Navigation – Plan du site
Italiques

Nepthys Zwer, L’ingénierie sociale d’Otto Neurath

Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2018
Michel Hau
p. 470-472
Référence(s) :

Nepthys Zwer, L’ingénierie sociale d’Otto Neurath, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2018, 309 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en études germaniques soutenue à Strasbourg en 2015, cet ouvrage constitue la première étude en français consacrée à l’œuvre de l’économiste, sociologue et philosophe autrichien Otto Neurath.

2La première partie s’intéresse aux aspects biographiques. Né à Vienne en 1882, mort en exil à Oxford en 1945, Otto Neurath a été l’un des membres les plus actifs du célèbre Cercle de Vienne, ce groupe de discussion informel qui se réunissait dans la capitale autrichienne entre le début du xxe siècle dernier et le milieu des années 1930. Économiste formé à l’école historique allemande – celle de Gustav Schmoller et du « socialisme de la chaire » –, il commence, à partir de 1907, par enseigner l’histoire et l’économie à la Neue Wiener Handelsakademie ainsi que dans les universités populaires. Après avoir étudié le fonctionnement de l’économie de guerre dans les Balkans puis participé à la gestion de l’économie de guerre de l’Autriche-Hongrie, il se convainc que l’économie dirigée est plus efficace que l’économie de marché pour répartir les ressources. Dès lors, il s’ingénie à développer un concept d’économie planifiée, centralisée et sans monnaie.

3Voyant une occasion de concrétiser son projet, Otto Neurath se lance en 1919 dans la révolution allemande. Il prend la direction du Zentralwirtschaftsamt de la République des Conseils de Munich. Il compromet alors irréversiblement sa carrière universitaire (deux ans auparavant, il venait d’être habilité à Heidelberg). Mais son apolitisme affiché lui vaudra la relative clémence de la cour martiale, qui le libère sous caution et l’expulse vers l’Autriche. Sous la gestion sociale-démocrate, Vienne la Rouge est alors un véritable laboratoire de l’expérimentation sociale. Otto Neurath y reprend ses cours dans les universités populaires et y crée en 1925 un musée destiné à vulgariser la culture économique, le Gesellschafts- und Wirtschaftsmuseum. À cette occasion, il invente la Bildstatistik, une méthode qui consiste à représenter visuellement les données statistiques au moyen d’un système pictographique. Ce nouveau mode de communication se veut un langage universel et un « outil de la démocratie moderne », rendant accessible à tous une information réservée jusque-là à quelques spécialistes.

4En 1934, Neurath est contraint d’abandonner Vienne quand le régime fascisant du chancelier Dollfuß entame la destruction de toutes les institutions de la social-démocratie autrichienne. L’équipe du musée économique et social de Vienne se retrouve à La Haye, où elle parvient à redonner vie au projet. La méthode graphique viennoise change de nom pour devenir l’Isotype (International System of TYpographic Picture Education). Ce que l’on sait peu aujourd’hui, c’est que ce système est à l’origine de tous les pictogrammes qui nous orientent dans les gares et dans les aéroports.

5En 1940, l’invasion des Pays-Bas contraint Neurath et sa compagne Marie Reidemeister à fuir vers l’Angleterre. Après de multiples péripéties, le couple parvient à mettre sur pied un nouvel Isotype Institute à Oxford. Neurath meurt d’une crise cardiaque en décembre 1945 en rentrant d’une promenade.

6Reliant les idées de Neurath avec le contexte politique et social de l’époque, Nepthys Zwer offre au lecteur un vaste panorama de la pensée économique et sociologique de la première moitié du xxe siècle. La doctrine de Neurath n’est pas le phénomène isolé qu’elle semble de prime abord. Elle développe un concept apparu outre-Atlantique, dans le voisinage du mouvement technocratique de la progressive era (1890-1920). Elle doit aussi beaucoup aux réflexions des austromarxistes viennois, ainsi que de tous les experts (hygiénistes, pédagogues, urbanistes, architectes) qui développent au même moment une approche scientifique de la gestion de la société.

7Otto Neurath conceptualise le principe d’une intervention ciblée dans l’ordre social en inventant le terme de Gesellschaftstechnik, qui sera traduit dans l’exil anglais par celui de social engineering. Il prône une économie « socialisée » qui procéderait à une plus juste allocation des ressources, grâce à une administration de la production planifiée par la société. S’il ne préconise pas la nationalisation en masse des entreprises, il imagine soumettre les décisions des agents économiques à un Zentralwirtschaftsamt qui, à partir de l’exploitation de statistiques, régirait l’ensemble de l’économie. Il précise : « la socialisation est une transformation organisationnelle et non, comme certains le croient, un simple acte légal par lequel la propriété privée passerait à la propriété collective ». En 1931, au congrès de l’Institut international des Relations industrielles d’Amsterdam il déclare : « Nous nous trouvons au début de l’ère de l’ingénierie sociale qui s’occupera des processus sociaux comme un ingénieur machine s’occupe d’une machine. »

8Otto Neurath lance l’idée d’une comptabilité définanciarisée (Naturalrechnung) en remplacement de la comptabilité classique (Rentabilitätsrechnung). Cette dernière ne connaît que des coûts et des profits exprimés en unités monétaires. Il s’agit de les remplacer par des unités physiques : des kilogrammes, des jours de travail, des surfaces cultivées, etc. La comptabilité définanciarisée doit aussi prendre en compte d’autres dimensions, inchiffrables dans le système classique. Les stratégies, pratiques et investissements ne se décideront plus alors selon le principe de la rentabilité, mais en termes de gain de qualité de vie. Cette approche correspond déjà à nos préoccupations actuelles.

9Pour Otto Neurath, les réformes doivent être réalisées, non par une autorité venue d’en haut, mais par une adhésion des masses, dont il faut transformer les mentalités. La première mission de l’ingénieur social est de recueillir l’adhésion de la population : il doit y parvenir en lui offrant, par la statistique, une vue claire de la réalité sociale et en la libérant de l’emprise de la religion ainsi que de la culture bourgeoise. La statistique, vulgarisée par les représentations graphiques, est l’arme essentielle contre le capitalisme. Une fois l’adhésion des masses obtenue, les réformes doivent être effectuées de façon progressive, comme pour un bateau que l’on transformerait sans pour autant cesser de le faire naviguer.

10Le New Deal, les plans quinquennaux soviétiques, le planisme belge ou la planification française ont porté à des degrés divers l’héritage d’Otto Neurath et des promoteurs de l’ingénierie sociale. À partir des années 1970, la mondialisation, en mettant en concurrence des espaces économiques parvenus à des niveaux très inégaux de réglementation et de protection sociale, a semblé remettre en question l’interventionnisme étatique. Mais Neurath avait répondu par avance à ce problème : au congrès d’Amsterdam, en 1931, il avait affirmé que la planification devait s’appliquer à l’économie mondiale tout entière. Les préoccupations croissantes en matière de développement durable, d’écologie et de santé publique rendent plus que jamais actuelle son idée principale, à savoir que la société humaine est une entité autoréflexible et façonnable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hau, « Nepthys Zwer, L’ingénierie sociale d’Otto Neurath », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-2 | 2018, 470-472.

Référence électronique

Michel Hau, « Nepthys Zwer, L’ingénierie sociale d’Otto Neurath », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/809

Haut de page

Auteur

Michel Hau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals