Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques
Histoire de l'art et des collections

Bott (Gerhard), Graf Friedrich Casimir von Hanau (1623-1685). Der «König vom Schlaraffenland» und seine Kunstschätze

Hanau, Städtische Museen Hanau, CoCon-Verlag Hanau und Autoren, 2015, 240 p.
Fanny Kieffer
p. 490-491
Référence(s) :

Bott (Gerhard), Graf Friedrich Casimir von Hanau (1623-1685). Der «König vom Schlaraffenland» und seine Kunstschätze, Hanau, Städtische Museen Hanau, CoCon-Verlag Hanau und Autoren, 2015, 240 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble et présente une riche documentation inédite sur la vie et le collectionnisme du comte Friedrich Casimir de Hanau-Lichtenberg (1623-1685). Né à Bouxwiller, ce dernier règne sur un territoire allant du nord de l’Alsace à l’embouchure de la Kinzig, dans la région de Hanau. Prince cultivé et très actif dans le domaine de la promotion artistique et culturelle des institutions de son état, il a transformé son château à Hanau en « Musenhof », c’est-à-dire une résidence qui accueille un grand nombre d’artistes, de lettrés et de savants, créant ainsi un creuset culturel d’une grande fécondité au service de la magnificence du mécène. Il a également élevé le statut de l’école d’état de Hanau à celui d’université, il a implanté la première manufacture de faïence d’Allemagne et, ce qui intéresse particulièrement Gerhard Bott, l’auteur de l’ouvrage, il a constitué une riche collection de curiosités dont le contenu était lié aux activités de l’université. En effet, grâce à la collaboration de deux lettrés, le courtisan et diplomate Bengt Skytte et le médecin et alchimiste Johann Joachim Becher, il a rassemblé ses merveilles en un « Théâtre de l’art et de la nature » dont la portée didactique a été théorisée par Becher dans un traité intitulé « Methodus Didactica ». Ce projet ambitieux devait également être complété à l’origine par la création d’une académie savante, Sophopolis, à portée encyclopédique.

2C’est à partir de 1664, au cours de voyages, notamment à Nuremberg, que le comte de Hanau commence à acquérir des objets pour constituer sa collection. Grâce à ses relations diplomatiques, en particulier avec l’empereur romain germanique Léopold Ier, il a aussi pu se faire offrir certaines pièces maîtresses de sa collection, comme les tableaux en pierre dures de Cosimo Castrucci, un artiste florentin actif à Prague au service de l’empereur. La collection résulte donc de ses échanges avec les plus grands collectionneurs européens, mais aussi de ses activités coloniales en Amérique du Sud : en plus des tableaux, sculptures, automates, objets orfévrés, textiles précieux, armes, coraux, ivoires et autres instruments de musique, on y trouve toute une série d’exotica. On notera les remarquables objets en ambre aujourd’hui conservés à Kassel, qui sont plutôt rares dans les collections de l’époque et qui sont d’une grande finesse d’exécution.

3Les résultats de la recherche du professeur Bott ont été mis en valeur dans cet ouvrage qui n’est pas exclusivement à destination d’un public universitaire, comme c’est souvent le cas pour les recherches sur le collectionnisme. En effet, le format du livre, la qualité des illustrations en couleur, la clarté de la présentation générale du contenu en font un livre extrêmement plaisant à consulter pour un public plus large, sans négliger le contenu d’une grande rigueur scientifique. Directeur du Germanischen Nationalmuseum de Nuremberg, l’auteur accorde une place significative au catalogue des œuvres qui constituent cette collection jusqu’alors méconnue, donnant par la même une vue d’ensemble très utile pour en comprendre l’ampleur. En effet, après la mort du comte de Hanau-Lichtenberg, ce dernier n’ayant pas d’héritier direct, ses terres, ses biens et bien entendu sa collection ont été hérités et par conséquent dispersés par ses neveux qui résidaient à Kassel et à Darmstadt. L’auteur rétablit dans cet ouvrage l’unité de la collection et met en lumière le projet savant qui sous-tend sa création. Le résultat est plutôt spectaculaire : à l’aide des documents d’archives publiés en annexe, des notices des œuvres et de la présentation approfondie du collectionneur et de son entourage, on découvre une collection qui n’a rien à envier à celle des plus illustres princes d’Europe et on en comprend tous les enjeux, intellectuels, politiques, diplomatiques et artistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Kieffer, « Bott (Gerhard), Graf Friedrich Casimir von Hanau (1623-1685). Der «König vom Schlaraffenland» und seine Kunstschätze », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 490-491.

Référence électronique

Fanny Kieffer, « Bott (Gerhard), Graf Friedrich Casimir von Hanau (1623-1685). Der «König vom Schlaraffenland» und seine Kunstschätze », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2694

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page