Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1VariaÀ la fin de l’an IV du salaire mi...

Varia

À la fin de l’an IV du salaire minimum en Allemagne, quel bilan ?

Christine Aquatias
p. 209-223

Résumés

Quel bilan peut-on tirer des quatre premières années d’application du salaire minimum intersectoriel légal en Allemagne ? Introduit en janvier 2015 après plus d’une décennie d’intenses débats, le salaire minimum intersectoriel légal a été depuis révisé plusieurs fois à la hausse, après expertise et proposition de la Commission sur le salaire minimum et promulgation par le gouvernement : le bien-fondé de son introduction ne semble plus faire polémique. De fait, l’introduction du salaire minimum tel que l’a dessiné la loi de 2014 n’a provoqué aucun bouleversement fondamental, ni dans les attributions des partenaires sociaux, ni dans la courbe du chômage, ni dans celles de l’inflation ou de la productivité. Pour les quelques millions de personnes qui travaillaient avant 2015 pour un salaire horaire parfois très inférieur à 8,50 euros, le changement est cependant sensible.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

1. Le salaire minimum replacé dans son contexte
2. Quels changements grâce au salaire minimum ?
3. Quels éléments constants malgré le salaire minimum ?
4. Quels problèmes subsistent ?
Conclusion

Aperçu du texte

À la suite des élections législatives de 2013 en Allemagne, la CDU/CSU et le SPD conviennent dans leur traité de coalition de l’introduction d’un salaire minimum intersectoriel légal de 8,50 € par heure au 1er janvier 2015. La loi sur le renforcement de l’autonomie tarifaire (Tarifautonomiestärkungsgesetz), dont la loi sur le salaire minimum (Mindestlohngesetz, MiLoG) constitue l’article 1, est adoptée par le Bundestag avec approbation du Bundesrat le 11 août 2014. Les 14 articles suivants apportent des modifications à plusieurs lois réglementant le domaine du travail.

Il peut sembler paradoxal d’appeler « loi sur le renforcement de l’autonomie tarifaire », c’est-à-dire loi renforçant le système d’élaboration de conventions collectives par les partenaires sociaux hors de toute intervention de l’État, une loi dont le premier article introduit un salaire minimum précisément fixé par la loi. C’est que le montant du salaire minimum horaire – ainsi le prévoit la MiLoG au § 1, alinéa 2 – e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Aquatias, « À la fin de l’an IV du salaire minimum en Allemagne, quel bilan ? »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52-1 | 2020, 209-223.

Référence électronique

Christine Aquatias, « À la fin de l’an IV du salaire minimum en Allemagne, quel bilan ? »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 52-1 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 27 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/2366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.2366

Haut de page

Auteur

Christine Aquatias

Maître de conférences HDR, Sciences Po Strasbourg, DynamE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search