Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1ItaliquesÉtienne Dubslaff, Paul Maurice et...

Italiques

Étienne Dubslaff, Paul Maurice et Maude Williams (éd.), Fraternisations franco-allemandes en temps de guerre. Deutsch-französische Fraternisierungen in Kriegszeiten (1799-1945)

Stuttgart, Steiner Verlag, 2019
Marion Aballéa
p. 251-252
Référence(s) :

Étienne Dubslaff, Paul Maurice et Maude Williams (éd.), Fraternisations franco-allemandes en temps de guerre. Deutsch-französische Fraternisierungen in Kriegszeiten. Perspectives interdisciplinaires des fraternisations lors des conflits franco-allemands contemporains (1799-1945). Interdiziplinäre Ansätze zu den Fraternisierungen in den neuzeitlichen deutsch-französischen Konflikten (1799-1945), Stuttgart, Steiner Verlag, 2019, 270 p.

Texte intégral

1Quelles fraternisations peuvent exister en temps de guerre entre France et Allemagne ? Que révèle ce type d’épisodes, sur les plans individuel ou collectif, des expériences de guerre franco-allemandes contemporaines ? Regroupant une douzaine de contributions, c’est à ces questions que l’ouvrage dirigé par E. Dubslaff, P. Maurice et M. Williams cherche à répondre.

2Issue d’un colloque organisé en 2018, l’entreprise n’est pas étrangère à la mise en avant des fraternisations lors du Centenaire de la Grande Guerre. C’est en effet essentiellement autour du premier conflit mondial que l’enjeu avait jusqu’ici été exploré. On en comprend vite les raisons : comme le souligne Maude Williams étudiant la Drôle de Guerre, les conflits qui mettent les soldats adverses dans des positions de proximité – quelques dizaines de mètres entre les lignes, permettant contacts sonores et visuels – et d’immobilité sur des temps relativement longs constituent les conditions « idéales » aux fraternisations. À l’inverse, la Guerre de 1870 qu’étudie Christophe Pommier, aux opérations militaires rapides et mouvantes, n’aurait permis que peu de fraternisations. C’est du moins le constat qui s’impose si l’on entend le concept dans son acception traditionnelle, forgée justement à partir de quelques épisodes célèbres de la Première Guerre mondiale : ces moments où, sur le front ou à proximité, les adversaires paraissent faire un geste non-belliqueux les uns envers les autres.

3Mais l’ambition des auteurs est de dépasser cette acception pour ouvrir un champ historiographique plus vaste. En définissant les fraternisations comme « toute manifestation délibérément pacifique d’un individu ou d’un groupe envers la population et/ou l’armée d’un pays “ennemi” dans un contexte de guerre ou d’occupation » (p. 14-15), ils élargissent – et bouleversent – le concept en le faisant sortir des champs de bataille. Avec une conséquence décisive : l’inclusion des populations civiles dans l’étude des fraternisations, jusqu’ici généralement limitée aux combattants.

4La porte est alors ouverte à la relecture des relations entre prisonniers et populations au sein desquelles ils sont détenus, comme à celle des contacts entre occupants (militaires) et occupés (civils), non sans parfois brouiller les lignes lorsque le propos se penche sur les rapports de genres ou sur les frontières floues – et peu clarifiées – entre fraternisations et collaboration(s). On peut alors s’interroger sur la pertinence du concept pour analyser ces différentes expériences de guerre. Toute forme de contact qui ne serait pas explicitement marqué par l’adversité peut-elle être assimilée à une fraternisation ? Plusieurs auteurs soulignent eux-mêmes les limites d’une telle grille d’analyse appliquée à leur objet, soit qu’ils n’aient pu observer de réelles fraternisations, soit qu’ils aient été obligés d’aller les chercher sur d’autres terrains – par exemple dans les relations entre armées française et britannique en Espagne durant les guerres napoléoniennes, soulignant au passage le faible questionnement des auteurs sur le cadre franco-allemand adopté : on ne sait si la relation particulière des « ennemis héréditaires » a favorisé ou limité les fraternisations.

5Si le lecteur apprend beaucoup de chacune des contributions – certaines sont particulièrement passionnantes et attirent opportunément l’attention sur des enjeux étonnement négligés des relations franco-allemandes contemporaines, tel le sort du demi-million (!) de prisonniers français de la Guerre de 1870 ou la brutalité de l’entrée des troupes françaises en Allemagne en 1945 –, l’entreprise d’élargissement de la notion de fraternisations ne convainc donc qu’à moitié. Force est en effet de constater que c’est dans son acception restrictive et classique, appliqué essentiellement aux combattants, que ce concept demeure le plus pertinent. Les articles consacrés aux pilotes de chasse de 1914-1918 et à leurs supposées valeurs partagées, à la Drôle de Guerre – durant laquelle les fraternisations sont instrumentalisées par la propagande et le renseignement allemands – mais aussi, dans un bel effort d’interdisciplinarité, au scandale provoqué en France par la mise en scène littéraire, par Octave Mirbeau, de la démonstration de compassion d’un soldat français envers un adversaire en 1870, sont particulièrement stimulants. Le concept de fraternisation fait alors ressortir la dimension transgressive de ces expériences entre soldats, soulignant, comme le rappelle Alexandre Lafon à propos de la Première Guerre mondiale, le rapport essentiellement politique à la guerre que sous-tendent ces épisodes. Peut-être excessivement élargi pour être appliqué à d’autres réalités, le même concept apparaît ailleurs moins riche épistémologiquement.

6Encore fallait-il tenter l’expérience pour arriver à cette conclusion : un des mérites de cet ouvrage réside ainsi dans une salutaire entreprise de clarification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Aballéa, « Étienne Dubslaff, Paul Maurice et Maude Williams (éd.), Fraternisations franco-allemandes en temps de guerre. Deutsch-französische Fraternisierungen in Kriegszeiten (1799-1945) »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 251-252.

Référence électronique

Marion Aballéa, « Étienne Dubslaff, Paul Maurice et Maude Williams (éd.), Fraternisations franco-allemandes en temps de guerre. Deutsch-französische Fraternisierungen in Kriegszeiten (1799-1945) »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2020, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2298

Haut de page

Auteur

Marion Aballéa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search