Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1ItaliquesMia Lee, Utopia and Dissent in We...

Italiques

Mia Lee, Utopia and Dissent in West Germany. The Resurgence of the Politics of Everyday Life in The Long 1960s

Londres/New York, Routledge, 2019
Selim Nadi
p. 252-253
Référence(s) :

Mia Lee, Utopia and Dissent in West Germany. The Resurgence of the Politics of Everyday Life in The Long 1960s, Londres/New York, Routledge (Studies in Modern European History Book, 67), 2019, 204 p.

Texte intégral

  • 1  Daniel Hartley, The Politics of Style. Towards a Marxist Poetics, Chicago, Haymarket Books, 2017.

1Dans ce livre, Mia Lee – historienne à l’Université nationale de Singapour – explore les rapports qui lient art et société à travers l’étude des groupes d’avant-garde artistique dans l’Allemagne de l’Ouest des années 1960. L’auteure reconnaît le rôle majeur joué par les manifestations contre la venue du shah d’Iran à Berlin-Ouest en juin 1967, l’assassinat de Benno Ohnesorg, la tentative d’assassinat contre Rudi Dutschke ou encore l’organisation du célèbre congrès de solidarité avec le Vietnam à l’Université technique de Berlin. Néanmoins, c’est à un autre aspect de la période qu’elle s’intéresse, à savoir la centralité de l’art et de la culture dans les mouvements contestataires de l’Allemagne de l’après-Seconde Guerre mondiale. Bien que les études historiques concernant les années 1968 incluent généralement les dimensions artistiques et esthétiques de la révolte – voire de la révolution –, l’originalité du travail de M. Lee réside non seulement dans sa focale centrée sur le rapport dialectique entre l’art et le mouvement social, mais également dans les questionnements esthétiques plus larges sur lesquels débouche son analyse historique. Le rapport entre la revendication d’autonomie artistique de nombre de militants étudiants et, dans le même temps, la nécessaire filiation entre arts, société et politique pose en effet très clairement la question d’une « politique des formes artistiques », voire d’une « politique du style » – pour reprendre l’expression de l’ouvrage éponyme de Daniel Hartley1.

  • 2  Nina Gourfinkel, Le Théâtre russe contemporain, Paris, Éditions Albert, 1931, p. 109.

2Il est évident que toute l’histoire du mouvement ouvrier et du mouvement social et politique en général est fortement marquée par ses rapports avec l’art – et que ces rapports ne concernent pas seulement les années 1960. Si l’on examine le rapport entre théâtre et politique révolutionnaire par exemple, il est intéressant de noter qu’au lendemain de la révolution d’octobre 1917, le théâtre était partout en Russie. Comme l’écrivait Nina Gourfinkel, « [c]haque soviet, chaque commissariat du peuple, chaque comité, chaque section qui se respecte, raffole de la politique théâtrale et se sent appelé à créer une scène à son idée »2. Dans cette perspective, l’étude de M. Lee apparaît clairement comme une pierre supplémentaire à l’étude des relations entre art(s) et changement social. L’une des originalités du travail est de placer au centre de l’analyse la manière dont les artistes ont proposé les premières critiques de la société ouest-allemande d’après-guerre et notamment de la vie quotidienne. Le premier chapitre de Utopia and Dissent in West Germany montre ainsi que, loin d’être une « année zéro » pour l’art et les artistes, 1945 – et la défaite du national-socialisme – représente la rencontre entre l’approche national-socialiste de l’art et les débats autour du modernisme artistique. Comme l’explique Mia Lee :

« Ce que beaucoup de critiques et d’observateurs décrivent comme une confrontation avec le passé nazi était, en réalité, une confrontation avec les discussions du xixe siècle sur le rôle de l’artiste dans la société et l’extension de la liberté et de l’autonomie dans les arts » (p. 8).

3Le deuxième chapitre s’intéresse au Gruppe Spur, formé en 1957 à Munich, et dont le rôle dans l’histoire de l’avant-gardisme artistique ouest-allemand est loin d’être anecdotique. Ce groupe apparaît en effet comme le premier d’une cartographie complexe de groupes d’avant-garde, cartographie dessinée par Mia Lee tout au long de son analyse. Comme l’ont montré de nombreux travaux autour de 1968, ces groupes n’envisagent plus de se limiter au cadre national. M. Lee montre ainsi la manière dont les rencontres de Spur avec les groupes d’autres pays (notamment l’Internationale situationniste) a modifié l’appréhension de l’art du groupe munichois. Le troisième chapitre concerne encore le Gruppe Spur mais s’intéresse plus globalement aux thèmes artistiques traités en Allemagne de l’Ouest, à partir de l’étude comparative de différents groupes du temps. On voit clairement ici que des débats comme l’identité nationale allemande ou encore la légitimité politique de l’Allemagne de l’Ouest étaient loin d’être étrangers au monde artistique. Les discussions autour de la « question allemande » dans le monde des arts ont ainsi poussé les artistes à proposer des visions alternatives du futur allemand.

4La seconde partie de l’ouvrage étudie plus en profondeur les rapports, parfois contradictoires, entre militants et arts. Le quatrième chapitre, par exemple, porte non seulement sur les débats autour de la culpabilité allemande, mais également sur les discussions des années 1968 concernant le passé national-socialiste – et la manière dont celles-ci ont imprégné le monde artistique. Les cinquième et sixième chapitres se penchent davantage sur la question de la subjectivité révolutionnaire dans l’art – notamment par l’analyse des groupes Subversive Aktion, Viva Maria ou encore la fameuse Kommune I. Ces deux chapitres, et notamment le sixième, permettent d’explorer la manière dont les enjeux de la libération sexuelle, des luttes dans le Tiers-Monde, de la mémoire de l’Holocauste ou encore de l’autoritarisme de l’État ouest-allemand ont croisé des enjeux plus directement esthétiques. Tous ces éléments font d’Utopia and Dissent in West Germany un livre important et novateur, aussi bien pour les germanistes que pour les historiens et historiens de l’art, et qui permet de mieux comprendre l’histoire des années 1960 et de l’opposition extra-parlementaire en Allemagne de l’Ouest.

Haut de page

Notes

1  Daniel Hartley, The Politics of Style. Towards a Marxist Poetics, Chicago, Haymarket Books, 2017.

2  Nina Gourfinkel, Le Théâtre russe contemporain, Paris, Éditions Albert, 1931, p. 109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Selim Nadi, « Mia Lee, Utopia and Dissent in West Germany. The Resurgence of the Politics of Everyday Life in The Long 1960s »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 252-253.

Référence électronique

Selim Nadi, « Mia Lee, Utopia and Dissent in West Germany. The Resurgence of the Politics of Everyday Life in The Long 1960s »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2020, consulté le 27 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2316

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search