Navigation – Plan du site
Les Humanités environnementales : circulations et renouvellement des savoirs en France et en Allemagne

La certification Passivhaus entre Allemagne et France

Un modèle international de « construction durable » aux appropriations différenciées à l’échelle locale
Marie Mangold
p. 451-470

Résumés

Cet article interroge la circulation de modèles et de savoirs sur la durabilité entre Allemagne et France à partir de l’exemple du référentiel Passivhaus. Cette certification se référant à une construction dite durable, développée en Allemagne au début des années 1980, se retrouve depuis une dizaine d’années en France à travers le développement et la structuration d’une offre de construction passive. Dans un premier temps est exposé le contexte de diffusion de ce référentiel, devenu modèle à l’échelle internationale. Puis, dans un second temps, la contribution livre une analyse des appropriations dont il fait l’objet à l’échelle locale, à partir d’enquêtes de terrain menées sur le marché de la maison individuelle en Alsace entre 2013 et 2018. Les jeux d’acteurs et controverses autour du contenu de la maison passive offrent alors, dans une troisième section, une lecture des échelles et des circulations de modèles de durabilité entre Allemagne et France, où la dimension internationale vaut comme référence locale de légitimation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Introduction
Dispositif méthodologique
La diffusion du référentiel Passivhaus, une illustration de la focale énergétique de la construction durable
Jeux d’acteurs et structuration du marché alsacien de la construction passive
Controverses entre acteurs de la construction locale autour du contenu de la « maison passive »
Conclusion 

Aperçu du texte

Introduction

Cette contribution propose d’analyser la circulation des savoirs sur la « durabilité » entre Allemagne et France à l’aune du référentiel de construction Passivhaus. Apparu en Allemagne au début des années 1980, il se trouve en cours d’appropriation depuis la fin des années 2000 par les acteurs de la construction durable en France, avec l’organisation, entre 2007 et 2010, des Assises nationales de la construction passive à Grenoble puis du Salon Passi’bat à Paris. Le développement d’une fédération professionnelle de la construction passive depuis 2012 à Saverne, en Alsace, sera pris comme cas d’étude. Il s’agira en particulier d’analyser l’intégration du référentiel Passivhaus au sein de la production de la maison individuelle à l’échelle régionale.

Le contexte de diffusion du référentiel Passivhaus est celui du développement relativement récent des green buildings à l’échelle mondiale, qui marque la prise en compte des enjeux environnementaux dans le domaine du bâtiment. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Mangold, « La certification Passivhaus entre Allemagne et France »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 51-2 | 2019, 451-470.

Référence électronique

Marie Mangold, « La certification Passivhaus entre Allemagne et France »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 51-2 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2022

Haut de page

Auteur

Marie Mangold

Post-doctorante en sociologie, programme Interreg RES-TMO (2019-2021) « Solutions régionales pour des systèmes d’énergies renouvelables dans la Région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur », laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), CNRS et Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals