Navigation – Plan du site
L’Allemagne et l’Europe

Parés pour l’avenir ? La soutenabilité du modèle allemand en question

Claire Demesmay et Barbara Kunz
p. 15-24

Résumés

Cet article analyse la façon dont des acteurs économiques allemands voient les défis auxquels leur pays, et plus largement l’Europe, sont confrontés ; mais aussi les risques et les chances qu’ils associent à l’avenir. L’attitude optimiste des personnes interrogées ne signifie cependant pas qu’elles n’ont aucune inquiétude concernant les prochaines années et décennies.
Le premier de ces défis, qui est en même temps une particularité allemande, renvoie à la transition démographique – ses conséquences sont loin de se limiter au marché du travail. Les questions liées à l’énergie et à la politique énergétique suivent de très près : le tournant énergétique apparaît comme un projet politique très ambitieux, qui comporte une véritable charge explosive pour la politique intérieure allemande et aura de très importantes conséquences sur la puissance économique du pays. Au-delà, la crise qui touche la zone euro est un sujet de préoccupation pour la plupart des acteurs économiques, qui souvent s’interrogent sur la pérennité et la poursuite de l’intégration européenne.

Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières années, en France comme dans de nombreux pays européens, l’Allemagne est devenue un sujet politique largement commenté. Qu’ils louent les performances du « modèle » allemand ou critiquent ses conséquences inégalitaires, qu’ils vantent l’engagement européen de ses dirigeants ou blâment l’orthodoxie budgétaire souhaitée par le gouvernement fédéral, les commentateurs s’appuient très souvent sur une image monolithique de l’Allemagne. Or, la réalité est plus que nuancée. D’une part, les différents partis, y compris au sein même de la grande coalition, débattent ouvertement des choix politiques qui engagent l’avenir du pays. D’autre part, il existe au sein de la société civile des revendications très diverses, qui sont loin de toujours correspondre à la position officielle du gouvernement fédéral. Dans ce contexte, les positions des acteurs économiques sont souvent mal connues, alors même qu’un bon nombre de sujets débattus les concernent au premier plan.

  • 1  L’étude est publiée dans son intégralité dans la collection « Questions d’Europe » de la Fondation (...)

2Quel regard ces derniers portent-ils sur la société et l’économie allemandes dans le contexte européen ? Comment jugent-ils l’action des dirigeants politiques ? Et quels risques et chances associent-ils à l’avenir de leur pays et de l’Union européenne (UE) ? Telles sont les questions auxquelles tente de répondre cet article, à partir d’une étude sur la façon dont des représentants d’entreprises de France et d’Allemagne perçoivent les défis auxquels leur pays, et plus largement l’Europe, sont aujourd’hui et seront à l’avenir confrontés1.

3L’exercice a consisté à interroger au cours de l’année 2014 des acteurs économiques des deux pays, qui tous disposent dans leur entreprise d’un haut niveau de responsabilité, en leur demandant de se projeter à l’horizon 2025 – un cadre temporel qui permet d’élaborer des scénarios différents, tout en tenant compte de l’actualité immédiate ; autrement dit, qui encourage les personnes interrogées à faire preuve d’imagination, mais non de fantaisie. Au cours d’entretiens semi-directifs, une vingtaine de responsables d’entreprises se sont exprimés sur le futur de leur société nationale, de l’Union européenne ainsi que, plus largement, du contexte mondial.

4Dans un souci de représentativité, les entreprises sélectionnées ont un profil varié. Parmi elles, on trouve à la fois de très grandes entreprises leaders sur le marché mondial et des petites et moyennes entreprises (PME) très spécialisées, à la fois des représentantes de l’industrie traditionnelle et des start-ups ancrées dans l’économie digitale. En croisant ces quatre catégories, nous avons pu identifier un certain nombre de tendances. Si le tableau ainsi esquissé n’a aucune prétention à l’exhaustivité, il laisse assez clairement apparaître quelles sont les positions des responsables d’entreprises allemands, et en quoi elles se distinguent – ou non – de celles des dirigeants politiques de leur pays.

Satisfaction et sentiment de fragilité

  • 2  Il s’agit de la sortie du nucléaire décidée par le gouvernement précédent et poursuivie par la gra (...)

5Alors même que la plupart des responsables d’entreprises allemands reconnaissent que leur pays se porte bien, ils sont tout à fait conscients qu’il s’agit là d’une impression instantanée, renforcée par la comparaison avec d’autres États européens, qui sont eux dans une situation économique difficile. De plus, les personnes interrogées notent que l’Allemagne fait face à une série de problèmes, dont certains, comme la transition démographique ou le tournant énergétique2, sont spécifiques au pays et ne se posent pas avec une telle acuité dans les pays voisins. D’après cette analyse largement partagée, il est probable que d’ici quelques décennies, la situation allemande soit tout à fait différente – et pas nécessairement meilleure qu’aujourd’hui. Dans ces conditions, se reposer sur le constat d’une Allemagne en bonne santé économique, pour penser l’avenir, n’est pour personne une option envisageable.

Préparer la transition démographique

6D’après les responsables interrogés, la transition démographique représente le plus important de ces défis internes, et constitue en même temps une particularité allemande en comparaison avec d’autres grands pays européens. Aujourd’hui déjà, de nombreuses entreprises ne parviennent plus à recruter comme elles le souhaiteraient, en raison d’un manque de personnel qualifié – et motivé. Dans un avenir proche, ce problème devrait s’aggraver. À cela s’ajoute le fait, que mentionne la responsable d’une PME, que les jeunes générations entretiennent un rapport différent que leurs aînés à la carrière : pour les plus jeunes, un salaire élevé et un poste prestigieux sont loin de toujours suffire pour accepter ou conserver un travail ; l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ainsi que la satisfaction personnelle au travail, sont des critères tout aussi importants. Dans un contexte où la main-d’œuvre se fait rare, ces attentes ne sont pas sans conséquences pour la politique du personnel d’entreprises soucieuses de fidéliser leurs employés. Afin d’être perçues comme des employeurs attractifs, les entreprises sont contraintes d’adopter de nouvelles approches pour répondre aux besoins des personnes récemment embauchées.

  • 3  Sous le gouvernement de grande coalition, il a été décidé en été 2014 d’abaisser l’âge du départ à (...)

7Cela étant, toutes les personnes interrogées affirment que les problèmes auxquels renvoie la transition démographique sont – et seront plus encore à l’avenir – loin de se limiter au seul marché du travail. Au-delà, il s’agit de garantir la soutenabilité financière des systèmes sociaux en tant que tels, et donc d’assurer la pérennité du « contrat social » sur lequel repose l’Allemagne. Dans ce contexte, on ne saurait s’étonner des vives critiques que suscite la réforme du système de retraite de la grande coalition, que certains qualifient de « catastrophe » et de « politique clientéliste » : avec sa décision de ramener le départ à la retraite à 63 ans, alors même que la transition démographique présente une perspective menaçante, le gouvernement fédéral enverrait un très mauvais signal. L’abaissement de l’âge de la retraite de 65 à 63 coûtera jusqu’en 2030 soixante milliards d’euros3, qui devront être financés par les générations plus jeunes. Parmi les acteurs économiques, nombreux sont ceux qui estiment que le grand défi auquel sera confrontée la société allemande dans les prochaines années est, au contraire, d’inventer un nouveau rapport au travail pour les seniors. Ce qui implique notamment de travailler plus longtemps, afin de préserver les fondamentaux du système de retraite.

8Le fait que la population allemande à la fois vieillisse et diminue aura aussi un impact sur d’autres aspects de la société : sur les infrastructures et l’habitat, sur l’organisation d’un espace rural de moins en moins peuplé – en particulier dans l’Est de l’Allemagne – ainsi que sur les rapports politiques internes. Ce constat largement partagé explique qu’une part importante de nos interlocuteurs plébiscite l’immigration, lorsqu’ils ne l’appellent pas explicitement de leurs vœux. Pour eux, il est en effet devenu nécessaire de concevoir une politique d’immigration et d’intégration globale. Certains d’entre eux souhaitent même qu’elle s’accompagne d’une coordination – si ce n’est d’une gestion politique – au niveau européen. En même temps, la plupart des acteurs économiques considèrent que, bien que les problèmes et défis que représente la transition démographique soient désormais connus, la politique ne s’y confronte pas, laissant les questions soulevées sans réponses. Les dirigeants politiques organisent certes à un rythme régulier des sommets et autres forums politiques consacrés à la démographie, mais ne développent aucune stratégie pour traiter le sujet de manière réfléchie et cohérente à long terme.

Accompagner le tournant énergétique

9Dans la liste des défis déterminants pour l’avenir de l’Allemagne, la transition démographique est suivie de près des questions énergétiques et de politique énergétique, qui, elles aussi, apparaissent à plusieurs reprises au cours des entretiens comme des questions-clés. Nos interlocuteurs sont parfaitement conscients que le défi énergétique comporte de nombreuses facettes. La sortie du nucléaire apparaît très souvent comme un projet politique extrêmement ambitieux. Les responsables d’entreprise considèrent en général que le dossier comporte une véritable charge explosive pour la politique intérieure allemande et que ses conséquences sur la puissance économique du pays sont potentiellement très importantes. Notamment comparé à la France, le coût de l’électricité est nettement plus élevé en Allemagne, ce qui a bien sûr des implications pour la compétitivité des entreprises allemandes. Dans le même temps, une partie des acteurs interrogés estime que le changement climatique, dont les conséquences sont de plus en plus irréfutables, ne laisse d’autre choix que de repenser en profondeur la politique climatique, et donc en même temps la politique énergétique allemande et européenne. À plusieurs reprises, nos interlocuteurs allemands se préoccupent également de la situation géopolitique difficile dans laquelle se trouvent les pays européens, ainsi que de la dépendance de l’Allemagne et de ses voisins vis-à-vis des importations d’énergie.

10Dans le même temps, ils sont nombreux à souligner le potentiel que devrait libérer une « nouvelle » politique énergétique qui, quoi qu’il en soit, est devenue inévitable. S’il est indéniable que celle-ci s’accompagne d’immenses difficultés, les solutions qui devront y être apportées pourraient devenir des produits phares dont tirerait profit l’économie de l’exportation. D’où l’importance de miser dès aujourd’hui sur une politique d’innovation dans le domaine de l’énergie et de l’efficacité énergétique, afin de garantir à long terme une avance technologique à l’Allemagne. Certains regrettent cependant que cette politique ne soit pas menée avec davantage de courage et de détermination de la part de la politique. Ils ne cachent pas non plus leur souhait de voir les responsables politiques s’engager plus fortement en la matière, en particulier dans le domaine de la recherche et du développement. Cette attente s’adresse aux décideurs politiques nationaux mais aussi de l’Union européenne, dont les programmes de soutien à la recherche sont évoqués à plusieurs reprises.

Développer une vision politique

11De façon plus générale, une grande partie des responsables d’entreprises interrogés considère que le courage et la détermination sont les deux qualités qui manquent le plus aux décideurs allemands. Concernant la soutenabilité de la société allemande à l’avenir, nos interlocuteurs font preuve d’une confiance limitée envers les responsables politiques de leur pays. À plusieurs reprises, ils reprochent au gouvernement fédéral, et plus particulièrement à la chancelière, leur manque de vision et leur absence de pensée stratégique. Bien que les grands défis de l’avenir soient identifiés, à savoir la transition démographique, le changement climatique et la capacité à développer une politique énergétique soutenable, « peu, voire rien » n’est, selon eux, entrepris pour y faire face. Les décideurs politiques ont tendance à ignorer les « dossiers chauds », remarquent plusieurs acteurs de l’économie. Or il serait à la fois nécessaire et urgent que la société allemande puisse débattre de ces questions, mais aussi que la politique fasse preuve d’honnêteté quant aux chances et risques que comportent ces défis.

12Si la chancelière fédérale elle-même ne se positionne pas clairement sur des dossiers de fond, son attitude est perçue comme la partie émergée de l’iceberg. C’est la classe politique allemande dans son ensemble qui, aux yeux des personnes interrogées, échoue à se projeter dans l’avenir. De plus, plusieurs interlocuteurs jugent que les membres du gouvernement sont « de moins en moins nombreux à comprendre les processus économiques » et que le dialogue entre la politique et l’économie pourrait être amélioré. Ce manque de vision, les acteurs économiques le reprochent non seulement aux décideurs politiques, mais aux élites en général. Ils sont en effet nombreux à considérer que ces dernières échouent dans leur mission conceptuelle et sont incapables de « fournir ». La pression sociétale négative qui résulterait de cette situation est d’autant plus problématique que, selon eux, la plupart des défis d’avenir vont s’exacerber au cours des prochaines années.

Préserver le dialogue social

13À ces trois catégories de problèmes – transition démographique, tournant énergétique et manque de vision politique – les responsables d’entreprise opposent en même temps les points forts de la République fédérale. Parmi ces derniers, ils vantent régulièrement une pensée de la durabilité au sens large du terme, c’est-à-dire la volonté des partenaires sociaux de toujours rechercher des solutions viables sur le long terme. De même, plusieurs d’entre eux évoquent la propension des acteurs sociaux à mettre l’accent sur le sens commun, à « partager les coûts et les profits ». Il s’agit d’ailleurs pour eux de l’une des grandes forces des décideurs allemands, qu’il importe de faire perdurer. À noter que plus nos interlocuteurs ont l’expérience d’autres contextes nationaux par le passé, plus ce constat est marqué.

  • 4  À ce titre, plusieurs entrepreneurs critiquent une « académisation croissante » qui ne permet pas (...)

14C’est en particulier lorsqu’il est comparé à la France que le système allemand, tourné vers le consensus, est jugé pertinent. Dans ce contexte, les acteurs économiques mettent en avant la disposition au dialogue qui existe dans la société allemande et qu’il est, selon eux, rare de trouver sous cette forme en dehors de leur pays – que cela soit dans l’UE ou non. Dans l’ensemble, le « modèle rhénan », et notamment le partenariat social (Sozialpartnerschaft) entre employeurs et employés, bénéficie d’une image très positive. Si bien que la plupart des acteurs interrogés y voient un modèle qui mérite d’être exporté, au même titre d’ailleurs que le système de formation en alternance4.

L’Europe et le monde

15Dès lors qu’il n’est plus question de l’Allemagne, mais de l’UE dans son ensemble, les représentants d’entreprise que nous avons rencontrés s’inquiètent pour les acquis de l’intégration européenne. De façon générale, ils jugent de manière positive l’idée d’Europe unie, et considèrent le mode de vie européen comme attractif et digne d’être pérennisé. En même temps, ils s’inquiètent tout autant de la crise de la zone euro et de ses multiples conséquences – qu’ils ressentent au sein de leur entreprise – que, plus fondamentalement, de la préservation et de la poursuite du projet d’intégration européenne. Si l’Europe occupe dans les entretiens une place importante, elle est en général abordée sous deux aspects différents. D’une part, il est question de sujets d’actualité économique concrets, tels que la crise de la zone euro et ses implications, allant jusqu’aux débats sur la réforme des institutions et sur la poursuite de l’intégration – notamment en termes de politique budgétaire et d’union fiscale. D’autre part, les responsables d’entreprise évoquent souvent « Bruxelles » comme un acteur central de la politique européenne, qui participe activement à l’élaboration du cadre d’action des entreprises, voire le crée directement, comme c’est le cas pour la politique de concurrence.

Les acquis de l’intégration européenne

16Concernant le diagnostic de la crise de la zone euro, les jugements divergent assez fortement, si bien qu’il est difficile de distinguer une tendance claire sur ce sujet. Certaines personnes interrogées estiment que l’UE a désormais surmonté la crise, alors que d’autres affirment au contraire que c’est loin d’être le cas – et, pour cette raison notamment, cherchent le salut de leur entreprise sur des marchés lointains, hors de l’Union européenne. Les jugements diffèrent également lorsqu’il est question de la gestion de crise de la part des institutions européennes et des gouvernements nationaux. Cependant, étant donné le regard globalement optimiste que les représentants d’entreprise portent sur la situation allemande, ils ne semblent pas percevoir la crise et sa gestion comme une menace directe pour l’économie allemande.

17Au-delà de la crise de la zone euro et de ses implications économiques immédiates, les Allemands que nous avons rencontrés ont aussi tendance à s’inquiéter de l’avenir de l’intégration européenne. S’ils voient généralement dans l’Europe un projet de paix, que par ailleurs ils plébiscitent, ils sont nombreux à appréhender une remise en cause des acquis de l’intégration. Ainsi, plusieurs interlocuteurs disent craindre que la crise actuelle ne dégage des forces centripètes qui menaceraient le projet européen – ce faisant, ils n’adoptent pas un point de vue spécifiquement allemand, mais disent se soucier des intérêts paneuropéens. Plus que toute autre chose, ce sont les écarts de prospérité au sein de l’UE qui semblent les inquiéter, et pas uniquement parce que cela a un impact sur les marchés, et donc sur les débouchés des entreprises allemandes, mais aussi parce que cela touche au cœur même du projet européen. Dans ce contexte, les entrepreneurs jugent souvent avec sévérité la France, considérée de façon relativement consensuelle comme l’« homme malade de l’Europe ». Une grande partie des personnes interrogées est certes d’avis que la France a beaucoup plus de potentialités qu’on ne l’entend généralement dans le débat public aujourd’hui. Cela étant, bien que l’économie française se porte mieux que celle de pays comme l’Espagne ou l’Italie, l’incapacité du gouvernement à mener des réformes perçues comme nécessaires fait craindre d’importants problèmes dans les années à venir. Dans le scénario le plus noir, la France risquerait ainsi d’entraîner avec elle l’Europe entière dans le précipice.

18Mais tous ne sont pas aussi pessimistes. Une partie de nos interlocuteurs estime au contraire que sous la pression de la crise, les États membres de l’UE seront contraints à mener des réformes institutionnelles et à prendre les mesures qui s’imposent en agissant au niveau européen. Cette pression ayant toujours « fonctionné » dans l’histoire de l’intégration européenne, ils espèrent que la crise de la zone euro aura au final des conséquences positives. Dans ce contexte, certains acteurs économiques s’interrogent cependant sur le rôle de l’Allemagne dans l’Union et mettent en garde face à une « arrogance » ou à un « manque de maturité » des décideurs allemands dès lors qu’il est question des forces de l’Allemagne. Ils appellent ces derniers à faire davantage preuve de modestie. Les acteurs économiques sont donc bien conscients que les actuelles évolutions économiques en Europe menacent potentiellement le projet européen – et que, dans ce contexte, le relatif succès de l’Allemagne peut se retourner contre elle. Être « méprisé comme premier de la classe », comme le résume l’un de nos interlocuteurs, est un destin peu enviable. Or, dans le quotidien européen, on observe d’ores et déjà des tendances dans ce sens. Ce n’est donc pas uniquement à propos du cadre institutionnel et du marché commun que les entrepreneurs s’inquiètent pour les acquis de l’intégration européenne. Ils craignent aussi que le rapprochement entre les peuples, tel qu’il a été mis en œuvre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, connaisse des revers sous l’effet de la crise.

19Quant au travail de Bruxelles, il fait l’objet de considérations variées, parfois d’ailleurs contradictoires. Une bonne partie des acteurs interrogés reprochent à la Commission européenne sa tendance à surréguler – une critique désormais classique – et à trop s’ingérer dans les affaires des États. En même temps, ils sont nombreux à demander « plus » d’Europe dans des champs politiques spécifiques, notamment en termes de recherche et développement – par exemple pour soutenir la création de nouveaux secteurs d’activités par le biais d’innovations technologiques. Cela vaut tout particulièrement pour les domaines climatique et énergétique, qui suscitent chez les entrepreneurs un grand intérêt (voir plus haut). Au-delà, ces derniers attendent également des institutions européennes – et pas uniquement du gouvernement fédéral – qu’elles les soutiennent davantage dans la création d’entreprises. Dans ce contexte, ils évoquent souvent la politique de concurrence de l’UE. L’une des principales questions qu’ils soulèvent est de savoir si la Commission européenne ne devrait pas commencer à considérer le monde dans son ensemble comme cadre de référence au lieu de ne s’intéresser qu’au marché unique.

Une Allemagne gagnante de la mondialisation

20C’est désormais au niveau mondial qu’agissent les acteurs économiques, y compris les représentants de petites et moyennes entreprises. Dans ce monde à l’économie fortement intégrée, l’ensemble des entrepreneurs interrogés considèrent l’Allemagne comme un « gagnant de la mondialisation ». Pour la plupart de nos interlocuteurs, l’avenir (économique) se situe désormais en dehors de l’Europe, dans la mesure où les marchés globaux sont devenus plus intéressants que le marché allemand ou européen. Si ce constat n’est pas seulement lié à la crise de la zone euro, cette dernière semble avoir incité un certain nombre d’entreprises, parmi celles que nous avons rencontrées, à se tourner davantage vers des marchés non-européens. Puisqu’ils considèrent de plus en plus « normal » d’agir au niveau global, les entrepreneurs s’y préparent (comme leurs employés et collègues), notamment par le biais de cours de langue et de trainings interculturels. Ces efforts ne sont pourtant pas toujours couronnés de succès, comme le remarquent certains. On peut s’étonner du fait que les acteurs économiques qui regrettent la trop faible ouverture au monde de leurs compatriotes soient précisément ceux qui ont le plus d’expérience à l’étranger. Pour eux, il serait important que les Allemands, en particulier la génération 50+, s’approprient davantage les méthodes de la communication interculturelle, sortent de leur provincialité dans leur manière d’appréhender le monde ; à ce titre, un responsable familier des cultures d’entreprise française et allemande va jusqu’à parler d’endogamie à propos de l’ancrage régional des grandes entreprises allemandes, et y voit un frein pour appréhender les risques extérieurs dans leur dimension complexe. Les personnes interrogées estiment certes que les entrepreneurs sont plus à l’aise avec la mondialisation que les responsables politiques, mais considèrent qu’il y a là aussi – en dépit des cours d’anglais et de l’intérêt pour des marchés lointains – un vrai retard à combler.

21Cela étant, l’ensemble des acteurs allemands interrogés jugent que les chances de leur entreprise sur les marchés mondiaux sont bonnes, voire très bonnes. Nombre d’entre eux continuent à mettre l’accent sur cet élément classique qu’est le « travail de qualité allemand », grâce auquel ils estiment possible, aujourd’hui comme à l’avenir, de se positionner face à des compétiteurs moins chers, mais en même temps de moins bonne qualité. Le succès du modèle d’exportation du pays s’explique selon eux par la qualité des produits allemands. D’où la nécessité de préserver la marque qu’est devenu le « made in Germany » – malgré des coûts de fabrication en augmentation et de possibles délocalisations dans les pays-clients – et de la développer activement. Un responsable d’entreprise s’interroge cependant sur le sens du « made in Germany » dans un monde où de plus en plus de produits sont conçus, fabriqués et consommés en Chine. Et conclut par une mise en garde : l’image de la qualité allemande tient un certain temps, mais ne peut être durable que si elle se justifie.

22Lorsqu’il est question d’économie mondialisée au cours des entretiens, la relation transatlantique joue en revanche un rôle secondaire. Dans la plupart des cas, le scandale de l’espionnage américain autour de la NSA suscite l’indifférence. Quant à l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis (Transatlantic Trade and Investment Partnership, TTIP), alors en cours de négociation, il ne rencontre qu’un intérêt limité auprès des acteurs économiques, qui ne s’expriment généralement à ce sujet que si la question leur est posée. La plupart des responsables interrogés considèrent qu’une zone de libre-échange transatlantique présente peu d’attraits pour leurs activités, certains d’entre eux estimant d’ailleurs que les négociations ne pourront de toute façon (plus) aboutir. Il existe à leurs yeux des marchés plus dynamiques que le marché nord-américain, la priorité est donc ailleurs.

23Les défis globaux, tels que le changement climatique et ses suites (en Asie du Sud-Est et dans toutes les autres régions qui, contrairement à l’Europe, sont concernées de manière directe et massive par le phénomène), les courants de migration internationaux et les conflits interétatiques, jouent eux aussi un rôle négligeable dans la manière dont les acteurs économiques perçoivent l’avenir. Dans l’ensemble, ces derniers sont certes conscients des graves problèmes qui se présentent au niveau mondial, et s’inquiètent de leurs conséquences potentiellement dangereuses dans les années à venir. En même temps, au plan géographique comme psychologique, ces éléments sont loin de la forte Allemagne et ne la touchent donc pas directement. Cela vaut notamment pour le réchauffement climatique : s’ils sont nombreux à se sentir concernés par ce défi, à titre professionnel, ils l’appréhendent pour l’essentiel par le biais de la politique énergétique du gouvernement fédéral, qui n’en représente pourtant qu’un aspect très limité.

Conclusion

24Aujourd’hui, les acteurs économiques allemands – du moins ceux que nous avons rencontrés – semblent sereins. Il faut dire qu’à l’heure actuelle, il y a de bonnes raisons à cela. Le pays est dans une situation solide, en particulier si on la compare à celle de ses voisins européens. « Une Allemagne forte » : le slogan avec lequel l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel a mené campagne pour l’élection du Bundestag en 2013 reflète assez fidèlement l’état d’esprit des acteurs économiques outre-Rhin. Bien entendu, ces derniers ne sont pas indifférents aux défis nationaux internes, ou encore à la crise de la zone euro et au changement climatique. Cependant, au regard de la situation allemande et des perspectives d’avenir du pays, ils appréhendent très souvent ces défis de manière positive.

25Malgré ce relatif optimisme, les Allemands interrogés s’inquiètent aussi pour l’avenir, craignant non seulement pour la soutenabilité du modèle allemand et son positionnement dans une économie globalisée, mais aussi pour les acquis de l’intégration européenne. Il ressort en effet des entretiens une appréhension relativement diffuse, qui porte à la fois sur une insécurité croissante, la difficulté de plus en plus grande à planifier les actions économiques et politiques, mais aussi et surtout l’incapacité des décideurs politiques à se projeter dans l’avenir et à apporter des réponses aux défis qui lui sont associés. De nombreux acteurs économiques sont convaincus que si l’Allemagne continue à se reposer sur ses lauriers et à ne pas prendre la mesure des défis auxquels elle est d’ores et déjà confrontée, sa situation se détériorera rapidement. La transition démographique et le tournant énergétique sont perçus comme des hypothèques pour la soutenabilité du modèle allemand – du moins, dès lors qu’ils ne sont pas suffisamment accompagnés.

26Dans ce contexte, la plupart des responsables d’entreprises jugent indispensable, si ce n’est d’élaborer une stratégie globale pour l’avenir, du moins de développer des concepts permettant de s’adapter aux défis de demain. Ces défis sont certes connus, du moins dans leurs grandes lignes, mais les réponses concrètes à y apporter semblent insuffisantes. C’est en premier lieu l’establishment politique qui est jugé responsable de cette situation, mais aussi plus largement les élites du pays, qu’il s’agisse des intellectuels, des scientifiques ou des acteurs de la société civile. Cette critique à elle seule suffit à démonter le mythe d’une Allemagne taillée d’un seul bloc.

Haut de page

Notes

1  L’étude est publiée dans son intégralité dans la collection « Questions d’Europe » de la Fondation Robert Schuman, www.robert-schuman.eu ainsi qu’en allemand dans la collection « DGAPanalysen » de la DGAP, www.dgap.org.

2  Il s’agit de la sortie du nucléaire décidée par le gouvernement précédent et poursuivie par la grande coalition.

3  Sous le gouvernement de grande coalition, il a été décidé en été 2014 d’abaisser l’âge du départ à la retraite à 63 ans, sans décote, pour les personnes qui auraient cotisé 45 ans. Le Parti social-démocrate (SPD) en avait fait une promesse de campagne.

4  À ce titre, plusieurs entrepreneurs critiquent une « académisation croissante » qui ne permet pas de répondre aux besoins de l’économie : il ne serait pas nécessaire que « tous étudient », car au final, il manquerait surtout dans les entreprises du personnel expérimenté, alors que les jeunes diplômés issus de l’université ne connaîtraient souvent pas la « vraie vie » et auraient des difficultés à s’impliquer pleinement dans le fonctionnement de l’entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Demesmay et Barbara Kunz, « Parés pour l’avenir ? La soutenabilité du modèle allemand en question »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 47-1 | 2015, 15-24.

Référence électronique

Claire Demesmay et Barbara Kunz, « Parés pour l’avenir ? La soutenabilité du modèle allemand en question »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 47-1 | 2015, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.448

Haut de page

Auteurs

Claire Demesmay

Directrice du programme franco-allemand de l’Institut allemand de politique étrangère (DGAP) à Berlin

Barbara Kunz

Chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri) à Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals