Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Temps modernes

Ruch (Ralph A.), Kartographie und Konflikt im Spätmittelalter : Manuskriptkarten aus dem oberrheinischen und schweizerischen Raum

Zürich, Chronos, 2015, 200 p.
Olivier Richard
p. 441-443
Référence(s) :

Ruch (Ralph A.), Kartographie und Konflikt im Spätmittelalter : Manuskriptkarten aus dem oberrheinischen und schweizerischen Raum, Zürich, Chronos, 2015, 200 p.

Texte intégral

1Cette thèse de doctorat de l’université de Zurich part de la conception du géographe John Brian Harley de la cartographie ancienne comme moyen de domination, résumée par la phrase « to own the map was to own the land ». R. Ruch décide de l’éprouver au moyen de l’étude de quatre cas originaux, car concernant des espaces restreints – pas de carte du monde ou de l’espace méditerranéen –, issus d’un territoire, celui de la Confédération et du Rhin supérieur, qui n’a pas fait l’objet de nombreuses études d’histoire de la cartographie. Son objectif est d’étudier les intentions qui sous-tendent la production de cartes au XVe siècle, ainsi que les usages et les réceptions de ces œuvres, en portant une attention particulière au contexte historique et documentaire de leur production, trop souvent négligé dans les travaux de ce domaine.

2Le premier cas est un croquis de Genève, plus qu’une carte, réalisé et retouché en 1428-1429 par Guillaume Bolomier pour appuyer les revendications du comte de Savoie sur la ville. On sait qu’il fut utilisé dans les négociations entre ce dernier et l’évêque, pour appuyer des demandes ou calculer des compensations. Le dessin de Bolomier est alors un témoignage du développement de l’administration savoyarde, du rôle croissant que joue le droit pour le pouvoir seigneurial savoyard. On peut tout juste regretter que la présentation du contexte intellectuel dans lequel les cartes comme celle-ci furent utilisées de façon accrue dans la justice au XVe siècle soit si succincte.

3La deuxième carte étudiée représente les biens qui appartenaient à l’abbaye de Honau, au nord de Strasbourg, dont les droits, lorsqu’elle fut dissoute, étaient passés au chapitre de Saint-Pierre-le-Vieux. Dans le contexte d’un conflit entre le chapitre cathédral et celui de Saint-Pierre, Nicolaus Reyner, doyen de ce dernier, mit vers 1450 ces droits à l’écrit, en reprenant notamment une enquête faite auprès des habitants à la fin du XIVe siècle, et en les accompagnant d’une carte, où figure le Rhin, et, placés schématiquement, les toponymes, à l’encre noire ou rouge (pour les terres possédées par le chapitre). Ici, la carte était un aide-mémoire : elle servait à ordonner, à présenter de façon synthétique du savoir dispersé que l’auteur était allé débusquer dans différents documents écrits.

4Le troisième chapitre traite de deux représentations de villes dans la chronique de Georg Edlibach, qu’il écrit en 1485-1486 alors que son beau-père Hans Waldmann est le bourgmestre tout-puissant de Zurich. Il s’agit du siège de cette ville par les Confédérés en 1444, lors de la « guerre de Zurich », puis de celui de la bourgade voisine de Rapperswil. R. Ruch montre bien comment ces deux images ont une fonctionnalité politique, mais on n’est pas sûr que leur analyse – l’auteur assume qu’elles ne sont pas vraiment des cartes, mais une forme hybride – serve véritablement son propos sur la cartographie.

5Le livre se clôt sur le cas le plus passionnant, celui de la Description de la Confédération par le médecin, astrologue et cartographe zurichois Konrad Türst en 1496-1497. Comment, par son texte et la carte qui l’accompagne dès l’origine, Türst légitime-t-il la jeune entité politique qu’était la Confédération des Dix Cantons en la présentant comme un ensemble uni ? On se trouve alors dans le contexte compliqué des guerres d’Italie, où chaque canton mène une politique différente (notamment pour le mercenariat) envers la France, Maximilien et le duc de Milan. Les tensions entre la Confédération et Maximilien culminent en 1499 avec la guerre de Souabe. Türst assimile les Confédérés aux Helvètes renvoyés chez eux par César, en localisant aux marges de la carte les peuples voisins comme les Allobroges. Les cours d’eau et lacs servent aussi à marquer les frontières : l’espace ainsi délimité semble homogène, alors qu’il était en fait très morcelé politiquement. Le centre de la carte est occupé par la Suisse primitive, ce qui est conforme à la naissance, dans la seconde moitié du XVe siècle, du grand récit d’une Confédération née d’un noyau s’opposant aux Habsbourg (voir Guillaume Tell). Cependant, le système graphique de la carte, tout comme le texte, donne un grand poids aux villes : les noms des chefs-lieux de cantons sont inscrits en gros caractères, et les villes ont des traits individuels (on distingue par exemple le Grossmünster de Zurich). On note sur les bords de la carte le système de coordonnées, sur le modèle ptoléméen. Pourtant, si Berne est placée de façon exacte, d’autres localités ne le sont pas du tout. Cela tient à l’orientation de la carte, placée en diagonale sur le parchemin, la Confédération étant tout en longueur ; surtout, cela montre que l’intention de Türst n’était pas tant de situer précisément les lieux que de donner à sa carte une légitimité tirée des savoirs antiques – même si elle avait par ailleurs des traits tout médiévaux.

6Avec son œuvre, Türst voulait d’une part sensibiliser les élites confédérées, en particulier bernoises, aux problèmes internes que connaissait la Confédération, et d’autre part présenter cette dernière comme partenaire stable et uni aux princes, à qui il dédicaça certains manuscrits de son œuvre. Ce faisant, il construisait une autre image de la Confédération que celle de paysans résistant à leurs ennemis nobles, princes ou seigneurs.

7Au total, Ralph Ruch convainc parfaitement les lecteurs que l’interprétation des cartes de la fin du Moyen Âge ne se réduit pas à la seule domination politique mise en avant par Harley. Les belles illustrations en couleur, au fil du texte, le servent pour cela. En revanche, il manque au lecteur des cartes modernes, qui lui présenteraient la topographie de Genève, la situation de Honau, ou l’allure de la Confédération vers 1500. Mais Ruch parvient très bien à prouver que pour comprendre les motivations de leur production, mais aussi leurs usages et leur réception, il est nécessaire d’étudier ces cartes dans leur contexte historique mais aussi documentaire, et de s’intéresser à leur matérialité. En confrontant constamment les éléments graphiques et textuels de ces cartes de petits espaces aux documents écrits qui les entourent, Ruch fait comprendre combien leur production nécessitait du savoir et comment elles le ré-agençaient et le diffusaient. Cette mise en regard des textes et des cartes est parfois très fouillée et du coup manque d’une certaine légèreté, mais cela est nécessaire au propos de cette belle thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Richard, « Ruch (Ralph A.), Kartographie und Konflikt im Spätmittelalter : Manuskriptkarten aus dem oberrheinischen und schweizerischen Raum », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 441-443.

Référence électronique

Olivier Richard, « Ruch (Ralph A.), Kartographie und Konflikt im Spätmittelalter : Manuskriptkarten aus dem oberrheinischen und schweizerischen Raum », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2634

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page