Navigation – Plan du site
Sous deux uniformes : Les Alsaciens sur tous les fronts

Une carrière dans l’armée allemande

Heinrich Scheüch (1864–1946), un général alsacien dans l’armée de Guillaume II
Heinrich Scheüch’s (1864-1946) career as a general in William II’s German army
Eine Karriere in der deutschen Armee. Heinrich Scheüch (1864-1946), ein elsässischer General der Armee Wilhelms II.
Jean-François Thull
p. 147-153

Résumés

Heinrich Scheüch (1864-1946) est le seul général alsacien de la Deutsches Heer. Il s’engage dans une carrière militaire au début des années 1890, alternant expériences de commandement et fonctions administratives. Ses compétences techniques et ses talents d’organisateur lui ouvrent, à partir d’août 1914, la voie d’une fulgurante ascension qui culmine avec sa nomination en tant que ministre de la Guerre de Prusse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mourreau (Jean-Jacques), « Les Alsaciens-Lorrains dans la Grande Guerre : Entre deux patries », in (...)
  • 2 Roth (François), Alsace-Lorraine, Histoire d’un « pays perdu ». De 1870 à nos jours, Nancy, Édition (...)

1Brillante exception1, Heinrich Scheüch est le seul général d’origine alsacienne dans la Deutsches Heer (1870-1918) pendant la Grande Guerre2.

2Né à Sélestat / Schlettstadt (Bas-Rhin) le 21 juin 1864 dans une famille bourgeoise, il est le petit-neveu d’Auguste Graeff (1812-1884), éphémère ministre des Travaux publics du maréchal-président Mac-Mahon. Son père, Jean-Baptiste (1820-1888), qui a choisi de demeurer en Alsace après le traité de Francfort (1871), est magistrat, et devient conseiller à la Cour d’appel de Colmar puis député à la Délégation d’Alsace-Lorraine (Landesausschuss) en 1882. Fils unique, le jeune Heinrich, qui habite la demeure familiale d’Herrlisheim, étudie au lycée de Colmar, avant de choisir le métier des armes. En 1883, il entre ainsi à l’école des Cadets (Königlich Preußiche Kadettenkorps) de Berlin-Lichterfelde à la sortie de laquelle il est nommé aspirant (Portepee-Fähnrich). Il prend du service au 4eInfanterie-Regiment badois « Prinz Wilhelm » no112 de Colmar et devient sous-lieutenant (Sekondeleutnant). Lieutenant (Premierleutnant) au 7eInfanterie-Regiment badois no142 de Mulhouse (1892), puis à la 58e Infanterie-Brigade stationnée dans la même ville, il est appelé comme capitaine (Hauptmann) au département de l’administration de l’armée du ministère de la Guerre de Prusse (Preußisches Kriegsministerium) à Berlin, en tant qu’adjoint au directeur (1898). Gravissant tous les échelons du corps militaire, Scheüch est nommé chef de compagnie au 7e Infanterie-Regiment rhénan no69 de Trèves (1900), première véritable expérience de la troupe. En 1902, il est à nouveau muté pour quelques mois au Kriegsministerium comme chef de département (Abteilungschef).

3Commandant (Major) en 1903, il effectue, à la faveur d’une nouvelle mutation, un court passage au consulat général d’Allemagne au Caire et reçoit, au cours de la même année, la croix de l’ordre prussien de la Couronne (Kronenorden) de 3e classe (le 15 janvier 1907). Il rejoint ensuite le 1er bataillon du 4e régiment de la Garde à pied de Berlin comme commandant en chef (Kommandeur) en 1908.

Le Generalleutnant Scheüch en 1918

Le Generalleutnant Scheüch en 1918

Collection particulière

  • 3 Laparra (Jean-Claude), Hesse (Pascal), L’envers des parades – Le commandement allemand, 1914-1918, (...)
  • 4 Voir Brinckmann (Jürgen), Die Ritter des Ordens « Pour le Mérite » 1914-1918, Bückeburg, 1982.
  • 5 « Männer von Heute und von Gestern », Berliner Tageblatt, 10. Oktober 1918 (article anonyme).
  • 6 Baechler (Christian), Guillaume II d’Allemagne, Paris, Fayard, 2003, p. 434.

4Promu lieutenant-colonel (Oberstleutnant) en 1910, il est honoré, en récompense des services rendus, de la croix de l’Ordre de l’Aigle rouge (Roter Adlerorden) de 3e classe (le 31 mars 1911). Colonel (Oberst) en 1913, il commande le 5e régiment de la Garde à pied, à Spandau. Appelé à la direction du Département central (Zentralabteilung) au ministère de la Guerre, il devient au moment de la déclaration de guerre, en août 1914, chef d’État-Major (Stabschef) du ministre de la Guerre Erich von Falkenhayn au Grand Quartier Général (Großhauptquartier). Nommé général de brigade (Generalmajor) en janvier 1916, le jour de l’anniversaire du Kaiser Guillaume II, il est muté le 11 mai à la tête de la 29e Infanterie-Brigade (au VIIIe corps d’armée), stationnée dans l’Aisne. « En juillet, cette division transportée sur la Somme est engagée dans la bataille et participe à l’attaque de Biaches où elle est sérieusement éprouvée »3. En janvier 1917 il prend le commandement de la 33e Infanterie-Division (XVIe corps d’armée) qui combat en Argonne et en Champagne, puis est nommé (août 1917) chef de l’office de Guerre (Chef des Kriegsamtes) créé en 1916, à la suite du général Wilhelm Groener. L’année suivante, le 8 avril 1918, sa participation active aux offensives de printemps, lui vaut de recevoir l’Ordre « Pour le Mérite », la plus haute distinction militaire prussienne (instituée par le roi Frédéric II en 1740)4. Il se voit aussi décerner, au cours de la guerre, les Croix de fer de 2e et 1ère classes. Reconnu tant pour son sens du commandement que pour ses compétences techniques et ses talents d’organisateur, il est nommé général de division (Generalleutnant), dans le même temps où, présenté par la presse berlinoise comme un « aimable Alsacien » doté d’une belle « fermeté et énergie militaire »5, il succède au général Hermann von Stein comme ministre d’État (Staatsminister) et ministre de la Guerre (Kriegsminister) de Prusse, dans le gouvernement transitoire du prince Max de Bade, du 9 octobre au 9 novembre 1918. Aux côtés de Groener, nommé premier quartier-maître général (Generalquartiermeister) en remplacement du général Erich Ludendorff, il vit au premier plan les terribles journées de novembre 1918 où le pouvoir impérial s’effondre dans un climat révolutionnaire. En vain, Scheüch s’oppose, avec d’autres membres du cabinet de guerre (le national-libéral Friedberg et les représentants du Zentrum Erzberger, Gröber et Trimborn), à l’idée d’une abdication de Guillaume II en tant qu’empereur d’Allemagne et roi de Prusse6. Reconduit dans ses fonctions par le chancelier social-démocrate Friedrich Ebert, après l’abdication du Kaiser, il rencontre à Cassel, le 14 novembre 1918, le Generalfeldmarschall Paul von Hindenburg, chef d’état-major général, afin d’organiser la démobilisation des troupes. La retraite des armées allemandes est ordonnée, qui refluent en bon ordre vers le Vaterland.

  • 7 Bundesarchiv – Bundesbildstelle (Berlin), Plak 002 – Weimarer Republik. „Millionenwerte gehen dem R (...)

5Scheüch cosigne avec le chancelier l’appel (Hütet das Heeresgut!) lancé pour la sauvegarde des biens de l’armée menacés de dispersion7. Ebert veut rapidement imposer le pouvoir civil et républicain à l’armée et suspecte le ministère de la Guerre et son chef, ainsi que le corps des officiers, de fomenter un coup d’État militaire.

Hütet das Heeresgut!

Hütet das Heeresgut!

Appel signé par le ministre de la Guerre Scheüch pour la sauvegarde des biens de l’armée menacés de dispersion, 1918.

Bundesarchiv – Bundesbildstelle (Berlin)

  • 8 Bundesarchiv – Militärarchiv (Freiburg), N 23/1. Handkarte des Kriegsministers: „Mein Rücktritt als (...)

6Scheüch proteste contre la violente campagne de presse sociale-démocrate orientée contre les officiers alors que ceux-ci sont livrés aux attaques des spartakistes, mutins et autres « révolutionnaires professionnels » qui peuplent les conseils d’ouvriers et de soldats nés de la défaite. Scheüch considère que ces mêmes officiers sont insuffisamment protégés par le gouvernement Ebert alors que la démobilisation a eu lieu sans heurts et que l’armée a démontré sa loyauté8.

  • 9 Bundesarchiv – Militärarchiv (Freiburg), N 23/7. Auszüge aus Akten des Nationalverbandes Deutscher (...)

7En conséquence, il demande à être relevé de sa charge le 2 janvier 1919 et s’installe à Berlin-Wilmersdorf. Peu après son retrait du service actif, une controverse l’oppose au Generalmajor comte Gustav von Waldersee, à propos de présumées défaillances du Kriegsminister au moment des troubles révolutionnaires en Allemagne. Dans cette affaire, Scheüch est soutenu par le Deutschen Offizierbund (DOB) – dont il est l’un des fondateurs – qui réunit un jury d’honneur afin de le blanchir de ces accusations9. Vingt ans plus tard, le 27 août 1939, il est promu au rang honorifique (Charakter) de général de corps d’armée (General der Infanterie) lors de la célébration annuelle du Tannenbergtag (commémoration de la victoire allemande d’août 1914 sur le front de l’Est contre l’armée russe).

  • 10 Entre 110 000 et 150 000 Allemands du Reichsland quittent l’Alsace-Lorraine entre novembre 1918 et (...)

8Au terme d’une carrière militaire fulgurante, Scheüch approuve les revendications des Alsaciens-Lorrains du défunt Reichsland Elsass-Lothringen, expulsés ou contraints à l’exil en Allemagne après novembre 191810, et rejoint leurs représentants (l’ancien maire de Strasbourg et dernier Statthalter du Reichsland Rudolf Schwander ; le pasteur Gustav Anrich, ancien professeur de théologie à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg ; Adolf Götz, ancien député au parlement régional – Landtag – d’Alsace-Lorraine ; Alfred Gilg, ancien conseiller municipal de Colmar ; Max Donnevert, avocat et ancien député de Metz au Landtag), rassemblés au sein de l’Association d’aide aux Alsaciens-Lorrains dans l’Empire / Hilfsbund für die Elsaß-Lothringer im Reich (dont le siège est à Berlin).

  • 11 „Das ewige Recht Ihrer Heimat feierlich und vor aller Welt vor der Tribüne der Deutschen Nationalve (...)

9Ensemble, ils tentent d’interpeller les membres de l’Assemblée constituante de Weimar, en mars 1919, pour demander la reconnaissance de l’appartenance des Alsaciens-Lorrains au Deutschtum et l’élection de douze députés pour l’Alsace-Lorraine – considéré comme territoire allemand jusqu’au traité de Versailles de juin 1919 – au Reichstag, afin de protester publiquement contre « la brutale hostilité française »11 à l’expression de la libre volonté de l’Alsace-Lorraine allemande.

10Scheüch, qui est proche du directeur du service d’Alsace-Lorraine (Abteilung Elsass-Lothringen) [1919-1924] au Ministère de l’Intérieur du Reich, Adolf Götz (1863-1932), participe également, avec d’autres membres des Vieux Alsaciens-Lorrains dans l’Empire / Alt-Elsaß-Lothringer im Reich, (créé parallèlement au Hilfsbund), au comité de rédaction des Voix de la patrie alsacienne-lorraine / Elsass-Lothringische Heimatstimmen (1923‑1940) de Robert Ernst (1897-1980), animateur des mouvements d’expulsés alsaciens-lorrains, et tente, sans grand succès, de solliciter l’appui de l’Auswärtiges Amt afin de soutenir le mouvement autonomiste alsacien (Heimatbewegung) à partir de 1924.

  • 12 Son portrait figure dans une brochure de propagande [Schmid (Adolf), Rapp (Alfred), Das Elsass - He (...)

11Scheüch poursuit son action jusqu’à la montée des périls en Europe et, sans qu’il puisse s’en défendre, fait l’objet de tentatives d’instrumentalisation du nouvel ordre brun12. Célibataire, Scheüch vit ses dernières années retiré en Bavière, où il s’éteint au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le 3 septembre 1946, à l’âge de quatre-vingt ans, dans une Allemagne en ruines.

  • 13 Voir dans ce volume la contribution de Lucie Feig.

12La trajectoire du général Scheüch illustre le destin singulier des 380 000 Alsaciens-Lorrains mobilisés dans l’armée allemande en 1914‑1918 et engagés sur tous les fronts, occidental et oriental, pour la défense d’un Empire disparu dans la tourmente de l’après - 1918. Elle nous rappelle que certains d’entre eux ont résolument fait le choix de l’Allemagne, tandis que d’autres, les plus nombreux, se laissaient simplement porter par le mouvement et qu’une troisième, enfin, s’engageaient avec passion du côté français. C’est le cas du propre cousin de Scheüch, le général Reibell13.

Haut de page

Notes

1 Mourreau (Jean-Jacques), « Les Alsaciens-Lorrains dans la Grande Guerre : Entre deux patries », in Enquête sur l’histoire - La Grande Guerre 1914-1918, Automne 1994, no12, p. 52‑54.

2 Roth (François), Alsace-Lorraine, Histoire d’un « pays perdu ». De 1870 à nos jours, Nancy, Éditions Place Stanislas, 2010, p. 140.

3 Laparra (Jean-Claude), Hesse (Pascal), L’envers des parades – Le commandement allemand, 1914-1918, Mercuès, Éditions SOTECA, 2011, p. 195.

4 Voir Brinckmann (Jürgen), Die Ritter des Ordens « Pour le Mérite » 1914-1918, Bückeburg, 1982.

5 « Männer von Heute und von Gestern », Berliner Tageblatt, 10. Oktober 1918 (article anonyme).

6 Baechler (Christian), Guillaume II d’Allemagne, Paris, Fayard, 2003, p. 434.

7 Bundesarchiv – Bundesbildstelle (Berlin), Plak 002 – Weimarer Republik. „Millionenwerte gehen dem Reich verloren dadurch, daß Heeresgeräte, Waffen, Bekleidung und Pferde von unberechtigter Seite unter der Hand verkauft werden“, 1918.

8 Bundesarchiv – Militärarchiv (Freiburg), N 23/1. Handkarte des Kriegsministers: „Mein Rücktritt als Kriegsminister und einiges andere aus den Revolutionszeiten“, 1921-1922.

9 Bundesarchiv – Militärarchiv (Freiburg), N 23/7. Auszüge aus Akten des Nationalverbandes Deutscher Offiziere, Berlin. Garf Görtz und Graf Waldersee zum Ehrengericht Scheüch, 1918-1922.

10 Entre 110 000 et 150 000 Allemands du Reichsland quittent l’Alsace-Lorraine entre novembre 1918 et septembre 1920. Cf. Grünewald (Irmgard), Die Elsaß-Lothringer im Reich 1918-1933: Ihre Organisationen zwischen Integration und „Kampf um die Seele der Heimat“, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1984, p. 57.

11 „Das ewige Recht Ihrer Heimat feierlich und vor aller Welt vor der Tribüne der Deutschen Nationalversammlung aus anzumelden und gegen die brutale Unterdrückung dieses Willens durch die Franzosen Protest erheben“. Cité In Rothenberger (Karl-Heinz), Die elsaß-lothringische Heimat - und Autonomiebewegung zwischen den beiden Weltkriegen, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1976, p. 72.

12 Son portrait figure dans une brochure de propagande [Schmid (Adolf), Rapp (Alfred), Das Elsass - Herzland und Schildmauer des Reiches. 2000 Jahre deutscher Kampf am Oberrhein, Strassburg, Oberrheinischer Gauverlag / Straßburger Neueste Nachrichten, Januar 1941] et il est nommé sénateur de la Reichsüniversität de Strasbourg en 1941. Cf. Bailliard (Jean‑Paul), „Heinrich Scheuch“, Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, no33, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, 1999, p. 3 424-3 425.

13 Voir dans ce volume la contribution de Lucie Feig.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Generalleutnant Scheüch en 1918
Crédits Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Hütet das Heeresgut!
Légende Appel signé par le ministre de la Guerre Scheüch pour la sauvegarde des biens de l’armée menacés de dispersion, 1918.
Crédits Bundesarchiv – Bundesbildstelle (Berlin)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/1938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Thull, « Une carrière dans l’armée allemande », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 147-153.

Référence électronique

Jean-François Thull, « Une carrière dans l’armée allemande », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1938 ; DOI : 10.4000/alsace.1938

Haut de page

Auteur

Jean-François Thull

Directeur de la maison de Robert Schuman à Scy-Chazelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page