Navigation – Plan du site
Les Humanités environnementales : circulations et renouvellement des savoirs en France et en Allemagne

Der Mensch als Gärtner oder Parasit der Erde: Narrative des Anthropozän in deutschsprachigen Qualitätszeitungen (2010-2016)

Gabriele Dürbeck
p. 285-301

Résumés

Alors qu’il n’est encore qu’une hypothèse géologique, l’Anthropocène s’est imposé dans les sciences de la nature, les sciences sociales, humaines et culturelles, ainsi que dans les arts et dans la sphère publique. Pour donner un aperçu de ce discours, le présent article distingue tout d’abord cinq récits sur l’Anthropocène : (1) celui de la catastrophe, (2) le récit judiciaire, (3) celui de la « Grande Transformation », (4) le récit biotechnologique et (5) le récit d’interdépendance de la nature et de la culture. Partant de là, l’article identifie et compare ces récits dans les quotidiens de langue allemande FAZ/FAS, SZ, NZZ et taz entre 2010 et 2016. En général, un article est publié en raison de l’actualité, à l’occasion de la reconnaissance officielle par les scientifiques d’une nouvelle époque géologique, lors d’une nouvelle exposition sur l’Anthropocène ou de la publication d’un nouveau résultat scientifique sur le sujet. Tous les journaux commentent la question controversée du début de cette nouvelle ère géologique. Bien que des voix divergentes se fassent entendre, on peut clairement distinguer certaines tendances : dans la rubrique « Savoir » de la FAZ dominent les récits optimistes de la « Grande Transformation » et de la biotechnologie d’une administration planétaire (avec la métaphore du jardinier du monde), même si l’on y perçoit quelques notes sceptiques. Dans la SZ, on retrouve ce type de récit dans la rubrique économique, tandis que le discours catastrophiste de l’Anthropocène (l’homme en tant que parasite de la Terre) l’emporte dans le feuilleton. La NZZ insiste aussi sur la dramaturgie de la catastrophe, mais n’exclut pas un retournement favorable si, au lieu de faire appel à une « équipe dirigeante » opérant par le haut, on recherche des solutions décentralisées à tous les niveaux et qui impliqueraient la société civile. Cette tendance domine également dans le taz, seul journal à recourir également au discours judiciaire et à la notion alternative de capitalocène, utilisée dans le champ des sciences humaines et culturelles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Etablierung des interdisziplinären Anthropozändiskurses
Das Anthropozän in der deutschsprachigen Publizistik
Wissenschaftspopularisierung, grüne Technologien und „kulturelle Revolution“ in der FAZ/FAS
Leben in einem „besseren Anthropozän“ – Berichterstattung in der SZ
Das Anthropozän als „volkspädagogisches Losungswort“ in der NZZ
Kapitalozän und das Anthropozän als „Verbrechen“ – Berichterstattung in der taz
Fazit

Aperçu du texte

Etablierung des interdisziplinären Anthropozändiskurses

Seit 2000 hat sich die aus den Erdsystemwissenschaften stammende Anthropozän-Hypothese in den verschiedenen Disziplinen der Natur-, Sozial-, Geistes- und Kulturwissenschaften etabliert. Als Idee und Konzept kommt dem Anthropozän mittlerweile die Rolle eines Mems zu, das sich in unterschiedlichen kulturellen Kontexten und verschiedenen kommunikativen Zusammenhängen wie Ausstellungen und Bildungsinstitutionen sowie durch informationstechnologische Praktiken rasant ausbreitet; insofern lässt es sich auch als „kulturelles Konzept“ bezeichnen. Der vorliegende Beitrag untersucht, wie und mit welchen Narrativen und Metaphern der Anthropozän-Diskurs in der deutschsprachigen Qualitätspresse vermittelt und der Leserschaft nahegebracht wird.

Seitdem der Atmosphärenchemiker Paul Crutzen und der Limnologe Eugene F. Stoermer den Begriff des Anthropozän für eine neue erdgeschichtliche Epoche mit dem Menschen als dominanter geophysikalischer Fa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriele Dürbeck, « Der Mensch als Gärtner oder Parasit der Erde: Narrative des Anthropozän in deutschsprachigen Qualitätszeitungen (2010-2016) »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 51-2 | 2019, 285-301.

Référence électronique

Gabriele Dürbeck, « Der Mensch als Gärtner oder Parasit der Erde: Narrative des Anthropozän in deutschsprachigen Qualitätszeitungen (2010-2016) »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 51-2 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/1957; DOI: https://doi.org/10.4000/allemagne.1957

Haut de page

Auteur

Gabriele Dürbeck

Professorin für Literatur- und Kulturwissenschaften an der Universität Vechta

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals