Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1Le catastrophisme environnemental1. Enjeux philosophiques et polit...Plaidoyer pour le catastrophisme

Le catastrophisme environnemental
1. Enjeux philosophiques et politiques

Plaidoyer pour le catastrophisme

Valentine Erné-Heintz et Brice Martin
p. 67-80

Résumés

Le catastrophisme pose la question de l’appréhension des événements extrêmes, qu’ils soient connus et pensés ou inconnus et impensables. Envisager la catastrophe réinsère la prudence dans l’analyse du risque en rappelant que la précaution n’est qu’une traduction de l’éthique de responsabilité chère à Hans Jonas. Il concerne tout autant un risque avéré dont, en général, la gravité est forte et la probabilité très faible qu’un événement dont le scénario reste à construire. Cette contribution revient sur des situations de rupture ou d’aveuglement statistiquement qualifiées d’événements aberrants et génératrices de catastrophes, qui mettent à l’épreuve le cadre cognitif et les procédures classiques d’expertise et de gestion. Sont-elles, pour autant, toujours non prévisibles ? Aussi, les propos s’organisent en deux points : premièrement, nous définissons le cadre hors-norme dans lequel cet improbable cygne noir s’épanouit. Deuxièmement, nous caractérisons la notion de catastrophe en insistant sur la nécessité de penser les scénarios catastrophiques pour une meilleure gestion du présent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

Introduction
Penser l’impossible « cygne noir »…
Des limites de la prospective prévisionnelle dans une situation hors-norme
L’aléa exceptionnel : comment ne rien voir conduit à la catastrophe
Retour sur la notion de catastrophe
Et si le ciel nous tombait sur la tête ?
Plaidoyer pour la prise en compte des scénarios catastrophistes
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le catastrophisme peut-il être éclairé ? Assurément pour Jean-Pierre Dupuy qui affirme la nécessité de se concentrer sur le caractère inéluctable de la catastrophe pour mieux l’anticiper et pour qui savoir ne suffit pas pour croire :

« On peut se fixer sur le scénario du pire, non pas comme pouvant ou devant se produire dans l’avenir, mais en tant qu’il pourrait ou devrait se produire si l’on entreprenait telle action. Dans le premier cas, le scénario du pire est de l’ordre d’une prévision ; dans le second cas, c’est une hypothèse conditionnelle dans une délibération qui doit aboutir à choisir, parmi toutes les options ouvertes, celle ou celles qui rendent ce pire acceptable ; ou, dans une autre variante, l’option qui rend ce pire le moins dommageable possible. […] La catastrophe a ceci de terrible que non seulement on ne croit pas qu’elle va se produire alors même qu’on a toutes les raisons de savoir qu’elle va se produire, mais qu’une fois qu’elle s’est produite elle ap...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Erné-Heintz et Brice Martin, « Plaidoyer pour le catastrophisme »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 67-80.

Référence électronique

Valentine Erné-Heintz et Brice Martin, « Plaidoyer pour le catastrophisme »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2228 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2228

Haut de page

Auteurs

Valentine Erné-Heintz

Maître de conférences en sciences économiques, Université de Haute-Alsace, CERDACC EA 3992, Mulhouse

Articles du même auteur

Brice Martin

Maître de conférences en géographie, Université de Haute-Alsace, Directeur du GIS Risques de l’Université de Haute-Alsace depuis 2010

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search