Navigation – Plan du site
L'Alsace en guerre

Les offensives françaises de la revanche (août 1914)

The August 1914 French revenge operations
Die französischen Vergeltungsoffensiven (August 1914)
Thérèse Krempp
p. 17-32

Résumés

Cet article présente les différentes opérations militaires qui ont lieu en Alsace durant le premier mois du conflit. Alors que l’étroit couloir de la plaine d’Alsace ne se prête guère à une opération stratégique de grande envergure, le haut commandement français lance, dès le début de la guerre, une offensive au-delà des Vosges. Ces opérations sont motivées par l’idée de revanche et la volonté de libérer l’Alsace-Lorraine. La 1ère armée française du général Dubail se trouve en face de la VIIe armée allemande du général von Heeringen. Les troupes françaises présentes sur le front alsacien doivent attaquer l’adversaire et le retenir en soutien à l’offensive du gros de la 1ère armée dans la direction de Sarrebourg-Morhange. Ainsi le 7e corps d’armée s’avance vers Mulhouse, dont il s’empare pendant quelques heures le 8 août, avant de se retirer jusqu’à l’ancienne frontière. Le général Joffre décide alors de créer une armée d’Alsace afin de reprendre cette campagne sur de nouvelles bases. La ville de Mulhouse est à nouveau occupée par les Français entre le 19 et le 25 août, avant d’être une seconde fois évacuée. Dans le Bas-Rhin les combats se concentrent autour de la vallée de la Bruche et du Val de Villé. Malgré des pertes importantes, les résultats de ces offensives sont relativement mitigés : à la fin du mois d’août 1914, seule une partie de la Haute-Alsace reste aux mains des Français. Ce petit territoire reconquis permet d’entretenir en France un espoir de libération pour toute l’Alsace-Lorraine.

Haut de page

Texte intégral

1Dès l’annexion de l’Alsace-Lorraine en 1871, l’Empire allemand consolide la nouvelle frontière. En effet, le Reichsland est considéré par Bismarck comme un glacis face à la France, où des aspirations de revanche se manifestent au lendemain de l’annexion. Aussi l’Alsace est-elle intégrée à la XVe région militaire allemande (puis aussi à la XIVe) et la Lorraine à la XVIe ; Metz et Strasbourg sont transformées en importantes places fortes et deviennent le centre du système défensif occidental allemand. Les autres places militaires nouvellement acquises (Thionville, Bitche, Neuf-Brisach et Huningue) sont également intégrées à ce système et constituent la première ligne de défense. Cependant, la géographie de la région est probablement l’outil de défense le plus efficace. En effet, entre la double barrière naturelle des Vosges et de la Forêt Noire, la plaine d’Alsace, trop étroite, ne permet pas à une armée moderne de se déployer.

  • 1 « La Guerre », Le Temps, 20 août 1914.

2De ce fait, en août 1914, la frontière franco-allemande se prête peu aux opérations de grande envergure. Malgré cette topographie peu propice, le haut commandement français lance immédiatement une offensive au-delà des Vosges et une armée d’Alsace est même créée quelques jours après la déclaration de guerre. Dans les dernières années du XIXe siècle, le souvenir des Provinces perdues reste latent dans la conscience nationale française ; lorsqu’il se manifeste, il se traduit davantage comme une nostalgie douloureuse et affective que comme une volonté agressive de revanche. Cependant la déclaration de guerre de l’Allemagne et l’obligation pour la France de se défendre réactivent à la fois le souvenir de 1870 et la volonté de libération de l’Alsace-Lorraine. L’Union Sacrée, proposée dès le 4 août par le président de la République, Raymond Poincaré, rassemble toutes les forces politiques, syndicales et spirituelles du pays et suppose une trêve des partis. La volonté de reconquête des Provinces perdues devient alors une notion structurelle qui permet de parachever cette union nationale. C’est ainsi que dès le mois d’août 1914, l’Alsace-Lorraine est considérée comme l’un des principaux enjeux de la guerre, non pas stratégique, mais idéologique et sentimental. Le quotidien Le Temps ne s’y trompe pas lorsqu’il compare la campagne d’août 1914 à celle d’août 18701.

3L’état-major français a prévu, dans le plan de concentration, que la 1re armée du général Dubail avance en direction de Baccarat, Sarrebourg et Sarreguemines. La 2e armée (général de Castelnau) doit prendre l’offensive au nord de Nancy. En face de la 1re armée française se positionne la VIIe armée allemande, commandée par le général von Heeringen. Cette armée assure la défense des Vosges du Nord, la couverture de Strasbourg et de la plaine d’Alsace jusqu’à Neuf-Brisach. Dans le Bas-Rhin, les combats se concentrent autour de la vallée de la Bruche et du Val de Villé. Ce secteur est directement lié aux offensives de Lorraine car il apparaît comme la prolongation du dispositif général de la 1re armée. L’essentiel des combats a lieu dans le Haut-Rhin : les avances françaises sur Mulhouse et Colmar, tout en restant liées à la stratégie globale, sont plus autonomes, comme le montre la création d’une armée indépendante, l’éphémère armée d’Alsace. La lutte, immédiate et très vive au début de la guerre, se stabilise rapidement à la fin du mois d’août. Le plan de concentration français, les deux prises de Mulhouse et l’occupation des cols vosgiens jusqu’à la fin du mois d’août 1914 sont présentés dans cette étude.

La concentration

  • 2 Les Armées françaises dans la Grande Guerre (AFGG), Paris, 1936, t. I, vol. I, p. 77.
  • 3 Gras (R.), « L’Offensive sur Colmar en 1914 », Revue militaire française, août 1933, no146, p. 166.

4En août 1914 la défense française comprend, derrière les Vosges, les grandes places fortes de Belfort, Épinal et Toul, plus un certain nombre d’ouvrages formant barrages entre Belfort et Épinal. Entre Épinal et Toul la trouée de Charmes a été laissée délibérément ouverte dans l’intention de canaliser l’offensive adverse. Les armées allemandes stationnent quant à elles dans le couloir que forme la plaine d’Alsace, entre les Vosges et le Rhin, fermé au nord par la place forte de Strasbourg. Selon le plan de concentration français, qui détermine l’ordre de bataille des armées et leur zone de rassemblement initial, l’armée Dubail se trouve à l’aile droite du dispositif général. Elle comprend les 7e, 8e, 13e, 14e et 21e corps d’armée, les 6e et 8e divisions de cavalerie. La couverture est assurée par les 7e et 21e corps d’armée, ainsi que par les deux divisions de cavalerie. Le quartier général de la 1re armée est installé à Épinal2. Après la concentration des 1re et 2e armées, le commandement français a prévu une offensive en Lorraine, en direction de la trouée de Sarrebourg-Morhange. Cette offensive doit préalablement être couverte sur la droite par la conquête des crêtes et des cols des Vosges, ainsi que par la pénétration en Haute-Alsace, entre la trouée de Belfort et le col de la Schlucht, en direction de Mulhouse et de Colmar. La mission de cette aile droite de la 1re armée est de « retenir, en les attaquant, les forces adverses qui tenteraient de déboucher sur le versant occidental des Vosges, au nord de la Schlucht. »3

  • 4 Composition du 21e corps (général Legrand-Girarde) : 13e division d’infanterie (Bourdériat), avec l (...)

5L’ordre de mobilisation générale arrive le 1er août. Le 21e corps d’armée (général Legrand-Girarde) et la 6e division de cavalerie dans les Vosges, le 7e corps d’armée (général Bonneau) et la 8e division de cavalerie devant la trouée de Belfort prennent ainsi leur disposition de couverture4. Les troupes françaises proviennent surtout des garnisons de Baccarat, Saint-Dié, Rambervillers, Épinal, Remiremont et Gérardmer. Pour éviter toute accusation de provocation, le gouvernement français a donné l’ordre aux troupes de retirer leurs cantonnements de couverture à dix kilomètres en deçà de la frontière. Les Allemands occupent alors les cols et les crêtes des Vosges, puis prennent leurs positions de combat le long de la frontière.

  • 5 Porte (Rémy), Les Secrets de la Grande Guerre, Paris, 2012, p. 33-36.

6Avant même la déclaration de guerre, des patrouilles allemandes violent la frontière en de nombreux points, notamment dans les forêts vosgiennes – où elles établissent des postes d’observation –, mais aussi dans le Sundgau. L’une d’entre elles, commandée par le sous-lieutenant Mayer, de Mulhouse, entre en France près de Réchésy. Trois soldats français l’interceptent ; l’un d’entre eux, le caporal André Peugeot, est tué. Le sous-lieutenant Mayer est lui aussi tué, probablement par un des hommes du détachement. Ce sont les premiers morts de la guerre sur le front occidental5.

Les manœuvres de couverture (7-20 août)

Les manœuvres de couverture (7-20 août)

Premières opérations : occupation de Mulhouse (2-11 août)

  • 6 Béthouart (Général), Des Hécatombes glorieuses au désastre, Paris, 1972, p. 38.

7Le dispositif général de couverture du 7e corps d’armée s’étend dans le secteur des Hautes-Vosges, de Belfort à Gérardmer, ainsi que dans la plaine de la Haute-Alsace. Avant même que la concentration de la 1re armée ne soit terminée, l’ordre est donné d’utiliser le 7e corps et la 8e division de cavalerie pour une action immédiate en Haute-Alsace. La conquête rapide des cols des Vosges fait partie de la manœuvre prévue par Joffre dans le cadre de l’offensive Sarrebourg-Morhange. Le 4 août le général Bonneau est autorisé à occuper le Ballon d’Alsace, sans toutefois descendre encore dans la plaine. Le même jour les cols de Bussang et de la Schlucht sont respectivement atteints par le 15e bataillon de chasseurs à pied et le 152e régiment d’infanterie6. Le général en chef a fixé le début de l’opération en Haute-Alsace au 7 août. Malgré les réticences de Bonneau, cette date est maintenue car les renseignements parvenus au grand quartier général (GQG) confirment l’absence de troupes allemandes conséquentes dans ce secteur. Le plan du général von Heeringen est d’attirer les Français dans le sud de l’Alsace pour les écraser ensuite par une violente contre-attaque. Ainsi les Allemands cèdent volontairement aux attaques françaises et simulent une retraite. La garnison évacue même Mulhouse, ne laissant qu’un petit nombre d’éléments sur place. Elle se retire à vingt kilomètres en arrière dans la direction de Neuf-Brisach.

  • 7 Pour le récit des combats et l’entrée des Français dans Altkirch voir les mémoires de Charles Spind (...)

8Le 7e corps d’armée passe ainsi à l’offensive dès les premières heures du 7 août. L’opération est menée en trois colonnes. Celle de gauche (41e division), débouchant par les cols d’Oderen et de Bussang, avance dans la direction de Thann. Celle du centre (14e division) se dirige sur Masevaux. Celle de droite, formée par la 8e division de cavalerie et la 27e brigade d’infanterie, marche sur Dannemarie et Altkirch. C’est elle qui est la plus exposée aux attaques allemandes. Après avoir brisé la résistance de la couverture allemande à Wesserling, la 41e division progresse jusqu’à Thann, occupé dans la soirée. La colonne du centre, qui avance par la route Belfort-Cernay, est ralentie à Soppe-le-Bas, mais les Allemands cèdent du terrain pendant toute la journée et le soir la 14e division atteint les objectifs assignés et s’arrête sur la ligne de front : Pont-d’Aspach - Ammerzwiller. L’avance jusqu’à Altkirch est en revanche plus difficile. En effet, la résistance allemande est beaucoup plus forte mais Altkirch est tout de même enlevée le soir du 7 août7. Ainsi, sans avoir éprouvé de trop grandes difficultés, les troupes françaises pénètrent profondément en territoire alsacien dès le début de l’offensive. Elles occupent à présent le front : Altkirch - Ammerzwiller - Pont-d’Aspach - Thann.

  • 8 AFGG, t. I, vol. I, p. 222-223.
  • 9 Aussitôt après l’occupation de Mulhouse, le général Joffre lance la proclamation suivante à l’Alsac (...)
  • 10 « L’heure de la justice immanente invoquée par Gambetta a sonné », note avec le lyrisme de l’époque (...)

9Le général Bonneau a ordonné aux troupes de s’arrêter sur les positions acquises, ce qui lui est vivement reproché par Joffre qui critique ses hésitations et lui demande au contraire « de pousser au plus vite sur Mulhouse » et de procéder à la destruction des ponts sur le Rhin8. L’avance du 7e corps reprend donc le 8 août à midi. Dans l’après-midi, des éclaireurs investissent les ouvrages de campagne qui protègent la ville et constatent qu’il ne reste plus de soldats allemands à Mulhouse. À 18 heures, les troupes françaises défilent devant Bonneau, qui vient d’arriver en ville, saluées par une partie de la population en liesse9. L’occupation du grand centre industriel alsacien a un retentissement considérable. Cette action rapide, les pertes relativement faibles au regard du résultat, provoquent en France une joie intense10. Mais la sécurité des troupes françaises en ville n’est pas du tout assurée : bureaux de poste et banques, tenus par des employés surtout allemands, continuent à fonctionner normalement ; de plus, personne ne songe à couper le téléphone. Et dès la nuit du 8 août l’armée française évacue le centre ville pour se retrancher dans les faubourgs. Le lendemain les Allemands contre-attaquent avec force sur tout le front du 7e corps avec pour objectif de couper la retraite vers l’ouest à leurs adversaires aventurés devant Mulhouse. La contre-attaque allemande se scinde en deux combats parallèles, non simultanés, l’un devant Cernay, l’autre devant Mulhouse. Les opérations commencent le matin du 9 août dans le secteur de Thann et Cernay. Durant toute la journée, les Français se replient peu à peu devant les troupes allemandes de plus en plus nombreuses qui finissent par reprendre Cernay. Dans l’après-midi, commencent les engagements aux portes de Mulhouse. Très fatigués et très désorganisés, les Français reculent sur tout le front et Mulhouse est réoccupée par les Allemands. Entre le 9 et le 11 août, l’armée française se replie dans tout le secteur : le gros des troupes se retire vers l’ouest et regagne l’ancienne frontière. Très éprouvés eux-aussi, les Allemands renoncent cependant à poursuivre les Français, qui échappent ainsi à l’étau désiré par le général von Heeringen.

  • 11 Le général Curé, commandant la 14e division d’infanterie, se trouve également limogé pour avoir fai (...)

10L’échec de cette première campagne d’Alsace risque d’avoir de graves conséquences pour le reste de la 1re armée. En effet, alors que la concentration s’achève (le 12 août), l’offensive qui va être déclenchée en Lorraine doit absolument être couverte sur sa droite. L’opération en Alsace est donc reprise sur de nouvelles bases. Considéré comme le principal responsable de l’échec, Bonneau est remplacé par le général Vautier à la tête du 7e corps11. Malgré son mouvement de retraite, cette grande unité continue d’occuper les cols de Bussang, d’Oderen et de la Schlucht. La 81e brigade est toujours en couverture sur les Vosges et occupe la ligne Le Valtin - la Schlucht - la Tête de Chien (à trois kilomètres du Ballon d’Alsace). La 41e et la 14e divisions tiennent le front : Masevaux – Rougemont - Petitefontaine - Angeot et Reppe. La 57e division de réserve occupe la région de Montreux, tandis que la 8e division de cavalerie se maintient entre Montreux et Grandvillars.

Armée d’Alsace et seconde occupation de Mulhouse

  • 12 Le général Pau a soixante-six ans en août 1914, c’est un ancien de la guerre de 1870, qui a perdu u (...)
  • 13 AFGG, t. I, vol. I, p. 587.
  • 14 Le général Bataille commande la 81e brigade d’infanterie (152e d’infanterie, 5e et 15e bataillons d (...)

11Le général Joffre décide alors de créer l’armée d’Alsace, une armée autonome chargée d’opérer dans la région. Placée sous les ordres du général Pau12, elle comprend le 7e corps et la 8e division de cavalerie, qui viennent de participer à la première offensive, la 44e division d’infanterie, une partie de la 57e de réserve (171e et 172e régiments d’infanterie), le premier groupe de divisions d’infanterie de réserve (58e, 63e et 66e) et un groupe de cinq bataillons de chasseurs alpins13. Le général Pau prend officiellement ses fonctions le 13 août, sa mission est la même que celle qui avait été fixée au général Bonneau : il s’agit de pénétrer en Alsace et de refouler les Allemands de l’autre côté du Rhin, puis de détruire les ponts sur le fleuve et de se diriger vers Colmar et Strasbourg afin d’appuyer l’attaque des 1re et 2e armées françaises. Toutefois, les troupes, très fatiguées et désorganisées, sont laissées quelques jours au repos. Mais l’offensive en Lorraine est prévue pour le 14 août, et l’armée d’Alsace, à peine formée, doit alors repartir au combat. Cette nouvelle pénétration en Alsace se fait, comme la précédente, par la trouée de Belfort et les cinq principaux cols des Vosges du sud. Une fois encore, les Allemands se retirent devant les troupes françaises, leur résistance n’est effective que dans les Vosges, particulièrement dans la vallée de la Fecht en direction de Munster. Avançant vers Mulhouse, les Français atteignent sans difficultés leurs objectifs et se positionnent entre Traubach-le-Haut et Guewenheim. Le 15 août est consacré à la consolidation du front de ce secteur ainsi qu’à la recherche de renseignements sur le retrait de l’adversaire. Pendant ce temps, les combats continuent dans les Vosges, et le détachement Bataille réussit à entrer dans Soultzeren et Stosswihr14.

  • 15 Pour l’occupation de la vallée de Munster, voir les souvenirs du général Béthouart, ancien du 152e (...)
  • 16 Giraudoux (Jean), Retour d’Alsace août 1914, Paris, 1916, p. 8.

12Les 16 et 17 août, l’avance se poursuit. En formation de combat, l’armée d’Alsace progresse lentement sur tout le front, entre la frontière suisse et la vallée de Munster. Altkirch en particulier est trouvé inoccupé par la 8e division de cavalerie et le 152e d’infanterie entre dans Munster15. La prudente marche de l’armée d’Alsace a toutefois conduit celle-ci à prendre cinq jours pour parcourir les quarante kilomètres qui séparent Belfort de Mulhouse, alors que le 7e corps avait fait le même trajet en deux jours. Jean Giraudoux, dans ses souvenirs, décrit avec humour cette progression dans le vide et l’entrée dans des villages libres de toute armée adverse : « Nous commençons à être las de nous battre tout seul. Impossible de voir un Allemand. »16

  • 17 Lorsque l’armée allemande était revenue à Mulhouse, elle avait fait payer chèrement aux habitants l (...)

13Lorsqu’il s’agit de protéger les ponts sur le Rhin, les Allemands décident enfin de se porter à la rencontre des Français. Une division à cinq brigades d’infanterie de réserve traverse le fleuve à Huningue et avance en direction de Mulhouse et d’Altkirch. Une colonne se porte au nord-ouest de Mulhouse (Illzach - Morschwiller-le-Bas) ; une autre au sud (Brunstatt, Flaxlanden, Zillisheim, Didenheim) ; la troisième plus au sud encore (secteur d’Illfurth, Wittersdorf, Tagsdorf). La bataille débute le 19 août, faite de vifs engagements au cours desquels le centre et l’aile droite de l’armée d’Alsace sont violemment attaqués, notamment à Dornach, dans le secteur de Brunstatt, Zillisheim, Walheim. Dans toute cette zone, les Allemands cèdent du terrain en fin de journée. Pendant ce temps, la 41e division poursuit sa marche sans rencontrer de sérieuses difficultés et arrive aux portes de Mulhouse. Vers midi, le 15e bataillon de chasseurs pénètre dans une ville qu’une fois encore les Allemands ont abandonnée. À 17 heures, les troupes françaises y défilent. L’accueil de la population est plus modéré que la première fois et les sentiments français ne sont pas bruyamment manifestés comme cela avait été le cas le 8 août17.

  • 18 Burger (Pierre), « 1914 à Colmar », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Colmar, 1 (...)
  • 19 AFGG, t. I, vol. I, pp. 243-246.

14Parallèlement à ces combats, les troupes françaises continuent l’offensive sur Colmar. Alors que tout contact est perdu avec l’armée allemande, le détachement Bataille occupe Ingersheim, Turckheim et Wintzenheim. Plusieurs patrouilles de reconnaissance circulent librement dans la ville de Colmar18. En attendant des ordres nouveaux, les troupes françaises consolident leurs positions entre Mulhouse et Turckheim. Cependant, les violents combats qui se déroulent en Lorraine à partir du 20 août rendent difficile la poursuite de l’offensive par la plaine d’Alsace. Dubail craint d’être menacé sur ses arrières par suite de la reprise par l’ennemi de Villé, du Champ du Feu et de Schirmeck. Le 23 août, le général Pau donne ses instructions pour le repli définitif de l’armée devant Belfort et sur le versant ouest des Vosges. Ce mouvement s’effectue dans la nuit du 24 au 25 août et Mulhouse reconquise est à nouveau évacuée19.

Occupation des cols des Vosges

  • 20 Les pertes sont très importantes. Ainsi le 149e d’infanterie perd plus de six cents hommes, tués ou (...)
  • 21 AFGG, t. I, vol. I, p. 248-253. - Nouzille (Jean), Oberlé (Raymond), Rapp (Francis), Batailles d’Al (...)
  • 22 Nouzille, op. cit., p. 110.

15Le 5 août, le commandant en chef demande au général Legrand-Girarde (21e corps) d’occuper les passages des Vosges, du col du Bonhomme à la trouée de Saales. Mais en raison de l’importance des rassemblements ennemis dans la région, le général prend l’initiative d’ajourner ces opérations. Elles sont reprises le 8 août sur l’ordre de Joffre, qui veut préparer le terrain en vue d’un débouché dans la vallée de la Bruche. Alors que l’occupation du col du Bonhomme se fait rapidement, l’attaque du col de Sainte-Marie-aux-Mines est beaucoup plus difficile. Le col est cependant occupé dans la soirée après de violents combats, mais les troupes ne peuvent déboucher à l’est. Les Français subissent de violentes contre-attaques et la situation reste très sérieuse pendant plusieurs jours au col de Sainte-Marie20. L’occupation des crêtes des Vosges se trouve momentanément suspendue pendant ce temps21. L’avance française reprend le 12 août avec la prise du col et de la ville de Saales. Le 21e corps s’installe en position défensive sur tous les passages des Vosges, du col d’Urbeis à celui du Hantz, réalisant ainsi la couverture du flanc droit de la 1re armée au moment où elle va commencer l’attaque sur Sarrebourg22. La progression française est extrêmement lente dans ce secteur vosgien et la lutte pour la possession des cols se révèle coûteuse en hommes.

Occupation des cols et des vallées des Vosges

Occupation des cols et des vallées des Vosges
  • 23 Composition du 14e corps (Pourardier-Duteil) : 27e division (Barret), avec la 53e brigade (75e et 1 (...)
  • 24 Nouzille, op. cit., p. 121.

16Le général Pouradier-Duteil, commandant du 14e corps23, reçoit le 12 août la mission de pénétrer dans le Val de Villé avec ses deux divisions, et le lendemain, la 28e division enlève les cols d’Urbeis et de la Hingrie. Évacuée par les troupes allemandes, la ville de Sainte-Marie-aux-Mines est occupée le 16 août par le 7e bataillon de chasseurs alpins, qui pousse des avant-postes jusqu’à Sainte-Croix-aux-Mines. Le lendemain, la 55e brigade pénètre dans Villé pendant que des opérations ont lieu au Champ-du-Feu. Un détachement est envoyé en direction de Ribeauvillé avec la mission de couper la voie ferrée Strasbourg-Mulhouse dans la région de Sélestat, mais il se heurte à des unités d’infanterie qui l’empêchent de passer. Le 18 août un autre détachement fait sauter cette voie ferrée au nord de la ville, mais il est lui aussi bloqué car l’adversaire occupe le défilé qui conduit à Sélestat. Devant l’attaque française, la VIIe armée allemande a organisé un transfert de ses hommes de la Haute-Alsace vers les vallées de la Bruche et de Saverne24.

17Le 14 août, une offensive générale est déclenchée par les armées de l’Est. Dans le cadre de cette action, le 21e corps doit attaquer dans la vallée de la Bruche. Sur sa droite, le 14e a reçu pour mission d’avancer dans le Val de Villé et de se relier avec les éléments français qui occupent la région de la Schlucht. L’objectif du mouvement est le suivant : pour le 21e corps, conquérir le Donon et Schirmeck ; pour le 14e, occuper les régions de Villé et du Champ-du-Feu, la division de droite poussant dans les vallées de la Liepvrette, de Streng et de la Weiss. Dubail demande de surcroît à Pouradier-Duteil d’avancer jusque dans la plaine afin d’être renseigné sur la situation en Alsace.

  • 25 AFGG, t. I, vol. I, p. 257-260.

18Le combat est engagé le 14 août au lever du jour. Le 14e corps progresse, mais n’arrive pas à établir la liaison avec les éléments de l’armée d’Alsace qui effectuent en même temps une opération de démonstration dans la vallée de Munster25. La forte résistance entre Saint-Blaise et Plaine est finalement vaincue par le 21e corps et, plus au nord, le Donon est occupé sans difficultés. À Saint-Blaise, le 1er bataillon de chasseurs à pied s’empare du premier drapeau allemand.

  • 26 Dans la nuit du 14 au 15 août, le village de Bourtzwiller subit le même sort. Une fusillade éclate (...)
  • 27 Nouzille, op. cit., pp. 47-48. Spindler, op. cit., p. 75-76 et 146.

19Sur l’ordre de Dubail, la journée du 15 août est consacrée à se fortifier sur les positions conquises. Le lendemain, l’avance reprend : le 21e corps enlève Schirmeck pendant que le 14e dépasse Saint-Croix-aux-Mines et s’engage devant Villé. Les têtes des vallées sont ainsi tenues sur le versant oriental des Vosges. Un drame vient alors endeuiller tout le Val de Villé. Dans la soirée du 18 au 19 août, le 2e bataillon du 14e régiment d’infanterie bavarois entre dans le village de Saint-Maurice, au sud-est de Villé, pour y cantonner après un combat violent dans la localité voisine de Neubois. Beaucoup de soldats sont ivres. Une fusillade éclate, un soldat est blessé et, sans la moindre enquête, les autorités militaires locales (cantonnées au château de Thanvillé) accusent les habitants d’avoir tiré sur la troupe et donnent l’ordre d’incendier le village. Sur les 350 habitants quatre-vingt-quatre sont placés en détention préventive à Sélestat, puis à Strasbourg. Quatre habitants sont fusillés, un autre est blessé. C’est seulement plus tard que le médecin militaire de l’ambulance installée au château constate que le blessé a été atteint par un de ses camarades. Quelques mois plus tard le conseil de guerre mis en place pour l’occasion est obligé de reconnaître l’innocence de la population. Ce drame, comme celui de Bourtzwiller26, est significatif de l’état de psychose dans lequel vivent les troupes allemandes, de la tension latente créée par la suspicion à l’égard des Alsaciens, tout cela aggravé par la fatigue du combat et la consommation immodérée d’alcool27.

  • 28 AFGG, t. I, vol. I, p. 263.
  • 29 Jean Julien Weber, futur évêque de Strasbourg, raconte les combats du 21e régiment d’infanterie dan (...)
  • 30 L’infanterie est lancée sans bonne préparation d’artillerie, artillerie qui est d’ailleurs largemen (...)

20L’avance française est de courte durée puisque, dès le 18 août, les troupes reculent partout28. Villé est ainsi réoccupé par les Allemands pendant que la 13e division reflue sur les cols de Sainte-Marie et d’Urbeis, ainsi que sur Steige. Le lendemain les Allemands se montrent particulièrement offensifs dans la vallée de la Bruche, la 13e division doit abandonner Schirmeck et se replier sur le Donon. Le Champ du Feu est lui aussi évacué. Pourardier-Duteil décide alors de concentrer dans la vallée de la Bruche le plus de forces possible dans le but de contre-attaquer les Allemands. Mais il n’a pas le temps d’exécuter son plan car dès le 20 août l’armée allemande, après un violent bombardement, reprend le Donon, et les Français sont obligés de se retirer vers la vallée de la Plaine, en-deça de la frontière29. Au cours des jours suivants, les troupes françaises continuent de reculer : la XXXe division allemande s’empare du col de Steige, puis de Ranrupt et de Saales (le 22 août). Le repli des Français sur la Meurthe oblige la 27e division à battre en retraite. Le 25 août, les Allemands traversent la Meurthe et de violents combats sont livrés à l’ouest de Raon-l’Étape. Ils parviennent, deux jours plus tard, au col de la Chipotte, sans pouvoir cependant en déboucher. Le front se stabilise ensuite à partir du 28 août. Selon Jean Nouzille, l’échec des Français dans la région de la Bruche est dû « à l’insuffisance des moyens mis en œuvre, aux excès de la doctrine offensive française et à une mauvaise utilisation du terrain »30.

Conclusion

  • 31 Nouzille, op. cit., p. 151-152.

21Ainsi, la 1re armée française n’a pas réussi à percer le front dans le Bas-Rhin. Le succès de l’armée allemande est dû à un dispositif stratégique efficace, à une bonne utilisation du terrain, à la supériorité en armement et à une exploitation habile de l’effet de surprise. Cependant le commandement allemand n’exploite pas les victoires obtenues localement et l’armée française se retire en bon ordre, conservant toute ses capacités matérielle et morale pour reprendre les combats dans de meilleures conditions31. Par ailleurs, les difficultés rencontrées en Lorraine par les 1re et 2e armées françaises compromettent les succès remportés dans le Haut-Rhin par l’armée d’Alsace du général Pau. L’offensive réussie sur Mulhouse devient inutile et, bien que l’adversaire ait totalement disparu devant elle, une partie des troupes de l’armée d’Alsace est transférée sur d’autres fronts plus stratégiques.

22Le 28 août l’armée d’Alsace est dissoute et le haut commandement français constitue un groupement des Vosges sous les ordres du général Toutée, rattaché à la 1re armée. Les troupes françaises se replient et s’organisent défensivement sur la ligne de crêtes. Finalement, la lutte pour la possession des cols des Vosges et l’offensive en Alsace se sont révélées coûteuses en hommes pour un résultat relativement médiocre. En effet, les débouchés en Alsace ne peuvent se faire que par les cols de Bussang et d’Oderen, et seule une partie de la Haute-Alsace reste aux mains des Français : Thann et Dannemarie, une partie des vallées de Saint-Amarin et de Guebwiller. Après le 15 septembre, le front se fixe et la guerre de positions commence. L’Alsace et les Vosges cessent d’être le théâtre majeur des opérations militaires dès le début de cette phase de la guerre, mais des combats locaux, parfois extrêmement violents, se poursuivent : à la Tête-de-Faux, au Hartmannswillerkopf (Vieil-Armand) – surnommé le « mangeur d’hommes » –, au Linge. Dans le cadre de l’Union Sacrée, le territoire alsacien « libéré » (55 000 habitants) est investi d’une forte charge émotionnelle et patriotique, activement relayée par toute sorte de médias. Dans son livre « Le Paradis tricolore », le caricaturiste Hansi décrit de façon idyllique cette petite terre redevenue française. D’autre part, le général Joffre, dès le 24 novembre 1914, se rend à Thann avant de venir passer la fête nationale à Wesserling (le 14 juillet 1915), et le président de la République Poincaré n’effectue pas moins de trois voyages en Alsace pendant l’année 1915. Ainsi, malgré des résultats militaires plus que mitigés, l’Union Sacrée, à partir du mois de septembre 1914, peut s’appuyer efficacement sur cette portion recouvrée des Provinces perdues pour continuer la mobilisation des esprits dans l’idée de la revanche.

Haut de page

Notes

1 « La Guerre », Le Temps, 20 août 1914.

2 Les Armées françaises dans la Grande Guerre (AFGG), Paris, 1936, t. I, vol. I, p. 77.

3 Gras (R.), « L’Offensive sur Colmar en 1914 », Revue militaire française, août 1933, no146, p. 166.

4 Composition du 21e corps (général Legrand-Girarde) : 13e division d’infanterie (Bourdériat), avec la 25e brigade (17e régiment d’infanterie, 17e, 20e, 21e bataillons de chasseurs à pied), la 26e brigade (21e et 109e d’infanterie), un escadron du 4e régiment de chasseurs, des éléments du 62e d’artillerie ; 43e division d’infanterie (Lanquetot), avec la 85e brigade (149e et 158e d’infanterie), la 86e brigade (1er, 3e, 10e, 31e bataillons de chasseurs à pied), un escadron du 6e régiment de chasseurs, des éléments du 12e d’artillerie. Composition de la 6e division de cavalerie (Levillain) : 5e brigade de cuirassiers, 6e brigade de dragons, 6e brigade de cavalerie légère (AFGG, t. I, vol. I, p. 544-546). Composition du 7e corps au 1er août 1914 : 14e division d’infanterie (Curé), avec la 27e brigade (44e et 60e d’infanterie), la 28e (35e et 42e d’infanterie), un escadron du 11e régiment de chasseurs et trois groupes du 47e d’artillerie ; la 41e division d’infanterie (Superbie), avec la 81e brigade (5e et 15e bataillons de chasseurs à pied, 152e d’infanterie), la 82e (23e et 133e d’infanterie), un escadron du 11e régiment de chasseurs, trois groupes du 4e d’artillerie ; des troupes de réserve : 352e d’infanterie, 45e et 55e bataillons de chasseurs à pied. La 8e division de cavalerie du général Aubier (8e brigade de cavalerie légère, 8e et 14e brigades de dragons) est placée dès le 1er août sous les ordres du général commandant le 7e corps. Les troupes du 7e corps établies en couverture dans les Vosges (152e d’infanterie, 5e bataillon de chasseurs, ainsi que trois pelotons du 11e régiment de chasseurs) forment un groupement sous les ordres du général Bataille. Elles se trouvent séparées du reste de la troupe et ne prennent pas part aux opérations du 7e corps en Alsace (JMO 7e corps, 26N124/1).

5 Porte (Rémy), Les Secrets de la Grande Guerre, Paris, 2012, p. 33-36.

6 Béthouart (Général), Des Hécatombes glorieuses au désastre, Paris, 1972, p. 38.

7 Pour le récit des combats et l’entrée des Français dans Altkirch voir les mémoires de Charles Spindler, L’Alsace pendant la guerre (1914-1918), Nancy, 2008, p. 120‑125.

8 AFGG, t. I, vol. I, p. 222-223.

9 Aussitôt après l’occupation de Mulhouse, le général Joffre lance la proclamation suivante à l’Alsace reconquise : « Enfants de l’Alsace, après quarante-quatre années d’une douloureuse attente, les soldats français foulent à nouveau le sol de votre noble pays. Ils sont les premiers ouvriers de la grande œuvre de la revanche ! Pour eux, quelle émotion et quelle fierté ! Pour parfaire cette œuvre ils ont fait le sacrifice de leur vie ; la nation française unanimement les pousse et, dans les plis de leurs drapeaux, sont inscrits les noms magiques du droit et de la liberté ! Vive l’Alsace ! Vive la France ! » Cette proclamation est larguée sur Mulhouse pendant la nuit par des avions.

10 « L’heure de la justice immanente invoquée par Gambetta a sonné », note avec le lyrisme de l’époque le quotidien Le Temps du 10 août 1914.

11 Le général Curé, commandant la 14e division d’infanterie, se trouve également limogé pour avoir fait retraite dans un désordre indescriptible.

12 Le général Pau a soixante-six ans en août 1914, c’est un ancien de la guerre de 1870, qui a perdu un bras à la bataille de Reichshoffen.

13 AFGG, t. I, vol. I, p. 587.

14 Le général Bataille commande la 81e brigade d’infanterie (152e d’infanterie, 5e et 15e bataillons de chasseurs à pied), qui fait partie de la 41e division du 7e corps. Mis à la tête de la 41e division le 3 septembre 1914, il est tué par un éclat d’obus le 8 septembre 1914 au col du Bonhomme.

15 Pour l’occupation de la vallée de Munster, voir les souvenirs du général Béthouart, ancien du 152e régiment, Des Hécatombes glorieuses au désastre (Paris, 1972), ainsi que les souvenirs du pasteur de Muhlbach-sur-Munster, Erwin Teutsch, Chronique de la Vallée de Munster pendant la Première Guerre mondiale (Colmar, 2005). Voir également : Boucher (Paul), « Souvenirs d’août 1914 avec le 152e régiment d’infanterie, vallée de Munster, Wintzenheim », Annuaire de la Société historique et littéraire de Colmar, 1964, p. 30-38.

16 Giraudoux (Jean), Retour d’Alsace août 1914, Paris, 1916, p. 8.

17 Lorsque l’armée allemande était revenue à Mulhouse, elle avait fait payer chèrement aux habitants l’accueil enthousiaste réservé aux Français et plusieurs centaines de Mulhousiens avaient été arrêtés.

18 Burger (Pierre), « 1914 à Colmar », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Colmar, 1984, no32, p. 126-129. Voir aussi : Kannengieser (Mgr A.), Vie de Monseigneur Étienne Frey, curé de Colmar, Colmar, 1925, p. 258-264.

19 AFGG, t. I, vol. I, pp. 243-246.

20 Les pertes sont très importantes. Ainsi le 149e d’infanterie perd plus de six cents hommes, tués ou blessés, au col de Sainte-Marie (AFGG, t. I, vol. I, p. 253).

21 AFGG, t. I, vol. I, p. 248-253. - Nouzille (Jean), Oberlé (Raymond), Rapp (Francis), Batailles d’Alsace 1914-1918, Strasbourg, 1989, p. 99-103.

22 Nouzille, op. cit., p. 110.

23 Composition du 14e corps (Pourardier-Duteil) : 27e division (Barret), avec la 53e brigade (75e et 140e d’infanterie, 14e bataillon de chasseurs alpins), la 54e (52e d’infanterie, 7e bataillon de chasseurs alpins), un escadron du 9e régiment de hussards ; 28e division (Putz), avec la 55e brigade (22e et 99e d’infanterie) et la 56e (30e d’infanterie, 11e bataillon de chasseurs alpins), un escadron du 9e hussards (AFGG, t. I, vol. I, p. 544).

24 Nouzille, op. cit., p. 121.

25 AFGG, t. I, vol. I, p. 257-260.

26 Dans la nuit du 14 au 15 août, le village de Bourtzwiller subit le même sort. Une fusillade éclate entre deux détachements allemands, causant la mort d’un soldat. Cinquante-sept maisons sont incendiées par les Allemands, six otages fusillés, soixante-dix-huit personnes incarcérées à Mulhouse. L’enquête conclut, là aussi, à l’innocence des habitants.

27 Nouzille, op. cit., pp. 47-48. Spindler, op. cit., p. 75-76 et 146.

28 AFGG, t. I, vol. I, p. 263.

29 Jean Julien Weber, futur évêque de Strasbourg, raconte les combats du 21e régiment d’infanterie dans la vallée de la Bruche et au Donon (Sur les pentes du Golgotha : un prêtre dans les tranchées, présenté par Jean-Noël Grandhomme, Strasbourg, 2001, p. 47-53).

30 L’infanterie est lancée sans bonne préparation d’artillerie, artillerie qui est d’ailleurs largement insuffisante puisque la 13e division d’infanterie, qui compte environ 10 000 hommes ne dispose que de trente mitrailleuses et trente-six canons de 75 (Nouzille, op. cit., p. 147).

31 Nouzille, op. cit., p. 151-152.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les manœuvres de couverture (7-20 août)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1921/img-1.png
Fichier image/png, 747k
Titre Occupation des cols et des vallées des Vosges
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1921/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thérèse Krempp, « Les offensives françaises de la revanche (août 1914) », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 17-32.

Référence électronique

Thérèse Krempp, « Les offensives françaises de la revanche (août 1914) », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1921 ; DOI : 10.4000/alsace.1921

Haut de page

Auteur

Thérèse Krempp

Doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page