Navigation – Plan du site
Les vecteurs de l'historiographie régionale / Landesgeschichte

La recherche historique sur la région du Nord (1950-2000) : une tradition toujours féconde, vivifiée par un réseau institutionnel

Historische Forschung über die «Région Nord» (1950-2000). Eine noch immer fruchtbare Tradition, belebt durch ein institutionelles Netz
Philippe Guignet
p. 259-281

Résumés

La Revue du Nord symbolise et exprime la diversité et la fécondité de la recherche historique sur la région. L’analyse des articles publiés entre 1950 et 1999 montre une suprématie relative persistante de l’histoire économique et sociale en dépit d’un rééquilibrage en faveur de l’histoire culturelle et religieuse, comme de celle du politique et du fait militaire. Malgré un vieillissement de leur recrutement qui devient tangible à la fin du XXe siècle, les sociétés savantes demeurent bien vivantes, alors que le mouvement des mémoires et des thèses soutenus a longtemps l’allure d’une vague déferlante. Les centres de recherche universitaires n’ont cessé de se recomposer, de soutenir les projets et de fouailler les énergies.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche sur l’histoire du Nord du Moyen Age à nos jours est demeurée très active dans le second XXe siècle et a même vu se multiplier dans d’imposantes proportions les publications dans les domaines les plus divers. Après une courte mise au point sur les ouvrages de synthèse publiés entre 1950 et l’an 2000, nous nous proposons de présenter une analyse du contenu du bon millier d’articles publiés par la Revue du Nord au cours de la période considérée, avant d’évoquer à grands traits l’activité des deux commissions départementales d’histoire, puis d’orienter la réflexion sur l’archipel des équipes de recherche universitaire et l’évolution de leurs centres d’intérêt.

  • 1 PIERRARD (Pierre), Le Nord d’hier et de demain, Flandre, Artois, Hainaut, Grenoble, Arthaud, 1985, (...)
  • 2 COORNAERT (Emile), La Flandre française de langue flamande, Paris, 1970.
  • 3 Cinq sont parues aux Presses Universitaires de Lille : Saint-Omer (1981), Cambrai (1982), Valencien (...)
  • 4 WYTTEMAN (Jean-Pierre) dir., Le Nord de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Editions B (...)
  • 5 DESMULLIEZ (Janine) et MILIS (Ludo), Histoire des provinces françaises du Nord, t. I, De la Préhist (...)
  • 6 LOTTIN (Alain) et GUIGNET (Philippe), Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à (...)

2Quelques ouvrages de synthèse récapitulant l’histoire de la région ont vu le jour depuis 1950. Outre les livres de bonne vulgarisation sur la région du Nord composés par Pierre Pierrard1 et une preste synthèse d’Emile Coornaert sur la Flandre française2, l’Histoire des Pays-Bas français en deux volumes publiée en 1972-1974 sous la direction de Louis Trénard fait figure de livre de référence faisant autorité. En 1982, Yves-Marie Hilaire a coordonné une opportune Histoire du Nord/Pas-de-Calais de 1900 à nos jours publiée aux Editions Privat avant de diriger, puis de partager la direction d’une collection d’histoires des villes du Nord et du Pas-de-Calais forte de douze volumes, publiée entre 1981 et 1986 dans un premier temps par les Presses Universitaires de Lille, puis par les Editions des Beffrois3. En 1988, la maison d’édition Bordessoules de Saint-Jean d’Angély tenta en 1988 de renouveler la compréhension globale du devenir historique régional en consacrant deux volumes à l’histoire de chacun des deux départements composant la région du Nord4. D’une ambition plus large fut le projet nourri par Alain Lottin d’une collection distribuée en six volumes d’une Histoire des provinces françaises du Nord. Les deux premiers tomes, l’un allant de la préhistoire à l’an mil et l’autre du temps des principautés à l’accession à l’Empire de Charles Quint sortirent rapidement des presses en 1988 et 19895. Pour des raisons tenant notamment à la cessation d’activités des Editions Westhoeck, le troisième tome sur les Temps modernes écrit par Alain Lottin et le signataire n’a été publié qu’en mars 20066. C’est dire le caractère difficultueux du montage financier et éditorial nécessaire à la sortie d’un ouvrage de cette nature

Une grande revue universitaire régionale, la Revue du Nord

3Lorsque l’on veut prendre la mesure de l’activité de recherche sur les parties septentrionales de la République, c’est vers la Revue du Nord qu’il importe d’abord de se tourner. La Revue du Nord fondée en 1910 demeure en effet, hors des revues parisiennes, une des premières revues historiques de statut universitaire. Elle symbolise et exprime la diversité et la fécondité de la recherche sur la région dans les rayons des nombreuses bibliothèques abonnées des divers continents. Il est donc logique de lui faire une juste place, alors qu’une synthèse de l’historiographie régionale est souhaitée. Existaient au vrai depuis 1906 des Annales de l’Est et du Nord. Une séparation à l’amiable de la Faculté des Lettres de Nancy et de celle de Lille s’opéra dans les derniers mois de 1909 ; la Revue du Nord fut alors constituée par la Société des Amis de l’Université de Lille, afin de donner les moyens de vivre à la partie des anciennes Annales afférentes à la région du Nord. Sous la direction d’Alexandre de Saint-Léger, un prestigieux comité de rédaction se mit en place où l’on observa la présence de l’archiviste Max Bruchet, du géographe Albert Demangeon, des historiens Georges Lefebvre, Henri Pirenne et Philippe Sagnac. Sous le long principat de Saint-Léger (il dirigea le titre jusqu’à sa mort en 1944), la revue acquit sans à-coups une place incontestée. A la Libération, se mit en place une direction bicéphale avec le médiéviste Edouard Perroy, nommé à Lille en 1934 qui quitta l’université en 1950 et le spécialiste de la Révolution Louis Jacob, un homme de tempérament et d’action, bientôt doyen de la faculté des Lettres. Le départ en retraite de Louis Jacob propulsa au premier plan Michel Mollat dont le départ à la Sorbonne en 1958 ouvrit prématurément la succession qui échut au moderniste, Louis Trénard.

Louis Trenard. (Base images. IRHIS - Lille III)

Louis Trenard. (Base images. IRHIS - Lille III)
  • 7 Louis Trénard est décédé en 1994 (HILAIRE (Yves-Marie), « In memoriam, Louis Trénard (1914-1994) », (...)
  • 8 On se reportera aux trois tableaux de répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la (...)

4Sous la direction ferme et bienveillante de L. Trénard (de 1958 à 1982)7, puis de ses successeurs Yves-Marie Hilaire et Bernard Delmaire, la revue bénéficia du grand développement des universités françaises. En un demi-siècle, le nombre des articles d’histoire publié a plus que triplé ; 98 articles sont recensés dans les années 1950, 354 dans les années 1990. La montée en puissance de la Revue du Nord se révéla irrésistible dans le second XXe siècle. Dès les années 1960, la progression est de 31 % sur les dix années antérieures. C’est dans les années 1970 que l’accélération est la plus forte (219 articles publiés, ce qui correspond à un accroissement de 69, 76 %). C’est du reste en 1974 que le comité de rédaction entérine le principe de numéros spéciaux et thématiques (cf. annexe 1) alternant à intervalles assez réguliers avec des numéros « varia ». Quoique à un rythme un peu ralenti, la hausse se maintient ensuite (244 articles publiés en 1980-1989, 354 en 1990-1999). On a toutefois le sentiment qu’au terme du siècle, la revue a trouvé son rythme de croisière, en stoppant une sorte de course au gigantisme privée de réelle signification et de surcroît économiquement peu viable. Nous devons en tout cas garder ces chiffres à l’esprit, lorsque nous sommes ensuite conduit à évaluer les parts relatives des sous-périodes et des thématiques8.

Répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la Revue du Nord (1950-1999)

5Répartition décénale

Classement par champs thématiques et par grandes périodes

Répartition décennale des articles d’histoire publiés par la Revue du Nord (1950-1999)

1950 - 1959

1960 - 1969

1970 - 1979

1980 - 1989

1990 - 1999

1950 - 1999

Moyen Age

25

20

33

65

76

219

Histoire moderne

25

39

46

60

72

242

Révolution, Empire

17

17

9

39

30

112

Histoire contemporaine

32

53

131

80

176

472

Classement par périodes

Répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la Revue du Nord (1950-1999)

Répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la Revue du Nord (1950-1999)

Classement par grandes périodes et par champs thématiques

Répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la Revue du Nord (1950-1999)

1950 - 1959

1960 - 1969

1970 - 1979

1980 - 1989

1990 - 1999

1950 - 1999

Moyen Age

4

2

3

26

13

48

Histoire moderne

5

5

15

22

25

72

Révolution, Empire

0

4

4

9

15

32

Histoire contemporaine

0

9

51

21

61

141

Total

9

20

73

78

114

293

6Globalement, en un demi-siècle, la suprématie relative de l’histoire économique et sociale n’a pas été sérieusement malmenée, puisque 41, 46 % des articles s’inscrivent peu ou prou dans les divers champs de l’histoire des économies et des sociétés. Si l’on examine le poids relatif des thématiques au cours des cinq décennies considérées, il appert que jamais l’histoire économique et sociale n’a été aussi dominante que dans les années 1960, quand elle s’adjuge 57,36 % des contributions accueillies par le titre. Les années 1970 sont marquées par un relatif passage à vide (31,5 %), mais les années 1980 sont particulièrement productives et la fin du siècle, sans être aussi prolifique (38,13 %), s’inscrit peu en deçà de la moyenne générale du demi-siècle. Quelques importants numéros spéciaux ne sont pas étrangers à ce maintien d’une majorité relative de ce type d’histoire dans la Revue du Nord, qui globalement a moins cédé à l’engouement pour l’histoire politique et culturelle que bien d’autres revues généralistes.

7Cela étant, l’histoire politique, administrative et militaire occupe le deuxième rang statistique avec 30,14 % des articles en 1950-1999, en précédant de justesse l’histoire culturelle, religieuse et éducative (28,04 %). L’évolution longue de l’histoire politique n’est pas exempte de soubresauts et de revirements. Au début de la période, elle l’emporte (46,9 %) sur l’histoire socio-économique en un temps où l’histoire culturelle et religieuse est vraiment peu présente dans les colonnes de la Revue du Nord. L’histoire politique lato sensu amorce une montée dans les années 1960 et connaît un apogée dans les années 1970. Après un effacement relatif dans la décennie suivante, elle retrouve une place significative dans les dernières années du siècle.

  • 9 La nature des articles dans les Annales ESC, la Revue historique et la Revue d’histoire moderne et (...)

8Des comptages conduits sur la nature des articles publiés dans les Annales ESC, la Revue historique et la RHMC ont montré, quoique avec une inégale intensité selon les titres, une nette progression de l’histoire culturelle, dans les préoccupations des historiens dès le début des années 19709.C’est ainsi que dans les Annales ESC, l’histoire culturelle cantonnée à 19,4 % en 1946-1956 et à 22,4 % en 1957-1969 bondit à 32,8 % dans les années 1969-1976. Constate-t-on une évolution analogue dans la Revue du Nord ? L’observation des chiffres conduit à des observations assez voisines. En progression dès les années 1960 (15,5 %), l’histoire culturelle atteint 32,87 % des articles dès les années 1970 et demeure en gros à ce niveau dans les deux décennies ultérieures. On a donc assisté au cours des trente dernières années à un rééquilibrage des domaines prospectés par les auteurs s’adressant à la revue pour publier avec une présence mieux affirmée des enquêtes sur la vie religieuse, l’éducation, la presse et la vie culturelle.

  • 10 Ne nous targuant d’aucune compétence avérée en archéologie, nous nous sommes abstenus de nous avent (...)
  • 11 Nous avons échenillé les tables décennales de la Revue qui ont été publiées jusqu’à la décennie des (...)
  • 12 Par exemple la Revue Historique a consacré 6,7 % de ses articles à cette période en 1946-1965, 2,6  (...)

9L’étude de la répartition par périodes des 1045 articles d’histoire10 publiés dans la Revue du Nord11 révèle sans surprise une position dominante des contributions consacrées à la période 1815 à nos jours (45,16 %). D’une décennie à l’autre, les proportions entre les périodes n’évoluent pas de façon significative, même si l’histoire contemporaine occupait une place moins grande dans les années 1950 (32,32 % des articles en 1950-1959) qu’au cours des décennies ayant correspondu à l’explosion numérique des articles consacrés à la région dans la revue. L’histoire des Temps modernes occupe la deuxième place (23,15 %) et précède à peu de distance le Moyen Age (20,95 %). Nous avons un temps hésité à distinguer les contributions portant sur la Révolution, le Consulat et l’Empire de celles relatives aux trois siècles de l’Ancien Régime. Bien nous en a pris, car nous avons constaté qu’en concentrant plus de 10 % des articles, cette période témoignait d’une plus grande dilection des collaborateurs du titre que dans les autres revues historiques françaises12. Même si les années précédant et suivant le Bicentenaire ont évidemment suscité un flux de travaux, il apparaît que, sauf dans les années 1970, la période révolutionnaire, consulaire et impériale a toujours fait naître des projets de recherche parmi les chercheurs travaillant sur la région du Nord. Ce sont des articles d’ailleurs prioritairement axés sur l’histoire politique, militaire et administrative qui orientent le projecteur vers ces temps de mutation riches d’héroïsme et de passions à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles.

10Selon les périodes, les grands domaines de recherche pèsent inégalement. L’histoire politique et administrative nourrit bien davantage de travaux à partir de la Révolution française. En revanche, elle suscite moins du quart des articles en histoire du Moyen Age et en celle des Temps modernes. L’histoire religieuse et culturelle s’affirme davantage en histoire moderne et en histoire contemporaine qu’en celle du Moyen Age.

Une production impressionnante de mémoires et de thèses

  • 13 Nous avons procédé à des comptages systématiques à partir de deux répertoires : MALLE-GRAIN (Nadine (...)

11Nous nous sommes intéressé au problème de savoir si les diplômes d’études supérieures et les mémoires de maîtrise soutenus devant les jurys de l’université de Lille III 13 se distribuaient selon des orientations analogues aux axes structurant les thématiques traitées dans les colonnes de la Revue du Nord. Il ne nous a pas semblé utile d’écheniller tous les mémoires soutenus entre 1950 et l’an 2000. Nous avons procédé à deux sondages quinquennaux portant d’une part sur les 231 mémoires portant sur l’histoire de la région présentés en 1970-1974 et d’autre part sur les 469 mémoires soutenus de 1990 à 1994. A l’évidence, au début des années 1970, l’histoire économique et sociale était presque hégémonique en inspirant 54,14 % des mémoires d’histoire. L’histoire politique avec 23,58 % et l’histoire culturelle et religieuse avec 22,27 % suivaient à distance respectable. Dans la première moitié de l’ultime décennie du XXe siècle, l’histoire économique et sociale conserve aisément la première place, mais son poids relatif est en recul de douze points sur les niveaux des années 1970-1974. L’attractivité croissante de l’histoire politique et de l’histoire culturelle relève donc de l’évidence et on observe que l’histoire des religions et des cultures fait jeu égal avec l’histoire du politique et du fait militaire dans les postulations intellectuelles des étudiants-chercheurs (29 % pour l’histoire politique, 28,36 % pour l’histoire culturelle).

12Ces rééquilibrages ne se situent pas en rupture avec ce que nous avons observé en scrutant la ventilation thématique des articles de la Revue du Nord. Les proportions sont du même ordre. On peut donc conclure à des évolutions assez homogènes dans le choix des grands domaines de l’histoire : un recul de l’histoire économique et sociale qui n’entame pas sa position dominante, une consolidation de l’histoire politique, administrative et militaire, un succès croissant, qui n’a pourtant rien de torrentueux, de l’histoire culturelle et religieuse. Notons aussi au passage que le poids relatif des mémoires d’histoire régionale dans l’ensemble des mémoires d’histoire présentés sur la période allant du Moyen Age à nos jours témoigne d’une bonne tenue des sujets d’histoire régionale, puisque de 1990 à 1994, sur les 714 mémoires d’histoire soutenus, 469 soit 65,68 % de l’ensemble s’inscrivent dans les divers champs de l’histoire de la région du Nord. Il est cependant incontestable que la proportion était plus grande dans les premières années de la décennie 70 du XXe siècle, puisqu’elle dépassait alors 80 %.Il ne faut cependant être captif d’un examen en termes de pourcentage : le nombre des mémoires en histoire régionale portant sur le Moyen Age, les Temps modernes et l’époque contemporaine a plus que doublé dans le même laps de temps.

  • 14 Marie-Pierre Lambelin a préparé sous la direction de Bernard Delmaire et soutenu en 1997 un bien ut (...)
  • 15 AUBRY (Martine), Répertoire des travaux de recherche soutenus (maîtrise, DEA, thèses). Région Nord- (...)
  • 16 15 thèses d’histoire ont été soutenues en 1950-1959, 19 en 1960-1969, 26 en 1970-1979, 40 en 1980-1 (...)

13Un autre indicateur de la vitalité de la recherche serait constitué par une évaluation du nombre de thèses soutenues au cours de la période. Nous disposons des outils de recherche requis pour procéder à des comptages pour l’histoire médiévale du moins jusqu’en 199614 et l’histoire des Temps modernes jusqu’en 198815. Impressionnant est le nombre de mémoires doctoraux soutenus dans les divers domaines de l’histoire médiévale, puisque 181 thèses ont été soutenues en à peine un demi-siècle dont, il est vrai, 47 (soit 26 % de l’ensemble) portent sur la littérature médiévale et la dialectologie. Parmi les 134 thèses d’histoire et d’histoire de l’art, 73 (soit 54 % du total) ont été soutenues en France (21 à Lille, 19 à l’Ecole des Chartes et 33 dans une université parisienne), 27 l’ont été en Belgique, 27 sont des PhD américains, 7 autres ont été défendues dans un autre pays (généralement l’Angleterre et l’Allemagne). Il est certain que bon nombre de ces thèses portent sur les Flandres ou le Hainaut en général et non sur les seuls territoires devenus français à la faveur des conquêtes du XVIIe siècle. Il demeure que l’attrait des doctorants pour le Moyen Age débouche sur des thèses en nombre croissant au fil des décennies16, ce que l’on ne décèle pas en échenillant la thématique des mémoires de maîtrise.

  • 17 On a peine à croire que seuls cinq thèses ont été présentées devant des jurys américains. Les moteu (...)
  • 18 L’école d’histoire du Droit a toujours été bien vivante à Lille. Le Centre d’Histoire Judiciaire di (...)

14Le répertoire des travaux de recherche soutenus sur la période moderne est certainement moins complet17, mais il fait figure de solide ouvrage de référence pour les thèses soutenues en France et en Belgique. Des thèses validées par des jurys universitaires portent en moindre nombre sur les Temps modernes que sur la période médiévale, mais la part relative des opera magna défendus à Lille y est plus notable. Trente-cinq thèses d’histoire moderne ont été défendues devant l’université de Lille dans les quatre premières décennies du second XXe siècle, huit l’ont été à l’Ecole Nationale des Chartes et 12 devant une université parisienne (en la circonstance presque exclusivement la Sorbonne). Mention toute spéciale doit être faite des thèses d’histoire du Droit et des institutions dont dix-neuf ont été préparées et conduites à bonne fin entre 1950 et 198818.

Des sociétés savantes bien installées et toujours actives

15L’univers des sociétés savantes pourrait nous retenir longtemps, tant elles sont nombreuses, même s’il appert qu’en dépit de l’engagement souvent déterminé des animateurs, leur activité, par suite du vieillissement de leur recrutement, n’a plus à la fin du XXe siècle la même vitalité que quelques décennies plus tôt. Certaines sociétés savantes ont acquis une notoriété que leur ancienneté conforte. Citons entre quelques autres, dans le Pas-de-Calais, l’Académie d’Arras dont les Mémoires paraissent depuis 1818, la Société des Antiquaires de la Morinie à Saint-Omer dont les Bulletins et les Mémoires remontant à 1833 ou la Société académique de Boulogne-sur-Mer dont les premières publications datent de 1864. Depuis 1962, la Fédération des Sociétés Savantes du Nord de la France réunit chaque année lors d’un dimanche d’octobre un congrès, alternativement dans le Nord et le Pas-de-Calais, sur un thème correspondant peu ou prou au thème national du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Les Actes de ces congrès régionaux sont régulièrement publiés, parfois sous une forme simplement reprographiée, par la société ayant organisé l’accueil des congressistes. Ce mode de reproduction n’assure pas à ces Actes la diffusion qu’ils méritent, même s’il est inévitable que la qualité des communications se révèle inégale.

16Centrons notre attention sur les deux commissions départementales. La Commission historique du Nord, qui est une société savante préfectorale, a le privilège de l’ancienneté, puisqu’elle a été créée en 1839. Elle a des liens très forts avec les Archives départementales et continue à se réunir à intervalles réguliers à la Préfecture. En l’an 2000, la Commission comptait cent treize membres censés représenter les divers arrondissements du département, même si le seul arrondissement de Lille en fournit cinquante-neuf.

17Les bulletins ont longtemps reproduit les procès-verbaux qui selon une liturgie invariable, font se succéder une communication, la présentation des ouvrages reçus et diverses informations relatives à la vie culturelle du département. Depuis plus de vingt ans, l’équipe animatrice a opté pour l’envoi chaque mois à tous les membres d’un résumé ronéotypé substantiel de la séance précédente, réservant ainsi les volumes de mémoires à la publication de communications originales retravaillées et complétées pour la publication. Ces mémoires sont complétés par une chronique des bibliothèques, des archives et des musées. Les historiens prennent intérêt à y découvrir également un bilan des opérations archéologiques, ainsi qu’un état des activités du service régional de l’Inventaire général du département, comme de celles de la Conservation régionale des Monuments Historiques du Nord-Pas-de-Calais. Comme sa charte fondatrice incite à « veiller à la conservation des monuments et édifices historiques du département du Nord », la Commission intervient aussi auprès des autorités publiques pour préserver, mieux restaurer les monuments qui le méritent.

18La Commission Historique du Nord a publié 14 volumes entre 1948 et l’an 2000. Nous y avons répertorié 91 articles, dont 11 d’archéologie. Elle donne dans son activité historique la priorité à l’étude des Temps modernes (28 articles et même 33, si on y intègre la période révolutionnaire) et à la période contemporaine (26 articles). Le Moyen Age est moins représenté avec treize articles. L’histoire de l’art et en son sein celle de l’architecture n’y font pas figure de parent pauvre avec 12 articles ce qui étonne d’autant moins que nous avons vu la vocation de la Commission à veiller à la préservation du patrimoine monumental.

19La Commission historique du Pas-de-Calais a un volume d’activités très sensiblement supérieur à celui de son homologue du Nord, ce qui tient notamment à la présence en son sein de plus de 400 membres. Cette commission créée en 1846 par le préfet Emilien Desmousseaux de Givré s’appela dans un premier temps Commission des Antiquités départementales, avant de devenir en 1898 Commission départementale des monuments historiques, dénomination qu’elle conserva jusqu’en novembre 1981 lorsque soucieuse de moderniser sa raison sociale, elle opta pour Commission départementale d’histoire et d’archéologie.

20Son activité de publication se distribue entre l’édition de bulletins généralement annuels et de volumes de mémoires. Trente cinq bulletins ont été publiés entre 1950 et 2000. Depuis 1970, la périodicité annuelle (sauf pour la période 1979-1984) a été rigoureusement respectée, alors qu’auparavant un volume de bulletins sortait des presses tous les trois ans.

  • 19 On peut se reporter à SAVAGNER (P.), Table générale et analytique des publications de la Commission (...)

21De 1952 à l’an 200019, 136 articles ont été publiés dans ces bulletins. Ce qui singularise ce bulletin, si on le compare à celui du Nord, est la forte présence des études archéologiques (71 articles, soit 52 % de l’ensemble). Si l’on se réfère aux seuls équilibres numériques, le Moyen Age est un peu le parent pauvre, alors que les Temps modernes et la Révolution font presque jeu égal avec l’histoire contemporaine. Les thèmes les plus souvent pratiqués sont l’histoire de l’enseignement, l’histoire religieuse et l’histoire économique des trois derniers siècles.

  • 20 Plusieurs chanoines accédèrent à la présidence avant 1950 (Auguste Parenty, Eugène Van Drival, Char (...)
  • 21 Depuis 1950 se succédèrent Georges Sangnier (1955-1965), Jean Lestocquoy (1966-1979), Pierre-André (...)

22L’attrait des historiens du Pas-de-Calais pour l’époque révolutionnaire, qui ne trouve pas son pendant dans le puissant département voisin, n’est pas franchement étonnant dans un département dont le chef-lieu s’enorgueillit d’avoir compté dans sa population Maximilien de Robespierre. Dans un Artois labouré par l’odyssée des charbonnages, il n’est pas davantage singulier que l’histoire économique contemporaine ait droit de cité. Il est peut-être moins attendu de voir l’histoire du christianisme aussi peu dédaigné. Est-ce le résultat de l’appartenance au clergé de six des seize présidents20 s’étant succédé à la tête de la Commission depuis l’origine21 ? Peut-être, même si cette prégnance de la gent ecclésiastique est moins patente dans le second XXe siècle, en dépit de la longue et active présidence de Mgr Jean Lestocquoy, président de 1966 à 1979.

  • 22 Le siège de la Société est à la Faculté de Droit de Lille. On dispose sur l’historique de cette Soc (...)
  • 23 Parmi les premiers membres du bureau de la Société figurent le professeur lillois de Droit Raymond (...)
  • 24 Ce n’est cependant pas une règle qui ne connaît pas d’exception, puisque le chanoine Platelle dont (...)
  • 25 Du moins depuis la réforme des statuts de 1957.

23Une société savante d’un type d’activité plus nettement universitaire a déployé une activité persévérante au cours du second XXe siècle. Il s’agit de la Société d’histoire du Droit et des institutions des pays flamands, picards et wallons22 fondée en 192923. Cette société animée au premier chef par des collègues juristes24 tient des journées internationales tous les ans en mai en choisissant le week-end de l’Ascension pour rassembler commodément ses membres. Depuis 1988, un thème dominant est choisi pour chacune de ces rencontres. La Revue du Nord publie un résumé des communications le plus souvent dans la livraison de janvier-mars de l’année suivante (cf. annexe 2). Une des particularités de cette Société est qu’elle se réunit selon un mode de rotation triennale dans une ville de France, de Belgique et des Pays-Bas. Le président dont le mandat est de trois ans25 est également choisi à tour de rôle parmi les membres de l’un des trois pays, France, Belgique et Pays-Bas, ce qui tisse des liens de coopération dans un esprit de convivialité universitaire entre divers pôles de recherche de l’Europe du Nord-Ouest.

Un archipel de centres de recherche universitaire en constante recomposition

24L’archipel des équipes de recherche universitaire a une histoire qui appartient presque exclusivement au second XXe siècle. C’est en novembre 1954 que Michel Mollat créa le Centre Régional d’études historiques, tout en prenant la succession de Louis Jacob à la tête de la Revue du Nord. Se créa alors une structure bipolaire Revue du Nord – Centre Régional qui demeuraient indépendants sur le plan juridique tout en se partageant les mêmes locaux pendant vingt ans, tant que la Faculté des Lettres et Sciences humaines transformée en 1970 en université de Lille III demeura à Lille. Le centre régional d’études historiques connut du reste quelques métamorphoses, correspondant à un affermissement de son programme scientifique. Transformé après 1968 en Centre d’histoire de la région du Nord, il se transforma en Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest à la faveur de son installation à Villeneuve d’Ascq en 1974. Ce faisant, il ne faisait qu’enregistrer dans sa dénomination une aire géographique de recherches qui dès l’origine (faut-il le préciser ?), ne bornait pas ses horizons aux limites départementales du Nord et du Pas-de-Calais dessinées en 1790.

  • 26 Plusieurs universitaires lillois (A. Lottin, Y.-M. Hilaire) ont participé sous la direction de PIER (...)
  • 27 HILAIRE (Yves-Marie), Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse (...)
  • 28 DEYON (Solange) et LOTTIN (Alain), Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Paris, H (...)
  • 29 LOTTIN (Alain), Lille, citadelle de la Contre-Réforme, 1598-1668, Dunkerque, Les Editions des Beffr (...)

25Si le Centre d’histoire de la région du Nord consacrait son activité par définition aux provinces septentrionales de la République, d’autres avaient un champ géographique plus vaste26. C’est ainsi que travailla pendant vingt ans un Centre lillois d’histoire religieuse animé par Y.-M. Hilaire intégré dans un GRECO (Groupement de recherches coordonnées) CNRS n° 2 dirigé par Bernard Plongeron puis Claude Langlois. Plusieurs riches numéros spéciaux de la Revue du Nord nourris par les réflexions des chercheurs de cette équipe synthétisèrent la majeure partie des apports de ce groupe. La thèse d’Yves-Marie Hilaire sur une chrétienté au XIXe siècle décrivait la reconquête, puis les premiers signes d’affaiblissement du catholicisme ultramontain dans le diocèse d’Arras27. Elle fut d’une certaine manière complétée par deux vigoureux éclairages portés sur le second XVIe siècle et le premier XVIIe siècle. A la synthèse sur les casseurs de l’été 156628 composée par Solange Deyon et Alain Lottin, s’ajouta la thèse de doctorat d’Etat d’Alain Lottin sur Lille, citadelle de la Contre Réforme29 qui éclairait d’un jour nouveau la vie religieuse de 1598 à 1667, alors que la réforme tridentine inondait de ses « hautes eaux » la société de Lille et les consciences de ses habitants.

  • 30 Centre de Recherche Historique sur l’Europe du Nord-Ouest - Identité, Mémoire et Société.

26Par ailleurs travaillaient, avec des niveaux d’intensité différents, le Centre d’histoire de Haut Moyen Age crée par Michel Rouche et le Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Afrique institué par Jean Martin. En 1991, les responsables de ces centres, afin de remédier à un émiettement préjudiciable au rayonnement du pôle historique lillois, ressentirent le besoin d’un rapprochement aboutit à la création d’une Confédération des Centres de recherche historique reconnue comme équipe d’accueil (EA 1058) du DEA Histoire et Civilisations. Toutefois, chaque unité souhaitait maintenir son identité et ses thématiques. Il s’agissait surtout d’une mise en commun de la logistique et des moyens matériels, sans qu’une vraie politique scientifique commune soit élaborée. En 1998, alors que de surcroît les recommandations du Ministère incitaient à un regroupement des forces, les historiens décidèrent la dissolution de l’ancienne confédération et des centres qui la constituaient. Fut créée sur de nouvelles bases, mais en tenant compte des acquis, des forces et des faiblesses, un nouveau centre de recherche, le CRHENO-IMESO30. Cette formation de recherche dirigée par Régine Le Jan, puis le signataire, a travaillé de façon efficace et globalement harmonieuse pendant huit ans jusqu’en décembre 2005.

  • 31 L’histoire politique a fait naître plusieurs thèses. En prenant pour exemple l’époque contemporaine (...)
  • 32 LOTTIN (Alain) dir., Guide de recherches sur la Révolution française, Nord-Pas-de-Calais. Bicentena (...)
  • 33 LEUWERS (Hervé), Merlin de Douai (1754-1838). Un juriste en politique, Arras, Artois Presses Univer (...)
  • 34 C’est ce que nous nous sommes efforcés de faire sur Lille dans Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, (...)

27Quoiqu’il en soit des divers avatars institutionnels, le CHRN dès sa création se voulait être un centre d’informations et d’échanges, se proposant de constituer des bases de données, de mettre à la disposition des chercheurs des fichiers, des revues, des microfilms, des microfiches, des cartes et des ouvrages concernant l’Europe du Nord-Ouest. Indépendamment de l’élaboration d’instruments de travail sur la région (répertoires, bibliographies...), ce centre décida en 1989 de reprendre son activité de publications. C’est ainsi qu’entre 1988 et 2001, pas moins de onze livres furent mis à la disposition du lectorat savant. Le CHRN ne manquait pas de textes inédits à faire paraître ; il s’était doté rapidement d’un programme de recherches diversifiées, mais structurées selon six grands axes, qui épousaient, tout en les ordonnant, des recherches déjà en cours. Le Centre voulut d’abord aussi bien valoriser l’étude de la vie municipale et l’histoire politique31 que scruter l’histoire des contacts culturels et les visions respectives des peuples. L’observation des faits militaires et de la vie des populations pendant les guerres fut immédiatement retenue comme une troisième priorité de recherche. Que la Révolution française ait été choisie comme une orientation privilégiée de travaux pour les chercheurs du CHRN étonne d’autant moins que nous avons déjà vu ce type d’enquête particulièrement prisé par les collaborateurs de la Revue du Nord. Du reste le Guide de recherches sur la Révolution française dans le Nord-Pas-de-Calais réalisé par le centre et coordonné par Alain Lottin32 montra la richesse et la diversité des apports des recherches récentes33. Les deux derniers axes ont trait à l’étude des milieux ruraux du Moyen Age à nos jours et à celle du monde urbain au cours du dernier millénaire. Dans une région caractérisée par une précoce urbanisation, paraît en effet s’imposer une histoire des villes abordée dans ses diverses déclinaisons thématiques34. Ces deux dernières directions historiographiques furent appelées au demeurant à être partagées avec la nouvelle formation de recherche plus particulièrement dévolue à l’histoire économique et sociale qui se fit jour à la fin des années 1970. Ce partage se fit d’autant plus harmonieusement qu’à l’époque rien ne s’opposait à la double appartenance des enseignants-chercheurs au CHRN et à l’ERA 820 devenue ensuite URA 1020 !

Pierre Deyon. Président de l’Université Lille III

Pierre Deyon. Président de l’Université Lille III

Base images. IRHIS - Lille III

  • 35 GILLET (Marcel), Les charbonnages du Nord au XIXe siècle, Paris-La Haye, 1973 et CODACCIONI (Félix- (...)
  • 36 LOTTIN (Alain), Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, Raoust, 1967, 443 p. (réédité (...)
  • 37 GUIGNET (Philippe), Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle. Contribution (...)
  • 38 DEYON (Pierre), « Fécondité et limites du modèle proto-industriel : premier bilan », Annales ESC, o (...)
  • 39 GUIGNET (Philippe), « Réflexions sur un parcours : Pierre Deyon (1927-2002) », Histoire urbaine, n° (...)
  • 40 Les historiens médiévistes ont à leur actif d’importantes publications. On songe notamment aux trav (...)
  • 41 Cette thèse a été publiée sous le titre suivant : Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-18 (...)
  • 42 Cette thèse est malheureusement demeurée inédite : Le Béthunois, le lent cheminement des progrès ag (...)
  • 43 GUIGNET (Philippe), Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et (...)

28C’est en effet en 1979 que Pierre Deyon et Marcel Gillet créèrent une équipe de recherches immédiatement associée au CNRS intitulée « Croissance et développement dans le Nord de la France » qui revendiquait la perpétuation d’une tradition proprement lilloise d’histoire économique et sociale. Confortée antérieurement par la présence à Lille d’universitaires reconnus dans ce domaine comme François Crouzet, Maurice Lévy-Leboyer ou Jean Bouvier, cette tradition avait été encore entretenue par les thèses alors récemment soutenues qu’il s’agisse de doctorats d’Etat comme ceux de M. Gillet et F.P. Codaccioni35 ou de thèses de troisième cycle comme celle qu’Alain Lottin avait présentée en 196736 ou celle que nous venions de soutenir en 1976 et de publier en 197737. Elle renvoie de façon tout à fait évidente aux caractéristiques, aux atouts, mais aussi aux problèmes sociaux d’une grande région de l’épopée industrielle de l’Europe du Nord-Ouest. Cette ERA-CNRS 820 se proposait de redéfinir « l’originalité d’un modèle provincial » dont les traits constitutifs sont la précoce urbanisation, l’importance des activités proto-industrielles, des modes de fonctionnement social et culturel s’articulant sur une croissance économique qui fut d’abord textile, minière et sidérurgique. dans les années 1980 et au début des années 1990. Quelques dossiers furent prospectés avec une attention plus marquée. Ce fut le cas de la proto-industrialisation qui grâce à Pierre Deyon et sous l’influence d’une problématique initialement forgée par Franklin Mendels, devint un axe prioritaire de recherche38. P. Deyon fut un éveilleur de vocations, de travaux39 et de numéros spéciaux de la Revue du Nord (cf. annexe 1).Ce fut aussi le cas des pouvoirs et des sociétés dans le milieu rural comme dans le monde urbain40. Les thèses de J.P. Jessenne sur le pouvoir au village en Artois41 de part et d’autre de la Révolution (1982), de D. Rosselle sur l’agriculture du Béthunois aux Temps modernes (1984)42 empruntaient aux problématiques de l’histoire sociale et économique, comme à celle du politique. La thèse d’Etat du signataire43 sur sept villes situées de part et d’autre de la frontière entre la France du Nord et les Pays-Bas méridionaux (Lille, Douai, Valenciennes, Cambrai, Tournai, Ath et Mons) démontait dans un long XVIIIe siècle les mécanismes interdépendants régissant un modèle de pouvoir urbain dans les « bonnes villes » d’esprit « hispano-tridentin ».

  • 44 Sa thèse sur Les deux rêves du commerce : entreprise et institution dans la région lilloise, 1780-1 (...)
  • 45 On citera simplement à ce propos les actes, rassemblés par Jean-Pierre Hirsch et Gérard Gayot, du c (...)

29J.P. Hirsch, qui dirigea l’ERA devenu URA 1020 de 1991 à 1997, contribua aussi à orienter les recherches vers les institutions de l’économie et plus largement l’encadrement institutionnel du développement économique44. Deux types d’approche furent privilégiés : la diversité des niveaux où se produisent les normes et où s’exercent les contrôles d’une part, les attentes des acteurs de la vie économique face au marché d’autre part. Il est patent que la période révolutionnaire a été plus particulièrement interrogée45. L’Assemblée Constituante a mêlé dans la même réprobation ce qui était jusqu’alors distingué : le cadre corporatif et la réglementation. La réflexion sur cette rupture s’est approfondie et a contribué à éclairer l’impuissance de la France contemporaine à définir des institutions convenant à son développement économique. En dépit des appels des bureaux parisiens et des responsables politiques à une généralisation du « laissez-faire », les acteurs se sont organisés à divers niveaux au sein des fabriques, sous l’autorité des prud’hommes. On comprend dans le droit fil de ces interrogations que des enquêtes aient porté sur les chambres de commerce, le comité consultatif des arts et manufactures ou la législation des sociétés. A la fin des années 1990, les questions d’organisation du marché du travail et de formation de la main-d’œuvre ont été davantage abordées.

30Dans un ordre voisin, l’accent fut mis aussi par cette URA sur les entreprises aux XIXe et XXe siècles. Cette histoire des entreprises a à Lille sa coloration propre. L’étude des réadaptations et des échecs des lignées d’entrepreneurs, des modalités de gestion des sociétés, la capacité aussi des organismes de production à devancer les changements du marché par l’innovation technique ou l’acculturation commerciale et gestionnaire furent quelques-unes des entrées possibles plus particulièrement fréquentées par les chercheurs lillois.

  • 46 TRENARD (Louis), Salvandy en son temps, 1795-1866, Lille, Giard, 1968, 944 p.
  • 47 Cette thèse non publiée a pour titre : Le collège de Lille de l’expulsion des jésuites au Directoir (...)
  • 48 MENAGER (Bernard), La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord, 1879-1899, Lil (...)
  • 49 GREVET (René), Ecole, pouvoirs et société, fin du XVIIe siècle-1815, Artois, Boulonnais-Pas-de-Cala (...)
  • 50 CONDETTE (Jean-François), Histoire de la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974. Les métamorph (...)
  • 51 CHANET (Jean-François), L’école républicaine et les petites patries, 1879-1940, Paris, Aubier, 1996 (...)

31L’histoire de l’éducation et de la promotion scolaire fut prise en charge dans l’URA, elle faisait figure d’assez longue date de domaine où des travaux de qualité avaient été conduits à bonne fin. Déjà Louis Trénard avec sa thèse complémentaire sur Salvandy46 avait montré le parti que l’on pouvait tirer d’une biographie presque exhaustive d’un ministre aujourd’hui méconnu de la Monarchie de Juillet pour comprendre les débats d’une époque... Les thèses de Philippe Marchand sur le collège de Lille (1968)47, de B. Ménager sur la laïcisation des écoles primaires sous la IIIe République (1971)48, de R. Grevet sur les petites écoles et l’alphabétisation dans le Pas-de-Calais (1988)49, de J.F. Condette sur l’histoire de la Faculté des Lettres50, le recrutement de J.F. Chanet51 en 1994 montraient l’appétence des chercheurs lillois pour ce type de recherche et le souci des commissions de spécialistes de maintenir ce secteur bien vivant. La volonté de comprendre les particularités et les retards socio-économiques de la région n’est sans doute pas étrangère au développement de recherches dans ce domaine. Le colloque dont les actes furent publiés dans la Revue du Nord consacré aux débuts de l’école républicaine (1792-1802) organisa son programme autour des questions de la construction de l’école républicaine, de ses réalités et de ses difficultés. Un autre colloque sur l’enseignement technique et professionnel a montré la fécondité de ces recherches et rejoint la réflexion sur l’évolution du monde du travail, puisque ces formations définissent et assurent des niveaux de qualification des individus.

32On le constate, les centres de recherche appelés à structurer la recherche dans la région ont travaillé fructueusement, mais parallèlement jusqu’au début des années 1990, avant que les autorités de tutelle ne plaident vigoureusement pour un rapprochement qui s’est fait par étapes. En janvier 2006, la phase ultime de la fusion des formations existantes a été atteinte, puisqu’une seule grosse équipe dotée d’un statut d’UMR-CNRS a été constituée sous la dénomination de Centre de Recherches historiques du Septentrion. En ce début de millénaire, l’histoire régionale lato sensu apparaît donc en pleine vigueur. L’ampleur des recherches mises en oeuvre n’est guère contestée. Le souci des autorités universitaires de constituer des pôles de recherche puissants ne va cependant pas dans le sens d’une sauvegarde de l’indépendance des équipes répondant à une définition régionale. Aujourd’hui, rien n’empêche les chercheurs sur l’Europe du Nord-Ouest de continuer à développer leurs recherches, mais les équipes où ils prennent place ne font plus référence dans leur dénomination officielle à un enracinement territorial de leurs travaux.

L’auteur : Philippe Guignet

33Agrégé, docteur en histoire, Philippe Guignet a soutenu et publié deux thèses, l’une dite de troisième cycle sur Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle (1976), l’autre de doctorat d’Etat sur Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge (1988). Il est professeur d’histoire moderne à l’Université Charles de Gaulle - Lille III et directeur de la Revue du Nord. Il est l’auteur de nombreux travaux consacrés principalement aux sociétés urbaines, aux cultures politiques et religieuses, ainsi qu’à la démographie historique. Parmi ses dernières publications, citons Les sociétés urbaines dans la France moderne (Paris, Ellipses, 2005), la Nouvelle histoire de Valenciennes (Toulouse, Privat, 2006) et, en collaboration avec Alain Lottin, l’Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution françaises (Arras, Artois Presses Université, 2006).

Haut de page

Annexe

Annexe 1 - Numéros spéciaux de la Revue du Nord

- n° 221, avril-juin 1974, p. 121-321, « La vie politique dans le Nord et le Pas-de-Calais au XXe siècle », (Y.-M. Hilaire éd.).
- n° 225, avril-juin 1975, p. 121-194, « Histoire et civilisation de l’Europe du Nord » (C. Nordmann éd.).
- n° 226, juillet-septembre 1974, p. 241-282, « La Libération du Nord et du Pas-de-Calais, 1944-1977 » (E. Dejonghe éd.).
- n° 227, octobre-décembre 1975, p. 489-691, « La Libération du Nord et du Pas-de-Calais, 1944-1947 », second fascicule (J. Bouvier éd.).
- n° 230, juillet-septembre 1976, p. 339-534, « Cambrai et le Cambrésis ».
- n° 237, avril-juin 1978, p. 225-465, « Eglises et chrétiens pendant la Seconde Guerre Mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais », (Y.-M. Hilaire éd.).
- n° 240, janvier-mars 1979, p. 7-208, « Industrie rurale et fabriques », (P. Deyon éd.).
- n° 241, avril-juin 1979, « Douai et le Douaisis », p. 299-513 (M. Gillet éd.).
- n° 244, janvier-mars 1980, p. 1-264, « Le paysage rural : réalités et représentations au Moyen Age », (B. Guillemain et M. Rouche éd.).
- n° 245, avril-juin 1980, p. 331-504, numéro spécial d’histoire de l’art.
- n° 248, janvier-mars 1981, p. 5-251, « Aux origines de la Révolution industrielle », second fascicule (P. Deyon éd.).
- n° 250, juillet-septembre 1981, p. 559-824, « Histoire des femmes du Nord », (M. Gillet éd.).
- n° 252, janvier-mars 1982, Amiens (P. Desportes éd.).
- n° 253, avril-juin 1982, p. 607-1068, « Sociabilité et mémoire collective » (M. Gillet éd.).
- n° 257, avril-juin 1983, p. 255-428, « Les villes septentrionales au Moyen Age ».
- n° 260, janvier-mars 1984, p. 13-360, « Mélanges offerts à Ernest Will ».
- n° 261-262, avril-septembre 1984, p. 249-932, « Mélanges offerts à Louis Trénard ».
- n° 264, janvier-mars 1985, p. 7-252, « Les enduits peints gallo-romains dans le nord de la France » (Claudine Allag éd.).
- n° 265, avril-juin 1985, p. 327-543, « Industrialisation de la France. Aspects et problèmes, XVIIIe-XXe siècles » (A. Broder éd.).
- n° 266, juillet-septembre 1985, p. 605-826, « Maîtres et écoles dans le Nord de la France à l’époque contemporaine » (B. Ménager éd.).
- n° 269, avril-juin 1986, p. 273-534, « Saint-Géry et la christianisation dans le nord de la Gaule, Ve-IXe siècle » (M. Rouche éd.).
- n° 271, octobre-décembre 1986, p. 767-928, « L’architecture de la seconde moitié du XVIIIe siècle dans les pays septentrionaux (L.
Baudoux éd.).
- n° 274, juillet-septembre 1987, p. 473-677, « La fête au coeur. Jeux, fêtes et sociabilité au pays des beffrois (XIVe-XIXe siècle) » (R. Muchembled éd.).
- n° 275, octobre-décembre 1987, « Les processus d’industrialisation et le secteur textile dans la France du Nord, XIVe-XXe siècle » (A. Broder éd.).
- n° 279, octobre-décembre 1988, p. 667-788, « Les petites villes » (J.P. Poussou et A. Lottin éd.).
- n° 282-283, juillet-décembre 1989, p. 607-1068, « La Révolution française au pays de Carnot, Le Bon, Merlin de Douai, Robespierre » (A. Lottin et L. Trénard éd.).
- n° 285, avril-juin 1990, p. 191-367, numéro spécial d’histoire économique (A. Broder éd.).
- n° 287, juillet-septembre 1990, p. 413-633, « Hommage à Guy Fourquin. Histoire des campagnes au Moyen Age ».
- n° 290-291, avril-septembre 1991, p. 253-521, « Cent ans de catholicisme social dans la région du Nord » (Y.-M. Hilaire éd.).
- n° 297-298, juillet-décembre 1992, p. 459-890, numéro spécial d’histoire de l’art, (M.A. Stalter éd.).
- n° 299, janvier-mars 1993, p. 1-204, « Armées et campagne de la révolution française » (L.  Trénard éd.).
- n° 300, avril-juin 1993, p. 265-452, « Croissance et développement dans le Nord de la France » (J.P. Hirsch éd.).
- n° 302, juillet-septembre 1993, p. 499-748, « Le personnel politique (XVIIIe-XXe siècle) » (B. Ménager éd.).
- n° 306, juillet-septembre 1994, p. 453-644, « Le Nord-Pas-de-Calais, région résistante : les débuts de la Résistance (études et témoignages) ».
- n° 307, octobre-décembre 1994, p. 691-903, « Les institutions de l’économie de marché en Europe, XVIIIe-XXe siècle » (J.P. Hirsch, G. Gayot, N. Malle-Grain, D. Terrier éds.).
- n° 310, avril-juin 1995, p. 229-426, « Noblesse et entourage princier dans les Pays-Bas à la fin du Moyen Age » (M.T. Caron éd.).
- n° 312, octobre-décembre 1995, p. 723-892, « La communication entre savants dans l’Europe du Nord-Ouest de 1660 à 1740 » (J. Céleyrette éd.).
- n° 315, avril-juin 1996, p. 201-382, « Etudes d’histoire picarde offertes à Pierre Desportes ».
- n° 317, octobre-décembre 1996, p. 659-1077, « Les débuts de l’école républicaine, 1792-1802 » (R. Grevet et P. Marchand éd.).
- n° 320-321, avril-septembre 1997, p. 283-710, « Démographie urbaine, urbanisation, urbanisme dans la région du Nord et en Belgique, du XVe siècle à nos jours » (P. Guignet éd.).
- n° 322, octobre-décembre 1997, p. 759-1006, Etudes offertes à Gérard Sivéry.
- n° 325, avril-juin 1998, p. 251-468, « 1914-1918, guerre et occupation », (A. Becker éd.).
- n° 332, octobre-décembre 1999, « Les élites dans la France du Nord, XVe-XXe siècle. Composition, pouvoirs et éthique sociale » (P. Guignet éd.).
- n° 335-336, avril-septembre 2000, p. 231-568, « Les métamorphoses des réseaux urbains dans la France du Nord de Louis XVI à nos jours (P. Guignet et J.P. Bondue éd.).

Annexe 2 - Thématiques des Journées internationales de la Société d’histoire du droit et des institutions des pays flamands, picards et wallons

- Douai, 12-15 mai 1988, « Les institutions de la région aux XIIIe-XVIe siècles », R.N., n° 280, janvier-mars 1989, p. 237-249.
- Mons-Binche, 4-7 mai 1989, « Le droit coutumier », RN, janvier-mars 1990, p. 143-154.
- Hertogenbosch (Bois-le-Duc), 24-27 mai 1990, « L’échevinage », RN, janvier-mars 1991, p. 169-180.
- Amiens, 9-12 mai 1991, « Procédure et procès », RN, n° 294, janvier-mars 1992, janvier-mars 1993, p. 205-220.
- Furnes-Ostende, 28-31 mai 1992, « Communautés et tutelle », RN, n° 299, janvier-mars 1993, p. 205-220.
- Leeuwarden, 20-23 mai 1993, « Les cours et juridictions supérieures », RN, n° 304, janvier-mars 1994, p. 135-146.
- Enghien-les-Bains, Villetaneuse, Royaumont, 12-15 mai 1994, « La route », RN, n° 309, p. 173-190.
- Ath, 25-28 mai 1995, « Le commerce et le droit », janvier-mars 1996, p. 114-129.
- Dordrecht, 16-19 mai 1996, « L’eau », RN, janvier-mars 1997, p. 205-226.
- Douai-Arras, 9-11 mai 1997, « La communication », RN, n° 324, janvier-mars 1998, p. 181-194.
- Lierre (Lier), 21-23 mai 1998, « Droit et monde rural : le droit rural et son impact en milieu urbain », RN, n° 329, janvier-mars 1999, p. 129-146.
- Delft, 13-16 mai 1999, « Guerre et droit », RN, n° 334, janvier-mars 2000, p. 133-152.

Haut de page

Notes

1 PIERRARD (Pierre), Le Nord d’hier et de demain, Flandre, Artois, Hainaut, Grenoble, Arthaud, 1985, 300 p. ; ibidem, Gens du Nord, Grenoble, Arthaud, 1985, 181 p.

2 COORNAERT (Emile), La Flandre française de langue flamande, Paris, 1970.

3 Cinq sont parues aux Presses Universitaires de Lille : Saint-Omer (1981), Cambrai (1982), Valenciennes (1982), Villeneuve d’Ascq (1982), Boulogne-sur-mer (1983). Sept autres sont parues aux Editions des Beffrois / Westhoeck-Editions à Dunkerque Roubaix (1984), Maubeuge (1984), Calais (1985), Douai (1985), Béthune et Beuvry (1985), Tourcoing (1986), Arras (1988). Il faut y ajouter Histoire de Dunkerque (CABANTOUS (A.) dir., Toulouse, Privat), Histoire de Lille (TRENARD (L.) dir., t. I, II, III, 1970-1991, Toulouse, Privat). Le tome IV de l’Histoire de Lille (du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle) préparée sous la direction d’Yves-Marie Hilaire à été publiée en 1999 par Perrin.

4 WYTTEMAN (Jean-Pierre) dir., Le Nord de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Editions Bordessoules, 1988 ; BOUGARD (Pierre) et NOLIBOS (Alain) dir., Le Pas-de-Calais de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Editions Bordessoules, 1988, 442 p.

5 DESMULLIEZ (Janine) et MILIS (Ludo), Histoire des provinces françaises du Nord, t. I, De la Préhistoire à l’an mil, Dunkerque, Westhoeck Editions, 1988, 256 p. et PLATELLE (Henri) et CLAUZEL (Denis), Histoire des provinces françaises du Nord, t. II, t. 2 : Des principautés à l’empire de Charles Quint (900-1519), Dunkerque, Westhoeck-Editions, 1989, 280 p.

6 LOTTIN (Alain) et GUIGNET (Philippe), Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, Artois Presses Université, 2006, 430 p.

7 Louis Trénard est décédé en 1994 (HILAIRE (Yves-Marie), « In memoriam, Louis Trénard (1914-1994) », Revue du Nord, octobre-décembre 1993, p. 789-795). Ses nombreux collègues et amis lui ont offert en 1984 un imposant volume de Mélanges, « Liber amicorum », Revue du Nord, avril-septembre 1984, p. 445-980.

8 On se reportera aux trois tableaux de répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la Revue du Nord (1950-1999).

9 La nature des articles dans les Annales ESC, la Revue historique et la Revue d’histoire moderne et contemporaine a fait l’objet d’une enquête de l’historien hollandais Jean-Louis Oosterhoff (cité par DOSSE (François), L’histoire en miettes : des Annales à la nouvelle histoire, Paris, La Découverte, 1987, p. 46-47).

10 Ne nous targuant d’aucune compétence avérée en archéologie, nous nous sommes abstenus de nous aventurer dans ce domaine.

11 Nous avons échenillé les tables décennales de la Revue qui ont été publiées jusqu’à la décennie des années 1980. Pour les dernières années du siècle, nous avons compulsé chacune des livraisons de la revue.

12 Par exemple la Revue Historique a consacré 6,7 % de ses articles à cette période en 1946-1965, 2,6 % en 1957-1969, 3,8 % en 1969-1976 (DOSSE (François), op. cit., p. 46-47).

13 Nous avons procédé à des comptages systématiques à partir de deux répertoires : MALLE-GRAIN (Nadine), Répertoire des DES et mémoires de maîtrise soutenus à Lille en histoire, 1904-1984, Villeneuve d’Ascq, 1987, 176 p. et AUBRY (Martine), Répertoire des mémoires de maîtrise soutenus à Lille III en histoire, histoire de l’art et archéologie, 1985-1994, Villeneuve d’Ascq, 1995, 162 p.

14 Marie-Pierre Lambelin a préparé sous la direction de Bernard Delmaire et soutenu en 1997 un bien utile mémoire à ce sujet : Répertoire des travaux de recherche universitaires. Région Nord-Pas-de-Calais. Période médiévale. Cet important mémoire a été déposé sous forme de disquette à la Bibliothèque Georges Lefebvre de Lille III et est pour une part mis en ligne sur le site de l’Institut de Recherche Historique du Septentrion.

15 AUBRY (Martine), Répertoire des travaux de recherche soutenus (maîtrise, DEA, thèses). Région Nord-Pas-de-Calais, période moderne (Révolution française incluse), Villeneuve d’Ascq, Centre d’Histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1989, 133 p.

16 15 thèses d’histoire ont été soutenues en 1950-1959, 19 en 1960-1969, 26 en 1970-1979, 40 en 1980-1989, 34 entre 1990 et 1996. Si l’on s’en tient aux thèses d’histoire de littérature médiévale, l’évolution est du même ordre, avec l’amorce peut-être d’une décélération en fin de période: 6 en 1950-1959, 6 en 1960-1969, 14 en 1970-1979, 14 en 1980-1989, 6 en 1990-1996.

17 On a peine à croire que seuls cinq thèses ont été présentées devant des jurys américains. Les moteurs de recherche il y a vingt ans n’avaient pas, il est vrai, la puissance d’aujourd’hui.

18 L’école d’histoire du Droit a toujours été bien vivante à Lille. Le Centre d’Histoire Judiciaire dirigée aujourd’hui par Serge Dauchy et Véronique Demars-Sion perpétue cette tradition.

19 On peut se reporter à SAVAGNER (P.), Table générale et analytique des publications de la Commission Départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais [jusqu’en 1961], Arras, 1964, 300 p. Nous avons repris l’ensemble des publications depuis 1961 afin d’évaluer l’évolution des centres d’intérêt.

20 Plusieurs chanoines accédèrent à la présidence avant 1950 (Auguste Parenty, Eugène Van Drival, Charles Rohart et Edouard Fournier).

21 Depuis 1950 se succédèrent Georges Sangnier (1955-1965), Jean Lestocquoy (1966-1979), Pierre-André Wimet (1980-1986), Roger Berger (1987-1995) et Alain Nolibos (1996-2002).

22 Le siège de la Société est à la Faculté de Droit de Lille. On dispose sur l’historique de cette Société de la claire mise au point de GODDING (Philippe), « La Société d’Histoire du Droit des Pays flamands, picards et wallons », in Serge DAUCHY et Renée MARTINAGE (textes réunis et présentés par), Pouvoirs locaux et tutelle, Villeneuve d’Ascq, Centre d’Histoire Judiciaire, 1993, p. 183-187. Nous remercions Véronique Demars, professeur de Droit à l’Université de Lille II de nous avoir signalé cette communication.

23 Parmi les premiers membres du bureau de la Société figurent le professeur lillois de Droit Raymond Monier (président jusqu’à sa mort en 1956), le médiéviste Georges Espinas, l’historien Paul Thomas, le libraire-éditeur Emile Raoust et le professeur liégeois Paul Harsin.

24 Ce n’est cependant pas une règle qui ne connaît pas d’exception, puisque le chanoine Platelle dont on connaît les recherches en histoire du Moyen Age fut président de cette Société. De 1929 à l’an 2000 furent présidents de la Société Raymond Monier, Gabriel Lepointe, Paul Harsin, Robert Feenstra, Philippe Godding, Govaert van des Bergh, Henri Platelle, Cécile Douxchamps-Lefebvre, Olav Moorman van Kappen, Philippe Sueur, Jean-Marie Cauchies.

25 Du moins depuis la réforme des statuts de 1957.

26 Plusieurs universitaires lillois (A. Lottin, Y.-M. Hilaire) ont participé sous la direction de PIERRARD (Pierre) à une Histoire des diocèses de France, Cambrai et Lille, Paris, Beauchesne, 1978, 352 p.

27 HILAIRE (Yves-Marie), Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), PU Lille, 1977.

28 DEYON (Solange) et LOTTIN (Alain), Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Paris, Hachette, 1981, 255 p.

29 LOTTIN (Alain), Lille, citadelle de la Contre-Réforme, 1598-1668, Dunkerque, Les Editions des Beffrois, 1984, 520 p.

30 Centre de Recherche Historique sur l’Europe du Nord-Ouest - Identité, Mémoire et Société.

31 L’histoire politique a fait naître plusieurs thèses. En prenant pour exemple l’époque contemporaine, on peut citer l’importante thèse, certes préparée hors des équipes lilloises de recherche, de MAYEUR (Jean-Marie), Un prêtre démocrate, l’abbé Lemire (1853-1928), Castermans, 1969, 698 p. Parmi les mémoires doctoraux soutenus à Lille, on peut rappeler la thèse de MENAGER (Bernard), La vie politique dans le département du Nord de 1851 à 1877, Lille, Atelier national des thèses, 1983 ; celle, soutenue en 1991, de GUISLIN (Jean-Marc), L’affirmation du parlementarisme au début de la Troisième République : l’exemple du Pas-de-Calais (1871-1875), Arras, Artois Presses Université, 2004, 384 p., celle encore inédite de VANDENBUSSCHE (Robert), La vie politique dans le Nord à la Belle Epoque, Lille III, 1976 et celle soutenue en 1984 de VAVASSEUR-DESPERRIERS (Jean), République et liberté. Charles Jonnart : une conscience républicaine, 1857-1927, Lille, 1996. On ne manquera pas également de mentionner un bel outil de référence, fruit des travaux de l’équipe d’histoire politique du CRHENO : MENAGER (Bernard), FLORIN (Jean-Pierre), GUISLIN (Jean-Marc) éd., Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République, Villeneuve d’Ascq, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 2000.

32 LOTTIN (Alain) dir., Guide de recherches sur la Révolution française, Nord-Pas-de-Calais. Bicentenaire de la Révolution française, Lille, Région Nord-Pas-de-Calais, 1987, 199 p.

33 LEUWERS (Hervé), Merlin de Douai (1754-1838). Un juriste en politique, Arras, Artois Presses Université, 1996.

34 C’est ce que nous nous sommes efforcés de faire sur Lille dans Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999.

35 GILLET (Marcel), Les charbonnages du Nord au XIXe siècle, Paris-La Haye, 1973 et CODACCIONI (Félix-Paul), De l’inégalité sociale dans une grande ville. Le drame de Lille de 1850 à 1914, Lille 1976. La thèse de Ronald Hubscher, qui fut donc soutenue par un enseignant-chercheur de l’Université de Picardie, n’est pas directement le fruit du travail de l’école lilloise, mais s’inscrit dans sa mouvance (L’agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du XIXe siècle à 1914, Arras, 1980).

36 LOTTIN (Alain), Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, Raoust, 1967, 443 p. (réédité sous le titre Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979, 445 p.).

37 GUIGNET (Philippe), Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle. Contribution à l’histoire du Travail dans l’ancienne France, New York, Arno Press, 1997, 842 p.

38 DEYON (Pierre), « Fécondité et limites du modèle proto-industriel : premier bilan », Annales ESC, octobre-décembre 1984, p. 868-881. Se situe dans cette filiation intellectuelle la thèse de Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, Editions de l’EHESS, 1996, 312 p.

39 GUIGNET (Philippe), « Réflexions sur un parcours : Pierre Deyon (1927-2002) », Histoire urbaine, n° 6, décembre 2002, p. 151-160.

40 Les historiens médiévistes ont à leur actif d’importantes publications. On songe notamment aux travaux de Gérard Sivéry sur le Hainaut, de Bernard Delmaire sur l’Artois et du regretté Alain Derville sur la Flandre. Parmi tant d’autres références possibles, on mentionnera la publication par DERVILLE (Alain) des Enquêtes fiscales de la Flandre wallonne au XVe siècle (t. I, Commission historique du Nord, 1983, enquête de 1449, t. II, Commission historique du Nord, 1989, enquêtes de 1469, 1485 et 1491, t. III, Commission historique du Nord et Revue du Nord, 2003, enquête de 1498).

41 Cette thèse a été publiée sous le titre suivant : Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848, Presses Universitaires de Lille, 1987, 308 p.

42 Cette thèse est malheureusement demeurée inédite : Le Béthunois, le lent cheminement des progrès agricoles du milieu du XVIe siècle au début du XIXe siècle, Lille III, 1984.

43 GUIGNET (Philippe), Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, Editions de l’EHESS, 1991, 592 p.

44 Sa thèse sur Les deux rêves du commerce : entreprise et institution dans la région lilloise, 1780-1860, (Paris, 1991) avait préparé à donner une impulsion à ce type de recherche.

45 On citera simplement à ce propos les actes, rassemblés par Jean-Pierre Hirsch et Gérard Gayot, du colloque sur la Révolution française et le développement du capitalisme, numéro 5 hors série de la Revue du Nord, 1989, 439 p.

46 TRENARD (Louis), Salvandy en son temps, 1795-1866, Lille, Giard, 1968, 944 p.

47 Cette thèse non publiée a pour titre : Le collège de Lille de l’expulsion des jésuites au Directoire, Lille, 1968.

48 MENAGER (Bernard), La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord, 1879-1899, Lille, 1971, 326 p.

49 GREVET (René), Ecole, pouvoirs et société, fin du XVIIe siècle-1815, Artois, Boulonnais-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1991, 331 p.

50 CONDETTE (Jean-François), Histoire de la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974. Les métamorphoses d’une institution universitaire française, Lille III, 1997, 1420 p.

51 CHANET (Jean-François), L’école républicaine et les petites patries, 1879-1940, Paris, Aubier, 1996, 426 p. (soutenance en 1994).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Louis Trenard. (Base images. IRHIS - Lille III)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Classement par champs thématiques et par grandes périodes
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Répartition décennale des articles d’histoire publiés dans la Revue du Nord (1950-1999)
Légende Classement par grandes périodes et par champs thématiques
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Pierre Deyon. Président de l’Université Lille III
Crédits Base images. IRHIS - Lille III
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Philippe Guignet
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guignet, « La recherche historique sur la région du Nord (1950-2000) : une tradition toujours féconde, vivifiée par un réseau institutionnel », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 259-281.

Référence électronique

Philippe Guignet, « La recherche historique sur la région du Nord (1950-2000) : une tradition toujours féconde, vivifiée par un réseau institutionnel », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 30 octobre 2011, consulté le 19 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1479 ; DOI : 10.4000/alsace.1479

Haut de page

Auteur

Philippe Guignet

Professeur d’Histoire moderne à l’Université Charles de Gaulle / Lille III IRHIS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page