Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

L’Église territoriale dans l’ère de l’État-nation

La création d’une Église luthérienne pour l’Alsace-Lorraine (1870-1918)
The Territorial Church in the Age of the Nation-State: Creating a Lutheran Church for Alsace-Lorraine (1870-1918)
Die Landeskirche im Zeitalter des Nationalstaates: Die Bildung einer lutherischen Landeskirche für das Reichsland Elsaß-Lothringen (1870-1918)
Anthony J. Steinhoff
p. 185-204

Résumés

Ecclésiastiquement, une conséquence notable de l’annexion allemande de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine en 1871 a été la réintroduction d’un aspect important de l’héritage de la Réforme : l’idée de l’Église territoriale (Landeskirche). En effet, la création d’une église territoriale luthérienne d’Alsace-Lorraine suit la réalisation de l’annexion. Les organes du gouvernement luthérien à Strasbourg continuaient à fonctionner, mais désormais ils s’occupèrent seulement des communautés en Alsace-Lorraine. Les lois ecclésiastiques d’origine française restaient aussi en vigueur, pourtant elles sont dorénavant interprétées et appliquées par les autorités allemandes. Dans l’ensemble cette approche convenait aussi bien aux Alsaciens qu’aux Allemands. L’Église luthérienne put maintenir ses traditions. Elle adoptait des réformes germanisantes qu’elle jugeait utiles, comme l’introduction des examens d’État en théologie, tout en rejetant des propositions, comme celle visant à créer une journée de prière et pénitence, qu’elle trouvait incompatible avec les traditions alsaciennes. Pourtant, tout comme la situation politique du Reichsland par rapport à l’Empire demeurait exceptionnelle, l’Église luthérienne d’Alsace-Lorraine restait une Landeskirche quelque peu particulière. Son héritage français notamment préoccupait continuellement les autorités allemandes. Aussi, même après l’installation du gouvernement territorial à Strasbourg en 1879, rares étaient les Alsaciens qui participaient à la gestion des dossiers ecclésiastiques pour l’État. (Anthony J. Steinhoff).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

La création d’une Église territoriale luthérienne pour le Reichsland
L’Église luthérienne alsacienne comme Église territoriale à l’allemande
Une Église territoriale inachevée ?
Réflexions finales

Aperçu du texte

L’une des conséquences marquantes de la Réforme a été la destruction de la chrétienté en tant qu’unité politique, religieuse et territoriale en Europe. La paix d’Augsbourg, signée en 1555, a contribué de manière capitale à ce processus avec la reconnaissance juridique de la religion luthérienne, légalisant ainsi la division du Saint-Empire en zone catholique et zone luthérienne. Plus encore, en tant que mouvement local et régional, la Réforme n’a pas mené à la construction d’une seule Église luthérienne, mais a contrario à la fondation de tout un ensemble d’Églises luthériennes territoriales, dans lesquelles le souverain territorial (prince, magistrat, etc.) agit comme summus episcopus. Le principe de « cuius regio, eius religio » de la paix d’Augsbourg confirme ce développement et le fixe comme base de l’organisation ecclésiastique dans l’Empire jusqu’à la signature de la paix de Westphalie qui accorde au culte réformé également le statut de confession reconnue.

L’institution de l’É...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony J. Steinhoff, « L’Église territoriale dans l’ère de l’État-nation », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 185-204.

Référence électronique

Anthony J. Steinhoff, « L’Église territoriale dans l’ère de l’État-nation », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2591 ; DOI : 10.4000/alsace.2591

Haut de page

Auteur

Anthony J. Steinhoff

Professeur régulier au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page