Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

La fête et la guerre à Strasbourg durant la Première Guerre mondiale

Celebrations and war during World War I
Während im Ersten Weltkrieg an der Front die Soldaten sterben, feiert Straßburg den Krieg
Anne-Laure Fabre
p. 279-295

Résumés

Strasbourg connaît durant la Belle époque une période faste en fêtes populaires et autres manifestations publiques. 1914 marque un coup d’arrêt brutal à ces festivités : la ville, comme toute l’Europe, doit faire face à la Première Guerre mondiale. Est-il encore possible de faire la fête, de se divertir, dans une ville à l’arrière du front ? Ces réjouissances sont-elles spontanées ou organisées par les autorités ? Malgré la pénurie, les contraintes imposées par l’armée et l’absence des êtres chers, la vie continue et les divertissements permettent d’oublier, pour un temps, les malheurs de l’époque. À ces distractions occasionnelles s’ajoutent les manifestations officielles qui deviennent vecteur de propagande, outil de démonstration d’attachement au régime, qu’il soit allemand ou français. Ainsi, lors de l’entrée des troupes françaises en novembre 1918, la ferveur populaire qui transparaît dans l’accueil réservé aux troupes, les fêtes et manifestations officielles qui les accompagnent, servent de référendum quant à la question du retour de l’Alsace à la France.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Se divertir dans une ville à l’arrière du front
Une situation générale guère propice à l’amusement
Le maintien des lieux de divertissement ?
Hostilité envers ceux qui s’amusent et ceux qui amusent
Des occasions de fêtes encadrées
Les fêtes nationales et patriotiques
Les fêtes de bienfaisance
Les fêtes religieuses
Les fêtes de l’entrée des troupes françaises
Une explosion de joie
Des nuances à apporter : l’utilisation de ces fêtes par la propagande française

Aperçu du texte

À partir de l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne en 1871, l’Empire allemand a instauré tout un processus pour germaniser le nouveau Reichsland Elsass-Lothringen. Livres, presse, enseignement scolaire, tous les moyens sont bons, y compris les réjouissances populaires, les fêtes et autres cérémonies publiques. C’est ainsi que Strasbourg célèbre, en « communion » avec le reste de l’Empire, les anniversaires de l’empereur et autres fêtes dynastiques. Les visites de ce dernier sont aussi l’occasion de déployer tous les fastes possibles.

Durant cette période de la « Belle époque », Strasbourg voit fleurir les lieux de divertissement : théâtre, cinémas, salle de concerts, du fait notamment de l’accroissement d’un public dont le niveau de vie s’améliore. Les associations sportives ou musicales sont aussi des viviers pour les réjouissances populaires.

1914 marque un coup d’arrêt à ces festivités populaires : la ville, comme bientôt toute l’Europe, doit faire face à la guerre.

Est-il encore poss...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Fabre, « La fête et la guerre à Strasbourg durant la Première Guerre mondiale », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 279-295.

Référence électronique

Anne-Laure Fabre, « La fête et la guerre à Strasbourg durant la Première Guerre mondiale », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2377 ; DOI : 10.4000/alsace.2377

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Fabre

Archiviste itinérante au Centre de Gestion du Bas-Rhin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page