Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques
Archéologie

Lohrum (Burghard), Werlé (Maxime), Raimbault (Jérôme), Fritsch (Florent), Haegel (Olivier), La maison en pan-de-bois

Lyon, Lieux Dits, « Clefs du patrimoine d’Alsace, no1 », 2015, 112 p.
Marc Grodwohl
p. 488-490
Référence(s) :

Lohrum (Burghard), Werlé (Maxime), Raimbault (Jérôme), Fritsch (Florent), Haegel (Olivier), La maison en pan-de-bois, Lyon, Lieux Dits, « Clefs du patrimoine d’Alsace, no1 », 2015, 112 p.

Texte intégral

1Depuis la décennie 1970, qui a vu la publication de La maison alsacienne à colombage (Maurice Ruch, 1977) et du volume Alsace du Corpus d’architecture rurale (Marie-Noële Denis et Marie-Claude Groshens, 1978), aucun auteur n’avait pris le risque de consacrer à l’habitat en Alsace une vue générale. La parution de ce manuel correspond à un regain d’intérêt pour le sujet, en une période où le rythme des démolitions s’accélère. Ces dernières trahissent une rupture générationnelle consommée, la population contemporaine ayant largué ses dernières attaches avec le passé paysan auquel, bien à tort et pour des raisons idéologiques, était rattachée la construction en bois. L’ouvrage reflète une rupture symétrique au sein du cercle plus restreint des connaisseurs. Quarante ans après les deux livres cités plus haut, il acte une prise de distance d’avec la Volkskunde à l’ancienne selon laquelle les manières de construire et d’habiter exprimaient l’essence des peuples au sein d’entités géographiques déterminées. De cette école sont nés les clichés persistants d’un art de construire des « bons sauvages » évoluant en vase clos, transmettant à travers les figures complexes du colombage un vocabulaire de symboles renvoyant à la mythologie germanique (dont l’ouvrage présente une scorie involontaire, les « chaises curules », p. 25).

2Depuis l’après-guerre les chercheurs allemands ont constitué une discipline, la Hauforschung, protégée de tout relent de la Volkskunde par les barrières étanches d’une méthode ayant pour objet l’étude des techniques. Aussi, nos voisins disposaient-ils d’un temps d’avance sur ce côté-ci du Rhin, en raison de la rigueur de leurs systèmes de description et d’analyse et du recours quasi systématique à la (coûteuse) dendrochronologie pour dater les bâtiments avec certitude. Ce n’est guère qu’à partir des années 1980 que l’on commença à se parler de part et d’autre de la frontière, et que la recherche alsacienne tira progressivement parti des apports allemands. Les bénéfices de la coopération sont aujourd’hui visibles grâce à cet ouvrage, dont un des auteurs est Burghard Lohrum, autorité reconnue en matière d’histoire de la charpente médiévale dans la région du Rhin supérieur. En toute justice, l’ouvrage rend hommage au regretté Maurice Seiller qui sut entretenir avec Burghard Lohrum de fructueux échanges, permettant d’organiser la masse impressionnante des matériaux, en grande partie malheureusement inédits, qu’il a collectés au fil de trois décennies d’explorations et de relevés. Maxime Werlé, archéologue du bâti, apporte la riche expérience de l’étude de bâtiments urbains qui permet enfin une vue panoramique balayant villes et campagnes.

3Aussi, cet ouvrage est une novation, fondée sur des informations de première main. Son titre est d’une clarté absolue, annonçant la description d’un genre de construction et la diversité de ses formes selon les milieux et les époques et tenant cette promesse. Au chercheur il apporte des informations inédites sur des bâtiments particuliers, et sur des catégories qui étaient jusqu’à présent non évaluées à leur juste importance, comme les ossatures à treillis ou Gitterwerk (p. 28). Pour tout un chacun, il sera un manuel commode permettant d’explorer son environnement avec des outils de compréhension technique et des concepts accessibles, préalables sans lesquels les approches ethnographiques ne sont que verbiage. Il reste à espérer qu’ainsi présentée, la Hausforschung à l’alsacienne saura susciter des vocations, car ce patrimoine en voie d’extinction est orphelin de chercheurs et amateurs en mesure d’approfondir son inventaire et son étude tant que cela est encore possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Grodwohl, « Lohrum (Burghard), Werlé (Maxime), Raimbault (Jérôme), Fritsch (Florent), Haegel (Olivier), La maison en pan-de-bois », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 488-490.

Référence électronique

Marc Grodwohl, « Lohrum (Burghard), Werlé (Maxime), Raimbault (Jérôme), Fritsch (Florent), Haegel (Olivier), La maison en pan-de-bois », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2689

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page