Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

Le parcours de sécularité d’un protestant au siècle des Lumières : Philippe Frédéric de Dietrich (1748-1793)

The secular itinerary of a Protestant in the century of enlightment: Philippe de Dietrich (1748-1793)
Der säkulare Werdegang eines Protestanten im Zeitalter der Aufklärung: Philippe Frédéric de Dietrich (1748-1793)
Daniel Fischer
p. 103-122

Résumés

Le protestantisme alsacien a été marqué à plusieurs époques par des grandes figures de la famille de Dietrich, tels Dominikus Dietrich, Ammeister de Strasbourg refusant à la fin du XVIIe siècle de se convertir au catholicisme, ou encore Suzanne de Dietrich, ingénieure devenue théologienne, co-fondatrice de la Cimade et cheville ouvrière de l’Institut œcuménique de Bossey après la Seconde Guerre mondiale.

Cependant, la figure centrale de la famille, Philippe Frédéric de Dietrich, premier maire de Strasbourg, n’est pas aujourd’hui retenue pour son exemplarité religieuse. Le premier chanteur de la Marseillaise serait plutôt un homme nourri de sociabilités mondaines, académiques et maçonniques, désireux de se jouer des barrières confessionnelles.

Mais peut-on pour autant faire de Dietrich le témoin, l’acteur voire le précurseur ou le promoteur conscient d’un processus de sécularisation, dont la linéarité, l’irrémédiabilité et l’irréversibilité sont d’ailleurs aujourd’hui controversées ? Cet article donne l’occasion de démontrer que Dietrich, sans cesse confronté à la question de la place du religieux en société, n’a été ni le protestant déterminé à réduire l’influence du catholicisme à Strasbourg à la faveur de l’application des décrets révolutionnaires, ni le protestant indigne mis en avant par ses détracteurs à partir de la campagne électorale de 1790 à Strasbourg. (Daniel Fischer).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Absence de religion ou foi insaisissable ?
Le plafond de verre d’un luthérien et la tentation d’une conversion au catholicisme
Dietrich défini par ses détracteurs : révolutionnaire parce que franc-maçon, partial parce que protestant
Improvisé ou conscient ? L’exemple d’un parcours de sécularité

Aperçu du texte

Rationalité vs. révélation. Liberté par la connaissance vs. fidélité à une foi. La question de la relation des Lumières avec les religions est souvent réduite à un rapport de force entre deux visions du monde qui s’opposent frontalement, enfermant les croyants dans une posture de défenseurs de citadelle assiégée par un parti philosophique peuplé d’incroyants qui auraient l’exclusivité de s’autoproclamer « éclairés ». La part chrétienne dans l’avènement des Lumières, qui ne sont pas partout aussi anticléricales et antireligieuses qu’en France, a été réévaluée par les philosophes et les historiens, à l’image de Carl Schmitt qui considérait que tous les concepts de la pensée moderne relèvent en définitive de concepts chrétiens « sécularisés ».

Cette sécularisation, initiée au XVIIIe siècle, relève d’un « processus de recul de l’influence des Églises et de leurs doctrines sur la société », tout en laissant entrevoir le résultat de ce processus : « un changement de statut d’institutions ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fischer, « Le parcours de sécularité d’un protestant au siècle des Lumières : Philippe Frédéric de Dietrich (1748-1793) », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 103-122.

Référence électronique

Daniel Fischer, « Le parcours de sécularité d’un protestant au siècle des Lumières : Philippe Frédéric de Dietrich (1748-1793) », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2586 ; DOI : 10.4000/alsace.2586

Haut de page

Auteur

Daniel Fischer

Doctorant en histoire moderne à l’Université de Strasbourg et professeur agrégé à l’ESPE de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page