Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe - XXe siècles

Igersheim (François), L’Alsace politique 1870-1914

Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2016, 232 p.
Claude Muller
p. 450-452
Référence(s) :

Igersheim (François), L’Alsace politique 1870-1914, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2016, 232 p.

Texte intégral

1Au tournant des années 1980, en même temps que renaît la Revue d’Alsace, paraît un quatuor d’ouvrages centrés sur la vie politique du Reichsland entre 1870 et 1918. François Roth, Alfred Wahl, François Igersheim et Christian Baechler publient, quasi simultanément, leurs recherches, découvrant des pans entiers d’une histoire mal connue et méconnue. Tous quatre font partie d’une génération bilingue d’après-guerre, dont la connaissance de l’allemand donne la clé d’accès à des archives qui s’ouvrent. Des quatre mousquetaires, François Igersheim est le seul qui explore et utilise à la fois les fonds de Potsdam et de Mersebourg, à une époque où une Allemagne communiste voisine avec une Allemagne capitaliste.

2Vous êtes peut-être de ceux qui alignez dans votre bibliothèque son Alsace des notables, parue en 1981 (compte rendu dans Revue d’Alsace, no109, 1983, p. 266-268 par Léon Strauss). L’ouvrage révolutionnait, verbe volontairement adopté, alors le monde des alsatiques avec le choix d’une édition alternative, Butter Flade, d’une présentation originale – vingt lignes de texte pour cinq pages de notes avec un débat historiographique vif peu courant –, des biographies étoffées des acteurs de la période étudiée, lesquelles connaîtront une nouvelle jeunesse dans le NDBA, paru de 1982 à 2007. Surtout ne jetez pas ce monument d’histoire, jamais copié, jamais égalé, sous prétexte de la parution de L’Alsace politique 1870-1914, du même auteur, à un tiers de siècle de distance.

3Ne pensez pas davantage qu’il s’agit là d’une réédition d’un ouvrage depuis longtemps épuisé. Car c’est bel et bien un nouvel ouvrage, paru chez un éditeur qui consacre l’érudit universitaire qu’est désormais François Igersheim, ouvrage qui oblige à un exercice de style un peu particulier pour évoquer à la fois une stratigraphie et un objet nouveau. La forme mérite d’abord que l’on s’y attarde. Une présentation sobre, épurée, presque stylisée, donne envie de se plonger dans un texte clair, sans artifice de style, d’une précision quasi chirurgicale. Tout est soupesé, tout superflu éliminé, y compris l’ancienne iconographie précieuse de L’Alsace des notables. Cent soixante-seize pages d’un texte dense (p. 85, 106, 117, 126, 127), dans un style très personnel, témoignent de la profondeur de pensée d’un historien, lui-même rompu à l’exercice politique. Le bel objet à la belle typographie ne se lit donc pas d’une traite, obligeant le lecteur et le chroniqueur à lire et à relire ce concentré extrême de connaissances pour l’apprivoiser et l’assimiler.

4L’Alsace politique propose un plan chronologique, logiquement rythmé par les élections législatives. On n’est plus dans le détail de chaque scrutin, que l’on découvre dans des travaux antérieurs, mais dans une mise en perspective de continuité ou de rupture [la chronologie p. 215-220 permet facilement de s’y retrouver]. Par rapport à L’Alsace des notables, lesdits notables sont toujours présents. Mais plus omniprésents, car dilués dans un ensemble évoquant aussi la complexité de la société, les organisations (dans l’important chapitre III), les mouvements de population, la culture – superstructure au sens marxiste ? –, la diversité de la presse. Bien sûr le fait politique est disséqué et les grandes orientations de chaque Statthalter, habilement décortiquées, constituent autant de points forts de l’ouvrage. Enfin François Igersheim insiste sur la période d’avant la Première Guerre mondiale avec la constitution de 1911, un présent vite enterré mais qui aura un curieux avenir, ainsi que l’affaire – dans son livre le coup (p. 168) – de Saverne en 1913. La remarquable bibliographie en fin de volume rend compte des avancées des recherches alsaciennes, mais aussi américaines, anglaises et allemandes, faisant apparaître une déshérence des travaux de « vieille France », vu le silence.

5Le lecteur aura compris que cet ouvrage constitue indéniablement une nouvelle somme, comme il n’est possible d’en réaliser une qu’au bout d’un long, patient et méticuleux ratissage sur un même sujet, un socle qui ouvre nécessairement, après l’avoir préalablement lu, de nouvelles perspectives à d’ultérieures recherches. Une question vient spontanément à l’esprit concernant le personnel politique alsacien du Reichsland. Chacun sait qu’un élu vit conjointement deux vies : dans sa circonscription, terme générique, ainsi que dans son assemblée. Quelle a été l’implication des députés alsaciens au Reichstag ? Ont-ils été présents à Berlin ? Absents ? Arqueboutés sur la protestation ?

6Prenons le cas de Landolin Winterer « individualiste farouche » (p. 80), qualification à laquelle on souscrit volontiers. Pourquoi ce protestataire de 1874 a-t-il été décoré par l’état allemand à la fin de sa vie ? Sa correspondance, classée par François Igersheim lui-même, montre qu’il possède un rayonnement et un réseau épistolaire qui dépasse largement l’Alsace. Et Simonis, dont une grande partie de la correspondance conservée a été rédigée dans le train – gratuit pour lui, car député – entre Strasbourg et Berlin et retour ? Siégeant à la commission des finances selon certains auteurs, a-t-il fait bouger les lignes ? De manière générale, l’Alsace n’a-t-elle été que phagocytée par le Deuxième Reich (le glacis de Bismarck tout de même court-circuité par la Neustadt, Saverne en 1913) ? Ou, dialectiquement, a-t-elle été capable d’y prendre une place (voir les travaux de Michel Hau et Nicolas Stoskopf) ? Est-elle cette « vis qui tient ensemble les différentes parties de l’Empire allemand » (Revue d’Alsace, no108, 1982, p. 166), selon la Freie Presse du 12 avril 1913 ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Igersheim (François), L’Alsace politique 1870-1914 », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 450-452.

Référence électronique

Claude Muller, « Igersheim (François), L’Alsace politique 1870-1914 », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2645

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page