Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes
Vies et écrits d'Alsaciens

Lazare (Lucien), Le tapissier de Jérusalem. Mémoires

Paris, Seuil, 2015, 238 p.
François Igersheim
p. 483-484
Référence(s) :

Lazare (Lucien), Le tapissier de Jérusalem. Mémoires, Paris, Seuil, 2015, 238 p.

Texte intégral

1Évoquer les Mémoires de Lucien Lazare dans la Revue d’Alsace va de soi ; car les lieux, moments, et les personnages évoqués, font partie de l’histoire générale et culturelle de l’Alsace. Né à Strasbourg en 1924, réfugié à Lyon en 1940, éclaireur israélite et résistant, élève du Séminaire rabbinique de Limoges en 1942, puis membre du maquis juif de la Montagne Noire et soldat de la 1re armée dans la Libération de l’Alsace, Lucien Lazare a été de 1953 à 1968, secrétaire général de la communauté israélite de Strasbourg et aumônier – rabbin concordataire – du Centre de la Jeunesse de la Communauté israélite de Strasbourg, soit pendant la période de la reconstruction communautaire de l’après-guerre et celle de l’arrivée massive des juifs sépharades dans la communauté strasbourgeoise. Lucien Lazare fonde le mouvement des Jeunes ménages, le Foyer des étudiants Juifs avec ses cours et séminaires, établit un programme culturel ambitieux et ouvert. Les aumôneries (Centre Bernanos, Aumônerie U. Protestante, Centre culturel juif) rivalisent de vitalité dans les milieux étudiants et enseignants et entretiennent des liens : Paul Ricœur en témoignera encore lors de la remise du Prix de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France en 2003 à Lucien Lazare (http://judaisme.sdv.fr/​israel/​lazare.htm). Son témoignage sur ces années, où il a été éditorialiste du Bulletin de nos Communautés (future Tribune Juive) est précieux. En 1968, avec sa famille – ses garçons ont donné le signal – il émigre en Israël, où il assume les fonctions de proviseur – et enseignant – du Lycée René Cassin de Jérusalem. Il relate son expérience de l’enseignement du français en Israël et celui de l’hébreu en France. Lucien Lazare a beaucoup écrit, comme chroniqueur des activités de la communauté juive de Strasbourg, puis comme correspondant des DNA en Israël, jusqu’en 1984.

2En 1984, il entame une carrière d’historien à la demande des Anciens de la Résistance Juive en France. Il publie La Résistance Juive en France en 1987, repris dans La Résistance Juive, un combat pour la survie. Parallèlement, il participe à l’entreprise du Dictionnaire des Justes, et rédige la partie française de la monumentale Encyclopedia of the Righteous Among the Nations, dirigée par le professeur Isaac Gutman, dont il publie le volume français en 2003. Gutman répétait : « la thèse selon laquelle le combat armé est l’essentiel est erronée ». Ainsi Lazare souligne l’importance de la notion de « résistance non-violente » et « des opérations de sauvetage des juifs par des juifs et leurs alliés, notamment les Justes » : « Et voici que surgissent dans la société civile, les sauveteurs ! Ils improvisent une riposte inédite […] contre une procédure de guerre non moins inédite : […] l’extermination de populations civiles entières ». Voilà qui n’est sans doute pas sans rapports avec ses prises de positions dans la vie politique israélienne avec ses vifs débats et ses retombées dans les cercles et familles de la communauté juive y compris en Alsace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Lazare (Lucien), Le tapissier de Jérusalem. Mémoires », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 483-484.

Référence électronique

François Igersheim, « Lazare (Lucien), Le tapissier de Jérusalem. Mémoires », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2678

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page