Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Temps modernes

Nogues (Julien), La commanderie hospitalière du Saint-Esprit de Stephansfeld (1216-1774)

Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, 2016, 130 p.
Georges Bischoff
p. 438-439
Référence(s) :

Nogues (Julien), La commanderie hospitalière du Saint-Esprit de Stephansfeld (1216-1774), Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, 2016, 130 p.

Texte intégral

1Trop longtemps prisonnière de monographies locales, l’histoire des institutions hospitalières à tout à gagner à s’inscrire dans les perspectives les plus larges, comme le montrent les travaux de Nicole Brocard pour la Franche-Comté ou d’Élisabeth Clementz pour l’Alsace. Ici, c’est grâce au travail d’un étudiant de celle-ci qu’on est à même de prendre la mesure d’un des établissements les plus durables de la région, la commanderie du Saint-Esprit de Stephansfeld dont l’histoire se déroule entre 1216 et 1774 et dont le site est resté en activité jusqu’à nos jours.

2La précocité de cette fondation est à mettre sur le compte des sires de Werde, landgraves de Basse-Alsace, bien implantés autour de Brumath. Elle se place dans une vague qui naît en Languedoc à la fin du XIIe siècle, bénéficie très rapidement de l’appui d’Innocent III (1204) et remonte vers le nord, par Besançon (v. 1203-1207) avant de s’épanouir en Alemania superior, notamment Memmingen et Wimpfen, depuis sa maison-mère alsacienne. Sa vocation hospitalière et son organisation l’apparentent aux grands ordres « militaires », Saint-Jean ou les Templiers. Jusqu’à la Réforme, le commandeur alsacien exerce son autorité sur une demi-douzaine d’établissements situés sur d’importants relais routiers, mais sa maison traverse des passes difficiles, malgré la protection des Lichtenberg et d’autres grands seigneurs – qui ne parviennent pas à y implanter durablement un ordre de chevalerie placé sous son patronage (1463). Bien menée, et pas seulement à partir de fonds locaux puisque l’auteur n’a pas hésité à consulter des archives moins familières, y compris à Paris et à Rome, l’étude de cette première période se traduit par une quantité d’informations précieuses, de listes et de documents graphiques ou iconographiques (organigramme p. 15, typologie des actes, p. 101-104, liste des commandeurs, p. 120-125, photographies de sceaux…). Elle est suivie par un deuxième volet qui exploite des sources plus spécialement liées au fonctionnement de l’hospice de l’époque moderne, à un moment où se dessine avec précision son rôle d’accueil d’enfants exposés ou de laissés pour compte de la vie, femmes enceintes, infirmes, pauvres passants, et, plus largement, de pensionnaires prébendiers. Ici, l’enquête, souvent très difficile du fait de ses lacunes documentaires, se révèle particulièrement impressionnante (p. 68-82), avec des coups de projecteurs sur la tranche chronologique 1760-1768, illustrée par 152 enfants, dont seuls 15% survivent à leur passage à Stephansfeld. En mettant en relation les moyens matériels dont disposent les religieux (l’exploitation directe, la cave, p. 99, les différentes recettes, p. 105-109, et leurs besoins (les dépenses, p. 110-115), on mesure l’ampleur de la tâche qui leur est impartie. La qualité de la démonstration permet de passer sur quelques fantaisies formelles comme l’absence de chapitres dûment numérotés ou l’organisation, inhabituelle des sources et de la bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Nogues (Julien), La commanderie hospitalière du Saint-Esprit de Stephansfeld (1216-1774) », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 438-439.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Nogues (Julien), La commanderie hospitalière du Saint-Esprit de Stephansfeld (1216-1774) », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2629

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page