Navigation – Plan du site
Varia

La mode en RDA, une mode française ?

Histoire d’un transfert culturel inachevé, 1960-1990
Jonas Kachelhoffer
p. 227-245

Résumés

Comment la mode française était-elle vue et rapportée en RDA de 1960 à 1990 ? Des délégations est-allemandes étaient envoyées plusieurs fois par an à Paris pour « s’informer » sur l’état actuel de la mode internationale. La plupart des voyageurs étaient des membres de l’Institut de la mode de RDA, initialement fondé pour créer une mode socialiste qui soit propre au pays. Ces membres rédigeaient avec assiduité de longs rapports sur la mode observée à Paris et qui devait théoriquement être adaptée de manière critique en RDA. L’analyse des rapports prouve néanmoins que la mode française était critiquée de façon modérée et que cette critique diminuait progressivement. D’autre part on ne retenait de cette mode que les aspects intemporels, équilibrés et permanents. Ce regard spécifique des professionnels de la mode est-allemands témoigne de leur besoin de s’adapter aux différentes sphères dans lesquelles ils évoluaient : le monde artistique de la mode, celui industriel des producteurs, et celui bureaucratique de l’État. Leur position transversale qui les poussait à un constant ajustement minimisait, voire sclérosait leurs initiatives, et donc le transfert de la mode française en RDA.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2020.

Plan

1. Le filtre socialiste
A. Les filtres « culture » et « modernité » : une pure formalité socialiste ?
B. Une critique de la mode de plus en plus assourdie
C. Une incohérence idéologique : la défense de l’individualité de la création
2. Le filtre neutralisant du bon goût
A. La mode féminine
B. La mode classique
C. La mode fonctionnelle

Aperçu du texte

Une mode propre à la RDA et socialiste est une ambition que le régime a cherché à atteindre dès le début de la République est-allemande. L’Institut de la mode de RDA (Modeinstitut der DDR) appelé d’abord Institut pour la culture de l’habillement (Institut für Bekleidungskultur) a été créé en 1952 à cet effet. Cependant, les emprunts et l’inspiration trouvée à Paris furent de plus en plus évidents et de moins en moins cachés au fil du temps. Effectivement, il est attesté dès le début des années 1960 que des délégations est-allemandes étaient envoyées plusieurs fois par an à Paris pour y observer des défilés de haute-couture, des salons de prêt-à-porter, des boutiques et de grands événements de la mode. C’est le cas de Karl Beyer, socialiste convaincu, qui voyageait régulièrement à Paris pour observer les nouveautés textiles. C’est également le cas de Willfriede Leupold, « créatrice de mode » et « collaboratrice scientifique » selon ses titres officiels, envoyée régulièrement à Paris ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Kachelhoffer, « La mode en RDA, une mode française ?  », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 51-1 | 2019, 227-245.

Référence électronique

Jonas Kachelhoffer, « La mode en RDA, une mode française ?  », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 51-1 | 2019, mis en ligne le 02 juillet 2020, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/1628 ; DOI : 10.4000/allemagne.1628

Haut de page

Auteur

Jonas Kachelhoffer

Assistant Patrimoine chez Givenchy, Paris, et étudiant de Master 2 « Mode et industries créatives » à l’École Duperré et à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Cet article est tiré d’un mémoire de master d’histoire contemporaine dirigé par Ségolène Plyer et soutenu le 13 septembre 2018 à l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals