Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

Fêtes romaines collectives dans le camp légionnaire d’Argentorate

Le témoignage de l’archéologie
Celebrations in the Roman legion camp of Argentorate as revealed by archeology
Feste, die Insassen des römischen Legionslagers Argentorate gemeinsam gefeiert haben. Die Archäologen bringen es an den Tag
Bernadette Schnitzler
p. 31-46

Résumés

De nombreuses fêtes rythment le calendrier annuel des Romains dans tout l’Empire. Leur dénominateur commun est d’être religieuses et collectives et les festivités qui se déroulent en contexte militaire, au sein des légions, n’échappent pas à cette règle. Il s’agit tout à la fois de fêtes officielles liées à la célébration du pouvoir impérial et de la triade capitoline, de fêtes romaines traditionnelles tournées vers la vénération des multiples divinités du panthéon gallo-romain et de fêtes plus spécifiquement militaires (fête des enseignes, parades…). Pour le camp légionnaire de Strasbourg-Argentorate, nos connaissances reposent essentiellement sur les découvertes archéologiques (sculptures, figurines en bronze, inscriptions) livrées par les fouilles archéologiques depuis plus de deux siècles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Du culte impérial à celui de la triade capitoline : l’omniprésence des cultes officiels
Des fêtes traditionnelles autour d’un panthéon diversifié
Des fêtes spécifiques au monde militaire
Que sait-on du déroulement des cérémonies ?
Où se déroulent ces cérémonies ?
En conclusion

Aperçu du texte

De très nombreuses fêtes rythment la vie des Romains tout au long de l’année, de leur naissance à leur mort, et il en est de même pour les soldats engagés durant près de trois décennies dans l’armée. Peu de documents en relation directe avec ces fêtes militaires nous sont parvenus et les Feriale Duranum constituent ainsi une exception tout à fait remarquable. Il s’agit d’un papyrus mis au jour en 1932 sur le site de Doura Europos (Syrie), sur l’Euphrate, où était stationnée la XXe cohorte des Palmyréniens. Daté entre 223 et 227 après J.-C., le document n’est conservé que pour les neuf premiers mois de l’année (octobre, novembre et décembre manquent), mais malgré cette lacune, ce texte en latin représente un témoignage irremplaçable sur le calendrier officiel des fêtes célébrées par une garnison aux marges de l’Empire romain. On en dénombre quarante-deux entre le 3 janvier et le 23 septembre, qui sont autant d’occasions de souder l’armée autour de la figure tutélaire de l’empereur et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Schnitzler, « Fêtes romaines collectives dans le camp légionnaire d’Argentorate », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 31-46.

Référence électronique

Bernadette Schnitzler, « Fêtes romaines collectives dans le camp légionnaire d’Argentorate », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2363 ; DOI : 10.4000/alsace.2363

Haut de page

Auteur

Bernadette Schnitzler

Conservateur en chef du Musée archéologique de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page