Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

De l’intérêt de connaître l’allemand et le droit public allemand au XVIIIe siècle

Why it was essential to know Germany’s language and public law in the 18th century
Von der Notwendigkeit im 18. Jhdt. die deutsche Sprache und das deutsche Recht zu beherrschen
Claude Muller
p. 79-101

Résumés

Le XVIIIe siècle constitue, dans le domaine religieux en Alsace, une période de tous les paradoxes confessionnels. Comme ailleurs, le catholicisme est certes religion d’État et les exactions des catholiques envers les protestants ne manquent pas. Le pouvoir royal encourage ses abus, voire les provoque. Pour autant, rien n’est simple dans cette région-frontière. Parce que la monarchie française a besoin, pour des motifs diplomatiques, de juristes connaissant à la fois le droit public et l’allemand, elle engage et rétribue des Alsaciens luthériens pour remplir ces fonctions, à contre-courant de politique officielle d’hostilité connue. (Claude Muller).

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Frédéric North (1905-1992), inspecteur laïc à Saint-Guillaume Strasbourg.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Jean Daniel Schoepflin, l’historiographe du roi
Hennenberg ou une correspondance privée au milieu d’une correspondance publique
Des employés catholiques laissés pour compte ?

Aperçu du texte

C’est sur le bénéfice du traité d’Osnabrück [en 1648] qu’on ne donne aucune inquiétude aux luthériens d’Alsace. Comme ils sont tous très attentifs et très défiants, il serait dangereux de les détromper là-dessus. Le seul moyen de tenir l’Alsace peuplée et florissante et en état de fournir au roi les secours qu’on est obligé de lui demander en temps de guerre est de continuer à suivre la conduite qu’on a tenue jusqu’ici de laisser les choses comme elles sont.

Les propos du modéré et compétent intendant d’Alsace, catholique, Nicolas Bauyn d’Angervilliers, en fonction de 1716 à 1724, datent du 25 août 1722, quelques temps après la guerre de Succession d’Espagne. Ils rappellent une situation spécifique de l’Alsace au sein de l’espace monarchique français. Les protestants alsaciens, tant luthériens que calvinistes, peuvent y exercer leur religion, grâce aux garanties données par les traités de Westphalie. Ils ne sont donc pas concernés par la révocation de l’édit de Nantes, imposée par Lo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « De l’intérêt de connaître l’allemand et le droit public allemand au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 79-101.

Référence électronique

Claude Muller, « De l’intérêt de connaître l’allemand et le droit public allemand au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2585 ; DOI : 10.4000/alsace.2585

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur et directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace de l’Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page