Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

Marseillaise, paradis tricolore et drapeaux par milliers

Les fêtes du retour de l’Alsace à la France (novembre – décembre 1918)
La Marseillaise, three colour paradise and thousands of flags. Celebrating Alsace becoming French again (November-December 1918)
Die Marseillaise, ein tricolores Paradies, Tausende Fahnen. Das Elsaß ist wieder französisch, und das wird gefeiert. (November–Dezember 1918)
Joseph Schmauch
p. 297-320

Résumés

La signature de l’Armistice du 11 novembre 1918 et la perspective du retour à la France s’accompagnent d’une vague de festivités inédite en Alsace. L’entrée dans les villes des généraux français, ou encore la visite du président de la République, sont l’occasion de cortèges militaires et de réceptions officielles. Ces événements s’inscrivent dans le droit fil de manifestations semblables observées pendant la guerre, lors de l’éphémère conquête de Mulhouse en août 1914 ou dans le cadre de l’administration française des vallées de la Thur et de la Doller. Ces journées comportent une dimension spontanée dont témoigne l’implication massive et volontaire des populations : au sortir d’une guerre longue, la fête permet d’exorciser un passé récent douloureux et offre aux populations une perspective d’avenir prometteuse. Elle permet aussi aux Alsaciens, qui ont vécu la guerre du côté allemand, de s’approprier un ensemble de rituels républicains, participant ainsi d’une découverte réciproque. L’unanimité n’est cependant pas totale : les nombreux démobilisés de l’armée allemande sont absents des réceptions et, les réjouissances à peine terminées, apparaissent déjà les premiers signes du « malaise alsacien ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Les fêtes françaises en Haute-Alsace (1914-1918)
Novembre 1918 : l’entrée des troupes françaises et l’éblouissement tricolore
« Le plébiscite est fait ». La visite des présidents Poincaré et Clemenceau en Alsace
Rituel républicain et démonstrations de ferveur : la portée de la fête
Une atmosphère de fraternité retrouvée
Un rituel symbolique et républicain
L’enjeu politique de la fête : pas de plébiscite
Quelques notes dissonantes dans un ciel de fête
Conclusion

Aperçu du texte

« Au nom du peuple français, au nom du Gouvernement de la République française, j’envoie le salut de la France une et indivisible à l’Alsace et la Lorraine retrouvées » : ce sont les premiers mots du président du Conseil Georges Clemenceau prononcés devant la Chambre des députés le 11 novembre 1918, alors que prend fin une guerre dont le retour des provinces, perdues en 1871, a constitué un enjeu important. Au lendemain de la signature de l’armistice qui prévoit l’occupation militaire de l’Alsace-Lorraine par les troupes bleu horizon, commence une période singulière marquée par une vague inédite de festivités. Pendant deux mois, la région vit « au milieu des drapeaux français et d’une allégresse tricolore ». Cortèges militaires, réceptions et rituels républicains se succèdent, accompagnés de manifestations de ferveur et d’émotion. Dans les villes traversées, les Poilus se présentent en libérateurs et cet accueil prend valeur de manifestation d’adhésion à la France.

L’ampleur et l’una...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Schmauch, « Marseillaise, paradis tricolore et drapeaux par milliers », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 297-320.

Référence électronique

Joseph Schmauch, « Marseillaise, paradis tricolore et drapeaux par milliers », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2379 ; DOI : 10.4000/alsace.2379

Haut de page

Auteur

Joseph Schmauch

Conservateur du patrimoine, Directeur des Archives départementales du Territoire-de-Belfort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page