Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

Fêtes romaines collectives dans le camp légionnaire d’Argentorate

Le témoignage de l’archéologie
Celebrations in the Roman legion camp of Argentorate as revealed by archeology
Feste, die Insassen des römischen Legionslagers Argentorate gemeinsam gefeiert haben. Die Archäologen bringen es an den Tag
Bernadette Schnitzler
p. 31-46

Résumés

De nombreuses fêtes rythment le calendrier annuel des Romains dans tout l’Empire. Leur dénominateur commun est d’être religieuses et collectives et les festivités qui se déroulent en contexte militaire, au sein des légions, n’échappent pas à cette règle. Il s’agit tout à la fois de fêtes officielles liées à la célébration du pouvoir impérial et de la triade capitoline, de fêtes romaines traditionnelles tournées vers la vénération des multiples divinités du panthéon gallo-romain et de fêtes plus spécifiquement militaires (fête des enseignes, parades…). Pour le camp légionnaire de Strasbourg-Argentorate, nos connaissances reposent essentiellement sur les découvertes archéologiques (sculptures, figurines en bronze, inscriptions) livrées par les fouilles archéologiques depuis plus de deux siècles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ankersdorfer (Hans), Studien zur Religion des römischen Heeres von Augustus bis Diokletian, Constan (...)

1De très nombreuses fêtes rythment la vie des Romains tout au long de l’année, de leur naissance à leur mort, et il en est de même pour les soldats engagés durant près de trois décennies dans l’armée. Peu de documents en relation directe avec ces fêtes militaires nous sont parvenus et les Feriale Duranum constituent ainsi une exception tout à fait remarquable. Il s’agit d’un papyrus mis au jour en 1932 sur le site de Doura Europos (Syrie), sur l’Euphrate, où était stationnée la XXe cohorte des Palmyréniens. Daté entre 223 et 227 après J.-C., le document n’est conservé que pour les neuf premiers mois de l’année (octobre, novembre et décembre manquent), mais malgré cette lacune, ce texte en latin représente un témoignage irremplaçable sur le calendrier officiel des fêtes célébrées par une garnison aux marges de l’Empire romain. On en dénombre quarante-deux entre le 3 janvier et le 23 septembre, qui sont autant d’occasions de souder l’armée autour de la figure tutélaire de l’empereur et de rappeler sa fidélité à l’Empire. Le dénominateur commun de toutes ces fêtes est d’être religieuses et collectives et d’affirmer le contrat privilégié qui unit les Romains à leurs dieux en échange de la tenue de rituels immuables et codifiés1.

  • 2 Kossmann (Dirk), « Römische Soldaten als Teilnehmer von Festen », dans Rüpke (Jorg) (éd.), Festritu (...)

2L’absence totale de référence à des cultes locaux dans les Feriale Duranum indique que ce calendrier correspond bien à un schéma officiel commun à l’ensemble des légions. Il est donc légitime de penser que nombre des fêtes mentionnées dans ce document étaient aussi célébrées dans d’autres régions de l’Empire, en particulier dans le cadre du culte impérial. C’est probablement sous le règne d’Auguste, au tout début du Ier siècle après J.-C., que cette codification des fêtes annuelles a été mise en place dans le but de conforter le tout nouveau pouvoir impérial. Les festivités liées à la célébration de la mémoire de Jules César (12 juillet) et de Germanicus (23 mai) constituent en effet un indice de datation assez probant2, tandis qu’Auguste divinisé est honoré le 23 septembre.

3Trois types de fêtes se côtoient au cours de l’année en rythmant la vie militaire : les fêtes liées à la célébration du pouvoir impérial, des fêtes romaines traditionnelles et des fêtes plus spécifiquement militaires.

4Ce schéma officiel devait donc être en vigueur aussi dans le camp militaire de Strasbourg-Argentorate, établi comme à Doura-Europos, dans une région-frontière de l’Empire ; nous ne disposons malheureusement d’aucun document aussi remarquable que celui de la XXe cohorte palmyrénienne pour connaître les fêtes religieuses qui marquaient la vie de la IIe puis de la VIIIe légion Auguste en Alsace. Seuls les vestiges archéologiques livrés par le sous-sol strasbourgeois au fil des siècles peuvent nous éclairer grâce aux indices qu’ils nous fournissent sur le sujet qui nous intéresse ici.

Du culte impérial à celui de la triade capitoline : l’omniprésence des cultes officiels

  • 3 Kemkes (Martin) et Sarge (Claudia), Gesichter der Macht. Kaiserbilder in Rom und am Limes, Schrifte (...)

5Instauré sous Auguste dès 7 avant J.-C., le culte impérial se maintient jusqu’à la fin du IIIe siècle après J.-C. et sa pratique est très développée en contexte militaire. L’empereur, chef des armées, est le représentant direct de Jupiter sur terre et le puissant intercesseur entre les hommes et les dieux. Le culte de l’empereur régnant et de ses prédécesseurs divinisés constitue donc un élément important de loyauté et de fidélité à l’État et un lien très fort entre l’armée et son général en chef3. Sur quarante-deux fêtes mentionnées dans les Feriale Duranum, vingt-sept jours se rattachent à des commémorations autour de la dynastie impériale : anniversaires de l’empereur régnant et de membres de la famille impériale ou de ses prédécesseurs divinisés.

Fig. 1 : Eckbolsheim : tête monumentale d’empereur en grès gris

Fig. 1 : Eckbolsheim : tête monumentale d’empereur en grès gris

Début du IIIe siècle après J.-C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 4 Forrer (Robert), Strasbourg-Argentorate, t. I, Strasbourg, 1927, p. 361 et s.
  • 5 Forrer (Robert), « Buste d’empereur deux fois grandeur nature découvert à Eckbolsheim-Koenigshoffen (...)
  • 6 Hatt (Jean-Jacques), « Informations archéologiques », Gallia, t. XI, fasc. 1, 1953, p. 149 et fig.  (...)

6Les découvertes effectuées à Strasbourg depuis la fin du XVIIIe siècle ont livré divers témoignages sculptés ou épigraphiques de cette relation particulière qui lie la légion à son chef suprême. Des vestiges de statues monumentales d’empereurs (fragments de cuirasse, fragments de mains et de doigts de grande taille, plinthes de socles moulurées) ont été retrouvés à Strasbourg rue de la Mésange et rue des Charpentiers au début du XXe siècle4. Une tête sculptée en grès gris retrouvée à Eckbolsheim a été attribuée à l’empereur Pupien5 (fig. 1). J.-J. Hatt a proposé, par ailleurs, d’identifier une tête découverte sous la place Gutenberg, à proximité immédiate du camp6, à l’empereur Caracalla jeune. Ces fragments sculptés correspondent à des statues de taille plus ou moins imposante édifiées dans ou à proximité immédiate du camp.

Fig. 2 : Strasbourg, 2, rue du Dôme : autel dédié à Jupiter Optimus et Junon Regina

Fig. 2 : Strasbourg, 2, rue du Dôme : autel dédié à Jupiter Optimus et Junon Regina

Grès gris, IIe siècle après J.‑C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

7Des dédicaces en l’honneur de la maison divine, sous le vocable In honorem domus divinae, sont également à rattacher à la vénération dont est entouré l’empereur régnant. Plusieurs d’entre elles ont été retrouvées dans le sanctuaire mithriaque de Koenigshoffen où des légionnaires ont dédié autels votifs et inscriptions « en l’honneur de la maison divine et du dieu invaincu Mithra ».

  • 7 Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII, no5970 ; cette inscription a été détruite dans l’incendie de (...)

8Une autre facette de cette dévotion à l’Empire est illustrée par le culte de la triade capitoline : Jupiter, Junon et Minerve. Ce culte officiel constitue un puissant ciment d’unité dans tout l’Empire et les dédicaces qui sont adressées à cette triade sont bien représentées à Strasbourg, tout comme dans l’ensemble des camps du limes germano-rhétique. Jupiter y est vénéré comme maître du ciel, mais aussi comme le symbole impérial par excellence. Plusieurs autels portant des dédicaces à Jupiter Optimus Maximus, parfois associé à Juno Regina, ont été mis au jour à Strasbourg, de même que des groupes associant Jupiter et Junon, assis côte à côte sur un trône (fig. 2). Jupiter est présent aussi, aux abords du camp et en bordure des voies et des carrefours, sous la forme traditionnelle dans le monde rhénan du dieu cavalier terrassant un monstre anguipède. Plusieurs stèles à quatre dieux appartenant à ce type de monuments ont été recensées pour le site d’Argentorate. Quant à Minerve armifera, guerrière, casquée et armée de pied en cap, elle apparaît sous forme de figurines en bronze ou de sculptures votives. C’est sous sa protection vigilante qu’avait été placé le tabularium (secrétariat et archives de la légion) après sa reconstruction. L’inscription, datée du tout début du IIIe siècle après J.-C. et découverte en 1849 sous l’impasse de la Bière, fait état d’une triple dédicace en l’honneur de la maison divine, de Minerve et du Génie du lieu ; elle précise que le bâtiment a été reconstruit par les soins de Caius Amandus Finitus, adjoint du centurion, et de Titus Celsius Victorinus, archiviste, sous le consulat de Mucianus et Fabianus et que ce travail a été achevé sous Caius Quintus Catulus7.

Des fêtes traditionnelles autour d’un panthéon diversifié

  • 8 Porte (Danielle), Fêtes romaines antiques, Éditions ClairSud, s.l., 2011.

9De nombreuses divinités du panthéon romain classique, mais aussi parfois des divinités plus locales, sont présentes dans ou aux abords du camp légionnaire et les innombrables fêtes militaires et civiles sont souvent imbriquées8. Stèles votives sculptées en pierre, dédicaces aux dieux, figurines en bronze témoignent de la vénération dont elles ont toutes été entourées. Parmi cette cohorte de divinités, se détachent les représentations du dieu de la guerre Mars Pater (fêté le 1er mars) et des allégories de la Victoire ailée, mais on note aussi la présence de Disciplina, de Virtus ou de Fortuna, des allégories divinisées invoquées au quotidien par les légionnaires pour attirer sur eux chance et protection.

Fig. 3 : Lauterbourg : triade de divinités (Minerve, Apollon et Mercure)

Fig. 3 : Lauterbourg : triade de divinités (Minerve, Apollon et Mercure)

Grès jaune, IVe siècle après J.-C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 9 Forrer (Robert), « Nouvelles découvertes et acquisitions du Musée Préhistorique et gallo-romain de (...)

10La triade Minerve / Apollon / Mercure – une association qui n’existe pas dans le panthéon classique – semble, elle aussi, entretenir un lien particulier avec le monde légionnaire dans les Germanies. Une stèle retrouvée à Lauterbourg et datée du IVe siècle en constitue un bel exemple régional9 (fig. 3). Une dévotion particulière à Hercule a été observée aussi à Strasbourg, où diverses représentations de ce dieu célèbre pour sa force et sa ruse ont été mises au jour : Hercule au canthare de la place Saint‑Thomas, figurine en bronze d’Hercule à la lampe découverte rue Thomann, figures d’Hercule sur les stèles à quatre dieux de la place Kléber ou de la Grand’rue (fig. 4), etc. La découverte de plusieurs stèles de Mercure dans le secteur de la rue des Frères, dont l’une inachevée, pourrait plaider en faveur de la présence d’un sanctuaire de ce dieu protecteur des voyageurs à proximité de la zone centrale du camp, où il semble avoir été associé à la déesse gauloise Épona. Celle-ci était plus particulièrement vénérée par les cavaliers des ailes auxiliaires, en tant que protectrice des chevaux.

Fig. 4 : Strasbourg, Grand’rue : représentation d’Hercule sur une stèle à quatre dieux

Fig. 4 : Strasbourg, Grand’rue : représentation d’Hercule sur une stèle à quatre dieux

Grès gris, début du IIIe siècle après J.-C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 10 Forrer (Robert), « Das Mithra-Heiligtum von Königshofen bei Strassburg », Bulletin de la Société po (...)
  • 11 Biesheim (Haut-Rhin) : Pétry (François) et Kern (Erwin), « Un mithraeum à Biesheim (Haut-Rhin). Rap (...)

11Quant au dieu Mithra, venu d’Asie Mineure, il convient de lui réserver une place à part. Sa relation étroite avec les milieux militaires a fait l’objet de nombreuses études, tout comme le rôle joué par les déplacements des légions dans l’introduction, puis la diffusion du culte de ce dieu solaire oriental dans tout l’Empire. Culte monothéiste fondé sur une initiation graduelle secrète et sur la solidarité d’une communauté masculine, il ne pouvait que séduire durablement les milieux légionnaires. Après Rome, c’est la province de Germanie qui a livré le plus de lieux de culte dédiés à ce dieu, dont celui de Nida-Heddernheim près de Francfort, daté de 90 après J.-C., ce qui en fait le plus ancien sanctuaire dédié à Mithra attesté en Germanie. C’est aux IIe et IIIe siècles que le mithriacisme va atteindre son plus large rayonnement et seule son interdiction par un édit de l’empereur Théodose en 391-392 mettra fin à son expansion lorsque le christianisme deviendra religion officielle de l’Empire. En Alsace, trois sanctuaires mithriaques ont été découverts à ce jour et la présence militaire y est bien attestée, preuve que cette religion avait trouvé de nombreux adeptes dans la région. À Strasbourg-Koenigshoffen, une dédicace faite par Celsinius Matutinus, vétéran de la VIIIe légion, associe la maison divine et Mithra et nous révèle que ce soldat a fait repeindre à ses frais le relief cultuel du temple10 (fig. 5). À Biesheim un sanctuaire de Mithra se localise dans la zone basse à l’est de la localité, en bordure de la bourgade romaine et du camp ; il présente le plan le plus complet découvert à ce jour en Alsace. Le contexte précis de celui de Mackwiller, mis au jour dans une carrière en 1954-1955 par Jean-Jacques Hatt, est plus difficile à cerner mais la dédicace qui est associée au relief indique qu’elle a été faite par un chevalier romain, sans doute administrateur d’un vaste domaine agricole placé sous l’autorité du fisc impérial11.

Fig. 5 : Strasbourg-Koenigshoffen, route des Romains (église Saint-Paul)

Fig. 5 : Strasbourg-Koenigshoffen, route des Romains (église Saint-Paul)

Dédicace faite par le légionnaire Celsinius Matutinus dans le sanctuaire de Mithra ; grès gris ; IIIe siècle après J.-C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 12 Speidel (Michaël P.), Jupiter Dolichenus. Der Himmelgott auf dem Stier, Schriften des Limesmuseum A (...)
  • 13 Hatt (Jean-Jacques), « Tête de Dolichenus trouvée sous la cathédrale de Strasbourg », CAAAH, t. V, (...)

12La dévotion à Jupiter Dolichenus constitue un autre versant de l’influence des cultes orientaux en contexte militaire12. Son culte est très répandu dans les milieux militaires aux IIe et IIIe siècles après J.-C. avant de connaître une fin brutale vers le milieu du IIIe siècle. À l’origine, ce dieu représenté debout sur le dos d’un taureau et brandissant foudre et hache bipenne n’est qu’un simple dieu local, vénéré dans le sud de la Turquie actuelle, dans son sanctuaire de Doliche. Antique dieu de l’orage en Syrie et en Mésopotamie, il est rapidement assimilé à Jupiter par les Romains. Sa faveur au sein des milieux militaires et dans les camps du limes est généralement expliquée par un pacte conclu sous Pompée ou Auguste entre le clergé de Doliche et les légions, qui assurent sa diffusion progressive dans d’autres secteurs frontières de l’Empire. Une tête sculptée en grès gris coiffée d’un bonnet conique où l’on distingue une queue de taureau a été retrouvée sous la cathédrale de Strasbourg en 1956 (fig. 6). Elle semble attester de la vénération de cette divinité au sein du camp légionnaire13.

Fig. 6 : Strasbourg, cathédrale : tête de Jupiter Dolichenus coiffée d’une dépouille de taureau

Fig. 6 : Strasbourg, cathédrale : tête de Jupiter Dolichenus coiffée d’une dépouille de taureau

Grès rose ; début du IIIe siècle après J.‑C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 14 Schnitzler (Bernadette), Bronzes antiques d’Alsace, Inventaire des collections publiques françaises (...)

13Le dieu Sol, adoré sous le vocable de Sol invictus, ne fait son entrée dans le panthéon officiel romain que sous Aurélien en 274 après J.-C. ; sa fête est célébrée chaque 18 novembre et aussi tous les quatre ans, en grandes pompes, à Rome du 19 au 22 octobre. Représenté sous la forme d’une divinité à couronne radiée, il est présent à Strasbourg sous la forme d’une figurine en bronze retrouvée à la fin du XIXe siècle dans le camp légionnaire, rue du Temple-Neuf14. Il est cité aussi sur une plaquette votive en bronze à double queue d’aronde retrouvée dans le mithraeum de Koenigshoffen associée à un petit dépôt monétaire : IN H(onorem) D(omus) D(ivinae) / DEO SOL. INV(ictus) / SILVES(T)ER/ V(otum) S(olvit) L(ibens) (Merito) En l’honneur de la maison divine et au dieu Sol invaincu, Silvester a fait cette offrande à la suite d’un vœu, volontiers et à juste titre.

Des fêtes spécifiques au monde militaire

  • 15 Domaszewski (A. von), Die Religion des römischen Heeres, Trèves, 1895 ; Irby-Massie (Georgia), Mili (...)

14Toute la vie du soldat est jalonnée par les célébrations de fêtes religieuses15 de son entrée dans la légion jusqu’au moment où il devient vétéran à la fin de son temps de service ou… lors de ses obsèques s’il meurt au cours de sa longue période d’engagement. Le serment de fidélité à l’empereur est ainsi renouvelé annuellement entre le 3 et le 7 janvier dans chaque camp devant une statue de l’empereur régnant lors d’une grande cérémonie. Ces festivités sont marquées aussi, le 7 janvier, par la libération officielle des soldats (honesta missio) qui ont achevé leur temps de service et prennent le statut de vétérans ; c’est également un grand jour pour les nouvelles recrues qui prêtent alors serment pour la première fois, de même que pour l’ensemble des soldats, car ces festivités coïncident avec le premier versement de la solde annuelle. Les Feriale Duranum signalent deux fêtes avec parades liées au versement de la solde : le 7 janvier et le 7 septembre, mais on peut supposer que ces rétributions ont pu se faire aussi selon un rythme plus régulier en fonction des lieux et des légions.

15Certaines fêtes sont directement liées à l’histoire individuelle de chaque unité : l’anniversaire de sa date de création (natalis aquilae) est célébré chaque année ; de même, les victoires les plus importantes font l’objet d’une commémoration qui rassemble l’ensemble des légionnaires autour de souvenirs glorieux en cimentant, s’il en était besoin, l’esprit de corps.

  • 16 Gilbert (François), Le Soldat romain à la fin de la République et sous le Haut-Empire, Éditions Err (...)

16La saison guerrière dispose de son propre calendrier et couvre la période du 15 mars au 15 octobre. En mars, les prêtres Saliens marquent la date d’ouverture du temple de Mars – le dieu qui préside à la guerre – par un cortège, qui se déploie bruyamment dans les rues de la ville, en portant des boucliers et en exécutant des danses rythmiques. Il en est de même en octobre pour la clôture de la saison de guerre. Des lustrations des armes et des chevaux sont associées à ces manifestations : du 19 au 23 mars, cinq jours sont consacrés aux Quinquatria, avec purification des armes (armalustrium) et des trompettes militaires (tubilustrium), tandis que la fête des chevaux (Equiria), marquée par des courses hippiques, a lieu le 14 mars. Des célébrations précèdent aussi les grandes batailles accompagnées de nombreux rituels et sacrifices pour lire les présages tout en s’assurant la faveur des dieux et leur protection lors des combats ; les haruspices interrogent les dieux à l’aide des entrailles des animaux sacrifiés afin de déterminer si les jours à venir seront fastes ou, au contraire, s’il convient d’éviter tout engagement en raison de leur caractère néfaste16.

Fig. 7 : Strasbourg, rue Brûlée : relief du porte-enseigne Lepontius

Fig. 7 : Strasbourg, rue Brûlée : relief du porte-enseigne Lepontius

Ce moulage en plâtre a pris valeur d’original après la destruction de cette sculpture dans l’incendie de la Bibliothèque de Strasbourg en 1870 ; IVe siècle après J.‑C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 17 Hatt (Jean-Jacques), « Découverte et observations nouvelles sur les enceintes de Strasbourg », CAAA (...)
  • 18 Pétry (François), « Informations archéologiques », Gallia, t. XXXIV, fasc. 2, 1976, p. 390‑391 et f (...)

17Des sacrifices de purification avec immolation d’un porc, d’un mouton et d’un bœuf (suovetaurilia), parés et promenés en procession avant d’être sacrifiés sont livrés par l’iconographie antique, par exemple sur la colonne Trajane qui illustre les épisodes de la guerre contre les Daces. Les victoires sont marquées, elles aussi, par de grandes festivités avec parades et partage du butin et des trophées sont élevés pour célébrer ce grand jour. À Strasbourg, deux frises décoratives de trophées d’armes peuvent être rattachées à ce type de commémorations. La première a été mise au jour rue des Pierres, dans le rempart romain et appartient probablement au décor d’une poterne ; elle associe cuirasse, lance, bouclier circulaire et bouclier d’amazone17. La seconde se présente sous la forme d’un tambour de colonne cylindrique (vestiges d’un trophée ?) découvert place Gutenberg lors de la construction du garage souterrain : des décors de boucliers y alternent avec des champs délimités par des pièces de harnachements18.

  • 19 Végèce, De re militari, 3, 8.

18Le culte rendu aux enseignes constitue également un moment fort de communion au sein des légions. Chaque corps de troupe possède une enseigne qui lui est propre et qui guide les légionnaires dans les combats. Elle est le puissant symbole de l’appartenance à leur unité et l’attachement indéfectible que lui vouent les soldats est l’une des formes d’expression de leur loyauté envers l’Empire. Végèce indique qu’à l’arrivée dans un camp « ce sont les signa qui sont tout d’abord mis en place dans le camp, car il n’y a rien de plus important pour les soldats que de les honorer »19. Trois types d’enseignes coexistent, dont la plus importante est l’aquila, l’aigle de la légion, couronnée par l’emblème de Jupiter tenant le foudre dans ses serres. La plus grande crainte des légionnaires est de perdre leur aquila au cours d’une bataille et la capture par les Germains des aigles des légions de Varus décimées dans la forêt de Teutoburg a causé un profond traumatisme relaté par de nombreux auteurs antiques. Chaque cohorte est munie d’un signum et la cavalerie a pour enseigne le vexillum. L’animal emblématique de la légion y est figuré : ainsi le bouc pour la XXIIe légion à Mayence ou le taureau pour la VIIIe légion à Strasbourg. S’y rajoute l’imago, une enseigne particulière portant l’effigie de l’empereur régnant, honorée le jour anniversaire de sa naissance.

19S’occuper des enseignes est une fonction particulièrement valorisante et devenir aquilifer est un honneur doublé d’une importante responsabilité (fig. 7). Un culte est rendu chaque année aux enseignes entre le 9 et le 11 mai, ainsi que le 31 mai. Pour la fête des rosaliae signorum, toutes les enseignes sont sorties de leur sanctuaire, soigneusement nettoyées, enrubannées et ornées de couronnes de roses – d’où le nom de rosaliae. Puis elles sont plantées près de l’autel principal du camp, dressé au cœur des bâtiments de l’état-major, pour une cérémonie de purification. Celle‑ci renforce le pouvoir des enseignes, perçues comme des entités vivantes et protectrices, puissant symbole fédérateur des unités composant la légion.

Fig. 8 : Strasbourg : statuette en bronze de Victoire foulant aux pieds un captif

Fig. 8 : Strasbourg : statuette en bronze de Victoire foulant aux pieds un captif

IVe siècle après J.‑C.

© Musée Archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 20 Irby-Massie (Georgia), op. cit., 1999, p. 44 et s.

20Les milieux militaires vénèrent aussi toute une série d’abstractions déifiées20 : le Genius protecteur de la légion, Virtus, Disciplina, Victoria Augusti (fig. 8), Fortuna, sans oublier Providentia, Aeternas imperii, Felicitas ou Honos. Ces personnifications des vertus militaires ou de divinités liées au culte impérial possèdent chacune leur jour privilégié de fête et bénéficient non seulement d’un culte officiel pour certaines, mais aussi de la vénération privée des soldats. De nombreuses figurines en bronze les représentent.

Que sait-on du déroulement des cérémonies ?

21Rares sont les documents faisant état du déroulement des cérémonies et seuls les triomphes célébrés à Rome par les empereurs victorieux ont laissé des traces écrites tangibles chez les auteurs antiques. Dans les camps légionnaires, le « maître de cérémonie » est le général en chef ou légat, qui revêt non seulement une fonction militaire, mais aussi religieuse. Il est, en tant que flamine, le garant du respect du rituel et du bon déroulement des cérémonies. Chaque légion a aussi son prêtre, l’haruspex, pour interpréter la volonté des dieux par la lecture des entrailles d’animaux. Ce rite est particulièrement important avant les combats ; les sacrifices sont faits aux dieux par le victimarius qui met à mort les animaux que l’on offre à la divinité. Les cérémonies sont rythmées au son de la musique, comme tout culte romain et le corps des musiciens de la légion y participe activement.

22Deux types d’offrandes accompagnent ces célébrations : les immolationes ou sacrifices d’animaux et les supplicationes qui correspondent à des offrandes d’encens et à des libations de vin ou de lait. Les sacrifices d’animaux sont strictement codifiés : à Jupiter et à l’empereur, on sacrifie un bœuf ; Mars et l’empereur Alexandre Sévère reçoivent l’offrande d’un taureau, tandis que les génisses sont réservées aux divinités féminines. Lors des fêtes les plus importantes, les sacrifices sont signe de bombance pour les légionnaires car la viande leur est distribuée après la cérémonie.

Où se déroulent ces cérémonies ?

23La plupart d’entre elles se tient dans les principia, le centre de commandement installé au cœur de chaque camp romain. Ce quartier général se compose d’une vaste esplanade intérieure entourée d’une série de pièces qui accueillent l’administration du camp ; elle est prolongée par une seconde cour, bordée d’une colonnade, sur laquelle s’ouvre la chapelle avec les enseignes (sacellum). Une ou plusieurs statues de l’empereur régnant se dressent généralement en ces lieux et les cérémonies-anniversaires se déroulent à proximité d’elles.

  • 21 Garbsch (Jochen), « Römische Paraderüstungen », dans Die Römer zwischen Alpen und Nordmeer. Zivilis (...)
  • 22 Pétry (François), « Informations archéologiques », Gallia, t. XXXIV, fasc. 2, 1976, p. 406.

24Des parades militaires (decursio) sont organisées lors des grandes fêtes religieuses ; elles se déroulent sur la place d’armes du camp et constituent un spectacle impressionnant où discipline et rigueur répondent à un rituel bien établi. Des joutes équestres (hippika gymnasia) avec concours et remises de prix aux vainqueurs voient s’affronter deux équipes munies d’oriflammes et de javelots à pointe mouchetée ; il s’agit là autant d’une parade militaire que d’un entraînement régulier au combat. Les cavaliers sont revêtus pour l’occasion de leur équipement de parade auquel se rattachent les casques à visière en forme de visage humain ou les jambières et les boucliers richement décorés retrouvés dans divers sites militaires de Rhénanie21. Il en est de même pour les chevaux, équipés eux aussi d’un harnachement de parade rutilant. La jambière, découverte en 1975 dans une gravière à Fort-Louis (conservée au Musée historique de Haguenau) en constitue le seul exemple régional connu à ce jour. Cette pièce remarquable, datée du IVe siècle après J.-C., est en argent doré et est ornée d’une représentation d’Énée fuyant la ville de Troie en flammes22.

En conclusion

25Les fêtes officielles célébrées par les légions dans tout l’Empire constituent un puissant élément d’intégration pour les populations des régions conquises et elles représentent donc un vecteur important de la romanisation. Elles concourent probablement aussi à favoriser les relations diplomatiques entre l’armée et les élites municipales locales, en particulier dans les capitales de cités, à travers le culte officiel rendu à l’empereur et à la triade capitoline.

Fig. 9 : Strasbourg, rue du Puits : autel dédié au Père Rhin par le légat de la VIIIe légion

Fig. 9 : Strasbourg, rue du Puits : autel dédié au Père Rhin par le légat de la VIIIe légion

Grès rose ; début du IIIe siècle après J.-C.

© Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg

  • 23 Hatt (Jean-Jacques), « Découvertes archéologiques à Strasbourg, rue du Puits », CAAAH, t. XIV, 1970 (...)

26Mais si les Romains apportent leurs divinités et les fêtes qui leurs sont dédiées, ils savent aussi s’adapter et intégrer certaines divinités locales. L’autel dédié au Père Rhin, en tant que fleuve divinisé, retrouvé dans un sanctuaire rue du Puits à Strasbourg23 en constitue un témoignage éclairant : le dédicant n’est autre qu’Oppius Severus, le commandant en chef de la VIIIe légion Auguste (fig. 9). Des influences régionales se dessinent partout, tant en Gaule que dans les Germanies, dans les dédicaces effectuées par les soldats ; les épithètes « locales » associées aux divinités traduisent la grande tolérance de la religion romaine qui lui permet d’intégrer progressivement des cultes d’origines diverses. Apollon Grannus, Diana Abnoba, Sirona, Mars Loucetios constituent quelques exemples de ce syncrétisme, favorisé par l’intégration progressive d’éléments locaux dans les effectifs militaires, en particulier dans les ailes auxiliaires de la cavalerie. Certaines divinités gauloises restent ainsi présentes, même en contexte bien romanisé, et le culte d’Épona, déesse protectrice des chevaux et des cavaliers, en témoigne largement, de même que les Campestres, déesses protectrices du champ d’exercice, réminiscence des nombreuses déesses-mères de la religion populaire, dont les fêtes viennent compléter le calendrier officiel des célébrations.

Haut de page

Notes

1 Ankersdorfer (Hans), Studien zur Religion des römischen Heeres von Augustus bis Diokletian, Constance, 1973 ; Kemkes (Martin), Scheuerbrandt (Jörg) et Willburger (Nina), Am Rande des Imperiums. Der Limes, Grenze Roms zu den Barbaren, Limesmuseum Aalen, Jan Thorbecke Verlag, Stuttgart, 2002, p. 142-159 ; Kemkes (Martin) et Willburger (Nina), Der Soldat und die Götter. Römische Religion am Limes, Schriften des Limesmusem Aalen no56, Theiss Verlag, 2004.

2 Kossmann (Dirk), « Römische Soldaten als Teilnehmer von Festen », dans Rüpke (Jorg) (éd.), Festrituale in der römischen Kaiserzeit. Studien und Texte zu Antike und Christentum, t. XXXXVIII, Mohr Siebeck, Tübingen, 2008, p. 133‑152.

3 Kemkes (Martin) et Sarge (Claudia), Gesichter der Macht. Kaiserbilder in Rom und am Limes, Schriften des Limesmuseum Aalen no60, Theiss Verlag, 2009.

4 Forrer (Robert), Strasbourg-Argentorate, t. I, Strasbourg, 1927, p. 361 et s.

5 Forrer (Robert), « Buste d’empereur deux fois grandeur nature découvert à Eckbolsheim-Koenigshoffen », Anzeiger für Elsässische Altertumskunde (Anzeiger), no 69-72, 1927, p. 64-67 ; Sauer (Cécile), « À propos du buste d’empereur romain d’Eckbolsheim-Koenigshoffen », Anzeiger, no111-116, mars 1938, p. 213‑214.

6 Hatt (Jean-Jacques), « Informations archéologiques », Gallia, t. XI, fasc. 1, 1953, p. 149 et fig. 4 ; Hatt (Jean-Jacques), « Une tête de Caracalla découverte à Strasbourg », Cahiers alsaciens d’histoire et d’archéologie (CAHA), no132, 1952, p. 88.

7 Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII, no5970 ; cette inscription a été détruite dans l’incendie de 1870.

8 Porte (Danielle), Fêtes romaines antiques, Éditions ClairSud, s.l., 2011.

9 Forrer (Robert), « Nouvelles découvertes et acquisitions du Musée Préhistorique et gallo-romain de Strasbourg », Anzeiger, no53-56, décembre 1923, p. 116‑117.

10 Forrer (Robert), « Das Mithra-Heiligtum von Königshofen bei Strassburg », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, t. XXIV, 1915.

11 Biesheim (Haut-Rhin) : Pétry (François) et Kern (Erwin), « Un mithraeum à Biesheim (Haut-Rhin). Rapport préliminaire », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire (CAAAH), t. XXIV, 1981, p. 31-41. Mackwiller (Bas-Rhin) : Hatt (Jean-Jacques), « Découverte d’un sanctuaire de Mithra », CAAAH, 1957, p. 51-81.

12 Speidel (Michaël P.), Jupiter Dolichenus. Der Himmelgott auf dem Stier, Schriften des Limesmuseum Aalen no24, Stuttgart, 1980 ; Huld-Zetsche (Ingeborg), « Orientalische Kulte », in Die Römer zwischen Alpen und Nordmeer. Zivilisatorisches Erbe einer europaïschen Militärmacht, catalogue d’exposition, Landesausstellung des Freistaates Bayern, Munich et Rosenheim, Verlag Philipp von Zabern, Mayence, 2000, p. 241-245.

13 Hatt (Jean-Jacques), « Tête de Dolichenus trouvée sous la cathédrale de Strasbourg », CAAAH, t. V, 1961, p. 76.

14 Schnitzler (Bernadette), Bronzes antiques d’Alsace, Inventaire des collections publiques françaises t. 37, Éditions Réunion des Musées nationaux / Musées de la Ville de Strasbourg, Paris, 1995, p. 52, notice 37.

15 Domaszewski (A. von), Die Religion des römischen Heeres, Trèves, 1895 ; Irby-Massie (Georgia), Military Religion in Roman Britain, Brill / Leiden-Boston-Köln, 1999.

16 Gilbert (François), Le Soldat romain à la fin de la République et sous le Haut-Empire, Éditions Errance, Paris, 2004, p. 115.

17 Hatt (Jean-Jacques), « Découverte et observations nouvelles sur les enceintes de Strasbourg », CAAAH, t. XIII, 1969, p. 73-98.

18 Pétry (François), « Informations archéologiques », Gallia, t. XXXIV, fasc. 2, 1976, p. 390‑391 et fig. 13.

19 Végèce, De re militari, 3, 8.

20 Irby-Massie (Georgia), op. cit., 1999, p. 44 et s.

21 Garbsch (Jochen), « Römische Paraderüstungen », dans Die Römer zwischen Alpen und Nordmeer. Zivilisatorisches Erbe einer europaïschen Militärmacht, catalogue d’exposition, Museum für Vor- und Frühgeschichte, Philipp von Zabern, Mainz, 2000, p. 53-57.

22 Pétry (François), « Informations archéologiques », Gallia, t. XXXIV, fasc. 2, 1976, p. 406.

23 Hatt (Jean-Jacques), « Découvertes archéologiques à Strasbourg, rue du Puits », CAAAH, t. XIV, 1970, p. 91-100.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Eckbolsheim : tête monumentale d’empereur en grès gris
Légende Début du IIIe siècle après J.-C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 2 : Strasbourg, 2, rue du Dôme : autel dédié à Jupiter Optimus et Junon Regina
Légende Grès gris, IIe siècle après J.‑C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 3 : Lauterbourg : triade de divinités (Minerve, Apollon et Mercure)
Légende Grès jaune, IVe siècle après J.-C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 : Strasbourg, Grand’rue : représentation d’Hercule sur une stèle à quatre dieux
Légende Grès gris, début du IIIe siècle après J.-C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 5 : Strasbourg-Koenigshoffen, route des Romains (église Saint-Paul)
Légende Dédicace faite par le légionnaire Celsinius Matutinus dans le sanctuaire de Mithra ; grès gris ; IIIe siècle après J.-C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 6 : Strasbourg, cathédrale : tête de Jupiter Dolichenus coiffée d’une dépouille de taureau
Légende Grès rose ; début du IIIe siècle après J.‑C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 : Strasbourg, rue Brûlée : relief du porte-enseigne Lepontius
Légende Ce moulage en plâtre a pris valeur d’original après la destruction de cette sculpture dans l’incendie de la Bibliothèque de Strasbourg en 1870 ; IVe siècle après J.‑C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 8 : Strasbourg : statuette en bronze de Victoire foulant aux pieds un captif
Légende IVe siècle après J.‑C.
Crédits © Musée Archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 9 : Strasbourg, rue du Puits : autel dédié au Père Rhin par le légat de la VIIIe légion
Légende Grès rose ; début du IIIe siècle après J.-C.
Crédits © Musée archéologique, photo M. Bertola, Musées de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2363/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Schnitzler, « Fêtes romaines collectives dans le camp légionnaire d’Argentorate », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 31-46.

Référence électronique

Bernadette Schnitzler, « Fêtes romaines collectives dans le camp légionnaire d’Argentorate », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2363 ; DOI : 10.4000/alsace.2363

Haut de page

Auteur

Bernadette Schnitzler

Conservateur en chef du Musée archéologique de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page