Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

Les instituteurs alsaciens et la bataille du catéchisme sous la Révolution

Alsatian primary school teachers and the battle of the catechism during the French Revolution
Die elsässischen Grundschullehrer und die Schlacht um den Katechismus zur Zeit der Revolution
Chantal Vogler
p. 123-144

Résumés

Rodolphe Reuss a fait une étude approfondie d’archives sur les instituteurs sous la Révolution, étude peu connue. L’enseignement primaire a été fortement désorganisé sous la Révolution, car il était jusqu’alors basé sur le catéchisme qui servait de livre de lecture. La Révolution a exigé des maîtres d’école, devenus les instituteurs, un serment de fidélité à la constitution, qui a été le plus souvent refusé par les catholiques, mais accepté par les protestants. Ces derniers ont cherché alors à se débarrasser des maîtres catholiques qu’on imposait à des communes protestantes de financer. La situation s’aggrave après la chute du Roi le 10 août 1792. La Convention exige des « certificats de civisme » et veut imposer l’enseignement en français en remplaçant le catéchisme par la récitation de la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen. La crise touche alors les protestants aussi, mais ils y résistent mieux. Les parents d’élèves retirent leurs enfants et certains instituteurs agréés enseignent quand même le catéchisme pour ne pas perdre leurs élèves. Les écoles privées sont fermées si elles ne respectent pas le décadi. L’enseignement en français butte sur l’absence de maîtres compétents. C’est le premier préfet du Bas-Rhin Laumond qui va rétablir l’enseignement primaire dans les communes, sans intervenir sur le contenu. (Chantal Vogler).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

La situation antérieure
L’obligation du serment et le schisme catholique
Les réactions protestantes
La politique de laïcisation et francisation
Suppression de l’enseignement confessionnel par la Convention
Introduction des certificats de civisme en décembre 1793
Après la chute de Robespierre
Après le coup d’état de fructidor le serment de haine à la royauté
Absence d’écoles normales et pénurie de manuels scolaires
La résistance catholique
La modération protestante
Les nominations d’instituteurs protestants officiels
La réorganisation à Strasbourg
La multiplication des écoles privées
La résistance du catéchisme
Les décisions du premier préfet du Bas-Rhin
Conclusion

Aperçu du texte

La Révolution française a créé un choc violent sur les anciens maîtres d’école, appelés instituteurs par décret de la Convention du 12 décembre 1792. Au départ le serment de fidélité à la Constitution ne touche que les catholiques, mais la République de 1792 a ensuite exigé un « certificat de civisme » et a voulu une politique de déchristianisation. Les catholiques n’ont pas supporté le remplacement du catéchisme par la récitation de la Déclaration des Droits de l’homme, mais du côté protestant on a tenté d’appliquer la loi. La crise a été aggravée par la volonté d’imposer« la francilisation ». Aucun financement d’état n’a été créé. En 1800 le premier préfet du Bas-Rhin, Laumond, rétablit une école primaire dans chaque village.

Dans son ouvrage, Notes sur l’instruction primaire en Alsace pendant la Révolution (1910), Rodolphe Reuss a travaillé sur une quantité d’archives, surtout les procès-verbaux du directoire du département du Bas-Rhin et ceux de la municipalité de Strasbourg. Sur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Vogler, « Les instituteurs alsaciens et la bataille du catéchisme sous la Révolution », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 123-144.

Référence électronique

Chantal Vogler, « Les instituteurs alsaciens et la bataille du catéchisme sous la Révolution », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2588 ; DOI : 10.4000/alsace.2588

Haut de page

Auteur

Chantal Vogler

Maître de conférences honoraire, Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page