Navigation – Plan du site
Regards franco-allemands sur la justice dans la construction européenne

La France et l’Allemagne, « moteur historique » dans la fabrique de la justice en Europe ?

Hadrien Clouet et Anahita Grisoni
p. 73-88

Résumés

La justice est un concept inégalement distribué entre les institutions européennes. Il est mobilisé dans certaines, évité dans d’autres. Pour autant, elles produisent toutes des discours normatifs, parfois contradictoires. Une entrée par la justice environnementale et la justice sur le marché du travail, composantes principales des orientations Europe 2020, permet de repérer des points communs importants : les politiques environnementales comme les politiques sociales sont dépolitisées dans les productions institutionnelles européennes iréniques. Les productions nationales françaises et allemandes adressées dans le cadre des orientations supranationales demeurent également silencieuses sur les conflits capital/travail ou environnementaux. Mais une lecture croisée permet d’observer des approches hétérogènes, et donc des acceptions de la justice différentes, selon les fonctions et les destinataires du discours.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Introduction
1. Discours européens sur la notion de justice
1.1. Justice sociale, justice écologique : un cadre international
1.2. Quelle justice pour l’Europe en 2020 ?
1.3. Dépolitiser l’économie politique
2. Des projets nationaux ? La justice entre implicite et hétérogénéité
2.1. Un discours à plusieurs fonctions
2.2. Un discours à plusieurs destinataires
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La notion polysémique de justice n’apparaît pas au premier rang des « valeurs fondamentales et incontestables » de l’Union européenne, affichées dans le traité de Lisbonne. Elle y figure en second plan, parmi les « objectifs » d’un modèle de société européenne. Si ce programme semble répondre aux injonctions morales de certains penseurs de l’Union européenne, tels que Jürgen Habermas, pour qui l’institution doit être porteuse d’une « dynamique civilisatrice» ou encore Jean-Marc Ferry appelant de ses vœux une Europe « de paix, de prospérité, de justice », il semblerait qu’il en soit autrement de la justice positive, telle qu’elle est incarnée par une pluralité d’institutions européennes.

Parmi celles-ci, on peut citer la Cour de Justice de l’Union européenne (ex-CJCE) qui génère des discours normatifs. La Commission européenne, dont les membres sont nommés par les gouvernements nationaux, constitue le second acteur-clé dans la production effective d’une justice européenne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadrien Clouet et Anahita Grisoni, « La France et l’Allemagne, « moteur historique » dans la fabrique de la justice en Europe ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-1 | 2018, 73-88.

Référence électronique

Hadrien Clouet et Anahita Grisoni, « La France et l’Allemagne, « moteur historique » dans la fabrique de la justice en Europe ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-1 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/640 ; DOI : 10.4000/allemagne.640

Haut de page

Auteurs

Hadrien Clouet

Doctorant, Centre de sociologie des organisations (CSO), Sciences Po-CNRS, UMR 7116.

Articles du même auteur

Anahita Grisoni

Chercheure affiliée, Université Lumière Lyon 2, UMR CNRS 5600 Environnement, Ville, Société.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals