Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50-2Humanités environnementales – Quo...Une expérience d’interdisciplinar...Croiser les regards pour renouvel...

Humanités environnementales – Quoi de neuf du côté des méthodes ?
Une expérience d’interdisciplinarité en action à l’échelle du Rhin supérieur

Croiser les regards pour renouveler l’analyse du risque

Valentine Erné-Heintz
p. 345-354

Résumés

Les stratégies de résilience bousculent l’analyse du risque. Elles mobilisent différentes approches et se retrouvent finalement au cœur de l’interdisciplinarité. Elles suggèrent une autre façon de construire les connaissances et déplacent le positionnement épistémologique. Cette contribution tente de démontrer en quoi la résilience propose de croiser les regards. Mais, ce n’est pas sans conséquence épistémologique car la discussion porte autant sur le problème scientifique et sa résolution pratique que sur la manière de créer une connaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Valentine Erné-Heintz et Denis Bard, « Un expert précautionneux », in : Jean-Paul Markus et Karine (...)
  • 2  Valentine Erné-Heintz et Jean-Christophe Vergnaud, « Quelle quantification pour identifier un nive (...)
  • 3  Citons Edgar Morin : « J’ajoute que bien des experts agronomes formés dans des instituts spécialis (...)
  • 4  Ulrich Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité (Risikogesellschaft, 1986), t (...)
  • 5  Édouard Kleinpeter, « Taxinomie critique de l’interdisciplinarité », Hermès, La Revue, n° 67, 3 (2 (...)
  • 6  Les sociologues Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Catherine Rémy rappellent la définition : « Ce c (...)

1Les stratégies de résilience se sont progressivement imposées bousculant les traditionnelles disciplines de l’analyse du risque : un travail de décomposition et de recomposition s’organise alors autour d’une exigence à agir1 dans un contexte de plus en plus complexe2. Le besoin de renouveler l’analyse du risque apparaît également dans l’idée qu’il puisse y avoir un décalage entre les savoirs des experts, le « savoir agir » face au « devoir agir » du fait d’enjeux3 inédits induits par cette modernité évoquée par Ulrich Beck4. Cette nouvelle période se construit en opposition à une première modernité fondée sur l’idéologie optimiste des Lumières du xviiie siècle et sur une croyance en un développement linéaire et cumulatif de la connaissance5. Dans cet esprit, concentrer l’analyse du risque autour de la résilience mobilise de nouveaux savoirs comme les mémoires, les pratiques ou encore les savoirs profanes6. Cette façon de revoir le risque devient plurielle et force à ouvrir l’approche pour croiser les regards. L’objectif est de mettre en lumière les apports de cette évolution dans le contenu des politiques publiques de gestion du risque car ce changement d’approche préfigure d’une autre histoire du risque. Florence Rudolf précise :

  • 7  Florence Rudolf (dir.), Les villes à la croisée des stratégies globales et locales des enjeux clim (...)

« L’adaptation, dernière née des politiques publiques, procède de la reconnaissance du caractère inéluctable des changements climatiques. Il s’agit donc de se préparer à encaisser les coups du dérèglement climatique et d’y faire face (voire d’en profiter). […] Ce qui change, par conséquent, entre l’approche par la mitigation et l’adaptation, c’est l’ambition de l’engagement attendu. Alors qu’il suffisait d’être un comptable vertueux, enclin à des formes d’ascèse, dans le premier cas et pour débuter, les politiques d’adaptation requièrent d’emblée inventivité, imagination, ingéniosité et audace »7.

C’est dans ce contexte que Jean-Paul Resweber précise :

  • 8  Jean-Paul Resweber, « Les enjeux de l’interdisciplinarité », Questions de communication, n° 19 (20 (...)

« L’interdisciplinarité se situe sur un parcours qui va de la pluridisciplinarité à la transdisciplinarité. […] Elle renvoie à la fonction opératoire de la subjectivité et, dans les sciences humaines et sociales, mobilise implicitement un modèle spécifique de la subjectivité inséparable de l’agir. […] Elle s’organise autour de savoirs empiriques, disons de savoir-faire qui, peu à peu, vont être soumis à un travail de formalisation. Ainsi mis en perspective, les savoirs se transmuent en connaissances. […] L’interdisciplinarité inclut le moment pluridisciplinaire mais le dépasse en déployant une stratégie qu’il faut à présent clairement expliciter. On peut légitimement constater qu’elle caractérise l’opération de transfert des concepts d’une discipline à une autre »8.

  • 9  Valentine Erné-Heintz, « Que nous apprennent les nouveaux risques ? Vers la construction d’un nouv (...)
  • 10  Ce que Dominique Bourg, Pierre-Benoît Joly et Alain Kaufmann appellent « le grand récit » : Domini (...)
  • 11  « Toutes les choses sont poison et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est p (...)
  • 12  Bruno Barroca, Maryline DiNardo et Irène Mboumoua, « De la vulnérabilité à la résilience : mutatio (...)

2En conséquence de quoi l’interdisciplinarité transforme l’analyse du risque ; elle est une réponse face aux enjeux des nouveaux risques9. Il suffit de prendre l’exemple de la pollution des nappes ou des rivières : la présence de métaux, de pesticides, de résidus de médicaments qui se retrouvent parfois au stade de micropolluants porte le défi à la fois sur la mesure des polluants, sur l’identification et les éventuelles interactions afin d’étudier leurs effets sur les espèces aquatiques ou la flore et les hommes. En outre, le caractère persistant interroge sur la dépollution possible. Ici, ce n’est pas tant une question de toxicité aiguë que d’effets à long terme de très faibles doses. La science normale10 qui s’est construite autour du paradigme de Paracelse11 trouve ici ses limites. L’approche interdisciplinaire prend alors tout son sens car la résilience suggère une autre façon de construire les connaissances : une révolution épistémologique se dessine. Le témoignage et le récit déplacent le positionnement épistémologique12 de l’universel vers l’expérience. Plus qu’une opposition, il s’agit davantage d’une circulation entre plusieurs méthodologies ou cultures disciplinaires.

  • 13  Florence Rudolf, « Les conséquences d’un nouveau régime de la modernité sur les représentations de (...)
  • 14  Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran, « Pratiques réflexives en aménagement pour une adaptation (...)
  • 15  Béatrice Quenault, « La rhétorique de la résilience, une lueur d’espoir à l’ère de l’anthropocène  (...)

3Aussi, l’introduction de la notion de résilience dans l’analyse du risque illustre le passage d’un déterminisme universel, d’un idéal de la connaissance déductive – et considérée comme certaine – à une approche qui redonne sa place aux mémoires et à l’histoire locale13. Autrement dit, « l’éclairage pragmatiste apporté sur l’action apparaît dorénavant d’une grande fécondité »14. En somme, cette contribution tente de démontrer en quoi la résilience propose une autre façon de voir le risque en suscitant une interdisciplinarité de l’analyse, que l’interdisciplinarité permet des arbitrages collectifs plus éclairés (1). Mais, ce n’est pas sans conséquence épistémologique car la discussion porte autant sur le problème scientifique et sa résolution pratique que sur la manière de créer une connaissance15 (2).

1. La résilience, au cœur de l’interdisciplinarité

  • 16  L’injustice environnementale désigne par exemple un accès inégalitaire à des espaces verts ou à de (...)
  • 17  Valentine Erné-Heintz, « Le côté obscur du risque : son invisibilité ! », Risques, Études et Obser (...)
  • 18  Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, « Mettre en mouvement les agriculteurs victimes des pesticides (...)

4Adapter un territoire à un risque nécessite de prendre en considération trois facteurs : l’espace, le temps et le social. Si la quantification a largement contribué à créer des repères stables pour l’analyse de certains risques, il n’en demeure pas moins que les nouveaux risques manquent de repères voire créent une pluralité de repères qui engendre une confusion dans l’approche traditionnelle. Certes, l’introduction (ou la redécouverte) de variables plus qualitatives (la vulnérabilité, la résilience) invite déjà à une autre démarche, mais l’irruption de revendications en termes de justice environnementale16 transforme profondément les enjeux liés à la visibilité d’un risque17 car elle fait référence à la distribution des risques (subi, choisi) tout comme à des enjeux de reconnaissance (« se mettre en mouvement »18) ou encore à des capacités à participer à la négociation (avoir accès au processus de décision). Oublier le mythe fondateur de la science normale est aussi un acte refondateur dans l’acceptation d’un risque en passant par une gestion proactive. Ce sont tous les enjeux liés à la résilience : apprendre à vivre avec et non pas vivre contre. Il est alors question, d’une part, d’atténuation des inondations, des effets des sécheresses ou des pénuries d’eau et, d’autre part, d’adaptation en repensant les pratiques, les cultures, l’aménagement du territoire (végétalisation de certaines zones pour réduire les îlots de chaleur, rendre le sol perméable) afin d’améliorer la résilience au réchauffement climatique.

5Le projet Clim’Ability, inscrit au programme Interreg V, illustre aisément cette volonté de croiser les regards car il regroupe à la fois différentes institutions transfrontalières (françaises, allemandes, suisses) et disciplinaires (sociologues, météorologues, géographes, économistes…). Il a d’ailleurs donné naissance à des dynamiques autour de la question des stratégies d’adaptation des professionnels de la neige face au réchauffement climatique ou à la mise en évidence de diverses pratiques lors de conflits d’usage autour de l’eau. En d’autres termes, l’idée de combiner une approche par l’aléa (baisse de la ressource « neige naturelle » par exemple) et par la vulnérabilité (adaptation proactive ou réactive des acteurs) s’est concrétisée autour d’un objectif méthodologie : valoriser des expériences tant dans une démarche descriptive rétrospective (comment les acteurs se sont déjà adaptés aux hivers peu « généreux » en neige) que prospective (comment ils intègrent les prévisions/probabilités de baisse d’enneigement naturel). En l’espèce, croiser les regards, c’est partager les expériences et construire en commun un regard sur le réchauffement climatique.

  • 19  Certains auteurs préfèrent utiliser le terme de « fracture métabolique » : Franck Boutaric, « L’ap (...)

6C’est pourquoi l’interdisciplinarité s’impose assez naturellement car elle facilite les couplages de divers enjeux et les interprétations à différentes échelles. Elle fournit les outils pour une réponse adéquate à un enjeu complexe de société (nucléaire, réchauffement climatique, déchets, produits chimiques) et dont les articulations se construisent souvent autour de l’environnement et de la santé. Le développement de nouvelles sources de questionnements comme l’anthropocène19, dès la fin des années 70, a posé un problème inédit : l’observation du risque, et la place de l’homme dans ce risque. Ces questions sont concomitantes à l’éclosion d’approches plus qualitatives qui prennent en compte les particularités plus inductives pour s’organiser autour de la résilience. Cette dernière enrichit l’analyse d’un accident ou d’une catastrophe car elle met en lumière l’implication ou l’engagement du corps social dans les actions de prévention. La prise de conscience des limites du progrès (pollution industrielle, maladies professionnelles, liens santé/environnement, pesticides, stress et suicides au travail) a contribué à la mise en place de mécanismes de protection et de prévention. Néanmoins, ces logiques d’adaptation ou d’atténuation prennent appui sur une représentation différenciée du système socio-éonomique ; elles s’accompagnent dorénavant de logiques d’empowerment qui impliquent les individus. Michel Callon pose la question du rôle du sujet dans la réduction de l’incertitude et la nécessaire « reconstruction d’une citoyenneté active » où les acteurs « doivent se comporter comme de véritables participants plutôt que comme de simples spectateurs » :

  • 20  Michel Callon, « Quel espace public pour la démocratie technique ? », Les sens du public, PUF, 200 (...)

« [Le sujet] apprend à se comporter en “citoyen technologique” actif. Cet apprentissage ne consiste pas à absorber des discours et des idéologies l’exhortant à être actif ; il découle de l’engagement réussi dans des agencements interactifs »20.

  • 21  Alexandre Brun et Frédéric Gache, « Risque inondation dans le Grand Paris : la résilience est-elle (...)

7En somme, la résilience se conjugue avec les territoires, qui eux-mêmes sont le résultat d’une histoire, d’une représentation investie matériellement et symboliquement21 en fonction des réponses inventées par ces territoires, on parlera de trajectoires de résilience …selon que ces propositions s’inscrivent davantage dans un retour « à la normale » ou d’une transformation. C’est pourquoi, les sociétés développent des capacités de résistance, des retours d’expérience permettant d’apprendre d’un risque ou d’une catastrophe. Il semble alors aller de soi que comprendre les effets d’une multiplication d’orages précoces et violents fait appel à des savoirs divers qui recouvrent autant l’histoire, la géographie, l’économie que la météorologie.

  • 22  J.-P. Resweber, « Les enjeux de l’interdisciplinarité » (note 8), p. 172. Et il ajoute que : « La (...)

8L’interdisciplinarité devient un vecteur « d’intégration culturelle qui transforme les connaissances en savoirs apprivoisés »22. Pour Cyria Emelianoff :

  • 23  Cyria Emelianoff, « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », ESO, Travaux et (...)

« La connaissance de ces inégalités [environnementales] suppose aujourd’hui de réviser les appareils statistiques nationaux, de territorialiser à une échelle fine les données, y compris médicales, de mesurer les nuisances, pollutions et risques de proximité, et laisse prévoir à la fois des délais et des obstacles importants dans le processus de construction de ces données. Il est donc légitime de se demander si l’action politique doit rester dépendante de l’information scientifique ou si elle peut s’en émanciper. Si le travail de reconnaissance et de repérage de ces inégalités ne doit pas prévaloir sur l’effort de caractérisation. Cette reconnaissance peut s’appuyer sur des sources d’information locales, communautaires, des connaissances empiriques et inductives »23.

9Les sciences positives proposent une méthode statistique et réflexive via une analyse des faits. L’objectif de cette démarche est évidemment d’objectiver le risque en ce sens que sa réalisation n’est que le résultat d’une corrélation entre plusieurs facteurs. Béatrice Quenault précise cet aspect en rappelant que :

  • 24  B. Quenault, « La rhétorique de la résilience » (note 15), p. 56.

« Ce changement de paradigme dans le champ de l’analyse des risques accompagnerait l’évolution plus générale des sciences : d’une analyse positiviste du risque fondée sur l’approche analytique cartésienne de l’aléa (vision dominante depuis les années 1950), on aurait peu à peu basculé (sans pour autant éliminer le premier paradigme qui reste largement prédominant) vers une analyse postmoderne dans ses diverses dimensions (1re forme de réflexivité post-politique du tournant des années 1970) avant de consacrer aujourd’hui une analyse systémique de la catastrophe et de la résilience (2e forme de réflexivité post-politique du début des années 2000) »24.

  • 25  Le risque prend la forme de « facteurs de risque » ou de « populations à risque ». En utilisant l’ (...)
  • 26  Erné-Heintz/Bard, « Un expert précautionneux » (note 1).
  • 27  Erné-Heintz/Vergnaud, « Quelle quantification pour identifier un niveau de toxicité ? » (note 2).

10La résilience gomme l’opposition entre le social et la nature. Elle fait prendre conscience des limites de l’approche analytique par l’aléa25. Elle fait renaître le paradigme inductif26 et interroge la science normale27 comme le présente le tableau 1.

Tableau 1 : Vers un autre positionnement épistémologique

Tableau 1 : Vers un autre positionnement épistémologique

2. Une autre façon de construire les connaissances : une révolution épistémologique est en marche

  • 28  U. Beck, La société du risque (note 4).
  • 29  Julie Thompson Klein, « Prospects for Transdisciplinarity », Futures, 36/4 (2004), p. 515-526.
  • 30  Berdoulay/Soubeyran, « Pratiques réflexives » (note 14).
  • 31  Valentine Erné-Heintz (et al.), « Évaluation des risques liés à l’exposition aux retardateurs de f (...)
  • 32  Situations où les sources de contamination sont multiples : se pose un problème de mesure lié à l’ (...)

11L’évolution de l’analyse du risque s’effectue tant en termes de contenu dans les politiques publiques qu’en tant qu’objet de recherche. La plus-value qu’opère ce changement quant à la compréhension des rapports entre l’humanité et son environnement renseigne aussi sur les effets d’une territorialisation d’un changement global : le champ des contraintes et les registres d’action se transforment. La science systémique naît dans cette modernité réflexive d’Ulrich Beck28. Pour Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran, il y a dans cette révolution épistémologique29, ce changement de cadre de référence, « les moyens de passer d’un pilotage a priori à un pilotage par les conséquences »30. Elle ouvre la voie à des recompositions méthodologiques et épistémologiques à travers les passerelles interdisciplinaires. Cette ouverture de l’objet d’étude a, par exemple, permis d’insister sur le rôle d’acteurs (lobbys) dans l’opportunité de généraliser les retardateurs de flamme dans les meubles rembourrés en France comme l’explique le rapport de l’ANSES31 tout en reliant la lutte contre le risque « incendie » à une politique du logement, donc à des inégalités sociales. L’approche est multifactorielle et tend à devenir davantage qualitative. D’autres critères (politique, économique, sociologique, historique) sont pris en compte afin de tenir compte de la multi-causalité et du caractère non-monotone de certaines relations (effets cocktail, fenêtre, transgénérationnel et falaise32, problème des faibles doses chroniques).

  • 33  Outre l’approche dose – réponse, il s’agit d’intégrer le contexte historique et juridique, d’étudi (...)

12L’option en faveur d’une approche globale33 profite à une recherche active de solutions par l’inscription de l’objet d’étude dans un espace-temps approprié (rôle de la mémoire) sans omettre les articulations d’échelles (dont l’échelle mondiale) en adaptant les outils ou recommandations au local. Ce parti pris évite une vision biaisée voire fragmentée d’un risque ou de réduire une situation d’incertitude à une situation d’incomplétude de l’information disponible. Le tableau 2 compare l’approche analytique et l’approche systémique en insistant sur les causes de la recomposition des objets d’étude.

Tableau 2 : Comparaison de l’approche analytique et de l’approche systémique

Tableau 2 : Comparaison de l’approche analytique et de l’approche systémique
  • 34  Barroca/DiNardo/Mboumoua, « De la vulnérabilité à la résilience » (note 12).

Source : Bruno Barroca, Maryline DiNardo et Irène Mboumoua (2013)34.

  • 35  V. Erné-Heintz, « Le côté obscur du risque : son invisibilité ! » (note 17).
  • 36  Selon laquelle ne serait science que ce qui est éloigné du contexte, l’universalité résulte d’une (...)

13La présence de valeurs contextuelles n’est pas incompatible avec le maintien d’une objectivité scientifique au moyen d’un dialogue entre les parties et de l’intersubjectivité. Elle considère la singularité des cas et ouvre le champ d’étude à l’expérimentation pour avoir une vision plus globale du risque. Elle s’intéresse à la manière dont la visibilité35 du risque est produite, à la difficulté de produire une relation causale faisant office de preuve pour sortir de l’opposition entre science et contexte ou entre science et société36.

  • 37  Jean-Hugues Barthélémy, « Encyclopédisme et théorie de l’interdisciplinarité », Hermès, La Revue, (...)
  • 38  Patrick Juignet, « Edgar Morin et la complexité », Philosophie, science et société, 2015, https:// (...)
  • 39  Edgar Morin, « Sur l’interdisciplinarité », Bulletin interactif du Centre international de recherc (...)
  • 40  É. Kleinpeter, « Taxinomie critique de l’interdisciplinarité » (note 5), p. 123, précise : « Les d (...)
  • 41  J.-P. Resweber, « Les enjeux de l’interdisciplinarité » (note 8), p. 177.
  • 42  É. Kleinpeter, « Taxinomie critique de l’interdisciplinarité » (note 5), p. 127.
  • 43  J.-H. Barthélémy, « Encyclopédisme et théorie de l’interdisciplinarité » (note 37), p. 167.

14En somme, l’interdisciplinarité révolutionne37 l’analyse du risque car elle modifie l’angle d’approche en soulevant la complexité38 du risque : elle donne du sens à la mémoire et aux savoir-faire locaux. Elle structure une « pensée reliante » au sens d’Edgar Morin39. Édouard Kleinpeter insiste sur les vecteurs d’intégration et d’interaction qu’elle permet ; elle est « un moteur du progrès scientifique (fertilisation croisée des connaissances, migration de concepts, épistémologie comparée, etc.), un outil pour favoriser et penser le lien entre recherche et valorisation ; un élément nécessaire pour permettre le dialogue entre science et société »40. L’interdisciplinarité est un support de la recherche-action puisqu’elle s’inscrit dans une volonté de définir un contenu à une politique publique : « les savoirs se nouent dans et par un processus de symbolisation qui les met au service de l’agir humain »41. Indubitablement, elle est du côté des préconisations, un tremplin en faveur de la concertation. L’interdisciplinarité est « une approche centrée sur les résultats qui aspire à apporter des solutions à des problèmes »42. Elle est « au service de l’expérimentation, […] devenant capable aujourd’hui d’intégrer véritablement l’homme – et non plus “l’Homme” – au vivant, et la technique à la culture »43.

Haut de page

Notes

1  Valentine Erné-Heintz et Denis Bard, « Un expert précautionneux », in : Jean-Paul Markus et Karine Favro (dir.), L’expert dans tous ses états, Paris, Dalloz (coll. Thèmes et commentaires), 2016, p. 197-215.

2  Valentine Erné-Heintz et Jean-Christophe Vergnaud, « Quelle quantification pour identifier un niveau de toxicité ? », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 2016, https://vertigo.revues.org/.

3  Citons Edgar Morin : « J’ajoute que bien des experts agronomes formés dans des instituts spécialisés ignorent les acquis d’expériences paysannes séculaires, voire millénaires. Il faut là encore combiner les bienfaits de la recherche avancée et ceux de l’expérience vécue. Plus généralement, je dirais que tous les maux qui nous menacent mortellement, toutes les pollutions et dégradations, y compris dans nos vies “quotidiennes”, sont issus du dynamisme désormais incontrôlé et démesuré (“ubriaque”) de notre civilisation non seulement capitaliste, mais scientifique-technique-économique, qui privilégie le quantitatif, le calcul, oublie la vie, ses aspirations et ses qualités. Cela veut dire qu’il nous faut certes corriger, amender, économiser, mais aussi et fondamentalement changer de voie. » Gil Delannoi, Edgar Morin, « La gauche, du xxe au xxie siècle. Pour une double autocritique, idéologique et écologique. Dialogue avec Edgar Morin sur son parcours politique et idéologique », Communications, n° 82 (2008), p. 171-188.

4  Ulrich Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité (Risikogesellschaft, 1986), trad. par Lucas Bernardi, Paris, Aubier, 2001.

5  Édouard Kleinpeter, « Taxinomie critique de l’interdisciplinarité », Hermès, La Revue, n° 67, 3 (2013), p. 124. Il écrit : « La catégorisation du savoir se caractérise alors par sa puissance explicative et investigatrice. La connaissance est linéarisée, comme dans la classification de Comte, par un effet de réductionnisme méthodologique. »

6  Les sociologues Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Catherine Rémy rappellent la définition : « Ce concept [l’épidémiologie populaire] recouvre selon lui [Phil Brown] deux phénomènes apparentés : (i) le développement d’une forme de science citoyenne qui correspond à la production par des “profanes” de connaissances sur les risques environnementaux et technologiques – des non-professionnels collectent eux-mêmes des données et mobilisent des connaissances scientifiques pour comprendre l’épidémiologie d’une maladie – et (ii) un type de mobilisation sociale qui joue un rôle de plus en plus crucial dans la culture politique moderne. Cette épidémiologie populaire présente évidemment certains points communs avec l’épidémiologie savante puisqu’il s’agit dans les deux cas de documenter la distribution de certaines maladies et de proposer des hypothèses causales permettant d’en rendre compte. Mais elle déborde du cadre contraignant qui s’impose à l’épidémiologie savante et renvoie à un processus beaucoup plus large. Plus large, d’abord, parce que les hypothèses causales proposées dans le cadre d’un processus d’épidémiologie populaire ne se limitent pas aux “facteurs de risque” sur lesquels se concentre habituellement l’épidémiologie traditionnelle. Les intérêts des industriels, les décisions gouvernementales, les normes de régulation, le racisme environnemental sont autant d’éléments qui peuvent être mis en avant dans la chaîne causale des maladies. » Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Catherine Rémy, « Les enquêtes profanes et la dynamique des controverses en santé environnementale », in : M. Akrich, Y. Barthe, C. Rémy, Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des Mines, 2010, p. 18-19.

7  Florence Rudolf (dir.), Les villes à la croisée des stratégies globales et locales des enjeux climatiques, Québec, Presses de l’Université Laval, 2016, p. 18.

8  Jean-Paul Resweber, « Les enjeux de l’interdisciplinarité », Questions de communication, n° 19 (2011), p. 171, ici p. 174.

9  Valentine Erné-Heintz, « Que nous apprennent les nouveaux risques ? Vers la construction d’un nouveau paradigme ou comment l’effet critique adverse s’impose ! », Journal des Accidents et des Catastrophes, avril 2014, http://www.jac.cerdacc.uha.fr/.

10  Ce que Dominique Bourg, Pierre-Benoît Joly et Alain Kaufmann appellent « le grand récit » : Dominique Bourg, Pierre-Benoît Joly et Alain Kaufmann, Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses universitaires de France, 2013. Pour Thomas Kuhn, cette dernière se caractérise en deux points : i) une volonté de produire de la connaissance pour accumuler des indices concordants créant un consensus spontané et cohérent, ii) une acceptation du cadre de référence par la majorité des chercheurs qui fait alors office de paradigme : Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques (1962), trad. Laure Meyer, Paris, Flammarion (coll. Poche), 2008.

11  « Toutes les choses sont poison et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est pas poison. » L’objectif est d’établir une valeur toxicologique de référence pour indiquer une relation entre une dose d’exposition à une substance et la survenance d’un effet nocif : le risque apparaît au-delà de ce seuil maximal. Il est à la base de la toxicologie classique. Cette caractérisation du risque excuse la présence de résidus de pesticides, d’OGM et d’additifs alimentaires dans notre alimentation : elle définit l’absence d’effets néfastes sur la santé humaine avec une certitude raisonnable et non pas l’absence de risque.

12  Bruno Barroca, Maryline DiNardo et Irène Mboumoua, « De la vulnérabilité à la résilience : mutation ou bouleversement ? », ÉchoGéo, 2013, consulté le 24 juillet 2017, http://echogeo.revues.org/13439.

13  Florence Rudolf, « Les conséquences d’un nouveau régime de la modernité sur les représentations de l’action et de l’intervention humaines », Revue des Sciences sociales, n° 37 (2007), p. 152-158.

14  Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran, « Pratiques réflexives en aménagement pour une adaptation aux changements environnementaux », L’Espace géographique, 41/2 (2012), p. 169-180.

15  Béatrice Quenault, « La rhétorique de la résilience, une lueur d’espoir à l’ère de l’anthropocène ? Vers un changement de paradigme fondé sur l’acceptation de la catastrophe », in : Fl. Rudolf (dir.), Les villes à la croisée des stratégies (note 7), p. 56.

16  L’injustice environnementale désigne par exemple un accès inégalitaire à des espaces verts ou à des transports collectifs. C’est pourquoi, la construction de l’espace n’est pas neutre dans la production d’inégalités environnementales.

17  Valentine Erné-Heintz, « Le côté obscur du risque : son invisibilité ! », Risques, Études et Observations, 2 (2017), p. 21-39, https://fr.calameo.com/read/005049066fa9bf1a01289.

18  Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, « Mettre en mouvement les agriculteurs victimes des pesticides. Émergence et évolution d’une coalition improbable », Politix, n° 111, 3 (2015), p. 175-196.

19  Certains auteurs préfèrent utiliser le terme de « fracture métabolique » : Franck Boutaric, « L’appropriation de la méthode de l’évaluation des risques sanitaires en France », Écologie & politique, n° 40, 2 (2010), p. 117-135.

20  Michel Callon, « Quel espace public pour la démocratie technique ? », Les sens du public, PUF, 2003, p. 198. Il précise : « En un mot, il doit se gouverner lui-même au lieu de se conformer à des normes qui lui sont imposées de l’extérieur par un gouvernement lointain. »

21  Alexandre Brun et Frédéric Gache, « Risque inondation dans le Grand Paris : la résilience est-elle un concept opératoire ? », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 2013, consulté le 25 juillet 2017, p. 3-10, http://vertigo.revues.org/14339.

22  J.-P. Resweber, « Les enjeux de l’interdisciplinarité » (note 8), p. 172. Et il ajoute que : « La distinction entre savoir et connaissance, généralement gommée, est pourtant essentielle. Elle atteste de ce que les connaissances mettent les savoirs en perspective pour mieux les intégrer à la culture. La discipline obéit donc à une double logique d’extraction qui arrache les savoirs à la culture et d’inculturation qui les reverse au compte de la culture. Par la médiation des connaissances qu’elle élabore, elle transforme les savoirs empiriques en savoirs susceptibles d’être partagés, une fois constitués en “capital symbolique” ».

23  Cyria Emelianoff, « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », ESO, Travaux et documents, n° 25, décembre 2006, p. 41-42.

24  B. Quenault, « La rhétorique de la résilience » (note 15), p. 56.

25  Le risque prend la forme de « facteurs de risque » ou de « populations à risque ». En utilisant l’exemple du sida, le sociologue Marcel Calvez explique : « L’identification de “groupes à risque” et de “comportements à risque” se rapporte à une communauté structurée autour de rôles et de statuts différenciés, dans laquelle le bon comportement garantit la bonne santé. Cette représentation part d’un principe d’immunité communautaire et d’une extériorité du sida. Elle identifie les situations sociales particulières dans lesquelles les individus peuvent être exposés au sida. […] La toxicomanie, l’homosexualité, la prostitution sont des marqueurs de cette désaffiliation qui servent à expliquer l’exposition spécifique du sida. » Marcel Calvez, « L’analyse culturelle de Mary Douglas : une contribution à la sociologie des institutions », SociologieS (en ligne), Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006, consulté le 26 juillet 2017, http://sociologies.revues.org/522. Dans la continuité, si l’on prend l’exemple de la récidive, le délinquant représente un danger puisqu’il est déjà passé à l’acte dans le passé. Sa dangerosité s’incarne dans une probabilité à la récidive et dans la nature même de l’individu (une qualité intrinsèque à « être dangereux »). Valentine Erné-Heintz, « Un regard économique sur la dissuasion de comportements criminels », Les Essais de philosophie pénale et de criminologie, Dalloz, n° 11, 2014. Erné-Heintz insiste sur la nécessité de penser la réinsertion du délinquant autrement qu’à travers la peine punitive et ou l’acte délinquant.

26  Erné-Heintz/Bard, « Un expert précautionneux » (note 1).

27  Erné-Heintz/Vergnaud, « Quelle quantification pour identifier un niveau de toxicité ? » (note 2).

28  U. Beck, La société du risque (note 4).

29  Julie Thompson Klein, « Prospects for Transdisciplinarity », Futures, 36/4 (2004), p. 515-526.

30  Berdoulay/Soubeyran, « Pratiques réflexives » (note 14).

31  Valentine Erné-Heintz (et al.), « Évaluation des risques liés à l’exposition aux retardateurs de flamme dans les meubles rembourrés, Partie 1 », Rapport d’expertise collective, ANSES, 2014 ; page 12, il est rappelé : « Le cheminement de travail qui a été suivi par le GT SHS [groupe de travail sciences humaines et sociales] s’est nourri de l’historique de ce sujet, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il a semblé en effet important de revenir sur les conditions et modalités d’adoption de mesures favorisant l’usage des RDF [retardateurs de flamme] comme moyen de prévention du risque d’incendie domestique, ainsi que sur les arguments et débats qui se sont peu à peu déployés quant à l’efficacité de telles dispositions et à leurs conséquences sanitaires. »

32  Situations où les sources de contamination sont multiples : se pose un problème de mesure lié à l’additivité ou la synergie des effets des substances et des combinaisons. En matière de politique publique de santé, simplifier l’information revient souvent à mobiliser le « toutes choses égales par ailleurs » (ceteris paribus) au risque d’avoir une information inaudible.

33  Outre l’approche dose – réponse, il s’agit d’intégrer le contexte historique et juridique, d’étudier les acteurs mobilisés (lobbys, ONG, etc.) et leurs positionnements dans le processus décisionnel, l’impact d’une éventuelle médiatisation ou de l’expertise scientifique, des valeurs, etc.

34  Barroca/DiNardo/Mboumoua, « De la vulnérabilité à la résilience » (note 12).

35  V. Erné-Heintz, « Le côté obscur du risque : son invisibilité ! » (note 17).

36  Selon laquelle ne serait science que ce qui est éloigné du contexte, l’universalité résulte d’une abstraction, d’une construction hors des registres religieux, politique, économique ou social.

37  Jean-Hugues Barthélémy, « Encyclopédisme et théorie de l’interdisciplinarité », Hermès, La Revue, n° 67, n° 3 (2013), p. 165-170.

38  Patrick Juignet, « Edgar Morin et la complexité », Philosophie, science et société, 2015, https://philosciences.com/philosophie-generale/complexite-systeme-organisation-emergence/17-edgar-morin-complexite.

39  Edgar Morin, « Sur l’interdisciplinarité », Bulletin interactif du Centre international de recherches et études transdisciplinaires (en ligne), n° 2 (1994), disponible en ligne sur <ciret-transdisciplinarity.org>. Il souligne qu’« une discipline tend naturellement à l’autonomie, par la délimitation de ses frontières, le langage qu’elle se constitue, les techniques qu’elle est amenée à élaborer ou à utiliser et éventuellement par les théories qui lui sont propres ».

40  É. Kleinpeter, « Taxinomie critique de l’interdisciplinarité » (note 5), p. 123, précise : « Les disciplines peuvent être analysées à la fois en tant qu’unités épistémologiques (lois et principes, ontologies, etc.), cognitives (méthodologies, pratiques, critères d’évaluation, etc.) et contextuelles ou sociologiques (dynamique du système de publications, ouverture à l’“extérieur” de la science, groupes au sein desquels les chercheurs se connaissent, se reconnaissent, se cooptent, etc.). »

41  J.-P. Resweber, « Les enjeux de l’interdisciplinarité » (note 8), p. 177.

42  É. Kleinpeter, « Taxinomie critique de l’interdisciplinarité » (note 5), p. 127.

43  J.-H. Barthélémy, « Encyclopédisme et théorie de l’interdisciplinarité » (note 37), p. 167.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Vers un autre positionnement épistémologique
URL http://journals.openedition.org/allemagne/docannexe/image/940/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau 2 : Comparaison de l’approche analytique et de l’approche systémique
Crédits Source : Bruno Barroca, Maryline DiNardo et Irène Mboumoua (2013)34.
URL http://journals.openedition.org/allemagne/docannexe/image/940/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Erné-Heintz, « Croiser les regards pour renouveler l’analyse du risque »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-2 | 2018, 345-354.

Référence électronique

Valentine Erné-Heintz, « Croiser les regards pour renouveler l’analyse du risque »Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/940 ; DOI : https://doi.org/10.4000/allemagne.940

Haut de page

Auteur

Valentine Erné-Heintz

Maître de conférences en sciences économiques, Université de Haute-Alsace, Mulhouse, Centre européen de recherche sur le risque, le droit des accidents collectifs et des catastrophes (CERDACC), EA 3992, Colmar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search