Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

Les protestants d’Alsace et la Séparation des Églises et de l’État de 1870 à 1940 : éléments de contexte

A brief history of the Protestants in Alsace as confronted with the separation of Church and State between 1870 and 1940
Die Protestanten im Elsass und die Trennung von Kirche und Staat von 1870 bis 1940: Elemente eines Kontextes
Catherine Storne-Sengel
p. 205-222

Résumés

Entre 1870 et 1940, des territoires limitrophes de l’Alsace (France, Länder allemands, cantons suisses) modifient les relations entre les Églises et l’État. Ces changements politiques complètent les réflexions plus théologiques et ecclésiastiques, fruits de la pensée des Réformateurs et de l’histoire. Ils interrogent le rôle de l’État ainsi que la nature et l’organisation des Églises, le mode d’adhésion des croyants.

En 1924, devant l’éventualité de l’introduction des lois laïques françaises, les protestants d’Alsace se réfèrent à ces situations contemporaines géographiquement proches pour les analyser et les comparer. La loi française, jugée compatible avec la liberté religieuse et le fonctionnement des Églises, est toutefois considérée plus contraignante. C’est pourquoi les protestants d’Alsace ne sont pas demandeurs de la Séparation des Églises et de l’État, telle que prévue par la loi de 1905. Conscients de l’impossibilité politique d’une autre loi, ils savent que la seule marge de manœuvre porte sur des propositions d’amélioration. Pour faire connaître leur position, distincte de celle des catholiques, les autorités luthériennes et réformées parlent d’une seule voix et s’appuient sur les hommes politiques alsaciens protestants. Finalement, Édouard Herriot renonce à son projet et les Églises d’Alsace continuent à fonctionner sous un régime de nature concordataire, à l’exception de la période nazie. (Catherine Storne-Sengel).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Les critères de jugement
La nature de l’Église
Le rôle de l’État
Opinions sur les Séparations de 1905 à 1919
La Séparation en Alsace ?
Les perspectives de 1919 à 1923
L’année 1924
Améliorer la loi de 1905
Conclusion

Aperçu du texte

La conception des protestants de la nature des relations entre les Églises et l’État se base sur des fondamentaux théologiques, interprétés en fonction du contexte, historique ou politique. Les deux premières parties se placent dans une perspective européenne régionale (France, Allemagne, Suisse) entre 1870 et 1940, d’abord pour exposer les critères de jugement des protestants puis les expériences de Séparation des Églises et de l’État, à chaque fois avec la réception qui en est faite par les protestants alsaciens. Elles donnent des clés de compréhension pour étudier, dans une troisième partie, leur attitude face à l’éventualité d’une séparation des Églises et de l’État en Alsace.

Les critères de jugement

Dans cette période de 1870 à 1940, la réflexion des protestants sur la question des rapports entre l’Église et l’État se construit à partir d’une exigence, non-négociable, celle de la liberté religieuse, qui comprend la liberté de croyance et la liberté des cultes, c’est-à-dire la li...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Storne-Sengel, « Les protestants d’Alsace et la Séparation des Églises et de l’État de 1870 à 1940 : éléments de contexte », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 205-222.

Référence électronique

Catherine Storne-Sengel, « Les protestants d’Alsace et la Séparation des Églises et de l’État de 1870 à 1940 : éléments de contexte », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2593 ; DOI : 10.4000/alsace.2593

Haut de page

Auteur

Catherine Storne-Sengel

Docteur en histoire, conservateur des bibliothèques

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page