Navigation – Plan du site
Varia

La notion de « race juive » sous la plume d’Arthur Ruppin (1876-1943)

Jérôme Mancassola
p. 429-440

Résumés

Avant cet article, peu d’études francophones s’étaient intéressées aux sionistes allemands des xixe et xxe siècles qui affirmaient appartenir à une « race juive ». Il s’agit ici de proposer une vision d’ensemble de ce sionisme racial, de mettre en relief son aspect pluridisciplinaire, ainsi que d’historiciser et de démystifier la notion de « race », encore sujette à moult polémiques. Pour y parvenir, une synthèse inédite des théories raciales d’un savant juif allemand majeur, le sioniste et sociologue Arthur Ruppin, a été entreprise. À travers la notion de « race juive » d’Arthur Ruppin, cet article aborde le poids écrasant des legs allemands (nationalisme exacerbé, usage des statistiques, eugénisme, darwinisme…) prêts à être mis en application en Palestine, mais aussi la vision unitaire de la « race juive » dans le temps et l’espace, ainsi que la peur maladive de sa dégénérescence et son obsessionnel souci de pureté.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article, achevé en juin 2018, reprend les conclusions du mémoire éponyme : Jérôme Mancassola, La notion de « race juive » sous la plume d’Arthur Ruppin (1876-1943), mémoire de master en histoire, Université de Strasbourg, Faculté des sciences historiques, 2017, 177 p., non publié.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. Genèse et mûrissement d’un « cocktail idéologique » original
2. Une bio-histoire de la « race juive »
3. Diagnostic et avenir de la « race juive »
Conclusion : vers un nouveau « paradoxe » ?

Aperçu du texte

« Il ne vaut pas la peine d’essayer de faire en sorte que l’histoire ne se répète pas, car le caractère de l’homme rendra toujours impossible la prévention des répétitions ».
Mark Twain

Juif et race : rares sont les termes qui auront autant repoussé les limites de la controverse intellectuelle. Leur définition protéiforme, leurs paradoxes troublants ainsi que la radicalité idéologique inouïe résultant de leur interaction en font un sujet d’étude passionnant ; c’est un alliage terminologique non seulement ancien, mais aussi d’une durabilité historique déconcertante, lorsque l’on étudie dans le cadre de la longue histoire des idées deux nations incontournables : l’Allemagne et Israël.

Le mémoire dont est tiré cet article propose une analyse historique des interactions conceptuelles entre juif et race, en particulier celles qui peuvent être faussement perçues comme paradoxales. Pour saisir au mieux ces « paradoxes », gardons en tête le contexte européen des xixe et xxe siècles. Personne ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Mancassola, « La notion de « race juive » sous la plume d’Arthur Ruppin (1876-1943) », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-2 | 2018, 429-440.

Référence électronique

Jérôme Mancassola, « La notion de « race juive » sous la plume d’Arthur Ruppin (1876-1943) », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/allemagne/985 ; DOI : 10.4000/allemagne.985

Haut de page

Auteur

Jérôme Mancassola

Doctorant contractuel en histoire au sein de l’École doctorale des humanités de l’Université de Strasbourg (ED 520)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande

Haut de page
  • OpenEdition Journals