Navigation – Plan du site
Varia

« Nous, les Allemands, nous sommes un peuple de réfugiés ». La mémoire des migrations dans la presse allemande durant l’été 2015

Valérie Robert
p. 211-226

Résumés

Vertriebene (expulsés), réfugiés de RDA ou encore Gastarbeiter (travailleurs immigrés) : telles sont les migrations auxquelles est comparé l’afflux de réfugiés à l’été 2015. À côté de l’information sur l’actualité, la presse allemande, en constituant une généalogie des migrations censées avoir fait l’Allemagne d’aujourd’hui, opère un « collective-memory setting ». Elle réactive et re-modèle la mémoire dans un récit à fonction prescriptive, une « construction fonctionnelle » porteuse d’un modèle de comportement et dont l’horizon est l’accueil des réfugiés. La généalogie des migrations établie à l’été 2015 remplit alors la fonction d’une tradition positive dans laquelle s’inscrire, construit une identité, celle d’un pays-refuge, d’un pays dont la ligne directrice ne peut être que « wir schaffen das ». À l’été 2015, les journalistes ne sont pas seulement des observateurs et des médiateurs neutres, mais sont aussi acteurs à la fois du discours mémoriel et de la politique. C’est ce qui leur sera reproché à l’automne, après la phase d’euphorie, lorsque ce discours mémoriel et sa fonction seront critiqués en même temps que les médias qui les ont relayés et produits.

Haut de page

Notes de l’auteur

La citation du titre est tirée de : Anne Hähnig, Julius Lukas, Martin Machowecz, « Weil wir wissen, wie es war », Zeit im Osten, 10 septembre 2015 (cahier pour les nouveaux Länder de Die Zeit, hebdomadaire suprarégional, siège : Hambourg, 2015/III : 496 946).

Nous tenons à remercier très chaleureusement Ségolène Plyer pour sa relecture très attentive et ses remarques constructives.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2020.

Plan

Journalisme, mémoire, identité
Méthodologie
Corpus
Qui parle ?
L’histoire comme leçon
Lieux de mémoire et généalogie des migrations
La mémoire de la Vertreibung (expulsion des Allemands entre 1945 et 1949) et le retour des témoins individuels
La fuite de RDA
Réfugiés étrangers et démarche humanitaire
Les migrations d’avant 1945 : un vaste panorama
Les Gastarbeiter et leur intégration ratée
Fonctions de la mémoire et du récit
Critiques de la généalogie des migrations : un contre-discours
La fin du « conte d’été »

Aperçu du texte

L’été 2015 a vu l’Allemagne accueillir des centaines de milliers de réfugiés et se métamorphoser dans les médias allemands et internationaux en modèle d’une « culture de l’accueil » (Willkommenskultur), notamment grâce à la phrase d’Angela Merkel lors de sa conférence de presse du 31 août : « Wir schaffen das » (« Nous allons y arriver »). L’impulsion pour l’accueil de ces réfugiés semblait ainsi venir du gouvernement fédéral. Pourtant, avant cette date, « Wir schaffen das » était devenu un topos dans la presse allemande, qui avait construit l’image d’une Allemagne se devant d’être accueillante parce qu’elle était elle-même le produit de migrations antérieures, dont la mémoire était pour cela réactivée.

Journalisme, mémoire, identité

Pour Barbie Zelizer, il faut considérer le journalisme « sous l’angle de la mémoire collective plus que de l’histoire » : le journalisme médiatise la mémoire en un va-et-vient entre présent et passé, le récit du passé étant une construction « fonctionnel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Robert, « « Nous, les Allemands, nous sommes un peuple de réfugiés ». La mémoire des migrations dans la presse allemande durant l’été 2015 », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 51-1 | 2019, 211-226.

Référence électronique

Valérie Robert, « « Nous, les Allemands, nous sommes un peuple de réfugiés ». La mémoire des migrations dans la presse allemande durant l’été 2015 », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 51-1 | 2019, mis en ligne le 02 juillet 2020, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/1622 ; DOI : 10.4000/allemagne.1622

Haut de page

Auteur

Valérie Robert

Maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CEREG (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals