Navigation – Plan du site
Les Humanités environnementales : circulations et renouvellement des savoirs en France et en Allemagne

De la gestion à la naturalité : le lynx vient-il déplacer les savoirs de la nature ?

Le cas du retour du lynx dans la Réserve de biosphère transfrontalière Vosges du Nord-Pfälzerwald
Guillaume Christen
p. 387-406

Résumés

À partir d’un projet LIFE de réintroduction du lynx dans la forêt de biosphère transfrontalière Vosges du Nord-Pfälzerwald, cet article questionne la manière dont le retour du félidé est susceptible de transformer les pratiques de la nature. Le propos se focalise sur les acteurs (chasseurs, forestiers) dont les activités interviennent directement sur les écosystèmes forestiers et la faune. Ces acteurs, et notamment les chasseurs, ont déployé des savoirs et des pratiques gestionnaires de la nature sans devoir composer avec l’incertitude de la prédation. Le retour des grands carnivores vient-il alors bousculer des modes d’intervention historiquement ancrés ? Comment des savoirs de la nature – construits et pensés en l’absence de prédateur – peuvent-ils désormais cohabiter avec le retour d’une nature spontanée, incarnée dans la figure du lynx ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Introduction
Historique de la réintroduction et émergence de la problématique de l’acceptation sociale
Le programme LIFE vient appuyer des projets antérieurs de réintroduction
Le projet LIFE : une coopération transfrontalière en matière de protection de la nature
Définitions et dispositif méthodologique d’enquête
Comment définir la population à enquêter ?
Rendre compte des « états de nature »
La nature du chasseur est-elle essentiellement gestionnaire ?
Un rôle de gestionnaire de l’équilibre faune-flore
Une gestion qui s’est déplacée autour des principes d’une éthique régionale : la chasse de préservation
De la gestion à la domestication d’un patrimoine cynégétique ?
Le retour du lynx participe-t-il à marginaliser des savoirs gestionnaires fortement ancrés ?
Le lynx vient-il détruire un patrimoine longuement cultivé ?
Un rôle gestionnaire marginalisé ?
Le retour du lynx valorise-t-il de nouveaux savoirs de la nature ?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les dispositifs de préservation de la biodiversité concernent désormais une nature ordinaire, venant rompre avec une conservation réservée à la nature remarquable, et ce au profit d’un élargissement des politiques à des territoires plus vastes et fortement anthropisés. Dès lors, les savoirs et les usages de la nature deviennent une condition essentielle dans la protection des espèces et des milieux. Au cours du xxe siècle, la mise en politique de la nature a évolué de la protection à la conservation. Ceci révèle un changement dans l’idée que les conventions internationales se font de la nature et de la place accordée aux activités anthropiques. En effet, l’Union internationale pour la protection de la nature (UIPN), créée en 1948, est marquée à ses débuts par un compromis entre deux tendances qui révèlent en creux des représentations différenciées de la nature et de la manière légitime de la protéger. Le « préservationnisme » vise à protéger la nature de l’homme alors qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Christen, « De la gestion à la naturalité : le lynx vient-il déplacer les savoirs de la nature ? »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 51-2 | 2019, 387-406.

Référence électronique

Guillaume Christen, « De la gestion à la naturalité : le lynx vient-il déplacer les savoirs de la nature ? »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 51-2 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2003

Haut de page

Auteur

Guillaume Christen

Docteur en sociologie de l’environnement, chargé d’enseignement à l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional, Faculté des Sciences sociales, et post-doctorant au laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), CNRS et Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals