Navigation – Plan du site
In memoriam

Eugène Kurtz (1921-2006)

Jean-Marie Holderbach
p. 517-518

Texte intégral

  • 1  Allocution prononcée lors des funérailles.

1Eugène Kurtz nous a quittés1. Passionné d’histoire et d’archéologie, il était membre de la Société d’histoire de Saverne, de celle des Quatre Cantons dont il a favorisé la création et de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace.

Eugène Kurtz

Eugène Kurtz

J.-M. Holderbach, Les bornes de la mémoire, Saisons d’Alsace, n° 111, 1991, p. 166.

2De 1980 à 1990, Eugène Kurtz, alors jeune retraité a œuvré au sein du comité directeur de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace. Il y tint la comptabilité et participa très activement au recensement des petits monuments ruraux et des bornes anciennes, notamment celles ayant marqué les frontières de l’Alsace.

3Au cours de ses recensements le long de la frontière allemande, il a aussi tissé des relations amicales, fraternelles comme il disait, avec des historiens de la rive droite du Rhin. En l’honorant de la qualité de membre d’honneur de leur association Historischer Verein für Mittelbaden, ceux-ci ont reconnu en lui l’homme ouvert, généreux, soucieux de donner un sens concret et humain à la réconciliation franco-allemande. Des sentiments qui d’ailleurs l’avaient animé dès le lendemain de la dernière guerre.

4Son souvenir à la Fédération est resté très vivace, notamment pour son dévouement, son enthousiasme, sa sympathie et son esprit de camaraderie dont il a imprégné toutes ses actions.

5Archéologue infatigable, Eugène menait régulièrement des prospections notamment dans le Ried, mais surtout dans les Vosges, autour de Walscheid, sur les hauteurs de Garrebourg, de Hultehouse ou du Wasserwald. Il n’y a sans doute pas une parcelle des forêts de Dabo dont il n’a foulé le sol.

6Toutes ses recherches assidues et méthodiques ont abouti à quelques découvertes remarquables dont il ne se vantait guère, mais qui lui ont valu une reconnaissance des milieux scientifiques spécialisés. Rappelons simplement qu’en 1976 il avait redécouvert les vestiges du château du Daubenschlagfelsen pour lequel il a obtenu la première autorisation de fouille (1979). Plus récemment, il avait découvert sur les pentes du Ludwigsberg (vallée de la Zorn Jaune) un remarquable bas-relief de Mercure aujourd’hui exposé au Musée du Pays de Sarrebourg.

7Ses longues randonnées archéologiques, que j’ai souvent partagées avec lui, étaient aussi propices à des échanges, des discussions, à l’évocation de ses souvenirs – c’est ainsi qu’est venue l’idée de rédiger ses mémoires.

8Syndicaliste, membre dirigeant de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), Eugène Kurtz a eu une jeunesse mouvementée. En 1942, ayant tenté de rejoindre Londres, il a été arrêté sur la ligne de démarcation, interné au camp de Schirmeck puis incorporé de force et envoyé sur le front russe. Il réussit cependant à s’évader et à rejoindre l’Ambassade de France à Moscou où il a été affecté à la Mission militaire française dirigée par le Général Petit. Dans son ouvrage, La guerre malgré moi, Eugène Kurtz raconte cette partie tourmentée, aventureuse, comme il disait, de sa vie en s’appuyant sur son abondante correspondance de l’époque, heureusement conservée.

9Eugène Kurtz était un homme généreux, sensible et ouvert. Au cours de nos randonnées, il s’arrêtait parfois pour s’émerveiller devant un paysage ensoleillé, un rocher façonné par le vent, un bouquet d’épilobes ou un parterre de pervenches. Dans tous les charmes de la nature Eugène voyait la main de Dieu. Dans cette nature qu’il aimait tant, il cheminait d’un pas souvent alerte, écartant de sa canne les fougères et examinant avec soins chaque pierre de la forêt.

10S’il fallait caractériser en deux mots Eugène Kurtz, sans hésiter, les termes amitié et fraternité viendraient à l’esprit de tous ceux qui l’ont connu. Pour lui l’amitié était une valeur cardinale et la fraternité entre les hommes son idéal qu’il poursuivait inlassablement, nourri et guidé par l’enseignement du Christ.

11A maintes occasions Eugène m’a aussi parlé de sa fin. Solidement ancré dans sa foi chrétienne, il ne craignait pas de quitter la vie. Pour lui, la vie terrestre n’était qu’une étape. Il ajoutait aussitôt, avec confiance et conviction : « Non, non ! tu verras, ce n’est pas une fin, nous nous reverrons tous ! »

12Alors voilà Eugène, ta famille et tes amis sont réunis pour te dire au revoir, avec la même confiance.

Haut de page

Annexe

Nombreux articles dans Jeunesse ouvrière d’Alsace (JOC) en 1946-1947, dans le Travailleur d’Alsace et de Lorraine (CFTC) en 1947-1948, dans la Vie populaire du Bas-Rhin (APF) en 1963 ; Le Daubenschlagfelsen et son château, SHASE, 1980/1, p. 17-21 ; Randonnée de la croix du Langenthal au pont du Maibachel, Les Vosges 1981/1, p. 8-14 ; L’affaire du Général Petit, DNA (Strasbourg) du 31.1.1982 ; Un établissement gallo-romain à Nordhouse, Annuaire de la Société d’histoire des quatre cantons, 1983, p. 13-23 ; La forêt de Corrière (au ban  de Wisches), Essor, n° 127, 1985, p. 25-28 ; Carte archéologique de Nordhouse, Annuaire de la Société d’histoire des quatre cantons, 1985, p. 41-47 ; Les bornes Noblat et Tulla, ibidem, 1988, p. 119-137 ; Le drame des deux Raon, 1992 (une version condensée a paru dans Essor, n° 153-155, décembre 1991-juin 1992). E. Descamps, Militer, Paris, 1971, p. 52 ; Ch. Dillinger, 50 ans de JOC, Equipes sociales d’Alsace, Strasbourg, 1979, p. 71, 161-162 ; M. Hildenbrand, Jahresbericht des Historischen Vereins für Mittelbaden 1990/1991, Die Ortenau, 1991, p. 22-23, ill.

Haut de page

Notes

1  Allocution prononcée lors des funérailles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Eugène Kurtz
Crédits J.-M. Holderbach, Les bornes de la mémoire, Saisons d’Alsace, n° 111, 1991, p. 166.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Holderbach, « Eugène Kurtz (1921-2006) », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 517-518.

Référence électronique

Jean-Marie Holderbach, « Eugène Kurtz (1921-2006) », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 10 novembre 2011, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1509 ; DOI : 10.4000/alsace.1509

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Holderbach

Vice-président de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page