Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1Le catastrophisme environnemental2. Lectures littéraires« On avance, mais pour aller où ?...

Le catastrophisme environnemental
2. Lectures littéraires

« On avance, mais pour aller où ? » – la pensée environnementale de Günter Kunert

Martine Benoit
p. 129-143

Résumés

Depuis la fin des années 80, la recherche s’est penchée sur le pessimisme culturel et environnemental de Günter Kunert. Le présent article poursuit les derniers travaux publiés (Thomas Koebner, Heinz Puknus, Walter Hinderer, Elke Kasper, Adam Paulsen) par l’analyse de l’œuvre de Kunert (poèmes, nouvelles, essais) publiée depuis le début des années 1990. Nous revenons sur les influences déterminantes pour la compréhension du positionnement du poète, celle de Primo Levi, de Günther Anders, de Theodor Lessing. Nous analysons les images récurrentes de cet « im-monde » (Unwelt), qui traversent cette œuvre des années 1990-2018 et, pour finir, nous présentons trois nouvelles illustrant particulièrement l’engagement de Kunert face à l’urgence environnementale. Catastrophiste éclairé, Kunert nous parle de conscience, de lucidité, d’autonomie de l’individu.

Haut de page

Notes de l’auteur

La citation du titre est tirée de : Günter Kunert, « Mythos Deutschland », 13.11.1990, in : Günter Kunert, Der Sturz vom Sockel. Feststellungen und Widersprüche. Betrachtungen und Polemiken, Munich, Carl Hanser Verlag, 1992, ici p. 67 (« Es geht voran, aber wo ist vorn ? »).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

« Au début de l’ère techniciste, il y a Auschwitz, il y a Hiroshima » – de Primo Levi et Günther Anders à Theodor Lessing : les lectures de Kunert
Un « im-monde » (« Unwelt »)
De la fiction techniciste à l’éco-fiction
Conclusion : Kunert, un catastrophiste éclairé

Aperçu du texte

« Sehenden Auges und mit zunehmender Geschwindigkeit bewegen wir uns auf das Endstadium der Menschheit zu » (Ohne Umkehr, p. 147).

Depuis la fin des années 1980, la recherche s’est penchée sur le pessimisme culturel et environnemental de Günter Kunert, la « Cassandre masculine de Kaisborstel ». Ainsi Thomas Koebner s’est-il intéressé à trois recueils publiés entre 1977 et 1983 pour souligner comment l’œuvre de Kunert dévoile les contradictions du socialisme est-allemand dans son aveuglement idéologique face aux évolutions historiques et met en pièces la rhétorique de la confiance dans le progrès – point sur lequel Heinz Puknus est également revenu. Walter Hinderer a quant à lui souligné l’« inquiétude apocalyptique » sous-jacente au « rejet du principe marxiste espérance » et a travaillé sur les différentes images convoquées par Kunert (l’Angelus novus de Paul Klee et l’interprétation qu’en fait Walter Benjamin, Icare, Prométhée, Sisyphe). Elke Kasper, qui a étudié l’œuvre poétique d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « « On avance, mais pour aller où ? » – la pensée environnementale de Günter Kunert »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 129-143.

Référence électronique

Martine Benoit, « « On avance, mais pour aller où ? » – la pensée environnementale de Günter Kunert »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2273

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Professeure d’histoire des idées à l’Université de Lille, membre de l’Équipe d’accueil CECILLE (Centre d’Études en Civilisations, Langues et Lettres étrangères)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search