Navigation – Plan du site
Patrimonialisation du passé « allemand » en Europe centrale après 1990

Introduction

Pascal Fagot et Christian Jacques
p. 383-384

Texte intégral

1L’espace centre-européen n’a jamais représenté une terra incognita pour les sociétés de RDA et de RFA. Les années 1990 marquèrent cependant un changement qualitatif dans la perception et les représentations de ces espaces politiques, historiques et culturels. Dans le contexte de l’unification des deux États allemands, cette rupture était liée, de toute évidence, à la nécessité de redéfinir le cadre du « grand récit national ». Resurgirent alors des débats autour du passé des populations considérées ou se considérant comme « allemandes » issues de ou vivant encore dans ce qui constituait les anciens territoires orientaux du Reich et en Europe centrale en général. Le processus d’élargissement européen qui se poursuivit jusqu’au milieu des années 2000 a également influé sur les modalités d’appréhension de ces réalités sociales et de ce passé. Les opinions publiques des pays voisins de l’Allemagne (Pologne, République tchèque et Hongrie) semblèrent alors redécouvrir le passé allemand d’une partie de leurs territoires et notamment l’épisode des expulsions des populations germanophones après la Seconde Guerre mondiale. C’est dans ce champ de force, cette bipolarité, qu’il convient de replacer ce phénomène de découverte ou redécouverte de la culture et du passé « allemands » en Europe centrale.

  • 1 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, (...)

2Lors des journées d’étude des 21 et 22 novembre 2013, qui ont réuni des spécialistes de ces questions issus d’horizons et de domaines différents, nous nous sommes penchés sur les stratégies d’appropriation et de présentation de « l’héritage culturel » ou du patrimoine « allemand » (patrimoine des populations germanophones ? patrimoine de l’ancien État allemand ?) d’Europe centrale depuis le début des années 1990 dans les pays concernés. Les termes de « patrimoine » ou « patrimonialisation » ont été pris au sens large, c’est-à-dire comme des notions renvoyant à des « pratiques sociales » spécifiques et s’articulant autour de deux fonctions principales que sont la « conservation » et la « transmission » de biens matériels et immatériels ou de valeurs partagés par une communauté1.

3Au-delà des questions liées au cadre institutionnel, il s’agissait de revenir sur les différents acteurs de ces pratiques patrimoniales et de s’interroger sur l’influence des publics visés sur les conceptions des politiques patrimoniales en Allemagne et dans les pays voisins d’Europe centrale. En quoi les représentations ou savoirs vernaculaires marquent-ils les modalités de construction et de présentation de ce passé dit « allemand » ? Quels sont les publics visés par les « producteurs de patrimoine » et dans quelle mesure adaptent-ils leur discours aux groupes destinataires ? La construction ou l’élaboration d’un patrimoine tient-elle compte de l’expérience de « l’autre » et résulte-t-elle de ce fait également d’une dynamique transnationale ?

  • 2 Pierre Nora, Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, 1997, 407 p.
  • 3 Gregory J. Ashworth et John E. Tunbridge, Dissonant heritage: the management of the past as a resou (...)

4La dimension idéologique des savoirs et savoir-faire liés à ces pratiques de patrimonialisation fut un des axes centraux de nos réflexions. En résumé, « Science et conscience » de ce patrimoine2 particulier ont constitué notre objet d’étude. Les contributions qui constituent ce dossier sont bien évidemment loin d’épuiser le sujet. Elles n’en abordent pas moins des aspects essentiels des problématiques liées à la mise en patrimoine et donc à l’élaboration ou la restructuration des questions mémorielles et identitaires en Europe centrale. Les analyses portant sur ces patrimoines partagés ou contestés3 ont permis de mettre en évidence les différentes formes d’interactions – tant au niveau interétatique ou transnational qu’au niveau local – ainsi que les logiques discursives tantôt convergentes et tantôt divergentes qui les sous-tendent.

Haut de page

Notes

1 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2009, 286 p.

2 Pierre Nora, Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, 1997, 407 p.

3 Gregory J. Ashworth et John E. Tunbridge, Dissonant heritage: the management of the past as a resource in conflict, Chichester, J. Wiley & sons, 1995, 224 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Fagot et Christian Jacques, « Introduction », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 47-2 | 2015, 383-384.

Référence électronique

Pascal Fagot et Christian Jacques, « Introduction », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 47-2 | 2015, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/300

Haut de page

Auteurs

Pascal Fagot

Professeur des universités, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Christian Jacques

Maître de conférences, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals