Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

La Fête-Dieu à Colmar à la fin du Moyen Âge

Corpus Christi in the late Middle Ages in Colmar
Fronleichnam in Colmar im ausgehenden Mittelalter
Monique Debus Kehr
p. 47-58

Résumés

La Fête-Dieu, célébrée tous les ans le jeudi après la fête de la Trinité, est instaurée en 1264 par la bulle Transiturus de hoc mundo du pape Urbain IV. À Colmar, à la fin du Moyen Âge, cette fête et la procession qui l’accompagne sont le privilège de la paroisse Saint-Martin et l’un des événements majeurs de l’année liturgique. Elles réunissent les membres des couvents et du clergé, ainsi que les corps constitués de la ville. Deux sources essentielles, la « Kirchenordnung » de 1556, de François d’Apponex, et un sermon du diacre protestant Joachim Klein, prononcé le 4 juin 1667, nous permettent d’entrer dans le détail de la fête. Elles relatent le déroulement des offices de ce jour, le tracé de la procession au cœur de la ville et son décorum, indiquent son importance sacrée et sociale, son interdiction, enfin, lorsque la Réforme est introduite à Colmar en 1575.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La bulle papale et le concile de Vienne
La Fête-Dieu à Colmar

Aperçu du texte

À la fin du Moyen Âge (XVe-XVIe siècles), Colmar bénéficie de conditions géographiques, politiques et économiques favorables. Peuplée de quelque 5 000 habitants, la cité bouillonnante d’activités, commerciales, artisanales et agricoles, est desservie par des cours d’eau (Lauch et Ill) permettant navigation et pêche, des rivières plus modestes (Fecht, Thur), des ruisseaux partiellement canalisés (Bächlein), le long desquels tournent des moulins. La défense de la ville repose sur deux enceintes successivement bâties au cours des XIIIe et XIVe siècles comprenant quelque vingt-cinq tours. Des fossés complètent ce dispositif de défense. La cité est pourvue de plusieurs portes au-delà desquelles s’étendent des faubourgs. Ville impériale, Colmar est liée aux autres villes de la Décapole et s’administre de façon autonome par le biais d’un gouvernement, le Magistrat (Meister und Rat), secondé par des commissions.

Les métiers réunis dans une vingtaine de corporations assurent l’essor de la vil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Debus Kehr, « La Fête-Dieu à Colmar à la fin du Moyen Âge », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 47-58.

Référence électronique

Monique Debus Kehr, « La Fête-Dieu à Colmar à la fin du Moyen Âge », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2364 ; DOI : 10.4000/alsace.2364

Haut de page

Auteur

Monique Debus Kehr

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page