Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1Le catastrophisme environnementalPréfaceVom Umgang mit Katastrophen

Le catastrophisme environnemental
Préface

Vom Umgang mit Katastrophen

Klaus Vondung
p. 9-15

Résumés

Le concept d’« apocalypse » est fréquemment utilisé en Allemagne pour caractériser des catastrophes de grande ampleur. Journalistes et hommes politiques ont par exemple qualifié la catastrophe de Fukushima en 2011 d’« apocalyptique ». Mais les peurs au sujet de catastrophes à venir sont également fréquemment associées à ce mot-clé. Actuellement, cela concerne les conséquences redoutées du changement climatique, l’empoisonnement de l’atmosphère, le réchauffement du climat mondial, les périodes de sécheresse, les famines. Le concept d’« apocalypse » est associé à des destructions de grande ampleur, à la mort et au déclin, il fait même penser à la fin du monde. On l’utilise également pour réveiller les consciences et inciter à prendre des mesures qui seraient à même d’arrêter le déclin. D’un autre côté, l’évocation trop fréquente de scénarios-catastrophes porte en elle le danger d’une désensibilisation. Rien ne nous garantit que les mises en garde contre les conséquences du changement climatique finiront par conduire les hommes à une action politique efficace et à un changement individuel de leur comportement.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Aperçu du texte

Machen sich die Deutschen mehr Sorgen um Klima und Umwelt als andere Nationen? Das ist nicht sicher. Aber es gibt Indizien. Dass im Englischen das einschlägige Stichwort unübersetzt bleibt, also von „German Angst“ die Rede ist, soll wohl zum Ausdruck bringen, dass Engländer und Amerikaner diese „Angst“ für typisch deutsch und außerdem für etwas übertrieben halten. Auch unsere Nachbarn im Westen machen sich offenbar weniger Sorgen. Dies zeigte sich schon 1986, nach dem Reaktorunfall von Tschernobyl. In Deutschland ließ man eine Zeitlang die Kinder nicht mehr draußen im Sandkasten spielen und aß keinen Kopfsalat. Pilzsucher (zu denen ich hobbymäßig gehöre) diskutierten leidenschaftlich, welche Pilze „dumm“ seien, weil sie unterschiedslos Schwermetalle, darunter radioaktives Caesium, dem Boden entnehmen (z. B. Maronen), im Gegensatz zu „gescheiten Pilzen“, die das nicht tun (wie z. B. Steinpilze). Aus französischer Sicht endete wohl die radioaktive Wolke, die sich von Tschernobyl nach ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Klaus Vondung, « Vom Umgang mit Katastrophen »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 9-15.

Référence électronique

Klaus Vondung, « Vom Umgang mit Katastrophen »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2177; DOI: https://doi.org/10.4000/allemagne.2177

Haut de page

Auteur

Klaus Vondung

Professor Emeritus für Germanistik / Neuere Literaturwissenschaft an der Universität Siegen

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search