Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1Le catastrophisme environnemental2. Lectures littérairesS’opposer à la destruction de la ...

Le catastrophisme environnemental
2. Lectures littéraires

S’opposer à la destruction de la nature alpestre : Meinrad Inglin ou la résistance littéraire

Régine Battiston
p. 99-114

Résumés

Meinrad Inglin (Schwyz, 1893-1971) est un auteur du terroir suisse, habité par une croyance animiste et panthéiste, très soucieux de la préservation des sites, de la faune et de la flore de son pays natal. Il oppose la vie dans la nature à la civilisation technicienne. Citoyen militant engagé dans des actions de manifestations contre la construction de barrages et de routes en Suisse dans les années 1950-60, il s’est engagé pour la préservation de l’environnement. Le roman Urwang (1954) montre les aspects catastrophiques de l’inondation d’une vallée pour la construction d’un barrage et d’une centrale hydroélectrique. Il constitue un tournant dans son œuvre, Inglin y démontrant que l’individu est quantité négligeable quand des intérêts financiers sont en jeu. Il dénonce dans son roman les catastrophes écologiques induites par la massification du tourisme et l’industrialisation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

Urwang ou la vallée perdue
Un engagement citoyen en toute logique

Aperçu du texte

Meinrad Inglin (Schwyz, 1893-1971) campe tous ses récits dans les Alpes suisses. Auteur du terroir suisse, habité par une croyance animiste et panthéiste (sans pour autant négliger la transcendance), il est tout à la fois dissident et écologiste avant l’heure, très soucieux de la préservation des sites, de la faune et de la flore de son pays natal (il a vécu toute sa vie dans sa ville natale de Schwyz). Il oppose la vie dans la nature à la civilisation technicienne, stigmatise les excès de celle-ci, en montrant que l’arrogance de l’homme met son cadre de vie en péril. Citoyen militant engagé dans des actions de manifestations contre la construction de barrages et de routes en Suisse dans les années 1945-60, il a pris part dans son engagement pour la préservation de l’environnement à des pétitions contre la construction de centrales hydroélectriques en Engadine et sur le Rhin, de téléphériques qui gâchent le paysage, de routes qui facilitent l’accès aux touristes à des sites naturels...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Battiston, « S’opposer à la destruction de la nature alpestre : Meinrad Inglin ou la résistance littéraire »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 99-114.

Référence électronique

Régine Battiston, « S’opposer à la destruction de la nature alpestre : Meinrad Inglin ou la résistance littéraire »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2253

Haut de page

Auteur

Régine Battiston

Professeur à l’Université de Haute-Alsace – Mulhouse, ILLE UR 4363

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search