Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe - XXe siècles

Chevalieras (Mathieu), L’asile d’aliénés de Stephansfeld (Bas-Rhin). Étude de la prise en charge sociale et médicale de la folie au XIXe siècle

Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, « Bulletin 137 », 2017, 127 p.
Dominique Lerch
p. 448-450
Référence(s) :

Chevalieras (Mathieu), L’asile d’aliénés de Stephansfeld (Bas-Rhin). Étude de la prise en charge sociale et médicale de la folie au XIXe siècle, Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, « Bulletin 137 », 2017, 127 p.

Texte intégral

1Il faut remercier l’auteur comme l’éditeur de mettre à disposition des curieux, des chercheurs et de familles touchées par le drame de la folie, une étude portant sur la manière dont celle-ci a été prise en charge au XIXe siècle (arrêté en 1870 en Alsace). Cette recherche s’appuie sur des archives administratives ainsi qu’une bibliographie générale et locale, celle-ci étant peu fournie sauf en médecine. Histoire de la folie ou de l’indigence ? Les trois quarts des effectifs des malades de cet asile sont nécessiteux. Philippe Ariès avait donné son témoignage, à Strasbourg, sur la rupture des années 1945 et du prix de la journée d’hospitalisation : avant 1945, les familles bourgeoises bordelaises gardaient affectueusement leurs malades, après 1945 elles les confient aux institutions. Et cette problématique des familles bourgeoises va se retrouver sur la place à faire pour accueillir les malades dont la famille paie, ce qui peut équilibrer les comptes de l’asile.

2Les comptes, voici le nœud de cette histoire. Qui doit payer ? La famille si elle le peut, l’État, le département, la ville et, avant tout, celle de Strasbourg. Il y a là des pages intéressantes, la faillite guettant l’asile. Il y a aussi la loi, celle du 30 juin 1838 qui fixe pour un siècle et demi la condition juridique des malades et les modalités d’une prise en charge par l’asile. David Richard, directeur de l’asile de Stephansfeld de 1840 à 1859, y introduit des activités nouvelles : travaux en ateliers et dans les champs, cours de dessin et de chant, lectures publiques et bibliothèques, enseignement (lecture, calcul, histoire), pièces de théâtre et jeux de société. Tout cela donne du sens à l’enfermement, compte tenu de l’impuissance relative des moyens moraux et des traitements.

3Le choix d’un ancien couvent reconverti en hospice pour enfants trouvés, le rôle du docteur Rixtelhueber, « Pinel alsacien », ou du professeur Foederé, aboutissent au bout de vingt ans de discussions à des travaux, commencés en 1833 et achevés en 1835. Comme on sort peu de l’asile (10 % des aliénés meurent chaque année), l’asile doit faire face à l’effet de structure, il devient une solution encombrée du fait de l’incurabilité (et de la non-séparation d’avec les malades, pensons aux épileptiques).

4L’on suit pas à pas les différentes crises que traverse l’asile : celle du pouvoir (administratif, financier, médical), celle du personnel, la quête de liberté des internés (les lettres d’internés de Stephansfeld auraient eu leur place p. 59), l’encadrement (on passe de 46 malades à l’hôpital civil de Strasbourg en 1814 à 226 aliénés en 1840, puis 782 au 1er janvier 1870), la rechute des aliénés sortis (un tiers des sorties)… Des médecins s’efforcent de lutter contre l’asile, « lieu de débarras », créant en 1863 une annexe à Hoerdt destinée aux incurables, et d’améliorer la condition matérielle des aliénés gâteux, ainsi l’alèze en caoutchouc utilisée à partir de 1863.

5S’appuyant sur la problématique issue des recherches de Michel Foucault, évoquant l’évolution de médicaments plus élaborés voire de la camisole chimique, la naissance de la psychanalyse et le développement de la psychiatrie, l’auteur a renoncé à s’appuyer sur les travaux issus de l’examen de conscience lié à la mortalité dans les asiles sous Vichy (mise en valeur de la nourriture produite sur place) ou sur ceux qui, dès 1900, voire avant dans l’Empire allemand s’intéressent à l’éducabilité des handicapés. Dans ce dernier cas, les deux tiers des enseignants spécialisés en France en 1918 sont… alsaciens, tels que Charles Jost, un inspecteur primaire de Wissembourg « optant » ayant contribué à la loi de 1905 sur les premières classes spécialisées en France. Toutefois, le chaînon du XIXe siècle est bien campé grâce à ce travail qui appelle à une mise en perspective suivant le modèle du doyen Livet dans Médecine et Assistance, en y incluant des prises en charge confessionnelles, le Sonnenhof à Bischwiller, Saint-André à Cernay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Lerch, « Chevalieras (Mathieu), L’asile d’aliénés de Stephansfeld (Bas-Rhin). Étude de la prise en charge sociale et médicale de la folie au XIXe siècle », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 448-450.

Référence électronique

Dominique Lerch, « Chevalieras (Mathieu), L’asile d’aliénés de Stephansfeld (Bas-Rhin). Étude de la prise en charge sociale et médicale de la folie au XIXe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2643

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page