Navigation – Plan du site
Varia

Prêcher à la fin de la Première Guerre mondiale (octobre-novembre 1918) : Albert Schweitzer

Matthieu Arnold
p. 415-427

Résumés

À la fin de la Première Guerre mondiale, Albert Schweitzer (1875-1965), parti à Lambaréné avec son épouse en 1913, puis interné avec elle, en tant que citoyens allemands, dans divers camps de prisonniers en France en 1917-1918, reprend son activité de prédicateur à la paroisse Saint-Nicolas de Strasbourg. Les sermons qu’il prononce le 13 octobre et le 24 novembre 1918 comportent des caractéristiques remarquables, comme le montre la comparaison avec des prédications de théologiens français de la même époque : dépourvus de tout triomphalisme et de tout nationalisme, ils appellent au redressement de l’humanité tout entière, grâce à l’éthique du « respect de la vie » (Ehrfurcht vor dem Leben).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. Avenir de l’humanité et « respect de la vie » : les sermons d’Albert Schweitzer (13 octobre et 24 novembre 1918)
2. Triomphe sur l’ennemi, réveil du protestantisme et redressement de la France : trois sermons français à titre de comparaison
Conclusions

Aperçu du texte

Lorsque, à l’automne 1918, Albert Schweitzer prêche, en allemand, en l’église Saint-Nicolas (Strasbourg), il est un orateur expérimenté : il a débuté son activité de prédicateur vingt ans plus tôt, à la fin de la première partie de ses études de théologie, après avoir obtenu la « licentia concionandi » (autorisation de prêcher). De 1899 à 1912, il a prêché en tant que vicaire stagiaire puis, à partir du 14 novembre 1900, en tant que vicaire à la paroisse allemande de Saint-Nicolas. Saint-Nicolas, qui avait la particularité de comporter aussi une paroisse française, était marquée par le libéralisme théologique : ses pasteurs examinaient de manière critique tant les dogmes que les textes bibliques. La prédication de Schweitzer se caractérise notamment par ses accents éthiques : à la suite de Jésus, dont il s’agit d’actualiser les préceptes, Schweitzer exhorte ses paroissiens à œuvrer à l’avènement du Royaume de Dieu, c’est-à-dire d’un monde qui soit de plus en plus imprégné de l’« Esp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Arnold, « Prêcher à la fin de la Première Guerre mondiale (octobre-novembre 1918) : Albert Schweitzer  », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-2 | 2018, 415-427.

Référence électronique

Matthieu Arnold, « Prêcher à la fin de la Première Guerre mondiale (octobre-novembre 1918) : Albert Schweitzer  », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/979 ; DOI : 10.4000/allemagne.979

Haut de page

Auteur

Matthieu Arnold

Professeur en histoire moderne et contemporaine à la Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg, EA 4378

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals