Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

Les Journées de la Choucroute à Colmar (1954-1997)

The sauerkraut days in Colmar (1954-1997)
Die Sauerkraut-Tage in Colmar (1954-1997)
Francis Lichtlé
p. 379-384

Résumés

Afin de développer et de redonner un nouvel essor à la culture du chou à choucroute dans la région colmarienne, la Ville de Colmar créa en 1954, une manifestation qui, en peu d’années, acquit une notoriété régionale. Elle s’imposa dans la ronde des fêtes alsaciennes, accueillant des milliers de visiteurs durant une quarantaine d’années. L’évolution des loisirs contribua à son déclin dès le milieu des années 1970 puis à sa disparition en 1997.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives municipales de Colmar (AMC), fonds contemporain, boîte 1372 (correspondance générale).

1Le 19 septembre 1954, la place Rapp, au centre-ville de Colmar, accueillait sous une modeste tente la première « Journée de la choucroute ». Organisée par la Ville, la fête était motivée par la mévente du chou à choucroute qui, à cette époque, affectait sérieusement l’économie de plusieurs communes des environs de Colmar. Placée sous le patronage du Syndicat des fabricants de choucroute d’Alsace, elle était soutenue par la Société commerciale des Potasses d’Alsace. La manifestation débuta à 11 heures par un concours de chou ouvert à tous les producteurs, membres du syndicat et propriétaires d’au moins 25 ares de choux. Le concours fut suivi d’un concert de l’harmonie des Mines de Potasse. Avant le banquet officiel, les invités récompensèrent la meilleure choucroute préparée par les élèves du centre d’apprentissage de jeunes filles de Colmar, en l’occurrence, Yvette Gruneisen. L’après-midi fut consacré au folklore, animé par l’ensemble Loyala avec le concours des groupes Vogésia, Columbarium, le groupe de Sondernach et les Amis du costume de la vallée de Munster. Après le concert de gala de l’harmonie des Mines de potasse, en fin d’après‑midi, un bal clôturait cette première Fête de la Choucroute. Le succès de la manifestation fut tel qu’à 14 heures, la choucroute vint à manquer1.

Fig. 1 : Des centaines de visiteurs attablés sous la structure installée pour les « Journées de la choucroute »

Fig. 1 : Des centaines de visiteurs attablés sous la structure installée pour les « Journées de la choucroute »

Place Rapp, à Colmar vers 1965 (AMC).

  • 2 AMC, boîte 1375.

2À l’origine de cette journée, plusieurs personnalités dont le maire de Colmar Joseph Rey, le député du Haut-Rhin Eugène Ritzenthaler, Jules Woelfflé, fabricant de choucroute ainsi que Paul Wiss, secrétaire général de la mairie. Devant le succès de cette première fête, les organisateurs décidèrent de rajouter une série de manifestations agricoles. La seconde édition des « Journées de la Choucroute » dura quatre jours. Le 15 septembre fut consacré à la jeunesse et à l’enseignement agricole, le 16 à la pomme de terre, à la production agricole et à l’élevage. La troisième journée réunit les arboriculteurs et les fabricants de choucroute tandis que le dimanche 18 septembre, était consacré à la fête. Toutes ces journées se terminèrent par un bal. En 1955 et au cours des années suivantes, la place Rapp proposait aux visiteurs de découvrir le monde agricole par diverses expositions, de la présentation bovine et porcine jusqu’aux concours de culture de choux, de pommes de terre, d’orge de brasserie ou de fromage de Munster fermier. Animations musicales, spectacles et bals complétaient la fête. Chaque année, Colmar devenait ainsi, pour quelques jours, le centre agricole régional, accueillant en 1956 déjà près de 25 000 visiteurs. En 1960, devant le succès croissant, les organisateurs décidèrent d’étendre la fête à six jours, répartis sur deux fins de semaine2.

Fig. 2 : Ambiance et convivialité assurées aux « Journées de la choucroute »

Fig. 2 : Ambiance et convivialité assurées aux « Journées de la choucroute »

AMC.

3Afin de pérenniser et de développer la manifestation – qui se déroulait toujours en septembre – le comité se donna une structure juridique, en créant, le 11 avril 1956, l’association « Journées de la Choucroute », placée sous la présidence du maire Joseph Rey. La choucroute était régulièrement livrée par les maisons Fincker de Colmar et Roess d’Andolsheim-Colmar. Alfred Meyblum, restaurateur « Au Théâtre », et Alfred Henk, restaurateur à « Rhin et Danube », tenaient les buffets et ce jusqu’à la fin des années 1960. Puis, Alfred Henk, devenu restaurateur « à l’Europe », continua seul jusqu’en 1971, avant de céder sa place à Martin Feller, restaurateur « Chez Heydel », auquel succéda, en 1974, la société Cadé & Guth.

Fig. 3 : Affiche pour la première « Journée de la choucroute »

Fig. 3 : Affiche pour la première « Journée de la choucroute »

Place Rapp, à Colmar, le 19 septembre 1954, réalisée par Arthur Boxler (1910-1964)

BNUS.

  • 3 AMC, boîte 1373.

4La fête vivait ses heures de gloire. Tout au long de la décennie des années 1960, 50 à 60 000 visiteurs fréquentaient régulièrement les « Journées de la choucroute ». Le succès de la manifestation obligea les organisateurs à augmenter régulièrement la capacité d’accueil de la grande tente, montée chaque année sur la place Rapp. De 1954 à 1958, elle était régulièrement louée à la Société Stromeyer de Constance en Allemagne et couvrait 2 400 m² en 1955 et 3 392 m² en 19573. La société suisse Hunzicker de Seelen en Argovie installa la structure à partir de 1959 sur 3 600 m², pour atteindre finalement 4 100 m2 en 1962, grâce au rajout de deux auvents latéraux. À son retour, plus d’un visiteur emmena un souvenir des « Journées de la Choucroute ». Ainsi en 1962, 2 534 chopes d’un demi litre disparurent, tandis que trois ans plus tard, ce furent 3 785 couverts et 2 480 verres à bières qui se volatilisèrent !

  • 4 AMC, boîte 1380.

5Le Parc des expositions, construit au nord de Colmar, accueillit pour la première fois les « Journées de la choucroute » en 19684. Le nouveau bâtiment était vaste, couvert, bien plus avantageux que la traditionnelle structure provisoire érigée sur la place Rapp. Son accès facile et la proximité d’un parking conséquent présentaient tous les atouts. Ces éléments étaient réunis pour permettre à la fête de poursuivre avec succès. Mais le changement et l’évolution des loisirs affectèrent la fréquentation des « Journées de la Choucroute », entraînant une chute rapide des entrées. Le nombre de visiteurs payants tomba à 13 578 en 1976 et à 5 300 sept ans plus tard. Devant la désaffection du public, le nombre de jours fut réduit à cinq en 1977, puis à trois en 1985.

Produits vendus lors de différentes éditions des « Journées de la choucroute »

1955

1958

1960

1965

1974

1977

Portions de choucroute

5 412

10 956

19 636

36 713

19 929

16 014

Portions de palette

/

/

/

/

2 444

2 049

Portions de pâté en croûte

849

1 653

2 832

8 420

1 614

1 001

Portions de bœuf à la broche

790

/

/

/

/

/

Paires de saucisses

3 808

3 674

6 681

5 445

1 365

1 196

Portions de fromage

398

733

2 040

6 600

2 216

1 899

Tranches de glace

/

2 836

5 638

7 039

3 765

3 412

Tasses de café

5 699

5 429

12 432

27 200

9 050

8 804

Portions de tarte

2 706

3 374

7 658

19 668

5 803

4 817

Demis de bière

24 328

41 525

46 538

36 000

24 869

17 019

Bouteilles de vin
(tous cépages confondus)

4 124

5 347

13 832

21 798

8 951

6 249

Bouteilles de soda

759

4 657

6 584

10 150

10 458

9 488

Bouteilles d’eau

980

2 319

5 023

?

?

?

  • 5 Renseignements aimablement communiqués par M. François Cadé.

6Mais la chute s’accentua encore. Souhaitant rajeunir la formule, la corporation des bouchers charcutiers traiteurs du centre Alsace s’associa à la société Cadé & Guth en 1994. Soutenue par ses fournisseurs et par les brasseurs, la corporation organisa seule la fête durant trois ans, de 1995 à 1997, débitant entre 5 000 à 6 000 repas chaque année. Finalement, les risques financiers s’avérèrent trop importants et l’estimation du retour sur investissement n’avait pu être atteinte. Prévue au cours du week-end du 5‑6 septembre 1998, la manifestation fut annulée, les organisateurs déclarant forfait. Lors de la Foire aux vins, au mois d’août, François Cadé estima que reprendre la fête était un pari matériellement impossible à tenir, le délai étant trop court5. Ainsi prit fin une manifestation qui marqua toute la région colmarienne durant une quarantaine d’années.

Haut de page

Notes

1 Archives municipales de Colmar (AMC), fonds contemporain, boîte 1372 (correspondance générale).

2 AMC, boîte 1375.

3 AMC, boîte 1373.

4 AMC, boîte 1380.

5 Renseignements aimablement communiqués par M. François Cadé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Des centaines de visiteurs attablés sous la structure installée pour les « Journées de la choucroute »
Crédits Place Rapp, à Colmar vers 1965 (AMC).
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 2 : Ambiance et convivialité assurées aux « Journées de la choucroute »
Crédits AMC.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 3 : Affiche pour la première « Journée de la choucroute »
Légende Place Rapp, à Colmar, le 19 septembre 1954, réalisée par Arthur Boxler (1910-1964)
Crédits BNUS.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/2383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Lichtlé, « Les Journées de la Choucroute à Colmar (1954-1997) », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 379-384.

Référence électronique

Francis Lichtlé, « Les Journées de la Choucroute à Colmar (1954-1997) », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2383 ; DOI : 10.4000/alsace.2383

Haut de page

Auteur

Francis Lichtlé

Archiviste honoraire de la Ville de Colmar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page