Navigation – Plan du site
Humanités environnementales – Quoi de neuf du côté des méthodes ?

La sociologie à l’épreuve de l’altérité

Esquisse d’une grammaire de terrain
Christophe Baticle, Florence Rudolf, Anahita Grisoni et Sophie Némoz
p. 239-253

Résumé

À partir de leurs expériences de terrain, principalement centrées sur la socio-anthropologie de l’environnement, les quatre co-auteurs de cet article se proposent de revenir sur les modalités qui ont déterminé leurs conditions de recherche, en particulier les modes opératoires par lesquels se sont négociées, y compris implicitement, leurs entrées sur des terrains variés. De ce point de départ est envisagée une « grammaire » relationnelle entre les milieux étudiés et la recherche scientifique. La réflexivité des acteurs rencontrés in situ les conduit à se rapprocher de la double herméneutique d’Anthony Giddens, pour lequel le terrain agit en retour sur les productions sociologiques, dans un mouvement d’allers et de retours continu. Les figures de l’étranger (Simmel) ou du chasseur de mythes (Élias) ne sont ici que des étapes pour progresser vers des configurations, entre hypothético-déductivité et hypothético-inductivité, dont la littérature ou la nature fournissent les métaphores. De ces esquisses grammaticales se tissent quelques manières de conjuguer le terrain, dont on peut espérer de nouveaux développements issus d’autres expériences.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

De l’idée du double à la double herméneutique : la pratique sociologique en action
L’« étranger » comme figure idéal-typique de la situation de recherche
Hybridation de la figure de l’« étranger » et démultiplication des grammaires sociales
Généralisation de la double herméneutique comme compétence sociale et ses répercussions sur la reconnaissance de l’expertise sociologique
Le sociologue et la négociation de la commande institutionnelle
Face à la commande, faire le pique-bœuf
Inductivité et déductivité : faire une place au terrain dans l’élaboration des hypothèses
Le récit, un vecteur puissant de transformation sociale
Conclusion : pour une sociologie de l’ouverture à l’altérité

Aperçu du texte

Contrairement aux sciences de la nature, qui ne partagent pas une commune humanité avec les réalités qu’elles interrogent, les sciences humaines et sociales travaillent sur des « objets » qui impliquent des « sujets », amenant ces disciplines à se faire accepter pour pouvoir accéder à leurs terrains. Ainsi, toute investigation sociologique partage une épreuve commune, qui a trait à sa négociation au sein d’une configuration dont elle ne fait pas initialement partie, et qui influe sur les questions investiguées, l’approche méthodologique retenue et in fine les propositions de connaissances produites. Si cette prise de conscience de l’obligation pour les sciences sociales de « faire avec » n’a pas suivi les mêmes cheminements selon les courants de pensée, l’accommodement au terrain s’avère de nos jours un passage obligé de la pratique sociologique. Cette condition prévaut, y compris lorsqu’il a été fait explicitement appel à une expertise sociologique ou que la démarche opère à partir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Baticle, Florence Rudolf, Anahita Grisoni et Sophie Némoz, « La sociologie à l’épreuve de l’altérité », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-2 | 2018, 239-253.

Référence électronique

Christophe Baticle, Florence Rudolf, Anahita Grisoni et Sophie Némoz, « La sociologie à l’épreuve de l’altérité », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/844 ; DOI : 10.4000/allemagne.844

Haut de page

Auteurs

Christophe Baticle

Post-doctorant, socio-anthropologue, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 « Habiter le monde »

Florence Rudolf

Professeure des universités en urbanisme, Institut national des sciences appliquées de Strasbourg, directrice adjointe de l’EA 7309 AMUP

Articles du même auteur

Anahita Grisoni

Chercheure affiliée à l’UMR 5600 « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon

Articles du même auteur

Sophie Némoz

Maître de conférences en sociologie-anthropologie, Université de Bourgogne/Franche-Comté, UFR des sciences du langage, de l’Homme et de la société

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals