Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

Le « Psautier de Strasbourg »

Musique et chant pendant la Réforme protestante
The “Strasbourg psalter”: music and hymns during the Protestant Reformation
Der „Straßburger Psalter”: Musik und Gesang in der Reformationszeit
Beat Föllmi
p. 35-51

Résumés

La musique joue un rôle non négligeable dans la diffusion de la Réforme et dans la création des identités confessionnelles. Les protestants strasbourgeois avaient, dès 1524, mis en place leur propre répertoire musical pour le culte. Ce répertoire de chants qui est connu sous le nom de « Psautier de Strasbourg », est composé de chants venant de tous les coins de l’Allemagne, mais il diffère des pratiques des luthériens outre-Rhin. C’est notamment le chant des psaumes qui occupe la première place dans le culte strasbourgeois. On trouve, à côté des chants bien connus (comme ceux de Martin Luther), également des paraphrases très fidèles au texte biblique, écrites par des musiciens locaux tels Matthias Greiter et Wolfgang Dachstein. Quand Strasbourg, après la fin de l’Intérim, rejoint l’orthodoxie luthérienne, ces pratiques hymnodiques autochtones sont abandonnées au profit d’un répertoire luthérien. Seuls certains textes et mélodies survivent, grâce à leur notoriété, et connaissent par la suite un succès remarquable, par exemple dans le Psautier huguenot ou encore dans l’œuvre de Jean-Sébastien Bach. (Beat Föllmi).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Le « Psautier de Strasbourg »
Martin Bucer et la musique
La survie du répertoire strasbourgeois

Aperçu du texte

Le 18 mai 1561, le premier culte protestant est célébré à la cathédrale de Strasbourg, après dix ans d’interruption durant lesquels l’autorité de l’empereur Charles Quint a contraint la Ville de tolérer la messe catholique. Strasbourg est dès lors une ville exclusivement luthérienne, et ce jusqu’en 1681, année durant laquelle Louis XIV impose la réintroduction du catholicisme. Les recueils de chants imprimés et utilisés dans la ville durant ce siècle protestant témoignent de l’existence de pratiques cultuelles et hymnodiques adoptant fidèlement l’orthodoxie luthérienne. Ils contiennent le même répertoire qu’en Allemagne outre-Rhin, les mêmes chants de Martin Luther et de ses collaborateurs, et sont organisés de la même manière.

Or cette adhésion de Strasbourg à l’orthodoxie luthérienne fait oublier que la Ville connaissait pendant les premières décennies de la Réforme, des pratiques particulières dans le domaine de la liturgie et du chant, à mi-chemin entre celles des Suisses et cell...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beat Föllmi, « Le « Psautier de Strasbourg » », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 35-51.

Référence électronique

Beat Föllmi, « Le « Psautier de Strasbourg » », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2581 ; DOI : 10.4000/alsace.2581

Haut de page

Auteur

Beat Föllmi

Professeur de musique sacrée et d’hymnologie à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page