Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes
Vies et écrits d'Alsaciens

Fontana (Raniero), André Neher, philosophe de l’Alliance

Paris, éditions Albin Michel, 2015, 260 p.
Claude Muller
p. 482-483
Référence(s) :

Fontana (Raniero), André Neher, philosophe de l’Alliance, Paris, éditions Albin Michel, 2015, 260 p.

Texte intégral

1André Neher, né à Obernai le 22 octobre 1914, décédé à Jérusalem le 23 octobre 1988, est une remarquable figure du judaïsme alsacien et surtout l’un des grands maîtres à penser du judaïsme national, voire international du XXe siècle. Rappelons brièvement les étapes d’une vie riche. Fils d’un commerçant malchanceux, mais conteur habile, frère d’un président de Chambre à la Cour d’appel de Colmar, André Neher fait ses études au collège d’Obernai, au lycée Fustel de Coulanges et à la Faculté des lettres de Strasbourg. Parallèlement il suit l’enseignement des rabbins Armand Bloch, Julien Weil, Jérôme Lévy et Joseph Bloch, parachevé à la yeshivah, à l’école supérieure juive de Montreux. Professeur d’allemand au collège de Sarrebourg en 1936, il se trouve confronté en Corrèze, pendant la guerre, au drame de la Shoah, le terreau d’une réflexion extraordinaire sur le judaïsme. Après avoir soutenu en 1947 une thèse sur Amos, portant donc sur un sujet biblique, son aura est telle qu’il est créé, à son intention, une chaire de littérature juive ancienne et moderne en 1957. En 1959, les plus éminents rabbins d’Alsace lui confèrent le titre de rabbin, sans qu’il ait eu à passer par la filière habituelle. L’année suivante, il obtient pour Strasbourg la licence d’hébreu (NDBA, no28, 1996, p. 2 815‑2 817).

2Dès lors, il œuvre pour un unique dessein : restituer le peuple juif à la Bible et la Bible à Israël en visant, sans oublier l’exégèse historique et critique, à déboucher sur une lecture théologique du texte. C’est cet aspect que l’on trouve dans le remarquable ouvrage de Raniero Fontana. En intitulant son étude, « le philosophe de l’Alliance », l’auteur dit tout. Neher présente en effet l’Alliance comme un projet divin qui fait entrer les Hébreux, et à travers eux, toute l’humanité dans une histoire dialoguée, dans un face à face incessant (voir le chapitre judéo-allemand et judéo-chrétien, p. 147-171). Et comme tous les juifs ayant vécu l’horreur de l’extermination programmée (voir le passage sur la Shoah, p. 195-217), il cherche à comprendre : « Je suis le porte-parole et le porte-silence de six millions d’hommes ». On ne peut que rendre hommage à Raniero Fontana de rappeler, de manière si pédagogique et si érudite, l’œuvre d’un tel humaniste.

3Faut-il, pour conclure, rappeler deux faits. à Strasbourg, d’abord, André Neher devient le guide spirituel de Benno Gross, Théodore Dreyfuss, Bernard Picard, Lucien Lazare et inspire les pasteurs André Lacocque et Bernard Keller, donnant consistance aux amitiés judéo-chrétiennes. Par son engagement sans faille ensuite, Neher, contribue beaucoup à une meilleure compréhension du judaïsme, avec le soutien amical de Mgr Léon Arthur Elchinger. On comprendra dès lors que Neher personnifie, en quelque sorte, une des racines identitaires de l’Alsace : le judaïsme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Fontana (Raniero), André Neher, philosophe de l’Alliance », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 482-483.

Référence électronique

Claude Muller, « Fontana (Raniero), André Neher, philosophe de l’Alliance », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2676

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page