Rights Movement in Post-War Guatemala », Qualitative Sociology, Vol. 31, 2008, p. 231-250.

VANTHUYNE, Karine, La Présence d’un Passé de Violences : Mémoires et Identités Autochtones dans le Guatemala de l’Après-Génocide, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, 341 p.

VIAENE, Lieselotte, « The internal logic of the cosmos as ‘justice’ and ‘reconciliation’: Micro-level perceptions in post-conflict Guatemala », Critique of Anthropology, Vol. 30, n°3, 2010, p. 287-312.

Inicio de página

Notas

1 L’Université de San Carlos (Universidad de San Carlos de Guatemala) est la plus grande et ancienne faculté du Guatemala ; elle est également la seule université nationale publique et autonome du pays.

2 Traduction personnelle : « Que voulons-nous, nous les femmes ? La justice ! Que voulons-nous, nous les femmes ? La justice ! » (Notes de terrain, Ciudad de Guatemala, juin 2019).

3 La Commission pour la Clarification Historique (Comisión para el Esclarecimiento Histórico, CEH) a établi que le conflit armé au Guatemala a causé 200 000 morts, 45 000 disparitions forcées, et un million de déplacés internes (CEH, 1999).

4 Vidéo de terrain sur le second Tribunal de Conscience. Laura Cahier, « PhD observations #2 - Mayan Women and Their Fight for Justice in Guatemala - June 2019 ». Disponible en ligne < https://www.youtube.com/watch?v=e4ALcWxiofE>

5 Durant ce second Tribunal de Conscience, six personnalités reconnues pour leur engagement politique sur la question des violences intersectionnelles agissaient comme Juges de conscience (Magistradas de Conciencia) : Rosalina Tuyuc Velásquez, Emma Molina Theissen, Lenina García, Damasia Yat, Luz Méndez et Lola Vásquez.

6 Durant la session du Tribunal de Conscience, les témoignages des victimes sont anonymes tout comme les noms des agresseurs. Seuls certains éléments relatifs à la relation des agresseurs avec la victime ou à leur position sociale sont évoqués.

7 Traduction personnelle : « Cela soulève des questions sur la manière de rendre visibles les expériences de violence des femmes autochtones, sans les réifier ni les essentialiser ; sur la manière d’entendre et de répondre à la ‘douleur des autres’ par une politique de responsabilité, et non de consommation ; sur la manière d’écouter les voix des femmes, plutôt que de leur ‘donner la parole’, malgré des relations de pouvoir inégales ; et sur la manière d’affirmer la signification autochtone, plutôt que d’imposer un discours féministe. »

8 Ce tribunal d’opinion est aussi connu sous le nom de Tribunal Russell ou Tribunal Russell-Sartre.

9 Extrait de la Décision du Tribunal de Conscience des 25 et 26 juin 2019, traduction personnelle, disponible en ligne <https://fger.org/wp-content/uploads/2019/06/SENTENCIA-Tribunal-de-Conciencia.pdf>.

10 Traduction personnelle : « [l]a mise en scène de cérémonies mayas dans des espaces publics est une stratégie intentionnelle et récente de sensibilisation à l’autochtonie culturelle et politique et à la présence incarnée dans un contexte d’exclusion historique et de racisme structurel. »

11 Traduction personnelle: « the extraction of ideas and practices from the universal sphere of international organizations and their translation into ideas and practices that resonate with the values and ways of doing things in local contexts ».

12 Par exemple, le travail d’écriture et de publication du livre Tejidos que lleva el alma: Memoria de las mujeres mayas sobrevivientes de violación sexual durante el conflicto armado par les associations ECAP et UNAMG a permis de rassembler des témoignages de femmes autochtones vivant dans différents départements du pays, tout en renseignant précisément les cas de violence sexuelle, physique et psychologique principalement commis par des agents de l’État durant le conflit armé au Guatemala (ECAP & UNAMG, 2011). Ces données empiriques, quantitatives et qualitatives, ont ensuite pu être utilisées auprès des instances judiciaires lors du procès de Sepur Zarco.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Illustration 1 : Laura Cahier. Les juges du Tribunal de Conscience rendent leur décision, photographie, Ciudad de Guatemala, 26 juin 2019
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9790/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 400k
Título Illustration 2 : Les neuf expertises présentées devant le Tribunal de Conscience organisé les 25 et 26 juin 2019
Leyenda Source : élaboration propre à partir des notes de terrain.
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/9790/img-2.png
Ficheros image/png, 136k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Laura Cahier, «L’expérience des Tribunaux de Conscience contre les Violences Sexuelles au Guatemala : Vers une Récupération de la Justice par les Femmes Autochtones»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 41 | 2021, Publicado el 07 julio 2021, consultado el 23 julio 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/9790; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.9790

Inicio de página

Autor

Laura Cahier

Aix-Marseille Université (France)/Georgetown University (États-Unis)
Diplômée d’un Master en Affaires Internationales (Sciences Po Lyon) et d’un Master en Droits de l’Homme (Paris II), Laura Cahier poursuit actuellement un doctorat en Droit Public à l’Université d’Aix-Marseille, sous la direction de la Professeure Albane Geslin (ED67, UMR DICE 7318, CERIC). Bénéficiant d’un contrat doctoral fléché de l’Institut des Amériques (IdA), elle effectue ses trois premières années de recherche à l’Université de Georgetown où elle anime le pôle Washington de l’IdA (2018-2021).laura.cahier@etu.univ-amu.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search